Grandeur et décadence de la voiture

Auto’trement et France Autopartage ont organisé les 1ère rencontres nationales de l’autopartage, les 12 et 13 mai 2011 à Strasbourg. A cette occasion, une chorégraphie urbaine a été réalisée, intitulée « Grandeur et décadence de la voiture ».

L’autopartage existe depuis plus de 20 ans en Europe et plus de 10 ans en France. Il permet à des utilisateurs de bénéficier d’un véhicule pour une courte durée et en libre-service, en remplacement du véhicule personnel.

En rationalisant son usage, l’autopartage questionne le statut de la voiture dans la ville, en l’intégrant dans le bouquet de mobilités, complémentaire des transports collectifs et des modes doux. Par ce biais, l’autopartage ne révèle-t-il pas également de nouveaux modes de vivre la ville ?

Ces 1ères rencontres nationales de l’autopartage ont permis de dresser le bilan et d’imaginer les perspectives de l’autopartage en France, ainsi que son intégration dans les politiques globales de mobilité et de stationnement. Les enjeux d’aménagement des territoires et les nouveaux modes de consommation apparaissant à travers ce nouvel usage de la voiture ont également été abordés.

A noter, une intervention du chercheur Frédéric Héran sur les limites du système automobile: télécharger son diaporama ici.

Retrouvez la vidéo de la chorégraphie urbaine organisée par Auto’trement et France Autopartage à l’occasion des 10 ans de l’autopartage:

http://www.rencontres-autopartage.fr/

Karl

A propos de Karl

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions de transports collectifs

17 commentaires sur “Grandeur et décadence de la voiture

  1. Nico

    Dans la société du tout-voitures, le film a un air écolo…Pas mal, mais pour nous les car free, il manque une dernière étape: la fin de la voiture! Parce que dans ce film, la voiture finit malgré tout en reine. Or nous savons très bien que la voiture ne peut pas finir en reine sur notre petite planète. Exemple de calcul global: Au lieu du tout voiture (une voiture/2 habitants), imaginons l’autopartage avec 1 voiture / 8 h. Nous sommes aujourd’hui 7 milliards d’h. et sans doute 12 dans le 21ème siècle. 12 milliards/8 = 1.5 milliard. Qui peut croire à 1.5 milliards de voitures en train de pétarader ou de se recharger sur des centrales nucléaires en permanence? Avec quel pétrole ou quel uranium ou quel agro-carburant? avec quel atmosphère empoisonné?? Ou alors, les pauvres de cette Terre sont heureux avec ce qu’ils ont et ils resteront sans voiture parce qu’ils n’en ont pas envie?? La race de riches cottoyant la race de pauvres est un pronostic irréaliste et suicidaire. Avant que la Terre entière ne crève sous la « bétonisation » et les « pétaradements », créons la dernière étape après le film: abandonnons la voiture en Europe, pour montrer un exemple intéréssant aux autres continents! Vive le CAR FREE!!

  2. LEGEOGRAPHE

    Oui, Nico, il est sûr que c’est un peu trop joyeux comme conclusion, par rapport au réel (un partage entre 8, je demande les chiffres véritables, en fait, si l’on peut les avoir) !
    Il faudrait en effet partager une voiture pour au moins 50 (peut-être), si l’on voulait être assez partageux avec ceux du Sud. Cela ferait 140 millions de véhicules à 4 roues et à moteur, tout de même (même pas sûr que le long terme puisse se marier à cette motorisation mondiale).

    Moi, je veux bien voir ceux qui font de l’autopartage à 20, déjà. Je suis prêt à les admirer déjà. Mais me passer de bagnole, quand j’y arrive, je suis encore mieux.

