La voiture électrique n’a plus d’avenir

On savait déjà que la voiture électrique est à la fois un mythe technologique et une arnaque écologique, que la voiture électrique n’est pas propre malgré les affirmations partisanes de ceux qui veulent croire coûte que coûte que l’automobile a encore un avenir, on apprend aujourd’hui même qu’elle n’a en fait plus d’avenir du tout!

C’est le journal Le Monde qui nous l’annonce dans un article intitulé « Les ressources limitées de lithium pourraient freiner l’essor des voitures électriques« . En effet, après avoir connu les batteries au plomb lors des premières générations de voitures électriques, on est passé aux batteries nickel-cadmium dans un seconde temps, puis récemment aux batteries dites lithium-ion, celles qui équipent également les ordinateurs portables. Les batteries lithium-ion « occupent pour la même puissance deux fois moins de volume qu’une batterie nickel-cadmium », explique Franck Cecchi, directeur opérationnel de JC-S, une firme spécialisée dans cette technologie.

Dans ce contexte, le lithium devenait la matière première de toutes les convoitises… Son cours est passé d’environ 350 dollars la tonne en 2003 à près de 3 000 aujourd’hui, ce qui n’est pas sans poser de problème quant à la rentabilité économique de la filière…

Egalement, si le lithium est très abondant dans la nature, il n’existe en concentration permettant une exploitation économique qu’en très peu d’endroits sur Terre : une zone de lacs salés fossiles dans les pays andins, au carrefour de l’Argentine, du Chili et de la Bolivie (près de 70 % des ressources mondiales), des lacs salés au Tibet, et des mines en Australie, en Russie et aux Etats-Unis.

Selon Le Monde, les constructeurs affectent de ne pas s’inquiéter des réserves du métal. Une étude du consultant Meridian International Research, publiée au mois de mai (The trouble with lithium 2), a cependant jeté un froid dans le milieu : examinant attentivement les configurations géologiques des différents sites de production, elle concluait : « Les augmentations réalistes de production du lithium ne permettront pas de satisfaire une révolution de la propulsion automobile dans la prochaine décennie. (…) Dans le scénario le plus optimiste, elles ne pourraient fournir que 8 millions de véhicules hybrides du type GM Volt » (le prochain modèle hybride de General Motors). Ce chiffre est à comparer à un marché mondial de 60 millions d’automobiles à essence en 2008.

Autre problème souligné par Meridian : la production de lithium dans le lac d’Uyuni, principal gisement mondial, mais aussi écosystème unique, risquerait de dégrader fortement l’environnement. Il en irait de même au Tibet. L’auto électrique, dite « propre », apparaît ainsi pour ce qu’elle est vraiment, à savoir une voiture sale comme les autres…

Heureusement, la rareté du lithium pourrait empêcher très sérieusement un développement à grande échelle de la voiture électrique, et éviter par la même des atteintes irréversibles à l’environnement. En tout état de cause, l’avenir de la voiture électrique vient de prendre un sérieux plomb dans l’aile…

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

12 commentaires sur “La voiture électrique n’a plus d’avenir

  1. Olivier

    Les réserves mondiales de carbonate de lithium (Li2CO3) sont estimées à 58 milliards de kilogrammes (déserts de sel – Source: Etude Meridian). Sans parler du million de milliards de kilogrammes d’équivalent carbonates de lithium des océans que l’on peut obtenir avec les marais salants!

    Le pourcentage massique en carbonate de lithium d’une batterie Lithium ion est de 8% (une batterie de 200kg contient environ 16kg de carbonate de lithium). Avec 58 milliards de kg de carbonate de lithium, il est donc possible d’équiper 3,6 milliards de véhicules. Le parc automobile mondial actuel est constitué d’ 1 milliard de véhicules. Etant donné que le lithium est aujourd’hui recyclable à hauteur de 98%, la ressource lithium n’est pas un facteur limitant au développement de la voiture électrique. De plus, il existe des batteries sans lithium parfaitement utilisables pour les voitures électriques (ZnAir, NaNiCl)

  2. CarFree

    c’est de la mauvaise foi? l’étude Meridian précise, et c’est repris dans cet article, que « si le lithium est très abondant dans la nature, il n’existe en concentration permettant une exploitation économique qu’en très peu d’endroits sur Terre ». Vous proposez quoi exactement, que chacun prenne une pelle et une pioche pour aller extraire les quelques kg de lithium nécessaire à sa voiture?

