L’effet Mary Poppins

Ce texte a été publié en janvier dernier sur le site Lovely Bike Il est republié en version traduite sur VELOFUN.FR avec l’accord de l’auteur. Le thème est celui de l’impact psychologique de la tenue d’une cycliste (une femme donc) sur les automobilistes. Le constat de l’auteur est qu’une tenue classique/féminine (d’où la référence à Mary Poppins) attire la sympathie des automobilistes qui sont de fait plus prudents. Aussi abracadabrantesque que cela puisse paraître, cette théorie est corroborée par de nombreux témoignages, et peut (c’est un point de vue personnel) être étendue. Vous trouverez quelques liens sur ce thème ainsi qu’une conclusion personnelle en fin d’article. Lire la suite…

La planète malade

La « pollution » est aujourd’hui à la mode, exactement de la même manière que la révolution: elle s’empare de toute la vie de la société, et elle est représentée illusoirement dans le spectacle. Elle est bavardage assommant dans une pléthore d’écrits et de discours erronés et mystificateurs, et elle prend tout le monde à la gorge dans les faits. Elle s’expose partout en tant qu’idéologie, et elle gagne du terrain en tant que processus réel. Ces deux mouvements antagonistes, le stade suprême de la production marchande et le projet de sa négation totale, également riches de contradictions en eux-mêmes, grandissent ensemble. Ils sont les deux côtés par lesquels se manifeste un même moment historique longtemps attendu, et souvent prévu sous des figures partielles inadéquates: l’impossibilité de la continuation du fonctionnement du capitalisme. Lire la suite…

Spermatocyclette

Entre nous, qui n’a pas rêvé de voir des spermatozoïdes parcourir les rues de la ville? Nordisk Cryobank, l’une des plus importantes banques de sperme d’Europe a réalisé ce fantasme, bien évidemment à Copenhague, la ville du vélo. Et il ne s’agit pas d’un vélo publicitaire, mais d’un vélo qui transporte réellement… du sperme! Lire la suite…

Ce que nous retenons d’une vie sans voiture, témoignage

Pour compléter mon dernier article sur la réduction de la place de la voiture en ville, voici maintenant le témoignage d’une famille américaine qui a abandonné sa voiture… Bien sûr tout n’est pas transposable mais il donne un éclairage sur la question. Remarque : la société américaine est encore plus « automobile » que la nôtre, avec des distances énormes pour aller travailler… Lire la suite…

A nous la catastrophe !

La pénurie d’énergie ne fait que commencer. Ses conséquences sont souvent présentées de manière catastrophiste (Yves Cochet, Pétrole apocalypse, Richard Heinberg, Pétrole, la fête est finie, Jean-Marc Jancovici, Le plein s’il vous plaît, etc.). C’est-à-dire réaliste. Dario Fo, prix Nobel de littérature 1997, est assez documenté sur le sujet pour ne pas déborder d’optimisme. Mais dans son ouvrage L’Apocalypse différée, l’auteur italien imagine une prise de conscience soudaine et salvatrice. Lire la suite…

Le mois du blanc

A l’heure ou les « naufragés de la route » bénéficient de privilèges « dus » au fait qu’ils se retrouveraient, sinon, bloqués comme des cons quelques heures dans leur bagnole surchauffée au fossile pour pouvoir conserver leur statut de bons soldats bien formatés, privilèges qui ne sont surement pas offerts, bien qu’ils auraient été bien plus utile, aux SDF qui crèvent de froid dans la rue, mais à qui on ne pense pas, qu’on oublie, à qui on ôte toute humanité en leur enlevant le droit au café chaud, au croissant du matin, au dortoir ou même au magasin ouvert spécialement pour les sauver, eux qui en auraient pourtant tant besoin, je ne peux, pour ma part, m’empêcher de développer une nostalgie autre que cette sensation d’abandon de l’automobiliste pressé… Lire la suite…

De la légitimité d’un salaire astronomique

Par Olivier Meunier

Les chiffres sont tombés : monsieur Carlos Ghosn, PDG du groupe Renault-Nissan, est le mieux payé des patrons du CAC 40. Son salaire annuel, pour l’année 2009, est de 9,2 millions d’euros. Pour le commun des mortels, cette somme ne veut rien dire, parce qu’elle est inaccessible à une vie entière de travail salarié pour la classe dite « moyenne ». Lire la suite…

L’autorefoulement et ses limites, ou la dénégation sans limite

L'autorefoulement et ses limites, ou la dénégation sans limite

Les éditions Descartes & Cie ne s’honorent pas en publiant L’autorefoulement et ses limites. Ce texte, aussi abject que court, ne laisse aucune place à l’esprit rationnel, rigoureux qui caractérisait René Descartes. Ici, Mathieu Flonneau se livre à une psychologisation de prisunic pour tenter de discréditer toute critique de l’automobile. Raté. En foulant au pied la droiture cartésienne, c’est lui-même que l’auteur discrédite. Lire la suite…

La relocalisation heureuse

delocalisations_massives

Dans son livre posthume Ecologica (1), André Gorz écrivait que « la question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d’une radicale nouveauté ». Geneviève Azam, dans son livre publié récemment, « Le temps du monde fini »(2), (p 151-155) nous indique que « l’état d’urgence devient la règle » et que « l’idée de transition à mettre en œuvre dès aujourd’hui dessine une sortie possible du capitalisme de la catastrophe et ébauche les contours d’une bifurcation. » Cette transition passe par la relocalisation des activités à travers des choix démocratiques ; c’est la résistance à la globalisation et non la régulation ou la maîtrise de celle-ci.  Lire la suite…