Comment obtenir un million de cyclistes supplémentaires avec un simple « coup de peinture »?

Pour beaucoup, c’est une évidence, mais cela mérite toutefois d’être rappelé périodiquement: il est tout à fait possible de diminuer massivement le nombre de voitures dans les rues pour un coût très modique, ce qui n’est pas neutre dans cette période de restrictions budgétaires.

Ce que l’on appelle le « report modal », c’est-à-dire le passage de la voiture à un autre mode de déplacement plus respectueux de l’environnement, ne nécessite pas forcément de coûteux systèmes de transports en commun en sites propres ou la multiplication des bus. Bien sûr, des transports en commun de qualité sont une bonne chose, mais on peut aussi obtenir de très bons résultats avec un investissement quasi-nul.

Comment est-ce possible? Quelle est la recette miracle du report modal pour pas cher que tous les candidats actuels aux élections municipales devraient méditer?

La réponse à cette énigme nous vient de Montréal au Québec, une ville où il fait régulièrement -20°C et où pourtant le vélo semble se porter plutôt bien… En guise de « vélorutions », les Québécois organisent même des ballades à vélo de 15 km dans Montréal intitulées « Vélo sous Zéro« . Ils devraient ainsi être 500 le 16 février prochain à faire du vélo en-dessous de zéro degré…

A Montréal ainsi, dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, l’avenue Laurier avait été réaménagée en 2011. Cet axe au départ exclusivement routier avait dû subir une suppression de voie automobile pour permettre la création d’une piste cyclable.

Évidemment, la suppression d’une voie de circulation automobile avait suscité à l’époque la « controverse » parmi la population, en particulier celle des automobilistes.

Aujourd’hui, le trafic routier est passé de 4000 à 2000 voitures par jour depuis la transformation de la moitié de la voie en piste cyclable (bi-directionnelle). En contrepartie, le nombre de cyclistes a quadruplé, avec environ 3000 à 4000 vélos par jour. Donc, si on fait le compte, on se rend compte qu’il y a plus de gens qui utilisent la rue dans cette nouvelle configuration que dans l’ancienne configuration.

Beau résultat, en supprimant une voie de circulation automobile, on arrive à augmenter le trafic total de personnes sur l’avenue! Cela pourrait déjà constituer un beau slogan: « supprimons des voies de circulation automobile pour faire circuler plus de gens! »

Mais là n’est pas le meilleur. Selon le maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, « un million de cyclistes devrait emprunter la piste cyclable au cours des deux prochaines années ».

Et le maire d’enfoncer le clou:

C’est beaucoup pour un trait de peinture dans la rue qui ne coûte pas si cher que ça, souligne M. Ferrandez. Si on voulait faire passer un million de personnes en transport en commun, en taxi, en auto, en n’importe quoi, ça coûterait des fortunes. »

Quand on pense qu’en France, on ne compte plus les projets « d’éco-mobilité » à base de voitures électriques, de covoiturage, d’autolib’ ou autres projets destinés à remplacer les voitures… par des voitures!

Tout ceci coûte une fortune pour un bénéfice environnemental qui reste à prouver.

Alors qu’avec un simple « coup de peinture », vous pouvez obtenir un million de cyclistes supplémentaires, sans pétrole, sans nucléaire, sans pollution et sans CO2…

Source: http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2013/02/18/001-plateau-mont-royal-piste-cyclable.shtml

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

23 commentaires sur “Comment obtenir un million de cyclistes supplémentaires avec un simple « coup de peinture »?

  1. Vincent

    > Quand on pense qu’en France, on ne compte plus les projets « d’éco-mobilité » à base de voitures électriques, de covoiturage, d’autolib’ ou autres projets destinés à remplacer les voitures… par des voitures!

    C’est d’autant plus agaçant qu’avec les vélos à assistance électrique très performants disponibles aujourd’hui, il n’y a même plus de contrainte physique : même sans être sportif, on peut monter des côtes sans effort.

    Bah, le pétrole ne nous coûte que 40 milliards par an…

    http://www.connaissancedesenergies.org/quel-est-le-montant-de-la-facture-energetique-francaise-120328

  2. Zeed

    Quoi qu’il arrive,les gens trouveront toujours une excuse pour ne pas se mettre au vélo.

