Le Parti Du Vélo

Pourquoi ne pas constituer un Parti Du Vélo pour défendre nos couleurs lors des différentes élections politiques? A l’image du Parti Pirate berlinois qui a obtenu plusieurs sièges à l’assemblée de Berlin, on pourrait envisager en France la création d’un Parti Vélo pour les élections municipales, cantonales, régionales, législatives ou même présidentielles.

Évidemment, même en partant en descente et vent dans le dos, on peut supposer qu’il sera extrêmement difficile de remporter quelque élection que ce soit. Pour parler marketeux dans le texte, le vélo reste un « concept clivant »… surtout pour beaucoup d’automobilistes!

Ceci dit, le pirate aussi était un « concept clivant » et ils ont quand même fait un score énorme à Berlin! Et entre nous, le Parti Pirate vise essentiellement les jeunes car vous connaissez beaucoup de vieux intéressés par les questions de DRM ou de Creative Commons? Par contre, le Parti du Vélo peut intéresser tout le monde, des plus jeunes aux plus vieux. Notre cible électorale est énorme, toute personne sachant faire du vélo (y compris avec des roulettes).

En outre, l’objectif est moins de gagner des élections que d’occuper le terrain politique et médiatique. Les pirates l’ont très bien compris. Quand on se présente à des élections, en particulier sous une bannière originale et décalée, on accède à un espace médiatique permettant de diffuser ses messages.

Certains diront qu’on va favoriser la fragmentation de l’électorat et participer à la division. A vrai dire, si même un Hervé Morin ou une Christine Boutin arrivent à se présenter à l’élection présidentielle, cela veut dire qu’on a une piste cyclable droit devant nous pour se présenter! Quant à la division, nous la revendiquons politiquement car le vélo urbain est quand même beaucoup plus pratique que le pédalo hollandais!

Plus sérieusement, à l’instar du Parti Pirate berlinois, rien n’interdirait au Parti Du Vélo de concéder des alliances avec les partis les plus favorables à nos idées. Et on serait même prêts à abandonner si nécessaire quelques pistes cyclables au PS en échange de circonscriptions législatives!

Également, certains on pu reprocher au Parti Pirate d’être un parti sectoriel ne traitant que certains aspects de la politique (réforme du droit d’auteur, libertés individuelles, neutralité du Net, etc.). Sauf que le Parti Pirate ne s’interdit pas d’aborder d’autres questions (légalisation de la Marijuana, suppression des amendes dans les transports en commun, etc.).

Qu’en serait-il d’un Parti Cycliste? A ce stade, on peut penser que le Parti Du Vélo pourrait être beaucoup plus transversal que le Parti Pirate, car le vélo peut constituer un véritable projet de société alternatif nous permettant de surmonter les crises économiques, sociales, énergétiques et environnementales.

Le vélo répond aux crises économiques structurelles du capitalisme, en particulier la crise de la dette, en proposant une économie relocalisée, à échelle humaine, une « économie économe » qui privilégie le « mieux vivre » plutôt que le « consommer plus », le Bonheur National Brut plutôt que le Produit Intérieur Brut. Selon l’OMS, l’impact annuel du vélo sur la santé en France fait économiser 5,6 milliards d’euros de dépenses de santé avec la pratique actuelle (moins de 3% des déplacements!). Dans le cadre d’une société entièrement cyclable, ce sont plusieurs dizaines de milliards d’euros économisés tous les ans!

Le vélo répond également aux enjeux sociaux, en tant qu’outil convivial, il permet à chacun de se déplacer librement dans la mesure où la société met en place les conditions de mobilité et d’urbanisme adaptées à sa pratique optimale. Le vélo peut libérer les gens de leurs crédits et de leur dépendance au pétrole, les rendre à la fois plus autonomes et plus solidaires, plus riches et plus économes.