  3. Tommili

    On arrive déjà pas à partager la nourriture, l’eau, les soins médicaux, les trucs de base avec les plus déséspérés et vous voulez partager les bagnoles, ????
    Mais POUR FAIRE QUOI? et ils iraient où les pauvres, en bagnole, avec le ventre vide ? Déjà nous, les « riches » on va vers quoi, à courir dans tous les sens ?
    Je vois bien, Nico et Legéographe, que ce n’est que de l’arithmétique de base, partant des meilleures intentions. Seulement ce monde est tellement absurde que même l’arithmétique de base est devenu fatigant.
    L’occident jette un tiers de la bouffe qu’il produit, directement A LA POUBELLE, le voilà le monde réel.
    C’est même plus une société de surconsommation qu’il faut l’appeler, mais aux infos ils devraient plutôt dire, répéter et marteler à longueur de temps, la société du gaspillage et du surgaspillage, pour bien faire culpabiliser, et à la fin les gens finiraient par comprendre, peut-être…

  4. Nico

    Bonjour Tomili,
    nous sommes d’accord ici que l’autopartage n’est pas une solution d’avenir.Tu as raison pour la communication anti-voiture qu’il faudrait faire à la téloche. Il faudrait financer un spot publicitaire car free. Chiche?? Moi je suis d’accord de cotiser!
    Imaginez un spot car free qui passe tous les jours avec des vrais arguments convaincants, hahaha! si les car free lancent le projet en réalité, je promets 200€ de ma poche comme première cotisation. Non ce n’est pas grand chose en comparaison de 1000€ par mois qu’un automobiliste dépense puisque je roule à VTT. Alors??

  5. Legeographe

    Oui, il est vrai que la communication est importante en ce bas monde, Nico… Personnellement, je ne suis pas contre une telle participation moi non plus (mais il faut savoir que ça coûte vraiment cher), mais je préfère, philosophiquement parlant, m’en tenir aux médias qui respectent les valeurs que nous portons. Un média d’information et de formation, comme l’éducation populaire, ça réussira toujours son bonhomme de chemin. Si le bonhomme de chemin est jugé inefficace (il peut être jugé tel dès à présent, si ça se trouve), alors il est évident que la recherche du canal à grande audience sur le tube cathodique peut être une solution (pas la plus belle, je le répète… à moins que cela ressemble à la scène joussive du piratage de page publicitaire dans le film « 99 Francs » de Jan Kounen).

  6. Jean-Marc

    L auto-partage, comme la location (ex, un camion pour un déménagement/gros achat, au lieu d avoir tous les jours un berlingot/une grosse remorque au fond du garage, pour l avoir à dispo les très rares fois nécessaire), ainsi que les taxi sont des solutions de complément :

    Elles ne modifient pas vraiment les choses, mais peuvent occasionnellement rendre service à ceux qui n’ont pas de voiture/sont en déplacement quand ils peuvent difficilement faire autrement.

    Les TEC, le vélo et la marche et l’aménagement du territoire (redensification des centre-villes, rues piétonnes, écluses,..) sont les solutions de base.

    Nico/Legéographe :

    Comme Legéographe :
    La télé permet d arroser bcp de monde… mais peu de monde impliqué, et pour un coût très élevé.

    Par contre, il existe des démarches proches de carfree :
    ne pas être dépendant des gros producteurs/des gros vendeurs, mais être juste (in)dépendant de soi (ses jambes), plusieurs autres combats ont des valeurs proches.
    Et des personnes participant à ces démarches sont plus facilement sensibles à une action ayant des valeurs proches.

    Donc, outre la vision quotidienne de cyclistes, une de nos façon d’agir peut être de participer (acteur ou visiteur) à des conférences/manifestations, pour y rappeler l’action du vélo, que ce soit dans des manifestations sur le bio, sur les AMAP, sur le woofing, sur le Do It Yourself.
    Le DIY s’appliquant, par ex, en réparation vélo ou en informatique {les formats ouverts , les logiciels libres et les systèmes d’exploitations libres [linux (Mint, Ubuntu,..), BSD (freeBSD, openBSD..), ou pour les tél portables linux, android, meego ]}, mais aussi en cuisine, bricolage, couture,…

    Les manifestations sur le jardinage (potager) ou l’auto-construction, de coopératives d’habitants, voire l’installation de systeme de production d’énergie (solaire thermique ou PV, micro-éolienne), peuvent aussi être des lieux où on trouve des gens +/- sensibilisés/sensibilisables.


