Auto-immobile

J’avais en mémoire un article parlant de la vitesse moyenne d’une voiture, en prenant en compte toute la partie financement ainsi que la perte de temps pour trouver une place de parking. Il parlait d’une vitesse entre 6 et 8 km/h, mais n’ayant pas retrouvé l’étude, j’ai décidé de faire une petite analyse de la situation actuelle en Suisse.

J’ai volontairement choisi de travailler sur la base d’une personne unique et avec le maximum de données suisses, ces dernières n’étant pas simple à trouver, je me suis rabattu sur ce que j’ai pu.

En prenant une valeur qui me semble moyenne, 32.000 Francs suisse- neuf (26.560 Euros), et les 10.000 km par an[1], on arrive à un coût kilométrique de 1 Franc suisse (0.83 Euro)[2] et donc un coût annuel de 10.000 Francs suisse (8.300 Euros).

Le salaire médian, selon l’étude de travailler-en-suisse.ch[3], est de 6.000 Francs suisse par mois (4.980 euros) , ce qui fait un salaire horaire de 37,5 Francs suisse (31,1 Euros), il faut donc travailler 266 h par année pour financer la voiture.

Sachant que la vitesse moyenne en ville, en prenant une valeur pas trop faible, est de 18km/h, il nous faut donc 555 h pour parcourir cette distance[4], en ajoutant les 266 h pour le financement, on arrive à 821 h, ce qui fait, pour parcourir les 10.000 km, une moyenne de 12,2 km/h.

Maintenant, en prenant en compte le temps perdu à chercher une place de stationnement, la ville de Paris donne une vitesse moyenne entre 9,6 km/h et 11 km/h[5], prenons 10,5 km/h. Ce qui fait une durée de « voyage » de 952 h, ajoutons le financement, 1.220 h, et donc une vitesse moyenne de 8,2 km/h.

Et pour le vélo? Je pense qu’un budget de 200 Francs suisse par année est déjà conséquent pour un vélo de déplacement (166 Euros), donc environ 6 h de travail, ce qui n’influencera pas vraiment la vitesse moyenne, 15 km/h[6]. Cette moyenne sera rapidement augmentée avec une pratique régulière, je pense qu’on arrive aisément à 18-20 km/h de moyenne sans être un champion ni griller tous les feux rouges, du moins on a aucune raison d’avoir une vitesse moyenne beaucoup plus faible que la voiture en ville.

Petit fait intéressant que j’ai découvert en écrivant cet article, le budget automobile moyen en France est de 5.600 €, donc plus faible qu’en suisse, sachant que le revenu médian est 1.415 €, il faut donc travailler environ 560 h pour financer sa voiture, ce qui modifie les chiffres à une vitesse moyenne de 6.6 km/h, les français sont bien plus mal logés que nous à ce niveau.

Et pour les gros déplacements me direz-vous. Imaginons donc quelqu’un qui fait uniquement de l’autoroute, 100 km/h de moyenne et en prenant 30.000 km par année, pour rester dans des chiffres raisonnables, on arrive à une vitesse moyenne réelle de seulement 44 km/h.

Comparons ce qui est comparable, imaginons les mêmes 30.000 km uniquement en train, sachant que sur la distance Genève-Lausanne, la vitesse moyenne est de 75 km/h pour un inter-régio (115 km/h pour un eurocity) et que l’abonnement général CFF coûte 3.350 Francs suisse (2.780 Euros), donc 90 h de travail, on arrive à un temps total de 490 h, et donc une vitesse moyenne de 61,2 km/h. Imaginons même les changements, je pense que prendre 10 min de changement par heure de trajet est relativement conséquent, on augmente dont le temps de trajet à 467 h, ce qui nous amène à une vitesse moyenne de 53,9 km/h, toujours supérieure à la voiture.

