Dunkerque: vers un réseau de bus plus rapide, plus efficace et gratuit

Dunkerque sera-t-elle la prochaine ville française à passer à la gratuité des transports en commun? C’était une des promesses électorales du maire élu et il semble bien que la gratuité soit désormais sur la bonne voie…

Dunkerque, c’est plus de 90.000 habitants, voire même 200.000 habitants pour la communauté urbaine. Or, le nouveau maire de Dunkerque et président de la Communauté urbaine depuis avril 2014, Patrice Vergriete, semble décidé à mettre en place la gratuité des bus.

Depuis son élection, les réunions publiques se sont multipliées, et il y a même un magnifique dossier de concertation qui a été produit par les services techniques et qui propose, tout simplement:
– la refonte du réseau de transport public pour mettre près de 120.000 habitants à moins de 300 mètres d’une ligne de bus fréquente;
– de permettre à la majorité des habitants de l’agglomération de se rendre au centre de l’agglomération en moins de 20 minutes;
– la mise en place d’un service public universel, cela passe par la gratuité;
– le doublement du nombre d’usagers du bus d’ici à 2020.

La bonne surprise pourrait donc venir de Dunkerque, où Patrice Vergriete, une sorte de transfuge socialiste, milite toujours pour la gratuité. Apparemment, la gratuité des transports en commun s’appliquera déjà tous les week-ends à partir de septembre 2015 et deviendra totale à partir de 2018…

Qui est donc Patrice Vergriete? Polytechnicien, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées et docteur es aménagement, on ne peut pas dire qu’il s’agit d’un dangereux illuminé… C’est en outre assez remarquable quand on sait que les X-Ponts font partie des principaux responsables du système bagnolo-routier actuel. Sur son blog, il vante les avantages de la gratuité des transports en commun.

Et il semble bien que la gratuité soit un moyen de relancer les transports en commun à Dunkerque, à la peine avec seulement 5 % des déplacements qui se font actuellement en bus. A vrai dire, à 5 % de part modale, on ne peut guère descendre plus bas, sauf à supprimer définitivement les bus…

En outre, à Dunkerque, la vente de billets et d’abonnements représentait un peu plus de 4 millions d’euro en 2013 pour un budget transport proche de 52 millions d’euro, dont 35 millions d’euro pour les bus. La vente des tickets représente donc environ 10% seulement du coût total des transports en commun.

Où va-t-on trouver les 4 millions d’euro qui manqueront dans le cas du passage à la gratuité? Certains imaginent déjà le pire: augmentation générale et monstrueuse des impôts, pillage des livrets A des grands-mères, banques dévalisées, etc. Apparemment, selon le maire Patrice Vergriete, la solution sera plus simple: augmentation du Versement transport payé par les entreprises…

C’est quand même assez étonnant, les opposants à la gratuité nous disent en substance que les transports payants sont le seul moyen de financer le développement des transports en commun. Sauf qu’on voit surtout des villes où les transports en commun sont payants et où la part modale n’en finit plus de baisser… jusqu’à atteindre des taux de 5%. Arrivé à ce niveau-là, la question du payant ou du gratuit n’a plus beaucoup d’importance car, si rien n’est fait rapidement, c’est l’existence même des bus qui est en cause!

Comme le disait un président de la république dont j’ai oublié le nom, le tournant des transports publics, c’est maintenant!

livre-gratuitéMarcel Robert, auteur du livre « Transports publics urbains: Textes sur la gratuité« , 158 pages, 10 euros.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

9 commentaires sur “Dunkerque: vers un réseau de bus plus rapide, plus efficace et gratuit

  1. Collectif pour la gratuité des transports dans l’agglomération grenobloiseBruno SMH

    Bonjour,

    Cela fait plaisir de voir que la gratuité gagne du terrain.
    Néanmoins il faut signaler une erreur dans l’article concernant Grenoble. Eric Piolle n’a jamais proposé la gratuité totale dans son programme. Il s’agissait seulement d’une gratuité ciblée aux 18-25 ans. La gratuité totale n’est même plus appliquée pendant les pics de pollution. A Grenoble EELV est opposé à la gratuité totale.

  2. Marcel RobertMarcel Robert Auteur

    Merci pour l’info, je ne sais pas où j’avais vu que c’était une promesse électorale du maire EELV, j’ai du confondre avec cette histoire de gratuité ciblée aux 18-25. En tout cas, j’ai modifié l’article en conséquence.