    Hier c’était fatiguant,aujourd’hui il y a les V.A.E.
    Et demain quelle excuse trouveront-ils?Ah oui,les intempéries,bin tiens donc!Bon bin vivement les vélos-bulle,comme les télésièges-bulle des stations de ski,mdrrrrrr!

    Mais certains ont déjà trouvé le compromis entre le vélo
    et l’hélicoptère…
    http://www.youtube.com/watch?v=0whd9UnZB1c

  3. Jean-Marc

    « Bon bin vivement les vélos-bulle »

    outre le top-bike adaptable à chaque vélo (un toit léger, en toile plastique),
    les vélomobiles, des vélo-couchés carénés, existent deja

    et permettent, grâce à une meilleure pénétration dans l air, d aller bcp plus vite sur les départementales, ou de dépenser moins d énergie pour une même vitesse que des vélo-couchés non carénés, et donc, forcément, encore plus que des vélo « assis » classiques.

    c.f. http://fr.wikipedia.org/wiki/Vélomobile

    -> quand on cherche une excuse… on en trouve,
    quand on cherche une solution… on en trouve aussi ^^

  4. Zeed

    Certes,mais en vélomobile,vu la taille,on subit les bouchons comme en voiture classique,de plus on est au même niveau que les sorties d’échappement de celles-ci et l’on s’expose de plein fouet aux émissions nocives.

    Donc,cet engin n’a aucun intérêt .

  5. Pédibuspédibus

    La caisse et vite!

    Un coup de peinture pour un couloir réservé – avec des chicanes pour mettre des platanes, s’y mettre au frais à cause du réchauffement climatique l’été – à une seule file de bagnoles siouplait!

    Le reste on s’le partage…

  6. Jean-Marc

    Zeed,
    les vélos, c est comme les véhicules motorisés :

    une ferrari, une twingo et un renault master n ont pas exactement la même pseudo-utilité…

    de même, pour une distance inférieure à 5km, +/- sur du plat, j ai du mal à comprendre pq utiliser un vélo (ne parlons pas d’une voiture…) :

    une draisienne (une trottinette avec selle, pour ne pas fatiguer du pied supportant tout le poids), moins chère, plus légère, sans mécanisme de transmission à protéger/entretenir, plus facilement pliable et embarquable dans un TEC (même qu’un vélo pliant), me semble bien mieux adaptée qu’un vélo…

    Les vélomobiles sont plus chers, plus lourds, plus bas (donc plus facilement caché, en ville… mais, une fois qu’on en voit un -grâce à son ou ses fanions, on ne l oublie pas : il se fait remarquer, autant qu’un vélo-cargo ou un tall bike),

    et parfois plus long
    (mais pas obligé : un trike, un 3 roues, dans la configuration 2 roues arrière niveau du tronc, et une roue avant entre les jambes, n est pas plus long qu’un vélo normal)

    Par contre, ils ont la même largeur qu’un vélo+cycliste
    => ils se faufilent PRESQUE aussi bien
    (un peu moins bien… car ils sont large à un endroit où les voitures sont plus larges + leurs moins bonnes visibilité pour le cycliste, et pour les autres, ne les incite pas à autant se faufiler)

    Pour faire 4km en ville, avec arrêts multiples, un vélo normal est bien mieux adapté qu’un vélomobile.

    Mais, sur départementale, si tu as à faire plus de 40km chaque jour, en particulier avec des sacoches bien remplies (ou une remorque), je te conseille très fortement le vélomobile…

  7. Jean-Marc

    Sinon, félicitation à Montréal

    Il faudrait bien plus de ces coups de peinture de part le monde.

    (en sachant, qu’en france, légalement, dès qu’il y a des travaux de rénovation de chaussée, il y a une OBLIGATION de faire des travaux d aménagement cyclable.
    Pb… malgré cette loi d obligation, dans la majorité des cas, ces travaux cyclables n existent même pas sur le papier : les autorités ne font même pas semblant de les faire : ils savent bien qu’ils ne risquent pas de recours devant le tribunal administratif (parfois, celà à lieu, c.f. l association membre de L Heureux Cyclage de Marseille, qui a gagné plusieurs procès contre la marie de Marseille, la contraignant payer une amende + à faire les aménagements cyclables qu’elle n avait pas prévu de faire).