    Quelques liens :

    ateliers vélo : http://carfree.fr/index.php/2011/05/06/les-ateliers-velo-la-mecanique-du-partage/

    formats ouverts : http://formats-ouverts.org/
    logiciels libres : http://www.framasoft.net/

    OS libres pour ordi :
    Mint (un ubuntu amélioré : flash et les codecs spéciaux sont directement intégrés) : http://www.quebecos.com/modules/news/article.php?storyid=4412
    Mageia (« fille » (fork) de mandriva, distribution française très accessible à ceux ne connaissant pas linux) : http://www.quebecos.com/modules/news/article.php?storyid=4401
    il s agit de la RC1 – release candidate1- c-à-d d’une version pré-finalisée.
    La version finalisée de mageia arrive dans les jours qui viennent :
    http://blog.mageia.org/fr/2011/05/27/derniers-jours-avant-mageia-1-des-nouvelles-du-front/

    OS libres pour tel. :
    Meego : http://www.quebecos.com/modules/news/article.php?storyid=4404

    festival Do It Yourself (nancy) le 2 juin :
    http://diyfest.herbesfolles.org/

    coopérative d’habitants (lyon) :
    http://www.habicoop.fr/spip.php?rubrique2

    woofing :
    http://www.voyageons-autrement.com/wwoofing.html

  7. Legeographe

    Merci, Jean-Marc, je ne connaissais pas vraiment tous les mouvements. Votre vision me semble bonne. Après, je ne dis pas qu’elle est juste. Si ça se trouve, Nico a quand même raison (mais éthiquement parlant, ça me gêne beaucoup d’avoir affaire avec cette puanteur cathodique : c’est pourquoi je disais que le piratage de la TV est vraiment jouissif, à mon sens… tous les courts-circuits dans notre société sont bons à faire étinceler et péter, et les circuits-courts que représentent bien les AMAP en sont un exemple par rapport à la grande distribution… circuits-courts, la terminologie me plaît, même si le Ministère a aussi bien adopté le mot après récupération des travaux des militants de la première heure, et ce pour donner une définition plus douce, plus édulcorée).

  8. Nico

    Jean-Marc, tes méthodes d’actions sont intéressantes; à cette vitesse, il nous faudra quand même des dizaines d’années de communication pour atteindre le but. les spot TV seraient plus radicaux, mais je suis d’accord avec vous que l’émission de spot TV est réservée à un club très fermé des plus grands capitalistes,(environ 2 millions d’euros pour 10 mn par jour pendant uen semaine). A partir de là, dans cette société du tout-voitures toutes les nouvelles idées pour véhiculer de la communication anti-voiture sont les bienvenues.

  9. Legeographe

    Nico, nous sommes à l’heure actuelle 41 rédacteurs sur Carfree. Les 2 millions d’euros à collecter son loin, et je ne suis pas sûr que la populace devant la TV soit prête à changer quelque chose…

    Que faut-il jeter en 1er ? La TV ? La voiture ? On pourrait penser que la TV pourrait éventuellement permettre une communication entre citoyens (on en est loin, attention !) et qu’elle peut être utile pour jeter la bagnole ! Mais la TV a apprivoisé les gens et leur docilité, pour une part non négligente de la population cathodique.

    Même si nous sommes 2000 lecteurs réguliers sur Carfree (et encore, j’en doute, je dirais beaucoup moins), y a-t-il autant de motivés pour rassembler un financement à hauteur de 2 millions d’euros ? (enfin, moi, je pose les questions, j’ai pas les réponses, à vous de me les donner aussi…^^)

    À 2000, ça ferait du 1000 euros par personne ? Moi, je suis prêt à mettre 1000 euros, mais je pense qu’on peut faire bien mieux que de la pub à la TV avec autant d’argent. Comme un gros procès à un gros pollueur ? (Avec un gros procès à un Gros Pollueur, on a bien plus que 10 minutes par jour pendant une semaine, à l’écran… non ?)
    Enfin, je continue à poser des questions, mais je donne toujours pas de vraies réponses : j’en suis désolé.

