L’automobile détruit la planète

Automobile et destruction de la planète

Après avoir connu une période de « guerre froide » entre 1945 et 1990 basée sur le spectre de la destruction de la planète par l’atome, nous sommes désormais entrés dans une période de « guerre chaude » caractérisée par la menace de la destruction de la planète par l’automobile.

Cette guerre chaude se fonde sur un développement massif de l’usage de l’automobile à l’échelle planétaire, sur un réchauffement climatique mondial désormais avéré, sur des tensions de plus en plus fortes sur les cours des matières premières (dont le pétrole), sur un pillage massif et un épuisement attendu des ressources naturelles, sur des guerres de conquête et de contrôle des réserves pétrolières.

La massification planétaire de l’automobile

Le modèle occidental de l’automobile individuelle est en passe de se généraliser à l’échelle mondiale depuis les années 90. Alors que le taux de motorisation (nombre de voitures pour 1000 habitants) des pays occidentaux continue de progresser depuis 1990, il explose dans les pays en voie de développement, en particulier en Chine et en Inde. Le taux de motorisation chinois a ainsi été multiplié par trois entre 1990 et 2003 et celui de l’Inde également par trois entre 1985 et 2002. Certes, ces taux de motorisation restent particulièrement faibles par rapport à ceux des pays occidentaux (15 voitures/1000 habitants en Chine en 2003 contre près de 600 en France ou même 800 aux Etats-Unis), mais ils sont en très forte progression et portent sur les deux pays les plus peuplés de la planète.(1)

Ainsi, un simple triplement du taux de motorisation chinois entre 1990 et 2003 a fait augmenter le parc mondial de voitures particulières d’environ 15 millions d’unités (soit la moitié du parc automobile français). Un nouveau triplement de ce taux de motorisation entre 2005 et 2020 entrainerait une nouvelle augmentation du parc mondial d’environ 50 millions de voitures… Quand la Chine polluera…

Autre hypothèse, si le taux de motorisation chinois atteignait seulement la moitié du taux de motorisation français (soit environ 300 voitures/1000 habitants) d’ici 2050, le seul parc automobile chinois serait alors composé de près de 500 millions de voitures, soit l’équivalent du parc mondial actuel…

Egalement, une étude du Sénat sur les Pays de l’Est montre qu’entre 1990 et 1998, le nombre total de voitures dans 10 de ces pays est passé de 14,7 à 23,1 millions, soit une augmentation de 57%.(2) Le taux de motorisation moyen de ces 10 pays étant trois fois inférieur à celui de la France, on mesure les marges de progression de pays en pleine croissance dans un contexte d’intégration accélérée au « modèle de développement » ouest-européen…

Avec un parc automobile mondial d’environ 500 millions de voitures en 1999, les estimations les plus raisonnables tablent sur un doublement d’ici 2020, pour atteindre donc environ 1 milliard de voitures sur la planète.(3)

Selon Jean-Marie Revaz, président du Salon de l’Auto de Genève, « environ 600 millions de voitures individuelles circulent chaque jour sur terre en 2002 et 42 millions de nouvelles unités sont produites chaque année ».(4)

Enfin, si l’ensemble de l’humanité devait être équipée comme les Français, il faudrait faire circuler environ 3 milliards de voitures sur la planète, ce qui provoquerait à coup sûr une destruction rapide de la planète pour des raisons de pollution, de consommation d’espace et de pillage des matières premières ou même de sécurité.

Un réchauffement climatique mondial avéré

Evolution comparée de la concentration en CO2
dans l’atmosphère
et de la température moyenne du globe

Effet de Serre

Source: http://www.ifen.fr/dee2003/effetserre/effetserre1.htm

Selon l’IPCC, un groupe de 3.000 experts rassemblés par l’ONU, la température moyenne mondiale a augmenté de 0,6 degré au 20ème siècle.

Depuis la fin du XIXème siècle, on observe également une montée du niveau des océans de 10 à 20 cm. La décennie 90 a été la plus chaude des 150 dernières années sur l’hémisphère nord et l’année 1998 la plus chaude depuis que l’on tient des relevés (1861), suivie de près par les années 2002, 2003 et 2004.

Les facteurs naturels (rayonnement solaire, volcans) ne peuvent à eux seuls expliquer le réchauffement de la planète. Dans son troisième rapport scientifique (2001), le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) confirme l’influence de l’homme sur le climat. La majeure partie du réchauffement observé ces cinquante dernières années provient de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre par les activités humaines, au premier rang desquelles se trouvent les transports.