Le vélo répond aux crises énergétiques car la mise en place d’une société vélocipédique, autant en termes d’aménagements cyclables que d’aménagements du territoire, nous libère à la fois de notre dépendance pétrolière et nucléaire. Sans avoir besoin de développer massivement la voiture électrique qui n’est rien d’autre qu’une voiture nucléaire ou les agrocarburants qui viennent accaparer des sols toujours plus pollués, le vélo représente l’outil convivial absolu de la nécessaire transition énergétique qui nous attend.

Enfin, le vélo répond bien entendu aux crises environnementales. Qui en doute encore? Le développement massif du vélo permettrait de limiter drastiquement les émissions de CO2 et la pollution, favoriserait la biodiversité, la diminution du bruit, la qualité des paysages, la qualité de vie, etc.

On voit par-là que le Parti Du Vélo est sans doute beaucoup plus généraliste que le très sectoriel Parti Europe Ecologie-Les Verts, qui pourrait toutefois constituer une tendance au sein de la future majorité Vélo…

Bien entendu, il ne s’agit là que de quelques lignes de force. Dans le détail, le vélo peut aussi apporter une multitude de réponses à la quasi-totalité des problèmes générés par notre société actuelle. Ainsi, les accidents de la route provoquent chaque année des dizaines de milliers de drames humains générant en outre des coûts sociaux énormes. Une société du vélo permettrait de sauver des vies et de réduire les coûts liés à ce carnage motorisé organisé.

Et on peut même faire le pari que le Parti Du Vélo pourrait avoir un point de vue éclairé sur à peu près n’importe quel sujet. Exemple pris au hasard: allons voir quelle est l’info la plus importante de Google News à l’instant précis où j’écris ces lignes. Il se trouve que le Figaro nous apprend que « F. Hollande ne remettra pas en cause le véto français à l’ONU »… Bon OK, c’est pas évident!

Mais, en cherchant bien, on peut quand même dire qu’on est contre le principe d’un véto exercé arbitrairement par les 5 membres du Conseil de sécurité de l’ONU, survivance d’une période d’après-guerre marquée par la guerre froide et par un néo-colonialisme honteux qui asservit les peuples du monde au capitalisme ultralibéral en provoquant la destruction du climat et de l’environnement. Donc, le Parti Du Vélo est forcément pour remettre en cause le véto français mais aussi l’idée même de véto à l’ONU! Et pour les interviews télé, on martèlera alors un message simple: « Des vélos, pas des vétos! »

De manière pragmatique, quel pourrait être le programme d’un Parti Du Vélo?

Vaste sujet qui mériterait débats et concertation. Mais à ce stade, on pourrait déjà envisager la mise en place d’une transition vélocipédique, à savoir se donner l’objectif sur 20 ou 30 ans d’arriver à une société où le vélo représente 90% des déplacements.

Pour parvenir à cet objectif, il faut repenser les réseaux de transport, de production et de distribution. Mais aussi redéfinir les modes d’habitat et de travail, repenser l’urbanisme et l’aménagement du territoire. Il faut également mettre en place les textes législatifs et réglementaires nécessaires ainsi qu’une fiscalité ad hoc.

Comme premières mesures emblématiques d’urgence, on pourrait envisager la suppression de tous les aéroports français et la reconversion des autoroutes en véloroutes interdites aux voitures.

Dès notre arrivée au pouvoir, il faudra mettre en place un ministère de la relocalisation, un ministère de la transition énergétique et surtout un super-ministère de la cyclabilité qui évaluera l’ensemble des politiques publiques à l’aune de leur cyclabilité. Mais il faudra aussi transformer le ministère du développement durable en ministère de la décroissance, le ministère de l’agriculture en ministère de l’agriculture biologique et le secrétariat des transports en secrétariat des liaisons douces!

Mais il faut surtout dès à présent des femmes et des hommes prêts à défendre ces idées et à porter la bannière du Parti Du Vélo. Et il faudra ensuite trouver des slogans, des affiches, des logos, etc.