  3. Philippe Schwoerer

    S’il est vrai que les quantités exploitables de lithium sont si maigres et que ça pose de réelles problèmes de pollution à l’extraction (surtout dans des contrées peu concernées par les VE), va falloir trouver autre chose pour les batteries… ou s’en passer !

  4. CarFree

    18000 milliards de voitures… j’espère qu’on en arrivera pas là 😉
    quand bien même le lithium serait inépuisable, pouvez-vous nous en dire plus sur le bilan environnemental global d’un parc mondial d’un milliard de voitures électriques (en termes de fabrication de batteries, mais aussi de production d’électricité, de matières premières nécessaires, d’énergie nécessaire à la construction des voitures, etc.) ?

  5. Olivier

    Bonjour Carfree,

    Oui, c’est juste un calcul théorique. Mais qui permet de relativiser à propos des inquiètudes relatives à la ressource lithium.
    Il est évident que les transports publics (électriques 😉 ) sont de loin préfèrables au véhicules individuels en centre-ville.
    Mais à l’heure de la destruction des forêts brésilienneet indonésiennes pour la production d’agrocarburants, il me semble important de mettre en avant les solutions ayant l’impact environnemental le plus faible.

    Olivier

  6. Olivier

    – A propos de la production électrique, une donnée qui permet aussi de relativiser:
    Un carré de 350km de coté de centrale solaire à concentration* permet de produire l’intégralité de l’électricité consommée dans le monde. Pour électrifier le parc automobile mondial, il serait nécessaire d’augmenter cette surface d’environ 35%. –

    – L’énergie nécessaire à la construction d’une batterie correspond à moins de 10% de l’énergie qui sera délivrée par cette batterie durant sa vie

    – Obtention du carbonate de lithium à partir de saumure (lac salé contenant du chlorure de lithium etc.):
    > un premier traitement à la chaux (la chaux est obtenue par combustion du calcaire, une roche très abondante) permet d’éliminer le magnésium de la saumure.
    > Un traitement à la soude (La soude, NaOH, est obtenue par électrolyse du chlorure de sodium, le sel de table, NaCl; NaCl obtenu par exemple dans les marais salants) permet d’obtenir par précipitation le carbonate de lithium.

    Pour obtenir le carbonate de lithium il faut donc du calcaire (très abondant), du chlorure de sodium (très abondant) et de l’électricité (que l’on peut produire avec les énergies renouvelables dont le potentiel est énorme).

    Olivier

    (*centrales réparties au niveau des zones arides de la planète)

  7. CarFree

    vous trouverez sur le lien suivant un article du journal « Le Temps » qui parle des difficultés rencontrées pour produire de manière massive des batteries, en particulier au lithium:
    L’invention manquante de l’industrie automobile
    http://www.letemps.ch/template/economie.asp?page=9&article=241703

    Extraits:
    « Or la fabrication des batteries est longtemps restée considérée comme une sous-activité industrielle, polluante et peu rentable. (…) En théorie, le Lithium Ion est la solution idéale pour les voitures électriques du futur. Les accumulateurs sont relativement compacts et leur densité d’énergie est deux à cinq fois plus élevée que les accumulateurs NiMH de la Prius. Mais la technologie a ses revers: elle n’est pour l’instant utilisable que pour alimenter des appareils de petite taille comme les téléphones ou les ordinateurs. Mises les unes contre les autres en grand nombre, ces cellules présentent un risque de surchauffe et peuvent s’enflammer. Les ingénieurs s’accordent toutefois pour reconnaître que l’avenir des voitures hybrides passe par une évolution de cette technologie. Mais laquelle? « 

  8. Philippe Schwoerer

    Actuellement produite, la Tesla Motors utilise 6 831 cellules lithium-ion identiques à celles contenues dans un ordinateur portable. Ce qui lui permet, entre autres, sa grande autonomie pour un VE de 350 km.

  9. grupa jurgena

    Welcome to the group Jurgen Marcel Robert, please write another article about Leonardo da Vinci project. Then you change your mind, Solid electric cars do not need. The battery is a dead end. We invite you to talk French car industry

    Contact Jurgen Germany bjpost@web.de electric cars – drives

Les commentaires sont clos.