L’Esprit du Capitalisme (4/4)

Le Big Bang Atomique père de l’Apartheid

En 1948, l’année même de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, un régime de type nazi avec les mêmes standards idéologiques racistes et ségrégationnistes se met en place en Afrique du Sud. Le politologue Franco-Africain Apoli Bertrand Kameni mène l’enquête et pose une question simple : « Pourquoi le régime de l’Apartheid naît-il en Afrique du Sud en 1948 ? »

Le régime dura près d’un demi-siècle et intensifia ses violences policières au cours des décennies. Face à une telle endurance, Kameni se propose de répondre à une autre interrogation : « Pourquoi le relatif silence de la « Communauté internationale » (1) ? »

Le 21 mars 1960 eut lieu le massacre de Sharpeville. Dans un township (banlieue noire) plutôt paisible de la ville de Vereeniging de la région du Transvaal, l’évènement marque une rupture historique. On est bien face à une stratégie de terreur qui peut aller jusqu’au meurtre de masse. Le bilan de la répression policière mettant fin à la manifestation pacifiste contre le « pass » (passeport intérieur) attestait sans conteste la détermination criminelle du système de l’apartheid. Il y eut 69 morts et près de 200 blessés, mais l’autopsie des cadavres et l’examen des blessés révélèrent en plus une claire volonté de tuer. Les tirs ne relevaient ni de la légitime défense ni du simple maintien de l’ordre. Un trop grand nombre de balles en effet atteignirent leurs victimes à la tête ou à la poitrine avec leurs points de pénétration constatés dans le dos.

A la suite de cette stratégie du choc, le régime de l’apartheid se renforça dans sa logique totalitaire répressive. Un grand nombre de militants noirs furent emprisonnés, Nelson Mandela fit partie du lot pour une durée de trois décennies. D’autre prirent le chemin de l’exil.

Vu d’aujourd’hui, avec l’aura d’un saint qui s’associa à l’image de Nelson Mandela, une question supplémentaire se pose : comment la communauté internationale a-t-elle pu accepter qu’un militant politique contre le racisme et pour l’égalité ait pu être enfermé autant de temps en prison pour un simple délit d’opinion ? L’esprit du capitalisme est-il une explication suffisante en regard de cette si longue transgression de la Déclaration universelle des droits de l’homme ?

Les réponses qu’apporte Apoli Bertrand Kameni sont proprement minérales et limpides comme de l’eau de roche. Elles s’enracinent dans la terre et pour le coup, elles sont strictement fondées sur les sciences pures et dures. On quitte définitivement les obscures nébuleuses idéologiques pour étayer l’analyse politique dans la composition élémentaire de la Terre. La classification périodique des éléments s’impose comme le point de départ de la réaction en chaîne des conflits à l’époque contemporaine. Ensuite arrivent l’étude des propriétés physico-chimiques des minéraux et métaux et leurs applications militaro-industrielles. L’analyse pour comprendre la guerre perpétuelle de notre temps et la plupart des situations conflictuelles à la surface de la terre doit constamment avoir en toile de fond ce fameux Tableau de Mendeleïev mis en forme au début des années 1920.

Vu de France, « grande démocratie », ce paradigme est pour le moins surprenant pour ne pas dire iconoclaste. Kameni en est conscient. Il a trouvé dans le filon minier pour le fil conducteur de l’histoire contemporaine à l’origine du cycle sans fin des conflits et crimes contre l’humanité. Son argumentation est telle qu’elle nous fait immédiatement découvrir l’étendue de notre ignorance ou plutôt nous fait mesurer l’efficacité redoutable de la désinformation.

Pourquoi le peuple Sahraoui a été dépossédé de ses terres et vit aujourd’hui enfermé dans des camps de réfugiés hors de son pays ? Regardez au croisement de la 3e ligne et de la 15e colonne du tableau de Mendeleïev et vous aurez la réponse : le Phosphore. Ses sels sont l’une des matières premières indispensables pour que le « monde libre » puisse industrialiser son agriculture et l’offrir à une oligarchie de transnationales. Pour ne rien arranger au sort du peuple Sahraoui, l’industrie agroalimentaire est, elle-aussi, boulimique en phosphate pour doper sa « malbouffe ». Et pour que ce succulent trafic chimique sur la marchandise soit légal, la bonne Commission Européenne (compradore à la botte du complexe agroalimentaire) autorise pas moins de huit additifs alimentaires à base de phosphate…

Tandis qu’au Sahara Occidental, la terreur militaire pour la mise en fuite des populations autochtones est assurée en sous-traitance à la monarchie marocaine… Il en va de même en Tunisie à Gafsa avec sa mine de phosphate.

Mais là aucune monarchie ne peut organiser manu militari la déportation des populations locales qui croupissent dans la misère et la pollution. En conséquences techniques et logiques, pour assurer le monopole du phosphate aux puissances occidentales le laminage du conflit social par la répression est permanent.