Ensemble, réapproprions-nous la vie politique! Suscitons le débat public que notre société mérite! Partageons l’avenir!

https://fr-fr.facebook.com/PartiDuVelo

Image: Artcrank2010 par Allan Peters

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

38 commentaires sur “Le Parti Du Vélo

  1. michael

    Je suis tellement d’accord avec cette idée, occuper le terrain médiatique est le seul moyen de faire changer les mentalités.

    La télévision est aujourd’hui le plus grand moyen d’éducation des populations dans nos civilisations dites riches (il faudra m’expliquer la valeur d’un billet de banque par rapport à celle d’une vache ou d’un vélo )

    Un partie politique du vélo, j’y adhère dans l’instant. Je rappel tout de même que certain, tel que Clément Wittmann (http://www.clementwittmann2012.fr), se rapproche de cette idée

  2. Anartoka

    Chiche ?

    Dans une heure, on peut déposer le nom de domaine et la « marque » à l’INPI (200€).

    D’ici une semaine, on peut déposer les statuts en préfecture

    D’ici dix ans, on vélogére ce pays !

    Sinon, la vélorution Belge se présente déjà aux élections 😉

  3. MOA

    Anartoka : « Dans une heure, on peut déposer le nom de domaine et la « marque » à l’INPI (200€). »

    A vérifier mais le dépôt de la marque n’est même pas nécessaire.
    Le nom de domaine faisant office de protection dans le cas où un libéral poursuivant les mêmes objectifs (AHAH) avait l’intention de déposer cette marque.

  4. DEMEZ Robin

    Oui, un article assez judicieux sur le Vélo. Mais en même temps, je ne pense pas que nous prendrons la voie du vélo si tôt, malheureusement,…

    Nous sommes trop attachés encore à certains objets de puissance pour changer de mobilité et aller vers la mobilité douce…

    Excuser-moi cette petite aparté, mais notre judéo christianisme qui a abouti à la Révolution industrielle, et à la mégamachine, a été et sera encore dominatoire et violent un moment, mais en attendant une ère franchement athée(M.Onfray) avec un retour à un équilibre « harmonieux » avec la réalité naturelle, les éléments ( océans, montagnes,…) il faudra en effet du temps… La Rome écologique ne se fera pas en un jour… A méditer.

  5. Anartoka

    Le nom de domaine n’a pas vraiment de valeur à l’INPI. Par contre, la déclaration en préfecture permet l’ancienneté de la marque 😉

  6. MOA

    [suite -et fin me concernant- du HS]

    Anartoka, voici ce que l’on trouve dans de nbreuses FAQ (notamment celle-ci http://www.jexiste.fr/faq/droit_internet/marque_et_nom_de_domaine
    ) :

    « Un nom de domaine est susceptible de constituer une antériorité opposable à une marque en vertu de l’article L 711-4 du Code de la Propriété Intellectuelle, in fine. Cela étant, pour la plupart des tribunaux, il faudra que ce dernier soit réellement exploité par son titulaire au travers d’un site internet actif.

    Un nom de domaine n’est protégeable que s’il est exploité, comme l’a décidé le Tribunal de Grande Instance de Paris le 27 juillet 2000. »

    Voici ce que l’on trouve sur le site de l’INPI :

    « Si vous réservez et utilisez un nom de domaine, il est recommandé d’enregistrer également votre nom de domaine sous la forme d’une marque »

    Tu noteras le « il est recommandé ».

    http://www.inpi.fr/fr/connaitre-la-pi/decouvrir-la-pi/comment-proteger-vos-creations-nbsp/le-nom-de-domaine.html

    Voici ce que l’on trouve

  7. GG

    Le problème c’est pas que ça soit « clivant », c’est que le contenu politique est pauvre. L’exemple du « parti pirate » est intéressant : les « vrais » pirates des caraïbes avaient un projet politique en quelque sorte, des moeurs égalitaires etc… Je ne doute pas un instant que les animateurs de ce mouvement soient de sympathiques anarchistes chevelus. Mais les gens qui votent pour veulent juste, pour la plupart d’entre eux, télécharger gratuitement et sans risque de poursuites pénales d’importantes quantités de séries débiles, ce qui esthétique mise à part, est tout à fait compréhensible.

