Si à 26 ans, on utilise encore l’autobus, c’est qu’on a quand même raté sa vie

Récemment, un publicitaire bien connu du nom de Jacques Séguéla déclarait à la télévision: « Si à cinquante ans, on n’a pas une Rolex, c’est qu’on a quand même raté sa vie« .

«Jacques Séguéla est-il un con?» Voila comment Pierre Desproges attaquait son réquisitoire devant le Tribunal des flagrants délires du 22 octobre 1982. La question est bien évidemment plus que jamais d’actualité quand on entend de tels propos bling-bling dans la bouche d’un publicitaire qui essaye depuis des décennies de nous vendre tout et surtout n’importe quoi.

Au passage, cette sortie récente de Séguéla me confirme encore un peu plus que les publicitaires en général sont non seulement des cons, mais aussi de véritables criminels dont l’unique objectif est de nous faire consommer toujours plus, au prix de la destruction avancée de la planète, du pillage des ressources naturelles et de la pollution généralisée.

Mais bon, l’objectif de cet article n’est pas vraiment de parler de Séguéla, mais plutôt de Margaret Thatcher, ancienne Premier Ministre du Royaume-Uni. Ceci dit, la connerie étant probablement la chose la mieux partagée au monde, ces deux-là ont sûrement beaucoup de choses en commun…

Et en particulier, le fait que Séguéla est probablement un honteux repompeur (de la Dame de fer), mais ça, on s’en doutait un peu aussi, repomper le travail des autres est sans doute l’activité première du publicitaire, surtout quand l’arrière-fond idéologique est peu ou prou le même…

Un homme de plus de 26 ans qui utilise l’autobus peut estimer que sa vie est un échec

Car on attribue généralement à Margaret Thatcher cette autre déclaration (pas récemment, elle est soignée désormais pour la Maladie d’Alzheimer… mais à l’époque où elle était Premier Ministre): «Un homme de plus de 26 ans qui utilise l’autobus peut estimer que sa vie est un échec

C’est en gros du même acabit que la petite phrase de Séguéla, de la plus pure pensée ultralibérale. Pour ces gens-là, la vie est simple: on peut tolérer un peu de bus durant les années d’études, cela fait un peu rebelle, genre le fils de bonne famille qui s’est frotté aux masses laborieuses dans les « autobus bondés qui sentent la sueur ». Puis arrive le temps d’être sérieux et de s’acheter un bon gros 4×4 qui montre qu’on a réussi dans la vie. Et, cerise sur le gâteau, un peu avant 50 ans, il est « normal » d’avoir une Rolex comme signe ostensible (ou ostentatoire) d’une « richesse » qui consiste en fait à écraser les autres, détruire l’environnement, exploiter la misère du monde et piller les richesses naturelles (ne rayez rien, toutes les mentions sont utiles).

Si à 20 ans, on est encore de droite, c’est qu’on a quand même raté sa vie…

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".