  8. muhabdid

    calcul rapide qui du coup fais s interroger sur le serieux de l article :
    3 a 4000 velo / jour *360 = 1 260 000 (moyenne de 3500 prise)
    et miracle 2 phrases plus loins :
    Mais là n’est pas le meilleur. Selon le maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, « un million de cyclistes devrait emprunter la piste cyclable au cours des deux prochaines années ».
    c est si dangereux que ca le velo ?

  9. Jean-Marc

    Je ne comprend pas trop le pb, Muhabdid…
    (prend de l épice, pour mieux voir aux fonds des choses)

    Le maire d arrondissement constate une augmentation, mais sur une courte durée,
    et il extrapole,
    comme toute extrapolation sérieuse, on ne part pas de la tendance la plus favorable, au contraire :
    on prend la moins favorable… que l’on minore…
    car ainsi, on a plus de proba d être dans le vrai…

    sinon, quand les ventes doublent après 2 jours de lancement d’un nouveau produit (passant de une à 2 ventes !), on imagine deja, dans un an, avoir atteint 2^365, soit 7.5×10^105 ventes !

    (au pifo, je dirai que celà doit faire plus de ventes qu’ils n existent d atomes sur terre… voire peut-etre dans le système solaire… ce qui n’est pas trop mal, pour un produit lancé hier !)

    surtout que le vélo est soumis à la saisonnalité, si bien que 3 000 ou 4 000 cyclistes de plus à une période de l année, ne signifie pas obligatoirement que celà sera aussi vrai à une autre période…


    Tiens, sur NDDL, ils ont extrapolé de façon ultra favorable sur la hausse prévisionnelle du traffic aérien…
    résultat, tous leurs chiffres estimatifs à une date donnée, se sont révélés largement surestimés par rapport à la réalité…

    Là, si tu veux te plaindre de travail vraiment mal fait, baclé (intentionnellement ou non?) plains-toi auprès de Vinci et des élus Nantais…

  10. cycliste alcoolique

    J’etais conseille dans son partie.
    Il a vraiment transforme le plateau Montreal!
    Lors de la campagne – il s’arretait (a velo) au coin d’une rue et proposait ses idees a qui voulait entendre! C’est a ce moment la que j’ai repris espoir et me suis investit en politique.
    Bonne continuation Luc!

  11. Philippe

    C’est bon pour 6-8 mois de l’année (printemps, été, automne), mais dès qu’arrive la neige (décembre, janvier, février, mars parfois avril) l’auto reprends la place, la mairie nous abandonne à notre sort sans aucune piste cyclable de réellement déneiger et on doit, comme avant, se tailler notre place en plein milieu de la rue pour éviter les portières d’autonombriliste qui s’ouvre inopinément. Résultat: j’arrive 3 fois plus vite qu’en auto, 2 fois plus vite qu’en taxi, 7 fois plus vite qu’en bus et 15 fois plus vite qu’à pieds. Le bilan reste positif, mais casse-cou.

  12. Pédibuspédibus

    A ces Québécois!
    Des tonnerre de dieu de créateurs dingues artistes géniaux de la langue française : « autonombriliste ». Mon « atomobiliste » atomisé après ça…

  13. Pédibuspédibus

    L’humour rivalise largement avec les fabricants de castagne ou les concepteurs de formules de boîte à sophistes – les acteurs de la période actuelle sont bien pourvus… – pour démolir les bunkers du conformisme moral, et l’outil ne sera pas superflu pour que le bon sens retrouve sa place au soleil…

  14. epb

    J’aimerais avoir cet article de loi qui dit que dès qu’il y a des travaux de rénovation de chaussée, il y a une OBLIGATION de faire des travaux d’ aménagement cyclable. Merci

  15. Jean-Marc

    C’est dans le code de l environnement :

    http://www.legifrance.gouv.fr/rechCodeArticle.do?reprise=true&page=1

    Article L228-2 :
    « A l’occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines, à l’exception des autoroutes et voies rapides, DOIVENT être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d’aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation.