  3. Loic

    Où va-t-on trouver les 4 millions d’euro qui manqueront dans le cas du passage à la gratuité?

    Il faut savoir aussi et dommage que dans l’article ce ne soit signalé, mais la gestion d’un système payant et lui même source de frais : personnel, machine, comptabilité, contrôleurs, communication…

    Dans les 4 millions encaissé une grande partie est consommée dans ces frais.

    Je pense que le maintien d’une tarification est parfois plus politique que financière pour éviter que certaine population ne se déplace trop facilement.

    Par exemple sur Marseille en y regardant bien , on fait tout pour que les gens des quartiers (défavorisés) ne viennent pas sur les plages ou en centre ville …
    Horaires, tarif, lignes direct… Faire payer c’est déjà un tri par l’argent!

  4. abil59

    Bravo et cela passe aussi par la restriction de la voiture. C’est rare mais c’est un excellent travail sur le fond d’une collectivité. Maintenant il serait nécessaire de construire dans les dents à proximité des lignes majeures et faire des couloirs bus visibles (accessibles au vélo) avec priorité aux feux.

    Et surtout ne pas avoir peur des automobilistes car les utilisateurs des transports en communs, les cyclistes et les piétons sont aussi des électeurs. Merci pour eux.

  5. jean-marc

    C’est certain ,  cette  gratuité aura un coup ! Y a pas plus gratuit  que le déplacement vert .. amis cyclistes , à vos  selles !

  6. Pédibuspedibus

    Allez m’sieur Patrice Vergriet, siouplait encore un p’tit effort :

    péage urbain à l’entrée du périmètre de l’agglo – dont on se fout du coût de la mise en place – et trois lignes de tram à l’intérieur, sans oublier du stationnement réglementé partout, sur toutes les communes du périmètre de transport urbain…

  7. Vincent

    > Qui est donc Patrice Vergriete? Polytechnicien, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées et docteur es aménagement, on ne peut pas dire qu’il s’agit d’un dangereux illuminé…

    Amusant : quand ces mêmes ingénieurs conçoivent des centrales nucléaires, on les décrit d’une manière vachement moins positive…

    > C’est en outre assez remarquable quand on sait que les X-Ponts font partie des principaux responsables du système bagnolo-routier actuel

    Les ingénieurs ne font que ce que les politiques leur demandent de faire. Si on leur demande de faire des transports en commun et des pistes vélo, ils le font.

  8. Marcel RobertMarcel Robert Auteur

    Où-la Vincent, j’aimerais bien que cela soit aussi simple… Dans un monde idéal/parfait?, les politiques démocratiquement élus par le peuple prendraient des décisions « dans l’intérêt général » et les ingénieurs/techniciens se contenteraient de les appliquer…

    La réalité me semble toute autre, comme l’a montré très justement Jacques Ellul dont on parlait il y a peu sur ce site*, sur la plupart des sujets requérant un minimum de technicité, c’est-à-dire quasiment tous les sujets aujourd’hui dans notre société technicienne, les politiques sont la plupart du temps incompétents et font très largement confiance aux ingénieurs/techniciens « qui savent » ce qui est bon pour l’intérêt général…

    * http://carfree.fr/index.php/2015/04/21/automobile-divertissement-et-liberte/

    Pour ce qui concerne le rapport que tu fais avec le nucléaire, je ne vois pas trop  de quelle description « positive » tu parles: la phrase que tu cites consiste à faire remarquer qu’on reproche en général aux partisans de la gratuité d’être de doux rêveurs, utopistes ou écolo-bolchéviques… ce qui cadre plutôt mal avec l’image qu’on se fait en général d’un X-Ponts…

  9. mécontent

    Un bus gratuit toutes les dix minutes à moins de 300 mètres de chaque usager. C’est beau là vie en rose, mais je vous garantie que quand vous habitez là où passent ces engins ultralourds et bruyants qui font vibrer votre domicile du matin au soir et que vous avez à supporter les nuisances d’un abribus mal placé, alors là vous avez une autre opinion du service public. Il serait peut-être temps d’arrêter de tout concentrer tous les commerces toutes les administrations dans les centres-villes. Mais il est vrai que s’il n’y avait pas de centres-villes, il serait moins facile de spéculer sur l’immobilier.

Les commentaires sont clos.