Bien évidemment, ces valeurs sont juste indicatives, personne ne fait uniquement de l’autoroute et personne ne vit à la gare de Genève et travaille à la gare de Lausanne (quoique…), mais ça donne une bonne idée.

Résumons, la vitesse moyenne tout compris est, pour la voiture, de 8,2 km/h en ville et 44 km/h sur l’autoroute, et pour la mobilité douce, 5 km/h pour la marche (voir 6 avec l’habitude), 15 km/h pour le vélo, 19 km/h pour les transports publics inter-urbains[7] et 54 km/h avec les CFF.

Moralité, qui veut encore de sa voiture?

Source: http://moutruche.blogspot.ch/

Image: http://paatrice.canalblog.com/

Notes

[1] Kilométrage moyen 2005 : [pdf] La mobilité en Suisse – OFS

[2] Coût kilométrique 2012 : [pdf] Frais kilométriques 2012 TCS

[3] Salaire médian: 6’000.- / mois travailler-en-suisse.ch Estimation salaire

[4] Ce qui permet de mettre en avant le problème du temps passé à ne rien faire, 555h c’est 1h30 par jour de perdu.

[5] Vitesse moyenne voiture : Entre 16 et 18 km/h selon les villes, la ville de Paris, selon l’étude 2010 ([pdf] Bilan des déplacements 2010 Paris arrive à une vitesse de 15.2km/h intra-muros et de 37.1km/h sur le périphérique.

[6] Vitesse moyenne vélo : La vitesse moyenne d’un vélo en ville est du même ordre que la voiture, la ville de Paris fait un bon résumé ici : [pdf] Étude comparative des temps de déplacements Paris.
Ils y indiquent une vitesse moyenne du vélo de l’ordre de 15km/h

[7] Vitesse moyenne transports publics : La vitesse moyenne des transports publics inter-urbains est de 16km/h en Suisse-romande, et 19.4km/h en Suisse Actif-trafic Comparaison de l’offre en tp

A propos de Raghnarok

Contributeur du site Carfree France

29 commentaires sur “Auto-immobile

  1. Tassin

    Merci pour ce comparatif!
    Une petite erreur il me semble sur le salaire médian Français qui je crois me rappeler est de l’ordre de 1600€. A rechercher sur l’Insee.

  2. roudou

    L’article auquel vous songez devait faire référence aux travaux de Ivan Illich: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ivan_Illich#Contre-productivit.C3.A9

    Votre essais est intéressant même si je considère que la moyenne cycliste que vous établissez est pour le moins optimiste. Pour ma part je la pense plus raisonnablement proche de 10 que de 15 km/h. Ce qui reste toujours mieux que les 6 de l’automobile pour une entropie nettement moindre.

  3. GautamickaelGautamickael

    Merci pour ces calculs Raghnarok ! ;).
    Je conseille d’ailleurs à tout le monde la lecture de « La convivialité » d’Ivan Illich qui remet également en question l’éducation, la santé…

  4. Bruno Cordier

    Je voudrais apporter quelques rectificatifs sur les chiffres.
    En France, le coût moyen (pour une voiture moyenne : 6 à 7 CV fiscaux, d’âge moyen et un usage moyen : 12 800 km/an) est de 0,34 €/km, tous frais compris. Le calcul se base sur des données parfaitement fiables (INSEE, Compte des Transports de la Nation). Plus de détails sur http://www.adetec-deplacements.com/cout_utilisation_voiture_3p.pdf
    Les chiffres donnés pour la Suisse (0,83 €/km) me paraissent donc surévalués, même si la vie y est plus chère.
    Par ailleurs, les calculs de Raghnarok se basent sur une vitesse moyenne en ville de 18 km/h, faisant totalement abstraction des km réalisés hors agglomération, qui sont majoritaires.
    Ensuite, fin 2011, le revenu médian en France était de 1 653 €/mois (INSEE).
    Enfin, pour le vélo, la vitesse moyenne en ville est comprise entre 12 et 14 km/h.

