Le mois du blanc

A l’heure ou les « naufragés de la route » bénéficient de privilèges « dus » au fait qu’ils se retrouveraient, sinon, bloqués comme des cons quelques heures dans leur bagnole surchauffée au fossile pour pouvoir conserver leur statut de bons soldats bien formatés, privilèges qui ne sont surement pas offerts, bien qu’ils auraient été bien plus utile, aux SDF qui crèvent de froid dans la rue, mais à qui on ne pense pas, qu’on oublie, à qui on ôte toute humanité en leur enlevant le droit au café chaud, au croissant du matin, au dortoir ou même au magasin ouvert spécialement pour les sauver, eux qui en auraient pourtant tant besoin, je ne peux, pour ma part, m’empêcher de développer une nostalgie autre que cette sensation d’abandon de l’automobiliste pressé…

Je repense aux joies de la neige, à ces jeux, à ces plongeons dans tant de blanc, aux batailles de boules de neige, aux bonshommes, toujours plus gros, dont les bras en branche de platane se tendaient vers la route sur laquelle aucune voiture ne passait, faute de déneigeuse…

À cet hiver 77, ou je ne passais que pour un jeune con insouciant profitant d’une neige réservée aux autres, à ceux qui parlaient, dans les salons huppés, des sports d’hiver inaccessibles à la famille d’ouvriers dans laquelle je finissais alors mes jeunes années !

Les années ont passé, et j’observe avec circonspection le ballet des imbéciles énervés par une nature qui ne leur obéit pas, par ce retard au travail quand leurs enfants ne demanderaient qu’un peu de temps pour rire encore plus, aux côtés de leurs parents, dans ce blanc, par ces andouilles qui camouflent, sous leurs oripeaux de bienséance, l’esprit droit et bien dressé du chienchien qui a tout compris du monde, à les entendre, quand ils ont juste bien appris à ne plus vivre, à refouler leur joie, leurs vraies envies, et tout bonheur de leur vie pour être comme il faut !

Où est donc leur vie, à ces gens pressés de ne pas vivre, pressés de tout faire pour que d’autres vivent sur leur dos ? Où est leur bonheur ?

Je suis un fou, d’accord, un « associal » puisque, au plaisir de m’enfermer dans une boite, au plaisir de m’acheter le dernier gadget à la mode qui me sera autant utile qu’une paire de palmes à un héron, je préfère encore m’ébattre dans la neige ! Je suis un fou, oui, mais un fou heureux, ce qu’ils ont banni de leur vie à tout jamais !

Et ce monde triste qui rythme leur quotidien, je le leur laisse volontiers, préférant le mien, fait de petits moments tranquilles avec ceux que j’aime, sans console de jeu dernier cri, sans écran plasma, sans 4×4 et autres avions me parachutant dans des endroits où la main de l’homme n’a jamais mis le pied !

Et cette neige, dérangeant leur monde conformiste, leur rappelant qu’ils n’ont pas le pouvoir absolu sur le monde, sur la nature, sur le climat, et qu’un grain de sable, une éruption islandaise, un coup de vent marin, une pluie soudaine et quelques flocons suffisent à détruire ce en quoi ils croient encore, rendant leurs convictions aussi crédibles qu’un père noël d’hypermarché, je l’aime ! Ces quelques centimètres détruisent le pseudo réalisme qu’ils veulent nous imposer, démontrant l’imposture de leur monde !

Et à leur monde, fait de course, fait de faux bonheur consumériste, je préfère définitivement le mien, celui dans lequel mes amis et moi passons pour des gamins attardés mais vraiment heureux !

Photo: spjwebster

Joshuadu34

A propos de Joshuadu34

Rédacteur de Carfree France

17 commentaires sur “Le mois du blanc

  1. RonuickRonuick

    Quel bel éloge de la neige. cette neige qui étouffe les bruits de la ville, qui nous fait redécouvrir la joie de prendre du temps, qui nous fait redevenir enfant, qui montre à quel point nous sommes inadaptés à la nature.
    Strasbourg sous 25 cm de neige, c’est féérique. Magnifique. Grandiose. Enthousiasmant. Et de voir les automobilistes pester contre ces quelques centimètres, râler parce que la vile a décidé de moins saler, quel bonheur. Egoiste, peut-être !

  2. stefanopoulos

    « le ballet des imbéciles énervés par une nature qui ne leur obéit pas. » J’adore !

  3. freifg

    Lire ce texte me permet de constater qu’il reste encore des êtres humains pour prendre le temps de vivre avec la nature et le monde qui les entoure.
    Quand je croise quotidiennement dans les transport toutes ces personnes rivées perpétuellement sur leur ipod ou leur portable qui ne prennent (ou ne savent) plus observer le monde qui les entoure, je m’interroge sur leur niveau de réflexion.
    C’est à 15 ans que j’ai décidé que jamais je n’aurai d’automobile et de téléviseur qui ne sont que des outils d’asservissement de l’être humain.
    Que toutes les automobiles restent bloquées sous la neige !

  4. Chibibo

    C’est un très beau texte spjwebster. Il reflète en plein se que je pense. Malheureusement, c’est pas aussi facile faire apprécier cette belle saison qui permet aux plantes et aux terres de se reposer. Ils ne savent pas apprécier la gracieuseté d’un flocon de neige qui tombe. Merci pour ce texte beau en émotions.