En l’absence de réduction des émissions anthropiques de gaz à effet de serre, le GIEC estime que la température mondiale moyenne risque d’augmenter de 1,4 à 5,8°C entre 1990 et 2100. Certaines prévisions tablent même sur une augmentation de près de 10°C (AFP).

Selon les derniers résultats du centre de recherche de Météo France, le thermomètre pourrait afficher 4 à 7 degrés de plus en moyenne l’été en France sur la période 2070-2100, faisant apparaître la canicule de 2003 comme « un été froid » (AFP).

Selon le site Photeus, le transport est de loin le contributeur n°1 au réchauffement climatique, représentant 29% des émissions françaises de gaz à effet de serre en 2002.

160 millions de tonnes d’équivalent CO2, c’est en 2002 la contribution annuelle des transports français à une émission globale de gaz à effet de serre dans l’Hexagone estimée à 554 millions de tonnes (5).

Le réchauffement climatique avéré au XXIème siècle risque de provoquer une montée continue des eaux, ayant un impact fort sur les zones côtières mondiales, c’est-à-dire les parties les plus peuplées de la planète, engendrant des tensions sur l’occupation de l’espace. Egalement, des disparitions d’espèces végétales et animales sont déjà programmées. La ressource en eau potable risque de diminuer, provoquant de plus en plus de conflits pour son appropriation et son contrôle. La « guerre chaude » sera également une guerre de l’eau.

Les pays développés mettront en place des stratégies de protection, comme le développement massif de la climatisation (en particulier automobile), ce qui participera d’autant plus à l’accélération mondiale du phénomène de réchauffement climatique.

Le protocole de Kyoto ne changera rien. Son impact sera négligeable sur un strict plan scientifique. Avec la participation des Etats-Unis, le coup de chaud aurait été atténué de 0,06°C. (AFP) Or, ni les Etats-Unis, ni les pays du Sud en pleine croissance économique n’ont signé le protocole.

Une des conséquences du réchauffement climatique est la disparition progressive des glaciers, déjà engagée. Face à ce problème, des solutions dérisoires sont déjà mises en place, comme « l’emballement des glaciers avec des couvertures » afin de les protéger des rayons du soleil.(6) Cette « solution », coutant environ 60.000 euros pour « couvrir » 3.000 m² de glacier seulement, illustre à la fois la folie déraisonnable des hommes et le non-sens de nos sociétés « civilisées ». Il s’agit d’une réponse du marché (capitaliste) à un problème global d’ordre environnemental, ce qui montre une fois de plus, avec également le développement de la climatisation, que la « main invisible du marché » n’est rien d’autre qu’un impérialisme écologique basé sur le pillage et la destruction de la planète.

Le pillage des ressources naturelles ou « l’économie du suicide »

Selon les Amis de la Terre, le changement climatique généré par les émissions excessives de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a des effets désastreux comme le bouleversement du cycle des saisons, les inondations, les ouragans, la montée des eaux des océans, qui sont désormais perceptibles. La pollution de notre environnement, l’extraction intensive des ressources naturelles sont tous dus à un modèle de développement qui ne profitait pour l’instant qu’à une minorité au détriment de la grande majorité des êtres humains.

Or, sur la période récente, la croissance accélérée de certains Pays du Sud provoque un pillage encore plus intensif des ressources naturelles. Selon Françoise Lemoine, économiste au CEPII (Centre d’Etudes prospectives et d’informations internationales), la croissance explosive de la Chine commence à se traduire par des problèmes « d’approvisionnement en matières premières et notamment en énergie. La Chine n’est pas riche en matières premières et sa croissance n’est pas économe. Conséquence, le développement économique du pays se fait au détriment de l’environnement. Le pays est le deuxième producteur mondial de gaz à effet de serre derrière les Etats-Unis. Si elle continue sur ce rythme, les pressions sur les prix des matières premières vont encore s’intensifier ».(7)

Déjà, les cours des principales matières premières industrielles (aluminium, acier, cuivre, etc.) connaissent des tensions importantes sur le marché mondial, du fait de la croissance chinoise, mais aussi du reste des pays en voie de développement, en lien avec les nombreuses délocalisations industrielles des multinationales occidentales (en particulier dans le domaine de l’industrie automobile).