  10. Jean-Marc

    Nico : « à cette vitesse, il nous faudra quand même des dizaines d’années de communication pour atteindre le but. »

    Faut se rappeler les émeutes de la faim de 2008, les blocages des raffineries française de novembre 2010, les émeutes du pouvoir d achat des pays arabes, de la grèce et de l espagne; on peut aussi parler de deepwater ou fukushima :

    Des crises finissent pas mettre en avant les problèmes du modèle actuel, non pérenne.

    Alors, est-ce que proposer des solutions alternatives et durables va prendre des années pour s’imposer?

    – Oui, pour certains de ces combats, qui ne vont pas bénéficier d effet accélérateur, c’est probable (cas des OS en info, tant qu’il y aura une vente liée matériel neuf avec windows ou Mac OS; ou des produits bio, tant que l’agriculture intensive ne payera pas le coût de ses pollutions et de leur réparations)

    – Non, pour le DIY, comme de plus en plus de personnes auront du mal à s offrir des biens et services tous fait, le bricolage/réparation/cuisine/… sont amenés à se développer.

    La précarisation accrue de la population (les CDI sont devenus l exception), avec le tassement de la majorité des salaires pousseront certains à devoir revoir leurs modes d achats; et à passer d acheteurs, à acheteur-producteur-réparateur

    – SUPER NON pour le vélo (et les TEC) :
    Là, ce n est pas que la lente dégradation du pouvoir d achat de certains qui va jouer, mais surtout la raréfaction du pétrole bon marché.
    Le litre de gasoil/essence à 2E, puis à 3E, avec -petit bonus- l’explosion du tarif des péages (car moins il y aura de voitures pour les payer, plus leurs tarifs seront élevés), feront que de plus en plus de gens utiliseront des solutions alternatives.

    Par contre, c est mieux de choisir ces solutions maintenant, que d’y être contraint, après surendettement et saisie de sa voiture/son logement, dans quelques années.

    p.s.
    Pas grave, il est facile de devenir millionnaire :
    http://carfree.fr/index.php/2011/03/23/comment-devenir-millionnaire/


    Un autre effet accélérateur important, c est la loi…
    même si je m’attend à peu de choses dans ce domaine, elles arrivent petit à petit :
    La réalité, la nécessité de modifier le modèle actuel, ainsi que le coup médiatique font pression sur les décisions des politiques.

    [exemple : le double sens cycliste, le tourner droite, la future loi de Règlementation Thermique RT2012 plus contraignante sur les bâtiments que l ancienne loi RT2005, ou l’obligation de panneau PV dans plusieurs villes allemandes, ou au japon (obligatoire après…2030)].

    En fait, dans un premier temps, la loi ralenti les bonnes innovations… jusqu’à ce qu’elle soit modifiée, et accélère les choses.

  11. cathie

    bonsoir,

    j’ai fait le choix de me passer de ma voiture pour être plus zen, et surtout me débarrasser de ce tas de ferrailles qui pollue, et en plus, polluait ma vie avec toutes ces contraintes, et je m’en porte beaucoup mieux : finis les garagistes arnaqueurs, finies les engueulades pour un oui pour un non, fini de payer un prix fou (essence + assurance + révisions surtaxées = je suis une femme donc « couple » infernal avec les garagistes : gag.

  12. Legeographe

    Jean-Marc, qu’appelez-vous les panneaux PV en Allemagne et au Japon ? Les panneaux photovoltaïques ? Ils sont obligatoires dans la production municipale ? Vous avez des liens, SVP ? Merci.

