Bienvenue dans un monde sans voitures!

Un nouvel argument en faveur du système automobile est en train de sauter. Pendant longtemps, on a opposé aux thèses de la vie sans voiture l’activité économique que représenterait l’industrie automobile. Dit autrement, s’opposer à l’automobile reviendrait à tuer l’industrie automobile et les emplois qui vont avec.

Et les partisans de l’automobile de nous affirmer, avec des trémolos dans la voix, que la bagnole créait de l’emploi, de la richesse, de l’activité économique, etc. Vous pensez, nous en France, on a une industrie de pointe qui s’appelle l’industrie automobile et qui donne du boulot à des millions de français…

Dans ces conditions, s’opposer à la bagnole serait presque un crime anti-français, une lubie d’écolos provoquant le chômage des ouvriers et la misère dans les chaumières.


(Source: Le Point)

Sauf que la réalité, comme très souvent, dit tout autre chose. En fait, on produit de moins en moins de voitures en France. Les deux champions « nationaux » de l’industrie automobile française, Renault et PSA, délocalisent massivement la production de voitures à l’étranger depuis des années. En 2003, ils produisaient encore 3,2 millions de voitures par an en France. En 2013, ils ne produisent plus que 1,45 millions de voitures en France. A ce train, en 2023, ils ne produiront plus que 500.000 voitures par an en France.

Et on ne peut pas dire que ce soit la faute des écolos! Ou alors ce serait leur accorder un pouvoir phénoménal… En réalité, les raisons sont beaucoup plus simples, Renault et PSA délocalisent pour augmenter leurs profits et rémunérer leurs actionnaires.

Certains voudraient faire croire que Renault et PSA délocalisent leur production pour se rapprocher des consommateurs, en Inde ou en Chine par exemple. Même pas! Ils produisent à l’étranger pour tenter de vendre leurs voitures… en France! Bon an, mal an, il se vend toujours environ 2 millions de voitures neuves en France tous les ans, dont une bonne moitié de voitures dites « françaises ». Même si ces voitures sont en fait de moins en moins « françaises ».

En effet, on ne compte plus les usines « françaises » créées en Slovaquie, en Turquie, au Maroc, etc. pendant que les ouvriers français de l’automobile sont au chômage technique ou tout simplement licenciés. Les voitures produites dans ces pays ne sont pas vraiment destinées à l’Asie ou à l’Amérique du Sud, mais aux pays européens. Un seul exemple, la méga-usine Renault de Tanger au Maroc produit à elle seule près des trois-quart des voitures produites par l’ensemble des usines Renault en France…

Vous me direz, désormais nous avons un viril ministre du redressement productif en la personne d’Arnaud Montebourg. Il va leur expliquer les choses aux patrons de Renault et PSA, d’autant plus qu’on leur file tous les ans de l’argent public sous perfusion et que l’état est actionnaire de ces deux groupes à hauteur de 15%.


« Vous avez fait le choix de la France et au nom du Président de la République, du Premier ministre, je vous en remercie. »
Arnaud Montebourg à Carlos Ghosn, Usine Nouvelle, 28 mai 2013.

Voilà c’est dit, les patrons de l’automobile n’ont qu’à bien se tenir! Magnifique déclaration qui mérite d’aller directement dans le bêtisier de l’automobile! On ne compte plus les fermetures d’usines Renault en France, les délocalisations à l’étranger, l’ouverture de la méga-usine Renault de Tanger et les multiples subventions publiques que Renault a touché ces dernières années. Et en plus, on leur dit merci! En fait la phrase réelle d’Arnaud Montebourg devrait plutôt être la suivante:

« Vous avez fait un doigt à la France et au nom du Président de la République, du Premier ministre, je vous en remercie. »

Je ne sais pas quel est l’énarque qui rédige les fiches d’Arnaud Montebourg, mais personne ne lui a dit que Renault produisait en 2003 1,28 millions de voitures en France contre seulement 510.000 en 2013…