Malgré les débats des spécialistes sur la date exacte du Pic de Hubbert, la consommation de pétrole connaît une accélération sans précédent et les cours mondiaux du pétrole battent record sur record. L’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) ne semble plus contrôler la situation, ne disposant plus de marges de manoeuvre et produisant déjà « au maximum de ses capacités ».(8)

Pour satisfaire cette « faim de pétrole sans fin », les Etats-Unis entament l’exploration pétrolière dans une réserve naturelle de l’Alaska, pour dégager au total 1 million de barils/jour, soit 1/80ème de la consommation mondiale journalière de pétrole en 2003! (environ 80 millions de barils/jour).(9)

Afin de satisfaire la croissance explosive de la motorisation en Chine, la consommation chinoise de pétrole a augmenté en 2004 au rythme stupéfiant de 14%.(10)

Comme l’a déjà montré Richard Bergeron, l’automobile est la pierre angulaire des économies capitalistes avancées . En cela, elle est au cœur du système impérialiste occidental.

Cet impérialisme écologique, comme tout impérialisme, est fondé sur un « principe de destruction totale ». La pseudo-régulation de l’offre et de la demande ne semble pas en mesure d’apaiser cette faim de matières premières. La rareté progressive de l’offre face à une demande toujours croissante tendrait en effet à accroître « naturellement » les cours. Mais, les gains de productivité et les progrès technologiques permettent de piller toujours plus à moindre coût, et maintiennent ainsi la progression des cours dans des limites acceptables pour des économies déjà en surchauffe et prêtes à payer plus cher le coût global de l’énergie.

La guerre chaude ou les nouvelles guerres de conquêtes

Sur le plan militaire, cet impérialisme écologique ne se substitue pas à un impérialisme plus classique, issu de la plus pure tradition néo-colonialiste. Il devient le moteur des nouvelles guerres de conquêtes, basées sur la recherche du contrôle des réserves pétrolières. Les deux dernières guerres du Golfe sont l’illustration parfaite de cette nouvelle orientation pétro-stratégique. L’idéologie de la guerre froide a fait place à l’économie de la guerre chaude et l’automobile devient une véritable « Arme de Destruction Massive« .

« Dans ce contexte, avec ses 10% des réserves mondiales, l’Irak devenait la cible des ambitions américaines. Toutefois, l’Irak ne peut, avec ses seules ressources technologiques et financières, développer sa production à un niveau satisfaisant pour les intérêts américains. La privatisation de son pétrole et son exploitation par des compagnies américaines a donc été un des objectifs de guerre des Etats-Unis. Plus généralement, il s’agit de briser ou d’affaiblir l’OPEP, cette éternelle ennemie, et son système de quotas.

Cependant, les événements actuels en Irak nous montrent que les objectifs américains ont aussi peu de chance d’y être atteints qu’ils ont pu l’être au Venezuela. Compte tenu de l’évolution de la guerre en Irak, et même en supposant que les Etats-Unis parviennent à s’y maintenir pendant un certain temps, il est douteux qu’ils puissent maîtriser la production pétrolière du pays au point de modifier de manière significative l’offre mondiale. L’Irak ne sera pas la solution aux problèmes énergétiques américains ».(10)

Quelles seront donc les prochaines cibles de l’administration américaine dans l’objectif d’alimenter les réservoirs des voitures de l’automobiliste mondial? L’Iran est désormais officiellement sur la liste des « rogue states » (états voyous), ce qui ne paraît pas surprenant quand on sait qu’elle possède la cinquième plus grande réserve prouvée de pétrole brut dans le monde.(11)

Mais, la prochaine surprise pourrait venir de l’Arabie Saoudite, déjà accusée de financer le terrorisme international et disposant des plus importantes réserves d’hydrocarbures du monde. De plus, désormais sous la menace de destruction de ses installations pétrolières par Al Qaïda, elle pourrait faire l’objet d’une « intervention préventive » des USA destinée à assurer la stabilité de l’approvisionnement mondial de pétrole.(12)

L’administration américaine est en effet désormais moins le gendarme du monde que le pompiste de la planète…

Le terrorisme automobile permanent

Enfin, il semble nécessaire de rappeler les conséquences du terrorisme automobile à l’échelle planétaire. L’insécurité routière est en effet la cause d’une véritable boucherie, estimée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à environ 1,2 million de morts et de 20 à 50 millions de blessés chaque année.