    L’aménagement de ces itinéraires cyclables doit tenir compte des orientations du plan de déplacements urbains, lorsqu’il existe. »

    Liens relatifs à cet article
    Codifié par:
    Ordonnance 2000-914 2000-09-18 JORF 21 septembre 2000
    Loi 2003-591 2003-07-02 art. 31 I JORF 3 juillet 2003
    Anciens textes:
    Loi n°96-1236 du 30 décembre 1996 – art. 20 (Ab)
    Loi n°96-1236 du 30 décembre 1996 – art. 20 (Ab)


    « en fonction » :
    c est le type d aménagement (« pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants »« ) qui est « en fontion des besoins et contraintes de la circulation »; et pas l existence de ces aménagements, qui « DOIVENT » être fait, quelque soit le type d aménagement finalement choisit.

  16. Jean-Marc

    @ EPB, le collectif Vélos en ville Marseille, membre de L’Heureux Cyclage, a deja fait comdamner plusieurs fois la mairie de marseille, pour des absences de respect de cet article,

    ils ont à chaque fois gagné, devant les tribunaux
    (obligation de travaux + amende pour la mairie si retard)

    c.f. http://www.marsactu.fr/archi-et-urbanisme/mpm-encore-condamne-pour-des-pistes-cyclables-oubliees-30866.html?page=10

    Marseille Provence Métropole ENCORE condamné pour des pistes cyclables oubliées :

    La communauté urbaine a décidément du mal avec les vélos. Marseille Provence Métropole (MPM) vient d’être condamnée pour ne pas avoir respecté la législation sur les pistes cyclables. […]
    Déjà à l’origine d’autres rappels à l’ordre de MPM, le collectif Vélos en ville a pointé cette fois-ci trois réaménagements [..].
    Selon le jugement, la collectivité a deux mois pour se mettre en conformité avec la loi.


    problème, selon eux-même :
    faire de tels dossiers leur prend bcp de temps…
    il faut plusieurs personnes qui s occupent quasi en continue du suivi des travaux de voiries et des affaires devant les tribunaux => leurs actions, bien que couronnées de succès, n’ont pas encore essaimées au sein des autres atelier-vélos

  17. Jean-Marc

    Remarque H.S., sur l’article L228-2 du code de l environnement :

    Pour trouver l’article, celà m’a pris 5 secondes :
    taper « rénovation aménagement cyclable » en mots-clés dans
    http://www.legifrance.gouv.fr/rechCodeArticle.do?reprise=true&page=1

    Une modernisation des services publics bien plus lisible, bien plus rapide et accessible (et toujours à jour !), qu’une recherche dans le Dalloz.

    Combien d avocats s’appuyaient sur l opacité de leur bible ? Et croyaient que celà perdurerait, vu qu’il en avait tjrs été ainsi ??

    Il n a suffit que de qq années pour entrainer une révolution des usages parmi les justiciables.
    Esperons qu’il en sera de même pour l usage de la bicyclette :

    Que ceux faisant une « recherche rapide » dans le Dalloz, ou utilisant une voiture pour faire 5km, soit bientôt considérés avec la même stupéfaction par une majorité des gens.

  18. CarfreeCarfree

    Et pour info, c’est la Laure de 1996 (loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie) qui est à l’origine de cette modification du code de l’environnement.

  19. Xavier

    Pourquoi nos élus préfèrent les solutions compliquées d’eco-mobilité ? Parce qu’elles engagent des sociétés privées pour s’en occuper, avec investissements aux frais du contribuable ou de la société (qui sait rentrer dans ses fonds par la suite indirectement).
    Tandis que favoriser le vélo ne rapporte pas grand-chose à l’élu, oblige ses administrés à s’équiper d’un vélo à leurs frais au lieu de piocher dans des impôts à l’utilisation opaque.
    Soyez courageux et exigez le même courage de vos élus, un vaut mieux favoriser le vélo !

Les commentaires sont clos.