Pourquoi, le 11 septembre 1973, il y a eu un coup d’état de la CIA au Chili : 4e ligne 11e colonne, le Cuivre.

Pourquoi au Zaïre-Congo-Kinshasa la terreur est interminable : 4e ligne 9e colonne entre le Fer et le Ni se trouve le fameux Cobalt. Les technologies innovantes pour verdir Le Capital au 21e siècle dépendent de ce métal de transition. Sans Cobalt et sans terreur perpétuelle au Congo, pas de batterie pour lancer la déferlante des voitures électriques… Comble de malchance et de guerre perpétuelle, c’est encore dans ce pays qu’on trouve le Tantale, autre métal de transition indispensable au développement de la microélectronique de masse.

Apoli Bertrand Kameni va jusqu’à dresser un tableau des conflits et crimes depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et le met en correspondance avec la classification périodique des éléments. Ainsi, il balaye d’un coup toutes les hypothèses socio-ethno-culturo-religieuses qui font toujours en boucle les explications habituelles dans la presse officielle.

Mais revenons à l’institution du régime de l’Apartheid ; elle fait l’objet de la première partie du livre de Kameni : « Du Big Bang Atomique aux conflits pour l’Uranium en Afrique du Sud ». Le titre du premier chapitre est encore plus explicite : L’apartheid, fille de la révolution atomique et de la politique minière.

Trois années décisives, 1947-1948-1949, scellent le sort tragique de millions d’Africains dans tout le pôle sud de l’Afrique. Le rayonnement répressif du régime de l’Apartheid s’étendait en effet bien au-delà des frontières de l’Afrique du Sud. Les chars déferlaient sur la Namibie, la Rhodésie et sévissaient jusqu’en Angola et au Mozambique.

En ces temps-là, les puissances occidentales se définissaient comme « grandes démocraties » et formaient le « monde libre » par opposition au monde soviétique. Mais ce sont bien elles qui président à cette funeste destinée de l’Afrique australe pour près d’un demi-siècle. Première année fatidique, 1947, début de la Guerre froide, seconde année, 1948, institution du régime de l’Apartheid et bien sûr « Déclaration universelle des droit de l’homme », puis 1949, création de l’OTAN, le sort de l’Afrique Australe est verrouillé pour un demi-siècle.

A ce moment de l’histoire, les états-majors des puissances occidentales estiment qu’ils doivent agir dans une situation de quasi-urgence militaro-industrielle. Une question simple se pose alors : comment assurer et sécuriser l’accès et le monopole des immenses ressources minérales stratégiques déjà connues qui se trouve précisément dans le pôle sud de l’Afrique ? En langage plus prosaïque de l’Amérique blanche bienpensante : « Peut-on faire confiance à des chefs d’Etats de race noire ? » Ou en plus cru – façon sergent-chef : peut-on confier le gardiennage des richesses minières à des nègres ? Aujourd’hui, la longue expérience de la Françafrique permet de répondre par l’affirmative, sauf qu’il a fallu en passer d’abord par la stratégie du choc pour annihiler toute velléité de liberté. Mais, à l’époque, en situation d’urgence, dans l’ambiance historique enthousiaste en Afrique animée des revendications d’émancipation, de libération et d’indépendance, le Monde libre a joué la prudence, la réponse fut celle brutale de l’Apartheid. Derrière le Parti National (blanc) qui instaure et assure pleinement la responsabilité de ce régime de terreur raciste, il faut voir la communauté internationale, le dit « Monde libre ».

« L’apartheid n’était que l’institutionnalisation la plus radicale de l’idéologie ethnique et culturelle pour le contrôle exclusif du panthéon minier mondial subitement valorisé et convoité par toutes les Grandes Puissances. Le segregatio nigritarum n’était qu’un partage léonin détourné et imposé par les protagonistes les plus puissants du plus fabuleux trésor découvert par les hommes. (…) Les accès de violences [du régime] coïncidaient en effet avec ceux des crises des matières premières sur la scène internationale… L’explosion des besoins en Uranium au Nord, à la suite du choc pétrolier de 1973, s’irradie au Sud en explosion de violences répressives non seulement en Afrique du Sud mais davantage encore en Namibie, siège de la mine majeure d’uranium de Rössing ».

