Motorville

Motorville est un film coup de poing. En moins de trois minutes, Patrick Jean, son réalisateur, parvient à nous faire ressentir l’addiction de nos sociétés au pétrole en utilisant l’anthropomorphisme sur des cartes remodelées. Il interroge ainsi la manière dont l’industrie automobile, avec les hydrocarbures, a façonné nos paysages, nos environnements, mettant la voiture au centre de nos vies. Lire la suite…

« Les périurbains demandent qu’on leur foute la paix sur leur façon de vivre! »

Le titre d’un article récent du journal 20 minutes n’y va pas par quatre chemins: « Les périurbains demandent qu’on leur foute la paix sur leur façon de vivre! » L’article relate une étude réalisée par l’agence d’urbanisme Bordeaux Aquitaine sur le périurbain en Gironde, « démontant quelques clichés sur ce territoire souvent stigmatisé… » Lire la suite…

Une nouvelle mobilité est possible

Voici un texte écrit par Fabio Maria Ciuffini, un urbaniste et ingénieur italien de 86 ans, auteur du rapport « Città senza auto » (Ville sans voiture) en 1991. A partir de l’actualité récente des gilets jaunes en France, Fabio Maria Ciuffini explique selon lui les tenants d’une vraie politique de transition écologique dans le domaine de la mobilité. Lire la suite…

Assistés !

Ces derniers temps, les assistés montent au créneau, contre une nouvelle réduction, leurs représentants politiques, FN, républicains et acolytes menant la fronde. Ces pauvres victimes vont perdre 10 km/h sur une partie des routes. Comme toujours, victimes, vaches à lait, la misère du monde retombe sur les automobilistes, cette minorité détestée ! Lire la suite…

La dépendance pétrolière

Une étude commandée par Transports & Environnement et réalisée par Cambridge Econometrics montre que la dépendance de l’Union Européenne sur les importations de pétrole brut a augmenté au cours des 15 dernières années (de telle sorte que 88 % de tout le pétrole brut est importé). En 2015, l’Europe a dépensé au total environ 215 milliards d’euros en importations de pétrole brut. Cambridge Econometrics a produit des cartes montrant les flux commerciaux de pétrole vers l’Europe. Lire la suite…

Auto-intoxication

L’Histoire naturelle des sottises est un livre de Bergen Evans, traduit et publié en français par Plon en 1961. Dans ce livre, un chapitre intitulé « Auto-intoxication » analyse sous tous les angles les conséquences de l’invention de la voiture sur la société, le paysage et le mode de vie, l’écologie, la corruption… Lire la suite…

La société de la voiture

Contrairement à ce que certains ont pu penser ou pensent peut-être encore, ce blog n’a pas vocation à être « anti-voiture » mais cherche simplement à démontrer qu’avoir une voiture et la considérer comme indispensable est un choix de vie et rarement une obligation subie. Lire la suite…

Quel avenir pour les déplacements dans les territoires périurbains face à une augmentation du coût de l’énergie?

J’ai lu pour vous l’article (1) du géographe Xavier Desjardins, issu d’une enquête qualitative (2) réalisée en 2009, auprès d’un peu moins d’une centaine d’habitants résidant dans deux villages d’Ile-de-France, situés à une cinquantaine de kilomètres du centre de la capitale. L’auteur cherchait à connaître les pratiques de mobilité et les représentations de leur territoire qu’avaient les habitants (3), avec l’hypothèse qu’ils pourraient trouver une marge d’adaptation à partir du logement. Le but étant pour lui d’intégrer aux politiques publiques les aspirations de la population périurbaine, tout en essayant d’imaginer l’avenir des territoires périphériques. Lire la suite…

Réflexion sur le transhumanisme : le côté indispensable de l’automobile

Il existe un bon nombre d’alternatives à l’automobile, parmi lesquelles les transports en commun et les modes de transports actifs (vélo, roller, marche à pieds). Mais malgré la promotion de ces différents types de déplacement, la voiture reste indispensable dans l’esprit de la majeure partie de la population occidentale. Lire la suite…

There is no alternative ?

There is no alternative: « il n’y a pas de solution alternative ». Beaucoup d’automobilistes reprennent à leur compte cette formule historiquement attribuée à Margaret Thatcher et censée expliquer que le marché, le capitalisme et la mondialisation sont des phénomènes nécessaires et bénéfiques et que tout régime qui prend une autre voie court à l’échec. Lire la suite…