Cela représente donc une moyenne de plus de 3.200 morts par jour, soit plus que le nombre total de morts lié aux attentats du 11 septembre 2001!

Selon le Département d’Etat américain, le nombre total de morts lié au terrorisme sur la planète a été de 3.547 en 2001, 725 en 2002, 625 en 2003 et 1.907 en 2004 , soit une moyenne de 1.700 morts par an sur la période 2001-2004.

Et pourtant, cela paraît suffisant aux pays occidentaux pour lancer une véritable « guerre au terrorisme », aux Etats-Unis pour se lancer dans l’invasion de l’Iraq et aux médias pour relayer cette situation extravagante qui consiste à déclarer la guerre à un pays pour 1.700 morts par an liés au terrorisme alors que dans le même temps, environ 3.200 personnes meurent chaque jour à cause de l’automobile.

Même l’OMS ne peut que constater que l’insécurité routière « ne reçoit pas suffisamment d’attention à l’échelle nationale et internationale ».

En outre, il ne s’agit ici que du nombre de morts lié aux accidents de la route, qui ne prend pas en compte la mortalité liée à la pollution automobile. Or, un rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale (Afsse) de 2004 évalue pour la France le nombre de morts lié aux seuls rejets polluants des voitures à environ 5.000 par an, soit autant que le nombre total de morts sur les routes!

Ce même rapport estime à 900.000 euros « le coût de chaque décès lié à la pollution atmosphérique », ce qui représente donc environ 4,5 milliards d’euros par an pour la France. Il apparaît donc, toujours selon l’Afsse, que « les conséquences néfastes engendrées par le trafic automobile sont supérieures aux montants payés via les péages et la fiscalité sur les carburants ».

Il est bien évidemment très difficile d’avoir une estimation du nombre de morts lié à la pollution automobile à l’échelle planétaire. Un communiqué de l’OMS du 15 juin 1999 relate malgré tout les résultats d’une étude commandée par l’organisation mondiale, à l’échelle de 50 pays européens, étude selon laquelle « la pollution automobile tuerait plus de personnes que les accidents de voiture ».

Sachant que le parc automobile des pays du Sud est probablement plus polluant que le parc européen, il n’est donc pas interdit de doubler au moins le chiffre du nombre de morts lié aux accidents de la route à l’échelle planétaire afin d’avoir une idée de l’hécatombe liée à l’automobile.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, aucune guerre, aucun acte de terrorisme, aucune catastrophe écologique n’ont pu atteindre l’ampleur du désastre humain provoqué par la généralisation de l’automobile dans le monde.

Ainsi, alors que la guerre froide était basée sur l’atome, la guerre chaude ayant débuté à la fin du XXème siècle est largement basée sur l’automobile et sur son usage massif à l’échelle planétaire. L’automobile individuelle caractérise le mode de vie occidental, en progression rapide sur le reste de planète, fondé sur le pillage accéléré des ressources naturelles et en particulier des hydrocarbures. Or, ce qui était déjà difficilement soutenable à l’échelle de l’Occident devient tout simplement impossible à l’échelle de la planète. Les premières pétro-guerres et l’exploration du pétrole au sein même de sanctuaires écologiques, la pollution croissante et le réchauffement climatique avéré, les tensions actuelles sur les cours des matières premières et le pillage accéléré des réserves mondiales sont autant de signes avant-coureurs d’une destruction programmée de la planète par la « civilisation de l’automobile ».

Source: Pour en finir avec la société de l’automobile
Marcel Robert, CarFree Editions, septembre 2005

(1) ALLAIRE J., La motorisation du transport de personnes en Chine, entre croissance économique et soutenabilité, Cahier de Recherche LEPII n°34, janvier 2004.
(2) OUDIN J., POLITIQUE DES TRANSPORTS : L’EUROPE EN RETARD, RAPPORT D’INFORMATION 300 (2000-2001) – DELEGATION DU SENAT POUR L’UNION EUROPEENNE http://www.senat.fr/
(3) DUPUY G., La dépendance automobile, Economica, Paris, 1999.
(4) Conférence Voiture et Cité du 24 avril 2002, http://www.e-mobile.ch/
(5) http://www.ifen.fr/
(6) http://permanent.nouvelobs.com/sciences/20050322.OBS1894.html
(7) http://www.lexpansion.fr/art/15.0.129678.0.html
(8) http://www.liberation.fr/page.php?Article=283202
(9) http://radio-canada.ca/International/014-petrole-alaska.shtml
(10) http://www.lariposte.com/22/enjeu_petrole.htm
(11) http://www.strategicsinternational.com/f5sabahi.htm
(12) http://www.digitalcongo.net/fullstory.php?id=50661