    Une telle initiative vaut essentiellement par son pouvoir de nuisance : faire perdre aux partis les plus proches ideologiquement gauche, extrême gauche, verts… des voix pour les « punir » de leur gestion ou leurs revendications « électoralistes » puisque refusant de s’en prendre à la majorité motorisée…

    donc à utiliser avec prudence, et circonspection. de telles initiatives pourraient en effet faire le jeu des plus bagnoleux et des plus productivistes.

    De plus le vélo a un contenu de classe de nos jours : il est massivement utilisé par les salariés ayant une activité professionnelle sédentaire. Toute la journée au bureau, le nez sur l’écran : le vélo est une libération. Toute la journée debout à souder des bouts de ferrailles : on est bien content de retrouver sa bagnole pour rentrer chez soi pépère. Le vélo seul n’est donc pas la solution, il faut également des transports publics, du covoiturage, etc…

  8. Bédé

    GG bonjour. Un tel parti n’aurait pas moins de légitimité, bien au contraire, que ceux à qui on pourrait craindre de faire perdre des voix. Pourquoi encore s’écraser au nom d’un prétendu calcul qui de toute manière se fera au détriment de nos valeurs profondes. Où nous allons les partis de la gauche traditionnelle, rose pâle ou rouge sang n’oseront jamais s’aventurer – ils ne le veulent même pas. Les programmes des mouvements politiques actuels ne sont-ils pas des copies plus ou moins avouées les uns des autres ? et en cas de victoire, la moindre bribe de pouvoir les ramène « à la raison ». Moi je marche avec le Parti du Vélo, non, je roule avec !

  9. Jean-Marc

    Dans les avantages, manque l’urbanisme, dont la redensification des centre-villes :

    remplacements de 2×2 voies par :
    Une voie TEC en voies propre, une voie voiture-vélo en sens unique et un contresens cyclable.
    On passe de 4 à 2,5 voies dans les rues automobilisés, mais surtout, 2 rues sur 3 (voire 3 sur 4) peuvent être rendues piétonnes…

    Ces rues piétonnes sont alors aménageables :
    avec , par ex, des kiosques à dispo (musique/théatre) au carrefour de 2 rues piétonnes, des terrasses ailleurs, une piste de skate ou de BMX ailleurs, des tables de ping-pong, un terrain de basket/volley/… ailleurs :
    Au lieu d avoir des citadins qui prennent leur voiture pour aller au parc 1ou2km plus loin… les parcs et jardins se retrouveraient dans toutes les rues rendues piétonnes et partiellement dé-bitumisées => hausse de la qualité de vie.

    [il pourrait aussi y avoir des commerçants : marchands en kiosques (frittes/glaces/journaux/billeterie diverse…) voire des lieu d info citoyenne, comme un guichet +/- unique préfecture-mairie-sécu-pôle emploi-..]


    Sur le parti…
    pourquoi pas, celà a un intérêt médiatique.

    mais, obtenir qq % ne changera pas grand chose : il risque d’y avoir trop peu de voix obtenues pour que celà influe sur les autres partis.
    Par contre, faire grossir l’usage du vélo en ville (en participant à des assoc de vélo urbain, d atelier de vélo en particulier), et essayer de plus se faire entendre des élus en leur écrivant, en allant à des conf., en participant à des associations comme la FUB, celà me parait plus concret.

    Il s’agit alors de micro-victoires locales, mais -selon moi- il vaut mieux des micro-victoires qui font avancer les choses, que de se disperser dans des combats très chronophages (les élections) qui risquent d’user les personnes qui s’y risqueraient.


    Enfin, pour ceux qui veulent se présenter aux présidentielles, allez voir ce site :
    http://www.touscandidats2012.fr/

    Vous pouvez dejà, dans un 1er temps, y faire une affiche avec votre photo (avec un vélo ^^) et un slogan.
    (une idée de colibris, une assoc. de pierre rhabi).