  5. David

    Merci pour l’article, mais on comprend mal selon quelles modalités sont intégrés dans votre calcul des paramètres aussi différents que prix du vélo, ou salaire moyen, le tout ramené à une vitesse moyenne de l’autoimmobile… il doit bien y avoir une solution, soit, mais il faudrait mieux expliquer… merci d’avance.

  6. Legeographe

    Merci, Bruno Cordier.

    Oui, en effet, se baser sur des kms uniquement urbains, il me semble qu’il y a là un biais, car d’ailleurs la voiture permet de s’évader le week-end… S’évader de quoi, au juste ? Ah oui, des bouchons et de l’air vicié de la ville ! 😉

    @ Bruno Cordier :
    Vous avez migré vers le haut des montagnes, non ? Vous étiez en centre-ville de la capitale régionale, auparavant, non ?

    C’est assez marrant d’être installé dans une région où la capitale est autophile à ce point.

    L’étude de Ragnharok permet tout de même de faire un comparatif (même si les chiffres sont vite taillés et qu’il faudrait prendre plus précis) entre la Suisse et la France, les pouvoirs d’achat n’étant pas du tout les mêmes, ce que notre vélorutionnaire genevois précise bien.

  7. Raghnarok Auteur

    Hello tout le monde, merci pour les précisions.
    Par contre, pour ce qui est des chiffres Suisses, je ne les ai pas inventés et n’ai donc rien à dire quant à leur véracité. Tous les chiffres que j’ai utilisés sont cités dans les sources.
    Pour le salaire médian français, j’ai du tomber sur un ancien chiffre ou alors c’est une erreur de ma part, mais cela ne change pas vraiment ce que je voulais exprimer.

    @Bruno Cordier
    J’ai essayé de séparer les parties en et hors agglomérations, c’est pour moi le meilleur moyen de représenter tout le monde. C’est pour cela que j’ai comparé la voiture hors agglomération avec les CFF, ce qui donne aussi un désavantage pour la voiture…

    @Roudou
    Bah pour la vitesse moyenne, l’étude utilisée a été réalisée sur la ville de Paris et ils obtiennent des résultats entre 13.25 et 16 km/h en fonction des horaires, ce qui donne un 15 km/h pour simplifier les calculs, ce que ne je trouve pas excessif, ni dans un sens ni dans l’autre.

    Mais bien évidemment, ce genre de calculs réalisés comme cela n’a uniquement pour but de donner un comparatif grossier qui permet de dire « c’est plus rapide », « c’est plus lent » ou « c’est pareil » et malheureusement ici « c’est plus rapide », donc les précisions exactes ne viendront pas entacher le résultat.

  8. Raghnarok Auteur

    @Legeographe
    On a écrit en même temps 😀
    Mon but n’était vraiment pas de faire un comparatif Suisse-France, mon but était de donner un résultat simplement compréhensible sur la situation Suisse, j’ai juste eu de la peine à trouver toutes les informations en Suisse et ai donc posé une petite comparaison à un moment… Peut-être n’était-ce pas la meilleure idée, mais maintenant c’est fait.

  9. Legeographe

    @ David : voir le commentaire de Roudou. La notion (ou l’indicateur, plutôt) est aussi celle de « vitesse moyenne générale ».

    Oui, Raghnarok, il y a différence de « rapidité », mais il y a aussi différence de convivialité aussi (cf. Ivan Illich encore une fois), comme le rappelait Gautamickael.

  10. GautamickaelGautamickael

    Oui voilà une différence de convivialité.

    Il faudrait aussi prendre en compte les nuisances (bruits, espace occupé pour la circulation et le stationnement…) ainsi que le coût des autoimmobilistes pour la société (coût du traitement des conséquences de la sédentarisation lorsqu’on est un bagnolard convaincu, coût du traitement des maladies pulmonaires occasionnées et partagées avec le reste du monde, coût du traitement du stress occasionné par la conduite, coût des accidents… …) ; ce qui placerait la voiture loin, très loin derrière.