Ainsi, tout s’explique de manière parfaitement technique, technologique et scientifique. Inutile de recourir aux nébuleuses idéologiques sur les régimes totalitaires. « La montée radicale de la violence intercommunautaire en Afrique du Sud à partir de 1945 n’est pas la résultante des différences ethnoculturelles » (…) L’érection subite de la ségrégation en système unique au monde (…) doit être confrontée au vivier minier tout aussi unique sur l’échiquier géologique des Etats de la planète, nouvellement mis au jour : avant 1945, l’Afrique du Sud connaissait l’or, le diamant, le platine et le charbon. » Puis les ressources minières se multiplièrent. « Le pays apparut comme le détenteur de la quasi-totalité des minerais : fer, cuivre, zinc, nickel, cobalt, étain, phosphate (…), argent uranium… Aussi, mieux vaut-il relever ceux qui n’y ont pas encore été découverts : le pétrole et la bauxite ».

Si au pôle sud de l’Afrique dans le panthéon minier, l’apartheid se durcit au début des années 1960 puis se fanatise dans les années 1970, c’est qu’au Nord, dans le monde blanc des « nations civilisées et civilisatrices », la Guerre froide se réchauffe avec l’affaire des missiles à Cuba (1962), les préparatifs militaires de la guerre du Vietnam suivis de la ruée occidentale épidémique vers le « tout nucléaire ».

On comprend aussi pourquoi durant son demi-siècle d’existence le régime de l’Apartheid n’a manqué de rien. Malgré toutes les protestations et les embargos lancés par les Nations Unies, Pretoria n’a jamais souffert de pénurie de pétrole. Grâce à la Compagnie Française des Pétroles (Total), l’appareil militaire de l’Apartheid n’a jamais connu de panne sèche et pouvait rayonner dans tout son immense secteur de gendarmerie. A la suite de Sophie Passebois, auteure de « Total : le carburant de l’Apartheid », Alain Deneault rappelle dans tous ses aspects les différentes activités de la compagnie pétrolière durant ledit embargo. Rien ne manquait, toute la panoplie du parfait pétrolier était déployée pour servir le régime: distribution, prospection offshore, raffinage… Grâce aux industries de l’armement des puissances occidentales, le régime a disposé de tout le matériel militaire nécessaire pour sa perpétuation et surtout sa mission de gardiennage du vivier minier au profit des transnationales du « monde libre ». Un article de Ivan du Roy exhume le rayonnement de la France en Afrique Australe : « Hommage à Mandela : quand la France et ses grandes entreprises investissaient dans l’apartheid ». L’auteur dénombre quelques 85 entreprises françaises aux petits soins pour le régime de Pretoria (2). Mais le régime de l’Apartheid en tant que garde-chiourme raciste fournissait en échange à ces entreprises une main d’œuvre passée sous la thérapie du choc et donc soumise à très bas salaire. On retrouve dans son principe économique la loi-travail du 3e Reich. L’article ne dit pas si le fleuron national français, Lafarge, a proposé ses services à Pretoria, mais rappelle que les grands de l’armement étaient présents avec l’incontournable Dassault, le BTP, la Banque, les constructeurs automobiles, sans oublier le fleuron atomique tricolore.

Ainsi, ce que nous dit Apoli Bertrand Kameni est proprement sidérant : la barbarie, les crimes contre l’humanité du type apartheid ne relèvent ni de l’idéologie ni de fantasmagorie ethnoculturelle, mais des salves successives d’innovations scientifiques et techniques du Big Bang atomique dont le point d’origine se trouve dans la Classification périodique des éléments. Les racines de l’Apartheid ne sont pas à chercher dans la cruauté du Parti Nation Sud-Africain mais dans une décision collégiale tacite et secrète des « grandes démocraties » de sécuriser le « vivier minier » Sud-Africain et d’en assurer le libre et plein accès au profit exclusif des complexes militaro-industriels occidentaux. Ainsi, dans l’immensité encore vierge et paradisiaque de l’Afrique Australe, des millions d’africains subirent sur leur propre terre le joug d’une tyrannie raciste et ségrégationniste décidée par l’élite civilisatrice du Monde libre. Sous le régime de l’Apartheid, des milliers de personnes passèrent leur vie en prison et des centaines périrent dans leur jeune âge sous le feu de la répression pour qu’au Nord les savants du « monde libre » allument, attisent et propage du feu atomique et pour que les grandes entreprises puissent disposer à très bas prix des métaux stratégiques révélés par la Classification périodique des éléments. Bien évidemment, pendant ce temps, la presse officielle, consciente de sa mission d’information, nous révélait les horreurs du Goulag en URSS.

Epilogue, déjà un mini-führer pour un nouveau cycle

Ainsi va le Capitalisme depuis la seconde révolution industrielle et le verdissage du Capital au 21e siècle n’annonce rien de bon. Il faut s’attendre au pire avec l’intensification de sa dépendance aux terres rares et métaux stratégiques. Sur les fronts humanitaires et environnementaux la situation ne peut qu’empirer…

Nous étions partis sur la piste de l’esprit du capitalisme à partir de la mise en examen d’une grande entreprise, puis, pour l’éclaircir dans sa stricte logique économique nous avons suivi les analyses de Naomi Klein. En chemin, nous avons remonté le temps jusqu’aux origines du capitalisme pour retrouver une stratégie du choc primordiale dans l’accumulation primitive du capital. Ainsi par des allers-retours dans le temps et dans l’espace on a pu unifier les diverses et très hétéroclites manifestations du capitalisme.

