L’horizon s’assombrit pour l’industrie automobile

bientot-la-taxe-carbone

Les nuages s’amoncellent sur le secteur industriel de l’automobile particulière… Bientôt une taxe carbone et la fin de la prime à la casse! 😀

Dans mon département (06) on ne peux plus rouler au delà de 110 km/heure sauf sur un tout petit tronçon de 4km sur l’A8 à la frontière avec le département adjacent (83).

Les 36 000 communes françaises se rendent de plus en plus compte qu’il faut être plus sévère avec ce mode de déplacement individualiste si elles veulent éviter l’asphyxie ou la congestion.

La crise n’a pas fini d’affecter l’industrie automobile et sa sous-traitance avec son lot de licenciements et de faillites et nous savons bien que la transition vers l' »automobile durable » est un leurre et, qu’en réalité, nous assistons à un changement d’ère technologique un peu comme l’âge du bronze a succédé à l’âge de la pierre polie (en l’occurrence, c’est l’âge numérique qui succède à l’âge du moteur à explosion).

L’ergonomie de la conduite automobile, elle-même, ne suit pas l’évolution numérique que le secteur de l’électro-ménager a connu depuis quelques dizaines d’années. L’obstination de l’industrie automobile a maintenir le changement des vitesses manuélo-pédestre est très représentatif de cet archaïsme ergonomique.

Les préoccupations sanitaires de bien-être et de bonne hygiène de vie ne cessent de croître dans la population qui comprend de mieux en mieux que la marche-à-pied est un comportement indispensable à la bonne santé mentale et physiologique, et, qu’à contrario, l’immobilisation prolongée de l’organisme dans un habitacle confiné et dans une situation de stress sans dépense physique conjointe pour l’évacuer, est nocive pour la santé.

Ma réjouissance de constater le déclin d’une industrie dépassée est complète et totale et ne saurait être ternie par l’idée que des milliers d’agents de cette industrie vont perdre leur emploi car, comme je l’affirme dans mon précédent billet, le « travail, n’est pas une valeur morale ». 😀

PS(23/07/2009): Voyez, à ce propos, l’interview de Michel Rocard (le « Monsieur Carbone » nommé par le Gouvernement) par France Inter: vidéo de l’interview sur DailyMotion.


Gilles Chomel,
Les voies vertes en 06-ouest:
www.LecoLomobiLe.fr
Labo d’idées sur l’auto du futur:
www.LACPA.fr

Gilles Chomel

A propos de Gilles Chomel

Administrateur des sites Agonie automobile, LécoLomobiLe et du Laboratoire Alternatif et Coopératif de Prospective Automobile

12 commentaires sur “L’horizon s’assombrit pour l’industrie automobile

  1. Vincent

    De telles bonnes nouvelles sont en effet très réjouissantes. Toutefois, vu la puissance de ce lobby, je crains qu’il n’ai plus d’un tour dans son sac. Le long terme dira si on a eu raison de se réjouir ou pas (je ne suis pas pessimiste mais juste prudent).

  2. mluke

    Ce qui est sûr, c’est que dans un climat de chômage pesant, alors qu’on demande aux chômeurs d’aller toujours plus loin chercher du travail (en voiture, oeuf-corse, car pas de développement des moyens de transports en commun), qui c’est qui va payer ? Ceux qui n’ont pas les moyens.

    Oui à la fin de l’industrie automobile ; non si ça doit passer sur le dos de ceux qui n’en n’ont pas les moyens.

  3. URB

    Et oui, c’est comme ça.

    C’est bien quand des chômeurs depuis pas mal de temps sont content que d’autres perdent leur emploi.

    C’est ce qu’on appelle la solidarité.

    Ha non, ce n’est pas ça 🙂

    Sacré Gilles 🙂

  4. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    URB! détrompes-toi! j’ai une immense considération pour la valeur travail (des robots 😎 ).

    MLUKE: oh oui, le comble c’est de dire à un chômeur qu’il doit se battre pour trouver du travail et que son arme dans ce combat, c’est la voiture particulière. Permis de conduire = permis de travailler ??? Les Organismes d’insertion (il y aura bientôt plus de gens payés à trouver du travail au gens que de travailleurs) devraient réfléchir sérieusement à cette problématique.

  5. URB

    Le problème c’est que tu n’a pas de considération pour le travail des hommes, mais bon c’est dommage car les robots ne se construisent pas tout seul 🙂

  6. Christophe

    Super,

    décroissance, fin du travail, mise au chomage de tous le monde, hommes appelés « agents »…
    Eh, dis moi gilles comment on se débarrasse des corps :

    on creuse des fosses communes près de tes sentiers des alpes-maritimes ???