En fait, plus on file de fric aux constructeurs de voitures et plus vite semble aller la construction d’usines à l’autre bout du monde… A tel point qu’on se demande si le contribuable français ne finance pas en réalité la création d’usines de voitures au Maroc ou en Slovaquie…

Ce transfert d’usines à l’étranger a rejeté la France dans les puissances industrielles automobiles de deuxième niveau : 11e rang mondial avec 1,74 million de véhicules produits en 2013 avec l’apport de Toyota (Valenciennes) et de Smart (Hambach, en Alsace), loin de l’Allemagne (5,65 millions), derrière l’Espagne (2,16). Bientôt, l’Angleterre (1,51 million) dépassera la France, après avoir pourtant connu une saignée industrielle dans les années 80.

Il y a eu une époque où l’industrie automobile française était dans le trio de tête mondial. Aujourd’hui, on est au 11e rang mondial… Et avec un ministre du redressement productif qui remercie Renault pour « son choix de la France », on peut deviner aisément quelle sera la situation de l’industrie automobile française dans 10 ans…

On pense alors avec pitié à l’automobiliste français qui fait son devoir patriotique en changeant de voiture tous les deux ou trois ans et en achetant bien entendu une « voiture française » (produite à l’étranger). Il sait que sa bagnole pollue, tue et coûte une fortune, mais il a la bonne conscience de participer à la création d’emplois et à la lutte contre le chômage…

En réalité, ses impôts facilitent les délocalisations des constructeurs « français » et son choix d’acheter « français » détruit en fait l’emploi dans l’industrie automobile… Jusqu’au moment où il sera lui aussi au chômage et sans un rond.

Il lui restera alors le vélo. Bienvenue dans un monde sans voitures!

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

17 commentaires sur “Bienvenue dans un monde sans voitures!

  1. Flipper07

    Il y a une petite erreur dans la phrase suivante:
    « Je ne sais pas quel est l’énarque qui rédige les fiches d’Arnaud Montebourg, mais personne ne lui a dit que Renault produisait en 2003 1,28 millions de voitures en France contre seulement 510.000 en 2013… »

  2. Pédibuspedibus

    Oui!

    Quand les Chinois et les Indiens (« à cheval mémé, les vla…!!!) auront occis le dernier constructeur de poubelles à roulettes européennes alors les urbanistes et aménageurs de la zone auront les coudées franches pour reconvertir les surfaces macadamisées et redensifier le gourbi qui tient lieu de trame urbaine : au moins les représentations cognitives seront délestées du chauvinisme économique et ont respirera mieux…

    Et le chômage diminuera du seul fait de la moindre productivité du secteur industriel des matétiels de TC/TCU…

  3. RonuickRonuick

    Article très logique. Nous lions trop souvent « bonne santé économique » et « nombre de voitures vendues ».
    Juste une précision : Hambach est en Moselle, non en Alsace…

  4. Winfried

    > En réalité, les raisons sont beaucoup plus simples, Renault et PSA délocalisent pour augmenter leurs profits et rémunérer leurs actionnaires.

    Il serait intéressant de comparer avec les autres constructeurs, notamment européens : continuent-ils, eux, à produire dans leur pays avec les salaires qui vont avec, ou délocalistent-ils dans des pays aux salaires plus faibles?

    En d’autres termes, Renault/PSA sont-ils des exceptions ou font-ils la même chose que les concurrents?

    > En fait, plus on file de fric aux constructeurs de voitures et plus vite semble aller la construction d’usines à l’autre bout du monde…

    C’est l’inverse : on leur file des subventions pour garder les usines ici, mais ça ne suffit pas. En même temps, quand on sait que les coûts de main d’œuvre représentent une part importante dans la production d’une voiture et que les salaires sont beaucoup plus faibles en Europe de l’est et dans la périphérie de l’Europe, on ne voit pas comment un constructeur seul pourrait résister.

    Donc une nouvelle fois : comment font les autres grands constructeurs automobiles?