  11. GautamickaelGautamickael

    Tout à fait Baptiste, elle engendre même un désinvestissement de soi 😉

  12. Grasshoper

    Dans le plat pays qui est le mien, un autre facteur rentre en ligne de compte : disposer ou non d’un véhicule « de fonction » avec une carte carburant payée par l’employeur. Autrement dit, 1/3 des véhicules sur les routes sont des voitures liées à l’emploi. Parmi ces véhicules, il y a ceux qui sont achetés par des indépendants, petits entrepreneurs, et qui leur permettent de se déplacer d’un client à l’autre en plus de leur usage privé. Et ceux qui font partie d’une flotte de véhicule dans une grosse société : dans une grosse partie de ces cas, ces voitures servent au déplacement domicile – parking bureau et retour. Certains servent aux travailleurs qui se déplace effectivement tous les jours.

    Tout ceci à cause d’une fiscalité excessivement favorable à la voiture. La Belgique ayant été un très gros producteur/exportateur de voitures. Ce qui va disparaître car après Renault Vilvoorde, Opel Anvers, d’autres sites de production sont sur la sellette. Mais la politique favorable à la bagnole a malheureusement encore de beaux jours devant elle. D’autant plus qu’on a toujours affaire à l’argument fallacieux des milliards/millions/milliers d’emplois liés à cette l’industrie.

    Bref, pour une bonne partie des travailleurs, la voiture ne coûte presque rien et cela sur le dos de la collectivité.

  13. GautamickaelGautamickael

    C’est bien de le souligner Grasshoper !

    Ce serait d’ailleurs intéressant de savoir combien coûte l’automobile pour un non utilisateur d’automobile ?
    Je sais que cette phrase n’a aucun sens… sauf dans notre société.

  14. Legeographe

    @ Gautamickael :
    « Je sais que cette phrase n’a aucun sens… sauf dans notre société. »
    Vous savez que vous avez un style littéraire étonnant. Vous brillez ici, vous allez faire péter le nombre de tweets du ministère DD (voir article d’aujourd’hui) !

    Oui, en effet, cette question a bien du sens dans notre société et j’aimerais bien en connaître la réponse…

    Enfin, peut-on donner un chiffre quand il s’agit d’une vie perdue, d’un piéton renversé qui finit sa vie en fauteuil roulant ou même d’un asthme développé dès le plus jeune âge ?

  15. Raghnarok Auteur

    Ça ne me paraît pas tant exagéré que ça non plus… Sachant que les salaires minimums en Suisse se situent aux alentours de 3’500.-.

    Alors oui Loveavelo, on pourrait faire une étude complète, si t’es prêt à y passer du temps j’en serai très heureux, mais le but de ma petite contribution était de donner un bref aperçu de la chose, ce que je pense avoir plutôt réussi.

  16. GautamickaelGautamickael

    Oui, excuses moi Legeographe, j’aurai du écrire : « sauf dans leur société ».

  17. Jean-Marc

    Dans le coût du transport auto, il y a 2 choses importantes mais différentes :

    1- le coût + temps pour l’automobiliste ou les autres modes de trajets, en prenant en compte 2 données :

    D’un coté tous les coûts : frais fixes directs (achat, assurance, carte grise, CT,…) frais variables directs (maintenance et utilisation : pièces, main d oeuvre, péage, PV, essence, ), frais cachés (loyer du garage, surconsommation par achats en grande surface, temps de travail nécessaire à payés tous les autres frais)

    De l’autre, juste les frais du kilomète supplémentaire (comme il a deja une voiture, et ne veut pas s en séparer, c est cette donnée qui intéresse le plus l’automobiliste)… donc sans prendre en compte les frais fixes directs et indirects (achat, assurance, carte grise, CT, loyer du garage), mais en prenant cependant en compte le temps de travail pour payer tous les frais de kilomètre supplémentaire (dont l’usure mécanique… illustrée par la décôte kilomètrique de l argus)

    2- le coût pour la société du type de déplacement :
    ce calcul est lui aussi essentiel… pour le faire valoir auprès des élus ET des électeurs, qui élisent -oupas- les futurs élus.

