Les Mengele de l’automobile

Il sera dit qu’on ne touchera jamais le fond. Le Dieselgate, c’est-à-dire le scandale sur les moteurs truqués de l’industrie automobile, vient de franchir un nouveau pallier dans l’horreur. Certains constructeurs de voitures ont délibérément gazé des singes et des êtres humains pour tenter de prouver que les gaz d’échappement de leurs voitures étaient inoffensifs.

Alors même que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait déjà qualifié le diesel de « cancérigène certain », les constructeurs automobiles allemands Volkswagen, Daimler et BMW menaient des expériences « scientifiques » dignes d’un Docteur Mengele dans les camps de la mort.

Les animaux étaient enfermés dans des cages de verre où ils inhalaient quatre heures durant les gaz d’échappements d’une Beetle, successeur de la Coccinelle et modèle phare de Volkswagen. Est-ce un hasard s’il s’agit justement de la voiture descendant de la KdF-Wagen, la fameuse « voiture du peuple » du régime nazi?

Car, comment qualifier des expériences consistant à enfermer des singes ou des êtres humains dans des espaces confinés en y injectant des gaz d’échappement automobile? Il faut juste rappeler aux Mengele de l’automobile que justement des gens se suicident parfois en utilisant les gaz d’échappement…

Quant au rôle des gaz d’échappement dans la survenue des cancers du poumon, il est désormais prouvé.

Alors, pourquoi prendre un tel risque éthique si ce n’est chercher par tous les moyens possibles y compris les moins avouables à nier la réalité scientifique?

En même temps qu’ils truquaient leurs moteurs de voitures pour faire baisser artificiellement les émissions, ils tentaient de prouver désespérément que leurs gaz d’échappement étaient inoffensifs.

Au-delà du scandale, c’est tout un système qu’il s’agit de mettre au jour. Car, les magouilles ne s’arrêtent pas là. De tous temps, les industriels de l’automobile et du pétrole ont financé des études scientifiques et des chercheurs pour diffuser leur « bonne parole ». Car, tout s’achète, y compris une étude prouvant que le diesel est bon pour la santé ou un chercheur télégénique déclarant sur toutes les chaînes que les voitures nettoient l’air ambiant.

Aux dernières nouvelles, des tests de gazage d’animaux ou d’être humains seraient régulièrement menés depuis des années au moins aux Pays-Bas et probablement dans d’autres pays.

Par ailleurs, tout ceci ne doit pas faire oublier que la plus grande expérimentation menée par l’industrie automobile en matière de gazage d’êtres humains consiste à faire circuler tous les jours des centaines de millions de voitures dans le monde.

Des centaines de milliers d’êtres humains en meurent chaque année et on ne compte même pas les animaux.

Pour tous les Mengele de l’industrie automobile, les rues de nos villes sont un gigantesque camp de la mort.

Image: Extrait du premier épisode de la série de documentaires Dirty Money. Capture d’écran Netflix

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

6 commentaires sur “Les Mengele de l’automobile

  1. Adrien L.

    Et le plus choquant encore, c’est que les « honnêtes » industriels de l’automobile impliqués ont essayé de couvrir leurs traces en liquidant il y a un an l’organisme responsable de ces tests ignobles. Ni vu, ni connu…

  2. Alexandre

    Personnellement, je trouve que le pire dans tout ça, c’est qu’en plus d’avoir mis au point un protocole de test ignoble, ils ont tenté de cacher les résultats car les tests prouvaient que les diesels récents sont PLUS dangereux que les vieux diesels. (ce qui est dit ici depuis un moment, soit dit en passant).

    Ce coup-ci, si le gouvernement laisse les diesel EURO 6 éligible à la prime de reconversion, ce serait vraiment incompréhensible. On peut en effet supposer que les constructeurs automobiles n’avait pas l’intention de démontrer que les voitures neuves sont pires que les anciennes…

    Pour les sources, c’est par ici : http://www.lemonde.fr/pollution/article/2018/01/31/monkeygate-volkswagen-a-voulu-dissimuler-un-rapport-genant_5249893_1652666.html

  3. L'intégriste ferroviaire

    Mais, me semble-t-il, les nazis ont utilisé, dans leur recherche de la solution finale, l’asphyxie par les gaz d’échappement !! Dans ce cas, on peut vraiment se dire que, chez ce producteur bagnolier allemand, ils sont devenus complètement cinglés; rien ne les arrête. Ils ont atteint le point Godwin.

    Ou alors, mais c’est moins probable, on les a laissés faire, car c’est un vaste complot pour favoriser l’acceptabilité de l’électrobagnole ! 🙂

  4. Vince

    M’enfin il y a vraiment un type qui a cru pouvoir démontrer que respirer des gaz d’échappement était inoffensif ???

    C’est une technique de suicide éprouvée. Qui veut laisser ses enfants dans son garage pendant qu’il démarre.

    Tout cycliste sait pertinemment qu’ il ne faut pas trop rester derrière une seule voiture même à l’arrêt c’est vite irrespirable.

    Quand l’OMS dit que le diesel est cancérigène c’est évidement  sur l’air ambiant et sur le long terme, à très court terme dans ton nez tu es asphyxié direct.

     

  5. Pédibuspedibus

    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/lallemagne-envisage-la-gratuit%C3%A9-des-transports-en-commun-en-ville/ar-BBJ5XjZ?li=AAiPu9k&ocid=spartanntp

    c’est le Marcélou qui va jubiler…

     

    un p’tit article là-dessus pourrait relancer les pros de la chose… et mettre les nerfs en pelote de Frédéric Héran…

    lequel est en droit de réagir, et de rappeler ses arguments, au sujet d’un éventuel effet pervers en direction des modes actifs de déplacement, et une faible influence sur la part modale bagnole…

Les commentaires sont clos.