  13. Jean-Marc

    PV = photovoltaique, oui

    En fait, j ai oublié le champion européen du solaire, devant l allemagne : l espagne :
    le solaire thermique était deja obligatoire sur le neuf à Barcelone, depuis 1999 (chauffe-eau électrique : http://tecsol.blogs.com/mon_weblog/2006/01/barcelone_envis.html
    « Barcelone fut la première ville d’Europe à rendre obligatoire le chauffe-eau solaire sur les bâtiments neufs. De nombreuses villes d’Espagne lui ont emboîté le pas et cette obligation s’étendra à toute l’Espagne avec l’entrée en vigueur, fin janvier, du décret nommé “Ecoeficiència” (éco-efficacité). »).
    Depuis 2006, ils réflechissent à rendre le PV obligatoire… mais je ne sais pas s’ils sont passé de la réflexion à la loi/au règlement.

    Par contre, le solaire thermique est maintenant généralisé sur l espagne :
    http://www.dissertationsgratuites.com/dissertations/Le-Solaire-Photovoltaîque-En-Espagne/78475.html
    « Le conseil des ministres espagnol vient d’adopter le nouveau « code technique de la construction » qui prévoit l’installation d’un chauffe-eau solaire sur toutes les nouvelles constructions. »

    En allemagne, c est municipalité après municipalité, que des décisions d’obligation d’installation se décident (avant de passer de lander à lander ?), c.f. par ex, Marburg :
    http://www.travaux.com/dossier/construction-ecologique/12160/L-installation-de-panneaux-photovoltaiques-rendue-obligatoire.html

    Et pour Marburg, celà concerne les bâtiments de tous, même anciens (de plus de 50 m²), pas seulement les constructions municipales (ce que je comprend dans ta réponse)

    Au japon, c est une décision que je qualifierai de « moindre dépendance vis à vis du nucléaire », faisant suite à fukushima :

    http://lenergiedavancer.com/le-japon-veut-encourager-le-photovoltaique/2011/05/24/
    ou
    http://www.paris-normandie.fr/article/actualites/le-japon-reflechit-a-rendre-les-panneaux-solaires-obligatoires
    « Le gouvernement japonais réfléchirait à imposer l’installation de panneaux solaires sur tous les bâtiments neufs à partir de »… suspens… » 2030, écrit dimanche le quotidien Nikkei. »
    2030… ils se pressent lentement…

    Précision, sur mon message précédent, la RT2012 est meilleure que la RT2005, elle même meilleure que la RT2000…. mais celà nous place juste dans la norme… pour après 2012, de ce qui se fait deja depuis des années dans d’autres pays (allemagne, par ex).
    Cependant, même si on n est pas précurseur (grâce au chauffage d’origine nucléaire?), il ne faut pas bouder cette norme, qui va dans le bon sens :

    http://www.bioenergie-alsace.fr/actualites/rt-20052012.html

    Avec la RT 2012, on aura un flux énergétique gaspillé de 50 kWh/m2/an, contre une moyenne de 240 kWh/m2/an sur les constructions actuellement en place.

  14. LEGEOGRAPHE

    Merci pour toutes ces informations bien détaillées, Jean-Marc, et pour leur synthèse.

  15. JIBE

    Quelques compléments d’infos sur l’autopartage
    Pour répondre à quelques uns sur l’autopartage et sa finalité.
    Une voiture en autopartage est partagée par 25 utilisateurs en moyenne, et ce chiffre augmente avec la taille de l’organisation. En France, environ 25000 autopartageurs se partagent 1000 véhicules.
    En Suisse les 100000 adhérents de la coopérative Mobility se partagent environ 2500 voitures. Le nombre de 8 véhicules remplacés par chaque voiture particulière correspond aux 40% des adhérents pour qui l’autopartage se substitue à la possession d’une voiture si l’autopartage n’existait pas (les autres emprunteraient celle de leurs amis ou loueraient).
    Pour nos amis de carfree qui pensent que seule une société sans voiture est la solution, l’autopartage poursuit cette finalité en proposant une étape de désintoxication à la voiture en agissant comme un patch à la voiture.
    Les personnes en passant de la propriété de la voiture à l’autopartage réduisent fortement leur kilométrage annuel en voiture (des 3/4 en passant de 12000 à 3000 kms/an), en utilisant plus le vélo et les transports en commun et en relocalisant leurs activités. L’autopartage permet aux gens d’abandonner leur voiture en leur offrant la sécurité d’en disposer d’une au cas où. 1/3 des adhérents de l’autopartage n’utilisent jamais ou très peu le service, et certains résilient leur abonnement car l’autopartage leur a permis de vendre leur voiture et ils se sont rendus compte qu’ils arrivaient très bien à vivre sans voiture du tout. L’usage moyen de l’autopartage est 2 fois par mois pour environ 100 kms. L’autopartage contribue donc à réduire fortement cette dépendance à la voiture que notre société a su créer et contribue donc largement de notre point de vue à la démotorisation et donc aux finalités qui sont défendues ici.