    Deux autres sujets abordant ce problème :

    http://carfree.fr/index.php/2009/07/28/deplacements-une-question-de-couts/
    http://carfree.fr/index.php/2009/03/13/couts-externes-des-transports/

    le 2eme lien présente un tableau particulièrement intéressant pour les élus/pour les électeurs :

    http://carfree.fr/images/couts-externes-transports.jpg

  18. Jean-Marc

    P.s.

    Dans le coût tout compris pour l automobiliste (donc frais fixes en plus des frais du kilomètre supplémentaire),

    Vu le coût très élevé de la voiture, en fait,
    ne pas en avoir, permet, sur une vie, de devenir plusieurs fois millionaire
    c.f. http://carfree.fr/index.php/2011/03/23/comment-devenir-millionnaire/

    De même, il existe 10 façons simples de payer moins cher son essence :
    http://sebmusset.blogspot.fr/2012/03/10-conseils-pour-vraiment-payer-son.html


    Dans le coût pour la société,
    le 2 lien (couts-externes-des-transports) a un commentaire particulièrement intéressant, le dernier, celui de Miguel :

    « le coût margina[l] de congestion par km par bagnole [supplémentaire](pas par passager) dans la ville de Bruxelles est 1,8€!! (http://menos1carro.blogs.sapo.pt/38175.html)

    Cependant, dans le lien carfree, dans le calcul de coûts externes, certains coûts ne sont pas pris en compte, comme le gain/gain financier de tel ou tel mode de transport.
    (du fait -entre autre- chez nous d’importations de 100% de notre carburant, les voitures et motos ont un coût économique, financier et de moindre compétitivité économique pour le pays où ils sont utilisés; à l’inverse, de l’économie du vélo c.f. http://carfree.fr/index.php/2010/03/05/leconomie-du-velo/ )

  19. bikeman

    Bcp de chiffres ici!
    Il est vrai qu’une auto représente un budget d’environ 6000 euros par an, et encore, pas sûr que cela intègre l’ensemble des contraventions que payent les bagnolards…

    Après, les fonds utilisés pour les routes et les TEC ne sont pas les mêmes, mais je reste convaincu que si on prend en compte l’ensemble des couts externes et indirects de l’automobile, cela coûte + cher à l’Etat de conserver ce modèle basé sur l’auto.

    A voir tout de même car l’auto-immobiliste paye bcp de taxes à l’Etat en achetant son pétrole, en payant son stationnement en ville, sa carte grise, et chaque fois la TVA sur tout ce qui concerne sa voiture…
    (ce qui est très bien! et cela finira peut-être, à l’usure, par le dissuader de s’en servir…)

    Donc la question est plutôt de savoir, combien d’argent resterait-il à l’Etat si on supprimait la bagnole, pour créer des voies ferrés et développer les TEC!

  20. picard

    Pour éviter des maladies désagréables comme l’obésiter, le diabète, certains types de cancers, des maladies cardiovasculaires et même les maladies neurodégénératives, il est conseillé de faire un minimum de 30 minutes de sport par jour. Franchement qui à le temps (ou même les sous) de prendre une demi heure tous les jours dans une salle de sport.. Non le meilleurs moyen c’est de se déplacer en vélo! Je propose donc à notre auteur de modifier le mode de calcul et d’inclure le temps gagner à faire du sport à vélo. On pourrait donc faire ce calcul:
    1. Vitesse(voiture): distance parcourus/(coût + temps de trajet)
    2. Vitesse(vélo): distance parcourus/(temps de trajet/jour – 30 minutes)

  21. Jean-Marc

    Sans parler d’un autre gain :

    pour la vitamine D, et pour la sécrétion de la mélatonine et d autres hormones, l exposition directe au soleil un minimum de temps par jour est nécessaire.