  10. Anartoka

    Il faut bien différencier les rôles :

    La commune gère les permis de construire (= élection municipale)
    Le département gère le social (RSA) et les routes (= élection cantonale)
    La région gère la formation (= élection régionale)
    Le chef du gouvernement ne gère plus grand chose… (élection présidentielle)
    Le parlement gère le législatif (= élection législative + sénatoriale -mais là vous ne votez pas)
    La communauté de communes gère le zonage (zones d’activités, SCOT, etc…) (= pas d’élection du peuple)
    Les SCOT gèrent l’urbanisme à son échelle (= pas d’élection du peuple).

    C’est bien évidement plus complexe que cela. Par exemple, la commune gère le primaire, le département gère les collèges et la région gère les lycées. Etc.

    De plus, en 2014, c’est la réforme territoriale…

    J’en profite pour dire que l’escroquerie du siècle c’est de faire croire qu’une Marine LePen ou un Jean Luc Mélenchon élu président peut faire changer les choses. C’est totalement faux. Pour cela il devrait gagner les présidentielles mais surtout gagner les législatives et les sénatoriales. D’autant plus, que le parlement peut censurer le gouvernement… On se retrouverait donc avec un Jean Luc Mélenchon qui nommerait un gouvernement socialiste avec Hollande comme 1er président ou un blocage à la Belge. (Le président pouvant ne pas promulguer les lois du parlement).

    Bref, tous ça pour dire que le parti du vélo à toute sa place dans les élections locales où il pourra agir concrètement. Pour le reste, une seule solution, c’est la révolution. ;p

  11. FRANCE

    « Le parti du vélo » : encore une super-bonne idée ! Et parfaitement réalisable ! Décidément, les choses avancent bien en ce moment…

  12. Anthony GrégoireBaillecycliste

    Si on utilisait la campagne « tous candidat », pas pour y mettre nos gueules, faut pas en trop en rajouter sur la personnification des élections, mais on peut tous mettre une photo de notre vélo, avec un slogan provélo.

  13. Florent

    Moi je suis pas pour un parti qui est contre les vétérinaires ! Qu’ont-ils fait de mal les pauvres !
    😉
    Blague mise à part, je suis évidemment pour tout ce qui a été proposé. Cependant, je doute qu’un parti forcément minoritaire (malheureusement) puisse changer grand chose.

  14. Greentiff

    Laissez-moi rêver! Ce serait tellement beau.
    Sauf qu’idéologiquement parlant, on aurait du mal à s’entendre. Je me doute bien que tous les cyclistes n’ont pas la même idée des politiques d’immigration, familiales, et que sais-je encore. Et puis il y a cycliste et cycliste. Le cycliste beauf du dimanche, non merci. Les autres, les vrais, les réguliers, avec eux je pense qu’on pourrait s’entendre!

    Je m’étais d’ailleurs déjà dit en prenant mon vélo tous les matins, que c’était un réel acte politique.

    En marche! (ou plutôt, en selle!)