  16. CarFree

    Merci pour ces chiffres sur l’autopartage. Mais, je ne partage pas votre optimisme, on voit bien qu’on reste sur un marché de niche: en France: 1000 véhicules (sur 36 millions de véhicules) partagés par 25.000 autopartageurs (sur 40 millions d’automobilistes). Je ne conteste pas l’intérêt de la démarche en soi, je pense juste qu’elle est condamnée, en l’état, à rester un marché de niche, et ne peut donc pas répondre aux enjeux actuels. La situation actuelle de choix restera toujours une limite importante pour le développement de l’autopartage, réservant ce système à des gens déjà sensibilisés et/ou avec un mode de vie favorable à l’utilisation de voitures partagées. A mon avis, l’autopartage est une solution intéressante, mais seulement en situation d’obligation réglementaire. Ainsi, certains quartiers sans voitures en Allemagne ou en Hollande limitent très fortement les places de stationnement et proposent une solution d’autopartage à l’échelle du quartier: en gros, il est quasiment impossible de stationner une voiture personnelle mais très facile d’accéder à une voiture en autopartage. Dans ces conditions, l’autopartage joue effectivement un rôle intéressant, en permettant exceptionnellement aux habitants du quartier qui se déplacent tous les jours à pied, à vélo ou en transports en commun, de prendre une voiture pour une utilisation spéciale. Commençons donc en France par créer des quartiers réellement sans voitures, et je ne doute pas que les solutions d’autopartage actuellement en vigueur auront alors un rôle vraiment intéressant à jouer. Par extension, jouons réellement le jeu de l’autopartage, au-delà du témoignage et du marché de niche, et imposons son usage à l’échelle nationale, sauf dérogations exceptionnelles. Si cela permet de diviser le parc automobile par 25, je suis preneur et je serai alors le premier à défendre un tel projet…

  17. JIBE

    100 % d’accord sur le fait que la réduction de la place de l’automobile passe en premier lieu par une réglementation plus contraignante pour la voiture particulière tant sur le stationnement que sur la circulation.
    C’était un des messages des premières rencontres nationales de l’autopartage organisées à Strasbourg :
    C’est dans les villes qui ont les politiques de stationnement les plus restrictives ou/et qui ont mis en place un péage urbain que l’autopartage se développe le plus. Il faut toutefois que les contraintes s’accompagnent d’offres alternatives de qualité en termes de transport public, de réseaux cyclables, pour permettre aux gens d’abandonner leur voiture … Le premier enjeu est je pense la maitrise du foncier et la fin de la périurbanisation qui nous rend si dépendant de la voiture. .. Sans parler de la fin d’incitations stupides à l’achat de la voiture type prime à la casse qui brouillent évidemment le message sur un changement nécessaire de nos modes de vie … Alors seulement l’autopartage deviendra un phénomène de masse et l’usage de la voiture un usage résiduel … Mais il faut bien commencer quelque part, et même si l’autopartage n’est encore qu’un marché de niche, il y a 10 ans, il était une utopie, et les pays voisins nous montrent le chemin …

Les commentaires sont clos.