Article publié sur:

http://www.communique-de-presse.com/content/view/833/2/
http://switzerland.indymedia.org/fr/2005/03/31272.shtml
http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=20423
http://marseille.indymedia.org/news/2005/03/2389.php
http://anarchie.joueb.com/news/automobile-et-destruction-de-la-planete

Traduit en portugais par:
http://pimentanegra.blogspot.com/2005/03/o-automvel-e-destruio-planetria.html

Site agréé post-pétrole

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

7 commentaires sur “L’automobile détruit la planète

  1. Soares

    Qui sont ces imbéciles qui croient tout savoir
    sur l’automobile
    Moi je crois que l’automobile est le plus formidable moteur économique au monde et ce n’est pas parce que le parti des nuisibles qui se croie investie d’une mission divine dit le contraire qu’il faut les croire.
    tous les grands scientifiques de ce monde disent que le réchauffement climatique n’a rien a voir avec le C02.
    Uniquement ceux qui sont payés pour annoncer des catastrophes
    disent le contraire sans quoi ils perdrais leur boulot
    que feriez vous a leur place?

  2. Green re

    Soaers,

    Comment peut tu dire ca?
    Les donnés de carfree ce base sur des études très sérieuses.
    La voiture oui c est un bel objet et utile, c est son mode de fonctionnement au pétrole qui est mauvais.
    Le constat est la! 5000 mort en France due a la pollution des voitures, 1,5 million de mort a travers le monde due aux accidents!
    Le réchauffement climatique tue et mettent en péril des millions de gens!
    Je suis sur le cul comment on peut nier l évidence?
    Non la voiture c est pas polluant et y en a très peu…!
    D’ ailleurs je vais snifer un peu de gaz d’ échappement pour respirer du grand air!
    Que dieu te pardonne mon frère, mais réfléchit et ouvre les yeux, ne soyons pas égoïste et changeons, avant qu il ne soit trop tard…

    Peace.

  3. MinouMinou

    Green re, face à des gros beaufs négationnistes, les arguments ne servent à rien. Je parie qu’il n’est même pas méchant, mais juste profondément aveugle, bête et égoïste. Seule la force de la loi peut lutter contre la folie de ces aveugles. Les négationnistes sont humains malgré tout. Quand mille arguments rationnels ne suffisent plus, alors c’est la force de la loi ou/et de la violence/du sabotage qui s’impose. Une rééducation pourrait néanmoins amener les Soares à changer d’avis : on leur cognerait la tête contre un mur en leur disant « mais non tu n’as pas mal, tout va bien », jusqu’à ce qu’il change d’avis ? Un peu violent quand même. La prison sinon ?

    Il y a des négationnistes de la dévastation de l’habitation de l’homme, donc des négationnistes du génocide de l’humanité, de la même manière qu’il y a eu des négationnistes du génocide des Juifs.
    Ah, pardon : ce-n’est-pas-pareil !
    Ah, pardon : point-Godwin !
    Ah, pardon, excusez-moi : il-ne-faut-pas-comparer-ce-qui-n’est-pas-comparable !

  4. yo mec

    on s’en bas les couille de tous sa vive la déstruction de la planet les boufons

  5. JiBOM

    On s’en bat les couilles de tout ça ! Vive la destruction de la planète et vive la fin du monde, bande de bouffons !

    Corrigé !! 😀

    Soit dit en passant, notre planète n’est pas en péril, pas plus qu’on ne la détruit. Par contre, nous gâchons progressivement nos chances de survie en rendant notre habitat de moins en moins vivable. Ceci est déjà visible pour qui veut bien ouvrir les yeux sur le monde et les fermer devant le petit écran. Et ce sera encore plus visible dans les années qui viennent, à l’échelle de notre génération et de façon nettement plus critique pour ceux qui vivront la deuxième moitié du XXIè siècle.

  6. Nico

    @ jibom: pour être précis, c’est la biosphère que l’automobile détruit, la Terre survivra en effet à l’automobile.
    Nous n’y survivrons pas, à moins d’un changement de cap immédiat.

Les commentaires sont clos.