  15. Marcel RobertMarcel Robert

    Bon, quelques précisions au regard des commentaires postés.
    Sur le sujet de la propriété nom de marque, site internet, déclaration en préfecture, etc. c’est un peu technique, mais sans doute très important. Cela reste de la cuisine interne, mais cela suppose sans doute des frais et du temps (ne serait-ce que pour faire un site internet dédié par exemple!). Il faudrait à mon avis une expertise de gens ayant déjà été candidats à des élections ou même mieux, de gens ayant fondé un parti politique (je pense à Pierre-Emmanuel Neurohr et le Parti de la Résistance, il pourrait être sans doute de bon conseil).
    Dans mon esprit, si un Parti du Vélo devait être créé, il s’agirait d’une sorte de Plate-Forme regroupant des assos, des collectifs, des gens, etc. Un peu comme le Front de Gauche qui n’est pas un parti mais une plate-forme regroupant communistes, Parti de Gauche et d’autres encore.
    Je ne savais pas que la vélorution belge avait déjà mené cette démarche et cela confirme ce que je viens de dire juste avant: une plate-forme de ce type devrait à mon avis nécessairement se faire avec les collectifs vélorution aux 4 coins de la France, en y ajoutant les autres collectifs/assos du même type (je pense, par exemple, à la masse critique de Toulon, à Bizi de Biarritz, au Crep de Strasbourg, etc.). Car évidemment, une telle démarche ne peut pas être portée uniquement par Carfree France. En France, il y a une multitude d’assos locales autour de la thématique vélorution au sens large: l’exemple belge montre qu’il faudrait passer par ce réseau pour avoir une chance d’aboutir.
    Pour Clément Wittmann, je suis bien d’accord, il serait un candidat idéal car c’est quand même le seul qui va chercher ses 500 signatures à vélo!
    Pour le site touscandidatsen2012 de Pierre Rabhi, j’ai été voir et j’ai postulé avec une superbe photo de vélo et un slogan idoine: « Libérez les cyclistes enfermés dans les voitures! ». Mais j’ai l’impression que ma candidature va être refusée car je crois qu’ils imposent une photo des gens…
    Enfin, sur la question de « la pauvreté politique » d’une telle démarche, je ne partage évidemment pas cette idée et je pense l’avoir expliqué dans l’article. Le vélo est en soi un projet politique cohérent, un projet de société adapté aux enjeux actuels et aux crises systémiques (économie, énergie, environnement, etc.).
    Évidemment, dans mon esprit, un Parti du Vélo est à la fois très sérieux et très second degré. L’aspect décalé et humoristique est fondamental pour faire passer des messages qui sont eux, tout à fait crédibles et sérieux.

  16. Anthony GrégoireBaillecycliste

    Effectivement, pour le « tous candidat » mon vélo a été refusé! J’ai donc le regret de vous annoncer que je ne serai donc pas candidat en 2012! Le faciès du pédaleur est obligatoire!

  17. jbskipper63

    Idée géniale! Il y a plus de « vrais »cyclistes que vous ne croyez, mais ils sont discrets et écrasés (dans tous les sens du terme…) par cette société bagnolophile. Avec un peu de finesse, ca peut marcher je pense! (en tout cas vous avez ma voix!)

  18. Anartoka

    http://michel1948pierre27.blogspot.com/2011/11/pas-de-velos-de-fonction-pour-les.html

    Le Parti Pirate allemand veut rouler à vélo. Ils entendaient renoncer à leurs voitures de fonction et les remplacer par des titres de transports et des vélos, et ainsi faire économiser quelques 400 000 € à la ville. La requête de ce groupe politique, qui fait sensation en Allemagne actuellement (9% des voix au parlement de Berlin), a finalement été rejetée par le ministre de l’Intérieur du gouvernement régional … faute d’une loi adaptée.

  19. devin-e

    Déjà, créer un parti me semble douteux.
    Ensuite, aller à des élections où règne la dictature de la majorité me semble absurde, vu le nombre de fois où la majorité signifie surtout la misère intellectuelle et de projets.
    Enfin, je ne vote jamais pour des gens lors des élections politiques mais je mets le tract de la Vélorution, c’est considéré comme bulletin nul mais je préfère un référundum avec des propositions concrètes…
    Alors ? Le coût d’une élection présidentielle est très important, les signatures à récolter si difficiles, ne serait-ce pas une belle perte de temps, d’énergies et de moyens pour un résultat d’avance perdu.
    Là, je parle sérieusement, il est bien connu que les cyclistes ont appris à avoir le sens de l’humour face aux automodébiles.
    Quelques propositions :
    – les engins à moteur ne doivent circuler qu’en sens unique (donc les autoroutes aussi, tu descends par bordeaux et remonte par lyon)
    – le sens de circulation change 2 fois par an au moment du changement d’heure
    -seuls les cyclistes ont le double-sens
    – interdiction de garer sa voiture dans la rue
    vitesse en zone urbaine limitée à 30 km/h
    etc.