    Mélatonine jouant sur les phase d éveil/sommeil, mais aussi influençe sur l humeur :

    Si bien qu’un automobiliste,
    Du fait d’une moindre exposition au soleil + d’une plus faible activité physique dans la journée,
    risque d avoir une humeur plus maussade, mais aussi d avoir bien plus de problèmes de sommeil qu’un cycliste (activité physique + mélatonine).

    Sans parler, qu’à la fin, c est le gentil cyclhobbite qui gagne à la fin, face au méchant, derrière son verre auto, bloquant les UV et une partie des rayonnements, qui ne fait pas le poids, même s’il peut sembler plus fort :
    il ne tiens pas la distance
    c.f. http://actualite.portail.free.fr/sciences/22-12-2013/science-decalee-pourquoi-les-hobbits-gagnent-toujours-a-la-fin/

    Quant on sait que la france est la championne du monde des médocs, en particuler a championne des antidépresseurs et somnifères… 2 types de médocs, qu’un peu de vélo en extérieur permettraient de bcp bcp moins consommer, on comprend mieux pourquoi un cycliste coûte à la sécu., en moyenne, 1 000€ de moins par an qu’un automobiliste.

    c.f. http://carfree.fr/index.php/2012/01/13/le-velo-remede-a-la-crise-propositions-aux-candidats-aux-elections/
    (donnée de M. Darmian, mais cett donnée est officielle : je l ai deja vu ailleurs, simplement, je n ai pas pris le temps de retrouver la source officielle commune à Damian et aux autres articles)

    Ainsi, ce n est pas 30 min.,
    mais 30 min. pour l activité physique physique douce et 30 minutes pour l activité en plein air/pour l exposition solaire, qu’il faut retrancher, sur ses trajets :
    de suite, le vélo va bcp bcp plus vite…

    (si tu enlèves, chaque année, quelques séances chez le psy, chez le nutritionniste, et/ou chez le docteur… il est encore plus efficace que la bulle à roulette sous verre qui coupe du monde, et qui enferme dans la triste sédentarité)

    L’obésité, le diabète, l hypertension, et les maladies qui en découlent comme conséquences de cette faible activité physique ou de la pollution créée (AVC, ACV, mais aussi cancer, asthme et autres maladies et allergies d origine repiratoire, arthrite, arthrose) ne sont donc pas les seuls…

    il ne faut donc pas oublier aussi les troubles du sommeil et de l humeur, en prime…

    Remarque :
    Cette moindre exposition à la lumière directe du soleil et cette moindre activité physique peuvent -au moins partiellement- expliquer le non- plaisir du à la rurbanité, du aux trajets pendulaires quotidiens en voiture

    c.f. http://thefuturebuzz.com/2013/09/24/your-commute-is-likely-a-cause-of-unhappiness/

  22. Jean-Marc

    Sous l article sur les Hobbits et la vit. D,
    il y a divers liens,
    donc celui-ci :

    http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-vitamine-d-43-francais-seraient-deficit-38372/

    Vitamine D : 43 % des Français seraient en déficit !

    La quantité de vitamine D serait insuffisante chez 80 % de la population, et même déficitaire chez plus de 4 Français sur 10. […] Ce constat n’est pas sans risque, mais la thérapie est simple :
    s’exposer 15 à 20 minutes au soleil chaque jour.
    Mais pas beaucoup plus !

    (donc comptez 20 minutes pour l exposition au soleil, pour la Vit. D; pour la mélatonine, une autre étude est nécessaire).