Avec Howard Zinn on s’est intéressé à un moment charnière significativement sanguinaire de l’expansionnisme des Etats-Unis : ce fut l’acte de naissance du futur leader toujours incontesté du « Monde libre ». Avec Jacques Pauwels, on a découvert l’utilité primordiale des führers dans l’accumulation du Capital au 20e siècle. Les décennies d’après-guerre les ont vu se multiplier à travers le monde, semés par les soins d’une Main invisible experte. Avec Alain Denault, pour le cas emblématique de Total, on a constaté à nouveau dans les faits que la collaboration des transnationales avec des régimes et organisations criminelles était plutôt la règle.

Mais surtout avec Apoli Bertrand Kameni, on a découvert le creuset du crime dans lequel le monde du capitalisme a été unifié : la Classification périodique des éléments.

Dans ses multiples et déroutantes manifestations, Le Capital au 21e siècle est donc unique et parfaitement hiérarchisé, avec une division du travail technique et politique standardisée. Les transnationales en tant que concentré de sciences et techniques en action dominent et mènent de très haut ce bas monde. Au-dessous, des Etats compradores carburent aux royalties, aux commissions et rétro-commissions et assurent en sous-traitance les basses besognes indispensables au Capital. Au Nord comme au Sud, ils excellent dans les fonctions de gardiennage des sites miniers de gardes-chiourme. A la commande ou spontanément, par oukases ou ordonnances, ils décrètent les lois-travail ad hoc et rêvent en permanence d’état d’urgence. Leurs ministères de l’écologie ou de l’industrie encensent les activités extractives et accordent les concessions et permis miniers. Pour plaire aux grandes entreprises et absoudre leurs nuisances sociales et environnementales, ils distribuent les indulgences…

Loin d’être finie ou dématérialisée, l’histoire foncièrement tellurique du capitalisme continue. Dans cette dynamique technico-scientifique et militaro-industrielle toujours plus performante et innovante, Le Capital au 21e siècle n’a désormais plus une minute à perdre. Plus que jamais fidèle à son esprit d’origine, il est reparti à plein régime pour un nouveau cycle prolifique avec un mini-führer providentiel mis en service dans la péninsule Arabique. Et, comble de l’excellence, l’émir choisi peut être piloté au millimètre comme un drone du Pentagone. Par ses tapis de bombes incessants au Yémen, il fait le régal permanent des grands marchands d’armes occidentaux et assure sa future place d’invité vedette pour les prochains Salon Eurosatory. Puis, cerise sur le gâteau, il y aura bientôt le « Stade Dubaï du capitalisme » avec « La Reconstruction ».

Il y aura bien une « fin de l’histoire »… Espérons que ce ne soit pas celle dont on parle tant aujourd’hui car, depuis la Seconde Guerre mondiale, elle réduit à l’épuisement des éléments chimiques dans le cycle interminable du capitalisme du désastre.

Fin de la 4ème partie
Jean-Marc Sérékian
Janvier 2018

Notes

(1) Apoli Bertrand Kameni « Minéraux Stratégique, Enjeux africain » Ed. PUF 2013
(2) Ivan du Roy « Hommage à Mandela : quand la France et ses grandes entreprises investissaient dans l’apartheid » Basta le 10 décembre 2013

Jean-Marc Sérékian

A propos de Jean-Marc Sérékian

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions d'énergie et de biodiversité.

Un commentaire sur “L’Esprit du Capitalisme (4/4)

  1. Cartigny guillaume

    Comparer l’apartheid au nazisme est non seulement incongru, malvenu, anachronique, mais surtout insultant vis à vis des dizaines de millions de morts juifs, communistes, résistants, intellectuels, tsiganes, et pardon pour ceux que j’oublie. Mandela n’aurait pas fait 20 ans de prison, il aurait fini gazé dès son arrivée dans un camp.

    Critiquer le capitalisme ou la bagnole n’autorise pas à dire des inepties.

    Dire que les industriels allemands et Henri Ford ont financé les campagnes de hitler, car ils y voyait un rempart contre le communisme, et surtout un moyen de faire des affaires en remilitarisant l’Allemagne, est non seulement plus efficace comme modèle de démonstration, mais aussi beaucoup moins hasardeux que des comparaisons qui n’ont pas lieu d’etre.

    Enfin, le nazisme a provoqué la deuxième guerre mondiale et redessine la carte du monde. L’apartheid n’est qu’un épiphénomène dans l’histoire mondiale.

Les commentaires sont clos.