Déclin et survie des grandes villes américaines

The Death and Life of Great American Cities (Déclin et survie des grandes villes américaines) est un livre écrit en 1961 par l’écrivaine et activiste Jane Jacobs. Il s’agit d’une critique de la politique d’urbanisme des années 1950, qu’elle tient pour responsable du déclin de nombreux quartiers urbains aux États-Unis. Ce livre est l’œuvre la plus connue et la plus influente de Jane Jacobs.

Jacobs critiquait les urbanistes « rationalistes » des années 1950 et 1960, en particulier Robert Moses, ainsi que les travaux antérieurs de Le Corbusier. Selon elle, l’urbanisme moderniste négligeait et simplifiait à l’extrême la complexité de la vie humaine au sein de diverses communautés. Elle s’est opposée aux programmes de rénovation urbaine à grande échelle qui affectaient des quartiers entiers et construisaient des autoroutes dans les centres-villes. Elle prône au contraire un développement dense à usage mixte et des rues piétonnes, où les « yeux sur la rue » des passants contribuent au maintien de l’ordre public.

Jacobs commence son ouvrage en déclarant sans ambages : « Ce livre est une attaque contre l’urbanisme et la reconstruction actuels. » Elle décrit un voyage dans le quartier North End de Boston en 1959, qu’elle trouve accueillant, sûr, dynamique et sain, et oppose son expérience à ses conversations avec les planificateurs et financiers de l’élite du quartier, qui le déplorent comme un « terrible taudis » ayant besoin d’être rénové. Qualifiant la théorie dominante des villes de « superstition savante » qui a désormais pénétré la pensée des urbanistes, des bureaucrates et des banquiers à parts égales, elle retrace brièvement les origines de cet « urbanisme orthodoxe. »

En résumant le développement de la théorie de l’urbanisme contemporain, elle commence par la cité-jardin d’Ebenezer Howard. La cité-jardin a été conçue comme une nouvelle forme de plan directeur, une ville autosuffisante éloignée du bruit et de la misère de Londres à la fin du XIXe siècle, entourée de ceintures vertes agricoles, avec des écoles et des logements entourant un centre commercial hautement réglementé. La cité-jardin autoriserait un maximum de 30 000 habitants dans chaque ville et prévoyait la mise en place d’une autorité publique permanente chargée de réglementer soigneusement l’utilisation des sols et d’écarter la tentation d’accroître l’activité commerciale ou la densité de la population. Les usines industrielles étaient autorisées à la périphérie, à condition d’être masquées par des espaces verts. Le concept de cité-jardin a été concrétisé pour la première fois au Royaume-Uni par le développement de Letchworth et Welwyn Garden City, ainsi que dans la banlieue américaine de Radburn (New Jersey).

Jacobs retrace l’influence de Howard à travers des sommités américaines telles que Lewis Mumford, Clarence Stein, Henry Wright et Catherine Bauer, un groupe de penseurs que Bauer appelait les « décentristes ». Les décentristes proposaient d’utiliser la planification régionale comme moyen d’améliorer les malheurs des villes encombrées, en attirant les habitants vers une nouvelle vie dans les périphéries et les banlieues à faible densité, ce qui aurait pour effet d’amincir le noyau urbain surpeuplé. Jacobs met en évidence les préjugés anti-urbains des défenseurs de la cité-jardin et des décentristes, en particulier leurs intuitions communes selon lesquelles les communautés doivent être des unités autonomes, que l’utilisation mixte des sols crée un environnement chaotique, imprévisible et négatif, que la rue est un mauvais lieu pour les interactions humaines, que les maisons devaient être tournées vers l’extérieur, vers des espaces verts abrités; que les super-blocs alimentés par des artères étaient supérieurs aux petits blocs dont les carrefours se chevauchaient ; que tous les détails importants devaient être dictés par un plan permanent plutôt que façonnés par un dynamisme organique; et que la densité de population devait être découragée, ou du moins camouflée pour créer un sentiment d’isolement.