  20. MinouMinou

    Moi j’aimerais savoir s’il y a une « ville du vélo » ou plutôt une ville « la moins bagnolable » dans l’est de la France. En cherchant avec Google je trouve des résultats pour les Pays-Bas, l’Allemagne et Cuba, mais rien pour la France. Qui pourrait me conseiller une ville où il y aurait une grande partie non bagnolable ?

  21. Jean-Marc

    Je ne sais pas si c est une ville peu bagnolable (je la connais très peu…),
    Mais normalement, Strasbourg a des TEC, des aménagements vélos et des aménagements piétionners bien développés.

  22. Anartoka

    Nom de domaine déposé, juste à régler un bug DNS pour qu’un blog/site soit en ligne… certainement une plateforme WordPress 😉

  23. CarFree

    C’est quoi l’adresse internet prévue? J’ai hâte de voir ça!
    la plateforme WordPress convient bien à un site de ce type, mais il faudra aussi la page facebook, voire même le compte twitter de campagne!

  24. Anartoka

    Tu as raison.

    A ma surprise, je viens de constater que le nom de domaine (http://www.parti-du-velo.fr) pointe sur un espace disque. Je me suis couché en ayant un bug dns….

    Donc, dès que je rentre chez moi (je suis au boulot), je regarde si il pointe bien au bon endroit car un bug résolu sans intervention humaine me laisse perplexe !

  25. Marcel RobertMarcel Robert

    Anartoka (et les autres)
    J’ai été voir le site, ça commence bien!
    Comment tu vois les choses?
    Je pense faire un nouvel article (sur Carfree) pour annoncer la création du site et surtout faire appel au volontariat, car il y a quand même du boulot.
    De manière non exhaustive: rédiger un bout de programme, ou même une déclaration fondamentale (« nos attentes »). Egalement, il faudrait peut-être faire appel à des graphistes pour des affiches/tracts/logos, etc. En attendant, on peut toujours reprendre l’affiche que j’ai faite, il y a plusieurs tailles disponibles sur flickr:
    http://www.flickr.com/photos/carfree/6436482227/
    Je verrais bien aussi la réalisation d’une carte d’adhérent « membre du parti du vélo » avec logos, etc.
    Ensuite, il faudrait créer une page facebook et un compte twitter de campagne.

  26. Anartoka

    Ce qui est certain c’est que les commentaires ici ne sont pas le meilleur outil pour s’organiser.

    Deux solutions :
    – un forum privé
    – une liste de discussion par email

    Je suis plutôt partant pour un forum (c’est 2 clic de souris à faire).

    Je pense aussi qu’avant les affiches logos, etc.. on devrait discuter à plusieurs du « bout » de programme. Je pense surtout qu’il faut faire une charte (?) afin d’y mettre les valeurs qui nous rassemble… car même entre nous, nous ne serons pas d’accord sur tout 😉

  27. Marcel RobertMarcel Robert

    Pour la solution technique de communication, je suis ouvert à tout, mais je pense qu’on peut aussi débattre de manière transparente. Je réfléchis à un projet d’argumentaire et un projet de programme et j’en fais un article pour demain. Pour la charte, par contre, je sèche un peu.

  28. Jean-Marc

    Un article intéressant, où sont énonçés certains pb liés à la voiture :
    http://carfree.fr/index.php/2009/11/18/pour-la-paix-et-la-democratie-lachons-la-voiture/

    des pb parfois évoqués dans l article ici ou ses commentaires, mais de façon plus concentrée.

    (par contre, l image me gène :
    alors que le texte est simple et argumenté, et peut etre suivi par tout le monde, même par une majorité des automobilistes; l’image peut faire partir les non-convaincus, sans qu’ils lisent l article).

Les commentaires sont clos.