    Ou bien avec tes robots-mixers ?

  7. Christophe

    Waouh Super

    On pourra faire aussi du carburant avec toutes les victimes de la décroissance (eh oui, qui dit décroissance dit génocide massif d’êtres humains : décroissance de la population pour faire fonctionner la décroissance économique, ah mince ils vous avaient pas prévenu les futurs dictateurs…)

    On devrait commencer par ceux qui croissent le plus et on la plus forte demande en auto : les indiens par exemple.

    Mais dis donc, qu’est ce qui leur prend à ceux-là, de vouloir des enfants, d’en pondre 20 millions par an et de vouloir avoir le même niveau de vie que nous !!!
    Non, on a tout pris et tout eu, eux n’auront rien et en plus on tuera leurs enfants.

    Ben oui, faut faire ça si on veut tenir nos objectifs mondiaux de décroissance de -3%/an fixés par notre marketing altermondialiste…
    (bien sûr, pas -3% chez nous, on veut continuer de manger bio hors de prix dans nos hypercentre ville pour utiliser les transports en commun bio-propres et pas cette saleté de voiture. Chéri, tu as signé la promesse de vente du loft à 1.500.000 € dans le 11ème ? )

    Quelle vision du meilleur des mondes…

  8. mluke

    Décroissance n’est pas forcément synonyme de chômage ni de génocide (sic! qu’est-ce qu’il ne faut pas lire !), il ne faut pas tout confondre.

    La décroissance engendre un changement de manière de vivre, donc de besoins. Les moyens se mettrons en place au fur et à mesure, créant une source d’emplois différents.

    Et c’est précisémment aux pays occidentaux de montrer l’exemple.

    Quelle vision de la décroissance…

  9. valentin

    Je pense que le probleme principal c’est qu’au nom de l’écologie on va :
    – s’occuper des émissions de CO2 mais pas des autres gaz à effet de serre.
    – se focaliser sur celles des transport mais pas celles de l’industrie (sinon on délocalise en Chine ou on peu polluer et émettre des GES à volonté)
    – zoomer sur l’usager de l’automobile et pas sur les transports terrestres ou par bateau (NB les 15 plus gros bateaux de la planette polluent plus que l’ensemble des automobiles a titré récemment Courrier International)

    La qualité du conducteur c’est qu’il est solvable et que bien présenté il sera heureux de payer pour sauver sa planette.
    Vive l’écologie-com

    Heureusement la voiture électrique va nous sauver. A moins que quelqu’un ose avouer que l’élecricité sera surtout d’origine nucléaire.

    Ecologi-nucléaire un nouveau slogan pour remplacer l’Eco-bonus

  10. pimousse3000

    @VALENTIN : « Je pense que le probleme principal c’est qu’au nom de l’écologie on va :
    – s’occuper des émissions de CO2 mais pas des autres gaz à effet de serre. »
    Ce n’est pas ici l’écologie qu’il faut blâmer mais bien les constructeurs qui n’ont pas joué le jeu. Au départ, le gouvernement a mis en place cet indicateur (CO2) parce que c’était parlant pour tous et que les voitures du marché émettaient des polluants proportionnels au taux de CO2.
    Après la mise en oeuvre de ce bonus, les constructeurs se sont arrangés pour régler exactement les mêmes moteurs qu’avant de manière différente afin qu’ils passent sous la barre des XXXg/CO2 et qu’ils le vendent comme propre, alors qu’ils sont pleinement conscient que ca émet plus d’autres polluants!

    « Heureusement la voiture électrique va nous sauver. A moins que quelqu’un ose avouer que l’élecricité sera surtout d’origine nucléaire. »
    Cette remarque a déja été faite des dizaines de fois sur ce site. En france, ce sera à 80% du nucléaire. Libre à toi d’estimer le danger de cela et le fait que ce soit polluant ou non + le nombre de centrales supplémentaires nécessaires. Ailleurs, ce sera différent : centrales thermiques par exemple… Mais c’est vrai que la pollution est un problème purement franco francais et que probablement ( là j’anticipe une future intoxommunication pseudo scientifique) la France est un pays, qui par sa situation géographique son relief son climat bla bla ne ressentira pas les éventuels effets d’un supposé (mais que supposé hein) réchauffement climatique.
    De plus l’auto reste un moyen de transport individuel : Quitte à développer la recherche vers des moteurs électriques et efficaces, développons la dans les transports en commun. Parce qu’à bientot 7milliards sur Terre et 9milliards en 2050, si tout le monde possède sa voiture, je te laisse imaginer les problèmes! Déjà qu’avec 1 bon milliard de bagnoles aujourd’hui, c’est un peu beaucoup la merde par endroits…

Les commentaires sont clos.