    À quand des voitures thermiques de 500kg made in France, voire à moteur électrique?

  5. LomoberetLomoberet

    ## Sébastien ##

    civilisation, civilisation !
    Quelle est ta définition du mot civilisation ?

  6. Alain

    Lomoboret:
    Quel est la définition du mot civilisation? On pourrait trouver plusieurs définitions mais on en connait au moins la fin: le chaos.
    Nous sommes plongés dans une course à l’extinction mais nous ne le savons même pas pour la plus grande majorité. Nous avons connu les pires horreurs ne serait-ce que la guerre de 14/18 mais nous n’en n’avons retenu aucune leçon: la preuve? A chaque commémoration des désastres militaires, nous avons droit à des défilés militaires.
    L’auto, c’est identique: des milliers et des milliers de morts qui forment des millions de morts, mais la civilisation adule la machine mécanique toujours aussi fort, elle ne saurait sans passer au point qu’il faudrait même rendre réel un rêve qui n’aboutira jamais à grande échelle: la voiture électrique.
    La voiture, c’est la mort, l’égoïsme, l’apothéose du « chacun pour sa gueule ». La voiture a pris son essor et son « utilité » pendant la grande guerre. Elle en est presque la suite logique.

  7. LomoberetLomoberet

    Certes, donc « civilisation » et « automobile » associés, ne seraient qu’un barbarisme

  8. Jean-Marc

    « Donc une nouvelle fois : comment font les autres grands constructeurs automobiles? »

    le groupe VAG a deja partièllement délocalisé en espagne,
    où il a développé les sites autour des usines SEAT,
    et en ex-tchécoslovaquie avec les usines Skoda (l équivallent des usines dacia roumaine de renault, où sont fabriqués des dacia… et des renault).

    Mais surtout, l allemagne pratique la « délocalisation interne » auprès de ses sous-traitants :
    compression des prix, impossible à tenir avec des ouvriers correctement payés
    => utilisation d ouvriers à 2€ de l heure chez les petits sous-traitants de VAG, où on ne trouve que des jeunes allemands (qui espèrent bien ne pas rester payés à 2€, mais intégrer un sous-traitants plus gros, voire le groupe VAG) et des étrangers, contents d être plus payés que dans leur pays d origine.

    Le groupe Fiat a délocalisé une partie en pologne depuis longtemps.

    Cependant, je n ai pas les chiffres pays par pays, groupe auto par groupe auto.

    Mais, puisqu’ils t intéressent tant,
    vivement que tu nous les fournisses, Winfried
    (une recherche de 5-10 minutes sur internet devrait te les fournir).

  9. Alain

    Lomoboret:
    L’homme au sens large a tjs eu l’extrême « intelligence » de mettre à sa disposition des outils « techniques » lui permettant d’être barbare à un moment où à un autre. La voiture n’est qu’un de ces moyens.
    Si elle nous sert tous les jours, elle a surtout pris son essor grâce à la guerre.

    Cf, un article du monde nommé: »14/18: creuset de l’industrie française ».
    On y trouve cette phrase qu’il faudrait sans doute plus détaillée:
    « Parmi les entreprises bénéficiant des commandes militaires, celles qui construisent des automobiles et des avions, et qui venaient tout juste de naître, vont connaître un développement spectaculaire durant la guerre. »

    Prenons aussi cette phrase d’Alphonse de Lamartine à l’assemblée National suite à des catastrophes ferroviaires au début de l’avènement du train en France:
    « La civilisation aussi est un champ de bataille où beaucoup succombent pour la conquête et l’avancement de tous. Plaignons-les, plaignons-nous et marchons. »

    Parlons maintenant de notre monde moderne où on ose fêter les désastres de 14/18 mais où le futur se présente comme encore plus barbare:
    Kevin Warwick: « Il y aura des gens implantés, hybridés et ceux-ci domineront le monde. Les autres qui ne le seront pas, ne seront pas plus utiles que nos vaches actuelles gardées au pré. » Cf. Magazine Au fait. Mai 2014

