L’ère post-automobile au Salon de Tokyo

ere-post-automobile

C’est dans l’air du Temps : l’automobile prend le statut « de vieux truc hérité des années 50 qui pollue et fait du bruit ». De notre point de vue, ce n’est pas nouveau. On pourrait également préciser qu’il encombre l’espace public, qu’il  est responsable de forte discrimination spatiale dans les villes ou encore qu’il est responsable plus ou moins directement de toutes les guerres liées aux ressources sur la planète. Mais pour la plupart des gens, cela n’est que du rabâchage de clichés émit par des cyclo-écolos frustrés que nous sommes peut-être. Là où ça devient intéressant, c’est que cette constatation ne vient pas d’un petit groupe d’alternatifs : le salon automobile de Tokyo prend très au sérieux le manque d’intérêt des jeunes pour l’objet automobile. Un petit article du Temps, dans l’édition du samedi 24.10.2009,  y est consacré : l’ère du post-automobile. Lire la suite…

Éloge de la lenteur : ralentissons la ville !

Le mouvement « Cittaslow », Citta Lenta, Slow City – explication d’un concept de ville alternative. En 1986 est fondé en Italie par Carlo Petrini le mouvement « Slow Food », qui lutte contre l’uniformisation des goûts, la mauvaise qualité de la nourriture accélérée par la mondialisation et la « culture » Ma Do. À Paris, cette même année, est officiellement constitué le mouvement international Slow Food avec la rédaction d’un Manifeste signé par les délégués de 15 pays. Lire la suite…

Après le GreenWashing, les constructeurs nous font le coup du « PédoWashing »

pedorenault

Au fur et à mesure que la société française prend conscience de l’égoïsme de se déplacer en voiture individuelle, nos concessionnaires inventent des parades pour aller chercher plus loin des ressorts émotifs encore plus intimes pour les forcer à acquérir leurs modèles.

Après le greenwashing qui exploitait le sentiment universel de la défense de la nature, c’est à l’innocence enfantine qu’ils s’en prennent. Je trouve odieuse cette façon de masquer la liste sans fin des nuisances automobiles individuelles par la mise en scène de la spontanéité puérile. Lire la suite…

Le vélib est-il vraiment à nous ??

Madame, Monsieur, Je vois depuis quelques temps votre nouvelle campagne d’affichage en ville, sur le thème : « Vélib’ est à vous, protégez-le » , et je souhaiterais faire quelques remarques sur le sujet.

Je pense que cette publicité est mensongère : les Vélib’ ne sont pas à nous, ils appartiennent à l’entreprise JC Decaux qui nous permet de les louer. Les associations cyclistes avaient proposé lors de la phase d’étude des solutions indépendantes, gratuites ou non. Celle de JC Decaux est l’une de celles qui permettaient le moins à l’utilisateur de se sentir responsable du vélo qu’il loue. J’insiste sur le fait que le client loue un vélo sous contrat, et non pas qu’il l’emprunte. Lire la suite…

VroooooOum ! Pourquoi nous restons accros à l’auto

vroum-courrier-international

Si la crise de l’industrie automobile nous touche tant, ce n’est pas seulement à cause de ses conséquences économiques et sociales. C’est aussi parce que nous entretenons avec la voiture une relation singulière. Expression ultime de l’individualisme selon la London Review of Books, elle symbolise également la réussite sociale. Ne serait-ce que virtuellement, comme en Chine, où les cols blancs, raconte le Jingji Cankao Bao, s’offrent les véhicules de leurs rêves sur le Net. Mais, pour le magazine autrichien Falter, l’automobile, loin de nous libérer, nous asservit. C’est une drogue, dont on peut toutefois décrocher, comme en témoigne le reportage du Hamburger Morgenpost dans un quartier sans voitures de Hambourg. Lire la suite…

Jordanne

Le niveau des rivières est au plus bas. La canicule et la rareté des pluies ont abaissé le niveau de la nappe phréatique. Si bien que la terre forme une croûte imperméable. Tout part au ruisseau. Celui-ci presque maladivement gonfle jusqu’au prochain rayon de soleil et là, il retarit. Lire la suite…

Réquisition des places de stationnement!

blocage

Les vélorutionnaires lyonnais ayant décidé de réitérer l’expérience de mai 2008, ils iront de nouveau occuper des places de stationnement automobile en juin 2009.  La vélorution du 27 juin 2009, après un petit tour dans la ville, ira donc se rapproprier les places de parking. N’hésitez pas à leur proposer une rue ou une place et le samedi 27 juin, à apporter de quoi changer le visage de la rue.

Sur la photo, la Vélorution s’arrête sur la petite place de la Croix-Rousse à Lyon, un endroit où aucun enfant ne vient jamais jouer. Et pour cause : la totalité de l’espace est dévolu à la voiture ! Dans un quartier qui mériterait d’être piéton, on se demande comment c’est encore possible. Pourquoi continuer à faciliter le trafic et le stationnement automobile alors que la pollution est un problème majeur de santé public ?

Source: http://velorutionlyon.free.fr

La consommation d’espace-temps des divers modes de déplacements en milieu urbain

comment-transporter-240-personnes

Saluons la sortie d’un document de référence, lisible, didactique, à recommander malgré sa taille, produit par Frédéric Héran (CNRS/Ifesi Lille) et Emmanuel Ravalet (CNRS/LET Lyon) dans le cadre d’une recherche financée par le PREDIT3. Cette étude s’intitule « La consommation d’espace-temps des divers modes de déplacements en milieu urbain » et prend pour terrain d’application le cas de l’Ile-de-France. Lire la suite…

Pour en finir avec Autolib’

Vous connaissez sans doute le Vélib’, le système de vélos en libre-service de Paris. Devant le succès de la démarche, la ville de Paris veut aller plus loin. Mais attention, plus loin ne veut pas dire créer encore plus de stations ou mettre encore plus de vélos à disposition, cela veut juste dire adapter le concept du Vélib’ pour les voitures. Cela s’appellerait Autolib’ et cela se présente déjà comme le plus grand foirage de la mandature Delanoë… Lire la suite…