Un mot sur ce train magnifique qui faillit bien exister

urbanisme-ferroviaire

J’assume sans état d’âme le mot de nostalgie. C’est une mélancolie, donc une tristesse. C’est un plaisir aussi, lié au souvenir de ce qui fut. C’est un regret enfin, celui d’une histoire qui s’arrêta, qu’on arrêta plutôt. Je comprends très bien ceux qui vantent l’automobile. Je comprends encore plus aisément ceux qui démontrent – en vérité, sans mal – que cet engin est désormais inévitable dans un grand nombre de situations. Mais moi, je déteste la bagnole et l’univers qu’elle a décidé pour nous. Car bien entendu, l’objet imaginé il y a un peu plus de cent années s’est emparé de nos destins jusqu’à les changer de fond en comble. Il est devenu une force matérielle. Il a fini par prendre toutes les décisions que nous n’osions assumer. Lire la suite…

Pour l’interdiction des 24 Heures du Mans

24_heures_du_mans

Et c’est reparti pour un tour, ou plutôt pour 360 tours de circuit (à quelques tours prêt) et 24 heures de furie motorisée et polluante. On a diffusé le film Home sur France 2 la semaine dernière et Europe Ecologie a fait un carton aux élections européennes: ce n’est pas grave et cela ne change pas grand chose pour les 24 Heures du Mans, cette Arme de Pollution Massive qui revient tous les ans à la même époque nous rappeler qu’au bout du compte, la planète, le réchauffement climatique, l’épuisement du pétrole ou l’environnement, tout le monde s’en fout! Lire la suite…

Le Véhicule des Dieux : Archéologie de l’automobile

On connaît à fond l’histoire de l’automobile. On ignore encore d’où vient le désir d’inventer un véhicule qui se déplace de lui-même. L’homme s’y est employé avec un acharnement contre toute raison, alors que pendant des siècles, les voitures à cheval ont été incomparablement plus rapides que toutes les automobiles plus ou moins fantaisistes ou grotesques issues de son cerveau. Lire la suite…

Réchauffement climatique : sacrée voiture !

Le coût du réchauffement climatique a été chiffré à 5.500 milliards d’euros d’ici 2050, soit autant que les deux guerres mondiales ou la crise de 1929 ! Si l’on veut prévenir cette catastrophe ou en limiter l’ampleur, il faudrait diviser par quatre les émissions annuelles de carbone dans les pays industrialisés tels que la France. Voir aussi : « Le réchauffement climatique ?… Connais pas » et Réchauffement climatique : la guerre façon Churchill Lire la suite…