  5. Tommili

    Très joli, Joshua.
    Moi aussi, la neige je l’aime bien. En plus il paraît que c’est plein d’azote, et c’est excellent pour les plantes, et moi les plantes je les aime.
    Que les couillons de bagnolards pleurnichants aillent donc à pied ou à ski si ils sont pas contents.

  6. Gari

    @Ronuick : « cette neige […] qui montre à quel point nous sommes inadaptés à la nature. »

    Nous, inadaptés à la nature ? Nous faisons partie de la nature…
    Par ailleurs, il me semble que nous sommes parfaitement adaptés à la nature ; ce sont bien les bagnoles qui ne le sont pas…

  7. dominique

    Oui, texte marrant, rigolo comme la…neige !
    moi qui doit avoir à peut près le même àge que Joshua, la neige
    me permet de faire revenir des souvenirs d’enfance heureuse, ou on
     » jouait à la neige  » avec mes cousins/cousines….

    maintenant, ce je suis quand même désespérée par deux choses.

    1 ) les médias télé et radio qui nous bassinent en OUVERTURE de journal, pendant des jours, sur de la neige en hiver !!
    et du soleil au printemps ??? et des soldes en janvier ???
    et merde, que le sujet soit développé pendant les séquences météo
    je comprendrais, mais là, faire les 10 premières minutes du 20h, tous les jours, et SUR LE SERVICE PUBLIC, ça me fait mal aus seins ( sui sont sensibles par ces frimats, messieurs !! )
    je vais déplaire à Minou en parlant de technique, mais avoir accumulé tant d’intelligence, de technicité pointue, et accessoirement de dégâts environnementaux pour en arriver à ces diffusions de conneries, et merde !!

    2 ) les gens qui râlent : et oui, il neige en décembre !
    il y a du soleil en juillet au fait !!
    ces gens se déresponsabilisent à la vitesse grand V : les médias parlent de neige ( voir point 1 ) , et ils prennent quand même leur voiture, mais c’est de la faute à tout le monde si ils sont bloqués, tout le monde, mais pas eux, bien sur !!
    Il y en a même qui se disent otages de la DDE ! mais ou vont ils ?
    ou allons nous ?? ils sont otages d’eux même, mais ça, pour se l’avouer, c’est un vrai coming out !!

    voilà, juste un coup de gueule contre la bêtise qui va grandissante, et pas que sur TF1…
    Nous, avec des collègues on a fait un bonhomme de neige sur le parvis de la défense, j’avais ramené une carotte pour le nez, on a bien rigolé !! même si on a galéré avec les transports, et donc avec nos supérieurs hiérarchiatiques.
    bon hiver à tout le monde
    Dominique

  8. ajja

    Voici un texte qui illustre magnifiquement et bien mieux que je ne saurais le faire ma vision de la vie, moi qui suis régulièrement qualifié « d’imbécile heureux ».
    S’ils savaient, les cons, comme j’aime être un imbécile heureux..!

  9. SeptentrionalSeptentrional

    Ça fait du bien ! Apprécier la vie comme elle est plutôt que d’entendre rouspéter tous de refuser que leur société s’arrête un peu.

    Vive les aléas la nature qui nous montre nos limites. Vive l’enfant en moi qui aime voir s’écrouler ce conformisme industriel et cette laideur. Parce tout blanc c’est bien plus beau que tout noir et gris. Pourtant bien vite ils épandent leur brun pour salir le blanc dans lequel ils marquent leur chemin sûr et sécuritaire pour leur habitacle anti-hiver.

    C’est qu’ici, au Québec, après 300 ans et plus de vie en ce beau pays la majorité se plaint d’affronter son univers. Quelle lâcheté. Calvaire !

  10. Tommili

    « Il faudrait laisser un ou deux continents libres et interdits d’accès aux humains, seulement les animaux, évacuer l’Australie, la Nouvelle-zélande, l’Amérique du Sud,(le Canada aussi? sauf Québec, d’accord)Comme l’Antarctique.
    Pendant ce temps, nous autres les six ou sept milliards de gueux et parasites, on se serre un peu, on se calme, on arrête de baffrer, on partage un peu de soupe et on fait une grande promenade digestive (à pied et à vélo si possible) sur le chemin caillouteux et tape-cul de la décroissance, avant d’attaquer sérieusement le Grand Nettoyage nécéssaire de ce cloaque que nous pillons, saccageons et merdissons sans vergogne depuis au moins… trois cent ans voire plus.

    Bonne année donc, aux septentrionals-méridionals-équatorials-extraterritorials et départementals de toute l’Ardèche sub-cévenole, mais seulement autour de Saint-Bauzille de Putois et de la Bigournette »

    Extrait du Nouveau Programme de Gouvernage, lors des voeux télévisés de Mr Le Président de La France , 31 -12-2010.

  11. Pim

    C’est aussi avec plaisir que j’ai lu ce texte!
    Pour ma part, l’épisode neigeux de Noel m’a étonné en un point. Mes parents habitent à côté d’une cité HLM assez grande, avec des espaces verts au milieu pas trop trop craignos, avec plein d’enfants. Et pourtant, en y passant, plusieurs jours d’affilé, jamais je n’y ai vu un bonhomme de neige, ni memes des batailles de boules de neige etc. Alors que dans cette région, 20cm de neige qui tiennent 1 semaine, ca arrive une fois tous les 20 ans!
    Tous planqués devant la console et la téloche à regarder les pubs pour les céréales et les joujous en plastoc made in china? Génération d’obèses!

Les commentaires sont clos.