Participez à la traduction du livre vélogistique!

J’ai besoin de vous, sur une période relativement courte mais intense. J’ai l’intention de faire traduire en anglais mon livre « vélogistique » et pour ce faire, je lance dès aujourd’hui une campagne de financement participatif sur internet.

Vous pouvez bien entendu participer au financement de ce projet de traduction, mais surtout, je compte sur vous pour diffuser le plus largement possible l’information, sur vos sites internet, dans vos associations, sur vos réseaux sociaux, auprès de vos amis, etc. La campagne de financement ne va durer qu’un mois et si je n’obtiens pas la somme demandée au bout d’un mois, le projet ne se fera pas.

vélogistique, c’est le livre regroupant 400 photographies provenant de plus d’une centaine de villes situées sur les cinq continents, qui montre comment la vélogistique est non seulement possible, mais aussi plus que jamais nécessaire.

De part sa nature et son traitement, ce livre a véritablement une dimension mondiale. C’est pourquoi, il serait dommage de le réserver à un public uniquement francophone. Pour information, il s’agit d’un livre auto-édité sous licence creative commons, qui peut se visualiser gratuitement sur Internet, mais qui peut aussi se commander en version papier payante.

Mon but est de faire la même chose, mais avec une version anglaise de l’ouvrage. Ceci dit, la traduction d’un livre en anglais est un véritable travail en soi qui mérite salaire. C’est pourquoi, je lance une campagne de financement participatif sur le site kisskissbankbank afin de trouver les fonds permettant de payer un traducteur:

http://www.kisskissbankbank.com/traduction-en-anglais-du-livre-velogistique

Au passage, je vous informe que je suis également à la recherche d’un traducteur qui maîtrise suffisamment bien l’anglais pour mener à bien cette traduction. Le livre fait 166 pages, mais avec seulement 80 pages de texte de longueur plus ou moins variable selon les pages.

L’intérêt d’être le traducteur ou la traductrice de l’ouvrage? Déjà, d’avoir son nom en toutes lettres sur la couverture en tant que traducteur! Surtout, la possibilité d’être rémunéré pour un travail de qualité. La rémunération prévue est indicative (elle dépend du budget obtenu et de la somme des contreparties offertes dans le cadre de la campagne de financement), mais elle devrait tourner autour de 1200 euros (soit une moyenne de 15 euros par page, sachant que certaines pages sont très courtes). Attention, si je dois verser plus de contreparties que prévues (principalement tee-shirts et livres dédicacés), la rémunération sera moindre, mais j’ai bon espoir qu’elle ne soit pas inférieure à 1000 euros.

Si vous êtes intéressé pour la traduction, merci de prendre contact ici:
http://carfree.fr/index.php/contact/

Également, je le redis, tout ceci est conditionné par le fait de parvenir à atteindre l’objectif de financement, sinon il n’y aura rien! C’est pourquoi, je vous remercie d’avance de participer au financement si vous le pouvez. Si vous ne le pouvez pas, n’hésitez pas à faire circuler au maximum l’information dans vos réseaux.

S’il reste de l’argent à la fin, cela servira à financer le site Carfree France. Tout comme d’ailleurs les bénéfices de l’ouvrage en français ou en anglais s’il se fait. Le but de l’opération n’est pas de s’enrichir mais de diffuser le plus largement possible ce livre à l’échelle mondiale.

Merci de participer au financement! Faites de ce livre la référence mondiale en matière de vélogistique!

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

6 commentaires sur “Participez à la traduction du livre vélogistique!

  1. Florent

    Est ce qu’on peut aussi participer en traduisant (ou en pré-traduisant) quelques pages ? (gratuitement évidemment)
    Si un certain nombre de personnes s’y mettent et qu’ensuite un traducteur (rémunéré) passer un dernier coup de verni pour homogénéiser le tout, ça pourrait être pas mal non ?

  2. Marcel RobertMarcel Robert Auteur

    Bonjour Florent et merci pour ta proposition. Mais je ne sais pas si c’est raisonnable du point de vue de la cohérence d’ensemble de la traduction. Je pense que l’idéal est quand même d’avoir un seul traducteur.

    Ceci dit, vu comment démarre la campagne de financement (c’est-à-dire très très doucement), je pense que ça va être très dur d’obtenir le budget prévu. Ta proposition n’est donc pas à écarter à priori, mais encore faudrait-il qu’il y ait un certain nombre de volontaires…

    S’il y a d’autres volontaires, ils ou elles peuvent toujours se manifester sur cette page et on verra pour la suite du projet en fonction des résultats de la campagne de financement.

  3. Florent

    C’est sur que pour la cohérence d’ensemble, une traduction par une seule personne est préférable.
    Mais ça peut simplifier la tâche d’un traducteur si une partie est déjà en partie faite.
    (Et ça peut aussi être un style d’avoir plusieurs traducteurs)

  4. Vélo2bike

    Bonjour,
    Traducteur professionnel (fr>en) , spécialiste de cyclisme et de la petite reine, je me permets de préciser que pour le traducteur, c’est beaucoup plus simple de partir du texte original que de corriger des approximations et erreurs, njotamment des traductions effectuées « en ligne » !
    Soit, vous faites confiance à un traducteur « pro » pour la réalisation d’une traduction maîtrisée, soit vous faites confiance aux « services » en ligne et vous acceptez les conséquences ……….

  5. Anthony GrégoireAnthony

    Pour l’anglais, je passe mon tour, mais je peux faire la traduction en italien bénévolement, je ferai relire les fautes par des amis italiens!!
    Jsuis pas traducteur alors je peux le faire en prenant mon temps, livraison dans un an environ!
    Ma dernière participation à une traduction : https://www.youtube.com/watch?v=RiJESPdLXpA

  6. Marcel RobertMarcel Robert Auteur

    Merci Anthony pour ta proposition! A vrai dire, le projet de traduction en Anglais semble désormais très compromis (vu que la campagne de financement n’avance plus du tout). Aussi, la traduction en Italien serait une très bonne nouvelle.

    Pour info, un de mes précédents livres, « Pour en finir avec la société de l’automobile » a même été traduit et publié en Italie il y a quelques années:
    http://carfree.fr/index.php/2009/06/30/noauto-per-la-fine-della-civilta-dellautomobile/

    Je vais prendre contact avec toi par mail, d’autant plus que je connais un peu Andrea Wehrenfennig, ex-président régional de Legambiente, ce qui pourrait assurer une publicité assez large en Italie à ce projet.

Les commentaires sont clos.