Une innovation technologique pourrait révolutionner les transports

C’est une véritable nouvelle technologie émergente qui risque de bouleversifier le paysage du transport et de la mobilité. Imaginez un nouveau mode de déplacement individuel peu coûteux, évidemment non polluant, rapide et efficace, silencieux et respectueux du climat. Cette nouvelle technologie risque fort de révolutionner les transports.

Grâce aux révolutions industrielles et à l’arrivée d’Internet, on parle de plus en plus des innovations technologiques destinées à révolutionner la mobilité et les transports. Avec les nouvelles technologies émergentes, il devient en effet possible d’inventer le mode de déplacement de demain.

Tout est parti du besoin d’un mode de déplacement combinant un haut niveau de technologie et une réponse adaptée aux enjeux économiques, sociaux et environnementaux du 21ème siècle. Comment injecter ce qui se fait de mieux en matière de high-tech dans un véhicule répondant à 99% des besoins en milieu urbain?

Des startupers incubés dans l’Urban Lab de Paris-Tech ont planché sur la question en mode 3.0 et ont apporté une solution originale lors du dernier Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas. Au cours des 4 jours du CES, ce sont près de 10.000 personnes qui ont été transportées dans les rues de Las Vegas ou sur piste fermée grâce à ce nouveau mode de déplacement.

Ce nouveau mode de déplacement est une sorte de véhicule individuel doté de deux roues. La force motrice est fournie par son conducteur, en position le plus souvent assise, par l’intermédiaire de deux pédales entraînant la roue arrière par une chaîne.

Selon Sven Wingquist de la start-up Cyclo 3.0, « l’avantage de ce mode de déplacement tient dans le fait que le conducteur est assis et qu’il ne se fatigue pas trop en pédalant. » Apparemment, on peut même avancer parfois sans pédaler, par exemple sur le plat ou dans les descentes.

En fait, c’est un véritable concentré de haute technologie incorporant un cadre, un pédalier, des freins et même des vitesses pour aller vite.

Pour Ivan Illich, le fondateur de Cyclo 3.0, « on pourrait tout à fait envisager une flotte de millions d’engins de ce type qui permettraient aux Hommes de se déplacer facilement et sans contrainte. » Vu le faible coût des composants, il serait en effet possible d’envisager une généralisation de ce mode de déplacement à moindre coût. C’est en fait une solution beaucoup plus réaliste que les « délires actuels autour des voitures électriques, autonomes ou autres projets farfelus d’Elon Musk. »

Également, cette invention pourrait améliorer très nettement l’environnement tout en réduisant massivement les émissions de CO2. Enfin, les chercheurs de Cyclo 3.0 ont développé un démonstrateur qui ne consomme aucune énergie autre que l’énergie musculaire et qui ne fait quasiment aucun bruit, ce qui est appréciable en ville.

En généralisant ce mode de déplacement à l’échelle mondiale, il serait aussi possible de créer des millions d’emplois locaux pour l’entretien et la réparation, ce qui permettrait de répondre aux trois enjeux du développement durable (sociaux, environnementaux et économiques).

Pour finir, laissons Sven Wingquist définir ce nouveau mode de déplacement révolutionnaire: « c’est un peu comme un vélo d’appartement, mais avec des roues et permettant de se déplacer d’un point à un autre. »

Nul doute que cette innovation technologique est promise à un brillant avenir!

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

7 commentaires sur “Une innovation technologique pourrait révolutionner les transports

  1. emmp

    « c’est un peu comme un vélo d’appartement, mais avec des roues et permettant de se déplacer d’un point à un autre. »

    Je réclame des droits d’auteur sur cette phrase que je répète à tous ceux et celles qui me récitent la série des « oh là là, mais comment tu fais pour aller partout à vélo, moi j’ pourrais jamais ! », ou qui prennent leur ouature pour aller pédaler elliptiquement en salle de « sport ».

  2. Alain

    Un poisson d’avril avant la date ? Nulle trace de Sven Wingquist et de sa startup, si ce n’est celles de l’inventeur des roulements à billes.
    Voilà un domaine où les espoirs de changements révolutionnaires sont espérés comme « la venue d’un nouveau messie », ce serait dommage de décevoir ces espoirs ou de « tromper » les gens en diffusant des informations pas suffisamment fiables, nous attendons des liens vers d’autres sources. Merci.

  3. François

    Merci pour ce clin d’oeil!  Les occasions de sourire ne sont pas si nombreuses en ce moment…

    Je suis absolument convaincu que, de même que le cheval est la plus belle conquête de l’être humain, le vélo est sa plus belle invention! Mais bien sûr, je n’ai jamais essayé le mono-roue…

     

  4. jsunkids@hotmail.com

    le vélo c’est bien mais faut quand même avoir envie de pédaler

  5. zit

    Alors, les modèles assis, c’est sympa, effectivement super efficace, mais malgré tout, après quelques heures de déplacement, des douleurs diverses commencent à apparaitre…

    le Cyclo 4.2, sur lequel on est allongé, le confort est largement supérieur, mais la plupart des usagers du 3.0 pensent qu’ils n’arriveront jamais à avancer avec…

    http://www.atomiczombie.com/plans/highroller/HighRoller%20Short%20Wheelbase%20Recumbent%20Bike%205.jpg

    Alors que l’on y pédale tellement plus confortablement, et sans craindre le vent…

    (et puis, ce qui est rigolo, au début, c’est qu’effectivement, on n’est pas capable d’avancer avec ces machins, il faut apprendre l’équilibre, et passé un certain âge, c’est encore moins facile qu’ à 5-6 ans ;o)

  6. CarfreeCarfree

    Comment permettre aux gens de se déplacer sur courtes, moyennes, longues distances avec des véhicules beaucoup moins grands, moins puissants, moins équipés et donc beaucoup plus économes en ressources ?

    Et à ce titre, je souhaiterais vous présenter une technologie de transport qui s’inscrit plutôt bien dans cette approche.

    Un exemple de technologie sobre et efficace

    A l’issue d’un intense “brainstorm”, les concepteurs de ce véhicule se sont aperçus que s’ils faisaient preuve d’un peu de minimalisme, s’ils retiraient les lève-vitres électriques, la climatisation, les airbags latéraux, la caméra de recul pour l’aide au stationnement, ils arrivaient à fortement réduire son empreinte écologique:

    • Sa masse était divisée par 130 (de ~1300 à ~10kg)
    • Ses émissions de CO2 liées à sa fabrication par 27 (de 6.4t à 0.24t CO2eq)
    • Sa consommation d’énergie au km par 22 (de 540 à 25 Wh/km)

    Alors il est vrai que cette technologie a un inconvénient majeur: sa vitesse maximale ne peut égaler celle des voitures actuelles (ce qui est fâcheux pour les trajets un peu longs) mais, aussi surprenant que cela puisse paraitre, sa vitesse moyenne est équivalente en ville (~15km/h).

    Source: https://atterrissage.org/technologies-societe-durable-65514b474700

Les commentaires sont clos.