  10. paladurpaladur

    En parlant du mythe de la Bagnole, Jean Baudrillard a bien vu le caractère passéiste de la voiture. Au moment de sa massification dans les années 50-60, les valeurs de liberté, de distinction sociale et d’émancipation sont déjà périmées. Que l’ultime valeur, celle économique, soit en train de s’effondrer au moins en France, cela ne m’étonne pas. Pourtant un mythe survie très longtemps à la disparition de son objet et se maintiendra par habitude et à cause de la méthode Coué publicitaire. L’illusion se dissipera petit à petit mais probablement trop tard.

    « Il lui restera alors le vélo. Bienvenue dans un monde sans voitures! »
    Les 2/3 des velos en France sont importés.

  11. Jean-Marc

    « Les 2/3 des velos en France sont importés. »
    ainsi que 100% du café.

    pourtant, la france a une balance commerciale excédentaire avec la majorité des pays producteurs de cafés

    => importer quelque chose, si on exporte autre chose, n est pas un mal en soi…

    surtout, 2 points sur les vélos importés :

    1- importés (totalement ou partiellement) un vélo coûte quand même +/- 50 fois moins qu’une voiture => la sortie d argent et la plus value faite à l étranger sont largement moindres

    D ailleurs, sur une voiture assemblée en france, des bougies peuvent venir de Bosch-allemagne, et d autres pièces venir d autres fournisseurs/pays européens (ou pas; c.f. autoradio-GPS-ordi bord venant d asie) autres que la france… pour une valeur et une plus value qui excédent généralement celles d’un vélo…

    2- un vélo, importé ou pas, consomme… 0% de carburant hydrocarbure pour rouler, contrairement à 100% des voitures, importées ou assemblées en france (qu’elles soient diesels, essences ou hybrides diesel ou hybride essence : les élec ne sont pas des voitures, dans 90% des cas (la poste, Vélia, EDF,..), mais des voiturettes nécessitant seulement le permi B)
    Ce carburant qui est massivement importé, et qui est notre PRINCIPALE cause de déficit de la balance commerciale.

    (l’énergie est LE domaine où la france est la plus déficitaire, de très loin)

  12. Alain

    Si 2/3 des vélos sont importés, c’est parce que les pays étrangers ont une industrie vélo que nous n’avons plus.
    Il faut aussi dire que nos marques nationales de vélos (Peugeot/motobécane etc…) ne brillaient pas dans leur faculté à utiliser des composants standards.

  13. paladurpaladur

    Jean-Marc> l’argument économique est avant tout celui des défenseurs de la bagnole. On est d’accord, il vaut mieux utilisé un vélo importé que rouler en voiture assemblé en France.

  14. Ledian

    Bon. Mais le « poids » économique de la bagnole ne se réduit malheureusement pas à la production de ces tristes engins. Même si les usines de production étaient un jour totalement délocalisées, il resterait toute l’économie du système : gestion des routes, des autoroutes, concessionnaires, ateliers de réparation, assurance, marché de l’occasion, contrôles techniques, raffineries, pompes à essence, transporteurs… Je ne sais pas combien cela représente dans le PIB de la France mais c’est vraisemblablement énorme.

  15. Jean-Marc

    Oui, Ledian,
    niveau déficit commercial de la france,
    vu que la france n est pas l arabie saoudite ni l iran, ni l iraq,
    c est effectivement énorme :

    on importe le carburant,
    et on importe aussi les hydrocarbures plus lourds, destinés au bitume des routes
    (pas besoin de routes bitumées pour des vélos :
    des routes en terres plantées d herbes, des ponts de bois, du ciment, et 100 autres possibilités sont possibles…)

    Par contre, les blessés, les morts, les personnes ayant des cancers et des maladies respiratoires ou autres, les personnes subissant la pollution sonore et l’étalement urbain, sont bien toutes locales, et tout celà a un COÛT très important sur notre économie.