    Quel que soit le seuil retenu, les déficiences étaient courantes chez :

    * […]
    * les fumeurs actuels ;
    * les sédentaires et ceux ayant un faible degré d’activité physique
    * […]

    […]
    Si le déficit modéré ne s’accompagne généralement pas de signes cliniques, il pourrait cependant constituer un facteur de risque d’anomalies osseuses, d’ostéoporose, de cancers et de maladies cardiovasculaires

    Fumer, par les radicaux libres libérés, et par le moins bon état des vaisseaux sanguins que celà induit, perturbe bcp de mécanismes, les rendant moins efficients, et pas seulement la synthèse de Vit. D; si en plus le fumeur est diabétique… ce qui est aussi mauvais pour ses vaisseaux… alors, le vélo-marche-natation quotidien est quasi sa seule chance d échapper, dans les 30 ans, à l ACV ou l AVC…

    Vaut-il mieux attendre un pontage coronarien ou une paralysie faciale, pour être contraint, pour sa survie, de faire plus d activités physiques (tout en étant diminué… pĥysiquement et/ou mentalement), OU s’y mettre avant, et donc ne pas avoir la chance de découvrir ce que celà fait de subir un tel accident ?
    A chacun de juger ^^

    La voiture quotidienne vous aide à arriver plus vite à l ACV et à l AVC; le vélo quotidien, voire simplement 3 fois* par semaine, vous en éloigne.

    * 3 : pour être plus efficace, sur le remodelage du système vasculaire, il faut laisser moins de 72 heures entre 2 trajets

    [on garde une tension plus élevée pendant 48h, favorable à un remodelage de ses parois vasculaires (et facilitant l effort la 2eme fois), et qui diminue dans le temps, par activité rénale (il faut boire*, quand on fait du sport ^^), s approchant du seuil de non activité après à 72h, par régulation rénale (c.f. SRAA sur wikipedia : système rénine-angiotensine II- aldostérone)

    Si bien que les sportifs du dimanche, faisant du vélo 1 fois par semaine, profitent peu du remodelage vasculaire.

    S’ils font du vélo énormément d heures un jour, alors ils en profitent quand même :
    la durée compense la repétition jours après jours de trajets de 40 minutes; ou s’ils en font samedi ET dimanche; ainsi, le coureur cycliste qui fait 5-6 heures en 1 jour en profite; mais le VTTiste qui se fait une « suée » d’une heure, croyant faire du cardio-training… et qui risque , sous la violence de l effort trop souvent mal dosé, pas assez progressif, de fatiguer son coeur, de provoquer un accident, mais qui n’améliore pas ses artères, a tout faux…

    Par contre, même pour le coureur samedi + dimanche, d’un dimanche au samedi suivant, la tension est retombée :

    c est plus dur de se remettre en selle le samedi suivant, au démarrage :
    on ne bénéficie plus de la tension acquise, des efforts de l avant-veille pour l’irrigation accrues de ses muscles, donc de la facilité à faire un effort (sic : oxymore).

    En faisant du vélo 1 fois par semaine, on découvre, chaque semaine, que c est dur de se mettre en selle (il faut démarrer… refaire monter la tension)
    A l’inverse, en vélo quotidien, on repart bcp plus facilement…
    (ne pas rester le WE entier sans activité, pour ne pas partir de 0 le lundi ^^)


    * « il faut boire, quand on fait du sport » :

    en fait, c est juste essentiel, à 3 niveaux :
    – avant-pendant-après : permet une augmentation du volume sanguin, donc de la pression artérielle, donc favorisant l apport de sang (O2 et énergie) aux muscles
    – (avant)-pendant-après : évite les crampes
    – [(avant) – pendant]- après : permet la régulation rénale

    Surtout, on ne boit (quasi) jamais trop d eau :
    on a un système de régulation très efficace contre celà

    à l inverse, bcp de personnes ne boivent pas assez, ce qui contribue à fatiguer leurs reins, à les user prématurément.
    (on leur demande un gros effort de concentration, de filtration important, alors qu’en buvant plus, ils sont quasi « au repos »)

Les commentaires sont clos.