Jacobs poursuit son enquête sur l’urbanisme orthodoxe avec Le Corbusier, dont le concept de ville radieuse prévoit vingt-quatre gratte-ciel au sein d’un grand parc. Superficiellement en désaccord avec les idéaux de faible hauteur et de faible densité des décentristes, Le Corbusier a présenté sa ville verticale, avec ses 1 200 habitants par acre (environ 4.000 m²), comme un moyen d’étendre les concepts primaires de la cité-jardin – le super-bloc, la planification régimentaire des quartiers, l’accès facile à l’automobile et l’insertion de grandes étendues herbeuses pour empêcher les piétons de circuler dans les rues – à la ville elle-même, dans le but explicite de réinventer les centres-villes stagnants. Jacobs conclut son introduction par une référence au mouvement City Beautiful, qui a parsemé les centres-villes de centres civiques, de boulevards baroques et de nouveaux parcs monumentaux. Ces efforts ont emprunté des concepts à d’autres contextes, tels que l’espace public à usage unique déconnecté des itinéraires de promenade naturels et l’imitation des terrains d’exposition de l’Exposition universelle de Chicago.

Lire aussi :  Automobilistes, sur la route, soyez courtois, assumez vos responsabilités et agissez en adulte.

Jacobs admet que les idées de la cité-jardin et des décentristes sont logiques en soi : une ville de banlieue attirant des personnalités attachées à leur vie privée et aimant l’automobile devrait vanter ses espaces verts et ses habitations à faible densité. La frustration anti-orthodoxe de Jacobs vient du fait que leurs préjugés anti-urbains sont en quelque sorte devenus une partie inextricable du consensus académique et politique dominant sur la manière de concevoir les villes elles-mêmes, inscrit dans les programmes de cours et dans la législation fédérale et étatique affectant, entre autres, le logement, le financement hypothécaire, la rénovation urbaine et les décisions de zonage. « C’est l’événement le plus étonnant de toute cette histoire désolante: des gens qui voulaient sincèrement renforcer les grandes villes ont finalement adopté des recettes franchement conçues pour miner leurs économies et les tuer. »

Elle est moins sympathique à l’égard de Le Corbusier, notant avec consternation que la ville rêvée, bien qu’impraticable et détachée du contexte réel des villes existantes, « a été saluée avec délire par les architectes et s’est progressivement concrétisée dans des dizaines de projets, allant des logements sociaux aux projets d’immeubles de bureaux. » Elle s’inquiète également du fait qu’en cherchant à éviter d’être contaminés par « la ville de travail », les efforts isolés de City Beautiful ont lamentablement échoué à attirer les visiteurs, ont été propices à la flânerie et à la décadence, et ont ironiquement accéléré le rythme de la disparition des villes.

Le livre reste le plus influent de Jacobs et est encore largement lu par les professionnels de l’urbanisme et le grand public. Il a été traduit en six langues et s’est vendu à plus d’un quart de million d’exemplaires. Le théoricien de l’urbanisme Lewis Mumford, tout en critiquant sa méthodologie, a encouragé les premiers écrits de Jacobs dans la New York Review of Books. Le livre Times Square Red, Times Square Blue de Samuel R. Delany s’appuie fortement sur The Death and Life of Great American Cities dans son analyse de la nature des relations sociales dans le domaine des études urbaines.

Le livre a joué un rôle majeur dans le retournement de l’opinion publique contre les urbanistes modernistes, notamment Robert Moses. Il a également contribué à ralentir le développement effréné de Toronto (Ontario, Canada), où Jacobs a participé à la campagne visant à empêcher la construction de l’autoroute Spadina.


Jane Jacobs
Déclin et survie des grandes villes américaines
Traduit de l’américain et présenté par Claire Parin. Postface de Thierry Paquot.
Collection : Eupalinos / A+U
416 p., 2012.
ISBN 978-2-86364-662-5

Source: https://en.wikipedia.org/wiki/The_Death_and_Life_of_Great_American_Cities

Un commentaire sur “Déclin et survie des grandes villes américaines

  1. Joffrin

    Paquot tison, le père noël au balcon… ?

    On pourra se replonger dans l’inégalable City of Quartz de Davis ou le Geography of Nowhere de Kunstler (« The future will require us to build better places, or the future will belong to other people in other societies », dixit) ; ce message, juste pour signaler un article du Diplo (de la ‘superfamille’ des Diplodocoidea, et autres dinosaures comme Paquot) :

    https://www.monde-diplomatique.fr/2022/12/KEISER/65383

    « Aux États-Unis, la gentrification par l’école » de R. Keiser ; ici, le problème n’est plus la périurbanisation mais la gentrification et donc l’exclusion des pauvres des (centres) villes : ça branche bien les ‘urbanistes’ (comme qui au fait ?), car les riches sont bancables (et relisez donc la phrase de Kunstler ci-dessus).  La privatisation de la ville passe ici par la privatisation de l’école… Illich au secours !

Les commentaires sont clos.