Le stationnement dans les écoquartiers

Le stationnement automobile privé constitue un produit coûteux et non rentable. C’est notamment le cas des dispositifs de stationnement enterrés, dont le coût peut représenter de 10 à 15% du coût de construction d’un bâtiment, selon le bureau d’études ARCH’URBA. En outre, dans la quasi totalité des cas, ces places doivent être vendues en-dessous de leur prix de revient aux ménages qui en font l’acquisition. Lire la suite…

Lyon, capitale du Vélo Social et Solidaire du 16 au 20 mars 2016

Plus de 200 représentant·e·s d’ateliers vélo participatifs et solidaires venu·e·s de France, de Belgique mais également d’Espagne et d’Italie se donnent rendez-vous du 16 au 20 mars 2016 à Lyon et Villeurbanne. Ce week-end, organisé autour de L’assemblée générale de L’Heureux Cyclage doit permettre aux animateur·euse·s des ateliers vélo de partager des expériences, débattre et définir des projets communs pour le réseau national. Lire la suite…

Et à la fin… Encore une voiture?

J’ai participé récemment à un évènement faisant partie de notre humaine condition et cependant jamais banal, celui d’accompagner une personne vers sa « dernière demeure ». Dans ces moments, nos pensées douloureuses vont bien sûr vers l’être que nous perdons, vers ses proches… Malheureusement le rideau de larmes qui trouble notre regard fait que nous ne la voyons pas… discrète, rebaptisée pour l’occasion, rendue invisible par ses couleurs de circonstance et son allure compassée, disparaissant souvent derrière des monceaux de fleurs… Lire la suite…

L’avenir sera Carfree ou ne sera pas!

C’est une véritable lame de fond, l’idée de faire disparaître progressivement les voitures de nos villes est en train de devenir peu à peu une réalité. L’avenir sera Carfree ou ne sera pas! Partout dans le monde, la voiture individuelle est sur le banc des accusés. De plus en plus de villes lancent des projets de restriction ou d’interdiction de circulation pour les voitures. Nous défendons ici-même ces idées depuis maintenant plus de dix ans et nous sommes en train de gagner. Lire la suite…

Un dimanche parfait…

C’est un beau dimanche du mois d’Août. Monsieur Jean se lève et constate que le temps est fort agréable aujourd’hui. Il fait relativement frais (22°C), le vent est faible et le ciel légèrement nuageux: c’est une météo idéale pour… Diantre! Mr Jean réalise – tout de bloc – deux choses: c’est en effet une météo idéale pour une balade à vélo et (fichtre!) cela fait bien dix ans qu’il n’est pas monté en selle… Lire la suite…

Décryptage d’une opération locale

On parle souvent de villes qui s’aménagent pour réduire la circulation automobile, que ce soit en limitant la vitesse à 30 km/h ou en fermant certaines voies aux véhicules motorisés. L’un des arguments employés pour promouvoir ces décisions est que, dans un milieu urbain, on n’est jamais loin des commerces et des services, et qu’il est donc relativement facile pour un individu de se passer de voiture. Lire la suite…

Retrouver la ville

Pourquoi, “la ville” ?

J’ai préféré ne pas adjoindre d’adjectif (durable, verte, douce…) au mot “ville” présent dans le titre de cet article, afin d’éviter le pléonasme. La ville-voiture, en effet, n’a-t-elle pas déjà cessé d’être une ville ? En ayant assujetti la ville à la circulation automobile, nous en avons fait une route. Une route maillée, avec des carrefours, des voies rapides et secondaires, des feux et une signalisation spécifique, mais une route quand même. Cette “ville-machine”, qui profite uniquement à la circulation motorisée et nuit aux autres usagers (pollution, bruit, insécurité, barrières de franchissement…) fut rêvée par les urbanistes du XXe siècle, eux même bercés par les pionniers de la seconde révolution industrielle comme Eugène Hénard, appliquée dans l’après-guerre et remise au cause dès les années 1970. Un modèle donc tout à fait éphémère, à l’échelle de l’histoire. La grande question est alors de savoir de quoi sera faite la ville du futur, de quelle modèle voulons-nous et, surtout, comment l’appliquer. Lire la suite…

Arguments pour l’habitat sans voiture ou avec peu de voitures

La forme de l’habitat et le lieu de résidence influencent notre comportement de mobilité comme peu d’autres facteurs. Notre logement est le point de départ et d’arrivée de tout déplacement. L’idée des quartiers d’habitation sans ou avec peu de voitures s’est diffusée dans les années 1990. Il s’agit d’un concept judicieux, permettant de réduire le trafic automobile et d’améliorer la qualité de vie dans les quartiers. Lire la suite…