    (entre un cycliste et un automobiliste, rien qu’en arrêt de travail pour pbs de santé, et divers soins, et agravations des maladies chroniques (asthme, obésité, hypertension, diabéte de type II,…) la sécu a calculée qu’un automobiliste lui coûte plus de 1 000€ de plus PAR AN qu’un cycliste ! ! !)

    Ainsi, ce n est pas pour rien si la chine à vélo de l an 2000 explosait au niveau mondial (25% d augmentation du PIB par an !)
    et que, la chine de plus en plus automobilées de 2014, voit sa progression fonde au soleil (7% d augmentation de PIB cette année…)

    Mais tu as raison : celà influence le PIB :
    Un asthmatique de plus, un cancéreux de plus, c est du PIB en plus..
    (argent dans les poches des médecins, pharmaciens, groupes pharmaceutiques),
    même si c est, SURTOUT, de la qualité de vie en moins, pour le patient…

  16. Jean-Marc

    quelques liens parmi d autres, pour illustrer mon commentaire :

    — SANTÉ et voitures ?

    http://www.liberation.fr/terre/2013/12/12/les-maladies-chroniques-la-nouvelle-crise-ecologique_966083?xtor=rss-450
    Le toxicologue André Cicolella alerte sur la pandémie de cancers, diabètes, maladies respiratoires… Une crise sanitaire liée selon lui à la pollution et à notre mode de vie

    http://www.lemonde.fr/sante/article/2014/01/03/l-obesite-un-phenomene-en-pleine-explosion-dans-les-pays-en-developpement_4342775_1651302.html

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/03/20/la-pollution-de-l-air-aggrave-les-allergies-au-pollen_4386125_3244.html
    Les polluants atmosphériques peuvent aussi agir sur les grains de pollen et en démultiplier le potentiel allergisant. Des études ont détecté la présence de traces de pollen sur des particules émises par les transports automobiles. En entrant au contact d’un polluant chimique, la paroi du grain de pollen se déforme et finit par se rompre, libérant de tout petits fragments de pollen appelés allergènes, qui se disséminent alors dans l’air. Or les allergènes ont une taille qui leur permet de pénétrer dans le système respiratoire bien plus profondément que les grains de pollen.

    (et, corolaire : explosion des cas d allergies au pollen :
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/06/19/allergies-au-pollen-la-france-en-alerte-rouge_4441610_3244.html#xtor=RSS-3208 )

    http://www.lemonde.fr/sante/article/2014/05/12/dix-sept-substances-chimiques-favorisant-le-cancer-du-sein-identifiees_4414968_1651302.html#xtor=RSS-3208
    http://www.afp.com/en/news/study-lists-dangerous-chemicals-linked-breast-cancer

    Cette recherche, publiée lundi 12 mai dans la revue Environmental Health Perspectives, confirme également que les produits chimiques qui provoquent des tumeurs cancéreuses des glandes mammaires chez les rats, sont également liés au cancer du sein chez les humains.

    Dans la liste de 17 substances cancérigènes hautement prioritaires figurent des produits chimiques présents dans l’essence, le gasoil et autres substances d’échappement des véhicules, ainsi que des ignifuges, des textiles antitaches, des dissolvants, des décapants à peinture et des dérivés de désinfectants utilisés dans le traitement de l’eau potable.

    Shared Burden: Public Health Impact of Nine Environmental Pollutants in Europe : http://ehp.niehs.nih.gov/122-A136/

    Hänninen and colleagues concluded that about 3–7% of the total annual disease burden across all six countries could be associated with these nine environmental exposures.
    PM2.5 was the environmental risk factor with the highest public health significance, accounting for 68% of the total estimated health impacts.
    Secondhand smoke and traffic noise tied for second place, each estimated to account for 8% of the environmental disease burden, while radon accounted for an estimated 7%.

