Barcelone a un plan pour tendre vers la ville sans voiture

En 2017, Barcelone va commencer à se convertir en une ville piétonne. La ville veut repenser la mobilité au sein du célèbre plan d’Ildefons Cerdà, en limitant fortement la circulation automobile au sein des quartiers de la ville.

Depuis plusieurs années, l’air à Barcelone est tellement pollué que cela devient un réel problème de santé publique: environ 3.500 personnes meurent chaque année dans la région métropolitaine du fait du smog et des particules en suspension. C’est pourquoi, la ville a approuvé un plan de mobilité urbaine en 2015 qui doit multiplier les zones piétonnes.

Le plan de Cerdà est un des plus célèbres plans d’urbanisme au monde. Proposé en 1860 par Ildefons Cerdà, il s’agit d’un plan hippodamien avec une structure quadrangulaire, régulière et ouverte. Basé sur des principes hygiénistes, ce plan anticipait alors de manière visionnaire le développement du trafic motorisé. Avec des voies de circulation de 20, 30 ou 60 mètres de large, la ville de Barcelone se préparait à accueillir la massification de l’automobile individuelle.

Par ailleurs, du fait de la spéculation, le modèle urbain de Cerdà s’est trouvé assez vite dévoyé. Là où il prévoyait des blocs d’habitation relativement aérés intégrant des jardins, la densification a eu raison du projet initial, la moindre parcelle d’espace vert ayant été urbanisée. Le résultat ne s’est pas fait attendre: des voies de circulation automobile démesurées qui sont autant d’aspirateurs à voitures et très peu d’espaces verts ou de zones protégées du trafic.

C’est pourquoi, l’idée de la ville consiste à repartir du plan de Cerdà pour à la fois limiter le trafic automobile et recréer des espaces verts ou des zones piétonnes.

supermanzana

Au travers d’un modèle appelé « Supermanzanas » (« Superblocs »), l’objectif est de définir un grand nombre de micro-quartiers où le trafic automobile sera réservé aux seuls résidents et où l’espace sera réaffecté aux piétons et aux cyclistes.

« Les superblocs sont destinés à mettre un terme à la prédominance de la voiture dans les rues, en affectant l’espace routier aux piétons, » explique Irene Capdevila de l’agence de l’environnement de la ville. « Ils conduisent à une baisse du trafic qui va certainement être visible en termes de pollution de l’air ou de bruit. »

supermanzanas

Dans un superbloc, plusieurs pâtés de maisons sont reliés entre eux, et la circulation (des résidents) est détournée vers l’extérieur. A l’intérieur, les piétons et les cyclistes ont la priorité tandis que les résidents des blocs peuvent conduire à une vitesse lente (10 km/h). Ces quartiers qui avaient autrefois peu d’espaces verts seront aménagés avec des mini-parcs, des places et des jardins.

hierarchie

Là où le plan d’urbanisme initial permettait seulement la circulation (principalement des voitures), le modèle Supermanzanas doit permettre de multiplier les usages et les fonctions (parcs, jeux, musique, commerce, etc.)

La ville de Barcelone a créé ses premiers superblocs en 2003 dans le quartier de Gràcia, mais c’est seulement maintenant que le concept se répand largement.

gracia

L’exemple précédent montre comment s’est transformée une intersection dans le quartier de Gràcia qui est devenue une place urbaine de 2.035 m². La ville compte réaménager un grand nombre d’intersections selon ce modèle, comme pour le croisement du quartier Eixample ci-dessus. A terme, 120 intersections devraient être transformées de la sorte pour une surface totale de 23 hectares.

supermanzanas-2

Pour aider les gens à se déplacer sans leur voiture, la ville développe également les pistes cyclables (de 100 km aujourd’hui à 300 km au terme du plan). La ville transforme dans le même temps son réseau de transport en commun afin que chaque résident ne soit pas à plus de 250 mètres d’un arrêt. Quant aux zones piétonnes, estimées à 75 hectares aujourd’hui dans la ville, elles doivent passer à 750 hectares au terme du plan, soit une multiplication par dix!

Tout ceci ressemble à s’y méprendre à un plan général pour tendre vers la ville sans voiture…

Source: http://prod-mobilitat.s3.amazonaws.com/PMU_Sintesi_Castella.pdf

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

4 commentaires sur “Barcelone a un plan pour tendre vers la ville sans voiture

  1. Pédibuspedibus

    très, très, très séduisant :

    que la chance soit avec l’équipe municipale pour qu’elle  concrétise rapidement ce projet.

  2. Haricophile

    Cette zone « Gaudi » de Barcelonne, avec son plan d’urbanisme carré avec des places hexagonales est extrêmement agréable in-situ par ses proportions équilibrées et à échelle humaine. L’inverse des grands cubes de Lecorbusier ou l’homme doit s’adapter à la vision de « l’ordre social » de l’urbaniste. Ça démontre qu’une ville peut être « moderne » dans son urbanisme et à échelle humaine.

    En rendant une grande partie des rues piétonnes et en y ajoutant un peu de verdure, ça va vraiment être génial.

  3. Pédibuspedibus

    le seul bémol avec la trame viaire de Barcelone, mais il n’est pas si terrible que ça, c’est le biseautage des îlots qui rallonge un peu l’itinéraire des piétons: on le devine bien sur la photo aérienne qui illustre en bas à droite l’article de Marcel, avec le quartier Eixample…

    sinon l’impression personnelle que j’ai pu avoir en septembre 2014 c’est une circulation automobile digne de  celle de la capitale française…

  4. Jean-Marc

    Une excellente transition :

    d abord de tels îlots, avec les motorisés autorisés au pas, pour sortir,

    puis un grossissement de ces îlot, afin d avoir un mini-centre 100% piéton dans chacun d eux ;

    au lieu de 3×3 pâtés de maisons de ce projet, cela passerait alors à 5×5 pâtés, avec, en partie centrale, un dièse, un hashtag piétonnier autorisé aux cyclistes :

    1 rue auto-tec-vélos-piétons à 20, 30 ou 45km/h, 1 rue modes actifs autorisée aux motorisés à 10km/h,  2 rues piétonnes, 1 modes actifs autorisée 10, et re-1 rue auto-tec-vélos-piétons à 20, 30 ou 45km/h)

    Ainsi, on sera toujours à une 100aine de mètre d’une rue piétonne, et proche d’un carrefour piétonnier au centre de chaque îlot, qui pourrait devenir un parc, un kiosque à musique, une aire de jeu ou des jardins de ville.

Les commentaires sont clos.