    68+8% pour les particules + bruits de circulation comme cause de risques environnementaux…

    et pire encore (si c est possible..)… d autres études médicales :

    Associations between Traffic Noise, Particulate Air Pollution, Hypertension, and Isolated Systolic Hypertension in Adults: The KORA Study : http://ehp.niehs.nih.gov/1306981/

    Influence of Urbanicity and County Characteristics on the Association between Ozone and Asthma Emergency Department Visits in North Carolina : http://ehp.niehs.nih.gov/1306940/

    Associations of Fine Particulate Matter Species with Mortality in the United States: A Multicity Time-Series Analysis : http://ehp.niehs.nih.gov/1307568/

    — CHINE et économie :
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/04/10/net-recul-des-exportations-et-importations-de-la-chine_4398642_3234.html#xtor=RSS-3208

    http://mondeacinter.blog.lemonde.fr/2014/05/21/en-chine-lascenseur-social-reste-bloque-pour-les-jeunes-diplomes/#xtor=RSS-3208

    Le diplôme, passeport pour le chômage ?

    Shanghaï n’est pas à l’abri de ce fléau même si la ville compte dans ses rangs de prestigieuses universités, à l’instar de l’université Jiaotong (à l’origine du célèbre classement de Shanghaï). Dans la métropole chinoise, 84 % des lycéens s’engagent dans des études supérieures à l’issue du baccalauréat chinois (gaokao), contre 24 % pour le reste du pays.

    Cet excès de candidats conduit les étudiants à revoir leurs exigences professionnelles à la baisse. Dans un contexte économique où 6,4 % de la population est au chômage, selon les chiffres officiels, les diplômés doivent s’adapter. En quatre ans, le nombre d’étudiants avec un emploi sous-qualifié a doublé.

    — Economie de la france :
    vélo, et les TEC sont plus efficaces que la voiture :

    c.f. les records de ventes de TEC aérien, de ventes d’airbus (donc de +/- l europe), avec airbus qui vient de passer les 50% de ventes en volume mondial,
    ou, dans les TEC :

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/05/01/transports-la-ratp-et-la-saptco-remportent-un-contrat-de-2-1-milliards-de-dollars-en-arabie-saoudite_4410399_3234.html#xtor=RSS-3208
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/05/02/le-transport-urbain-un-savoir-faire-francais-qui-s-exporte_3169794_3234.html

    Qu’ont donc en commun le ferry de Sydney, le réseau de bus urbain de Stockholm, le métro d’Alger ou le tramway à deux étages de Hongkong ? Ces services sont assurés par l’un des trois champions français du transport urbain : Transdev, la filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), Keolis, la filiale de la SNCF, ou RATP Dev…

    Le pionnier est sans conteste Veolia Transport – devenu en mars Transdev – qui a « défriché » le monde, comme l’explique Pierre Mongin, le PDG de la RATP. Outre ses prestations dans la gestion de l’eau et du traitement des déchets, Veolia proposait la prise en charge des transports. En 2008, la fusion de Veolia Transport et Transdev, une filiale de la CDC, a créé le numéro un mondial du secteur, avec plus de 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont la moitié réalisée dans plus de vingt-cinq pays.

    remarque, sur le succès d airbus à l export :

    c est économiquement rentable de vendre des airbus,
    MAIS il ne FAUT PAS utiliser d avions chez soi, avoir d aéroports chez soi,
    si on s inquiète de la santé de ses citoyens :

    Long-Term Aircraft Noise Exposure and Body Mass Index, Waist Circumference, and Type 2 Diabetes: A Prospective Study :
    http://ehp.niehs.nih.gov/1307115/

    Rien que le BRUIT d un aéroport a une incidence majeure, et néfaste, sur la surcharge pondérale de ses riverains, et sur la prévalence de diabètes de type II
    (tiens… là, niveau diabète, le TEC aérien rejoins la route… normal, c est les COV + résidus de combustions qui sont la cause, dans les 2 cas)

Les commentaires sont clos.