Appel national pour la gratuité des transports publics locaux

A l’occasion des deuxièmes rencontres internationales des transports publics gratuits à Châteauroux, la Coordination nationale des collectifs pour la gratuité des transports publics a lancé un appel pour interpeller et mobiliser dans la perspective des prochaines élections municipales. 

Cet appel a été signé par plus de 150 personnalités politiques, syndicales ou du monde associatif.

IL Y A URGENCE CLIMATIQUE !

Les effets du changement climatique se font sentir de plus en plus concrètement, bouleversant nos conditions de vie. Les scientifiques du GIEC affirment dans leur dernier rapport qu’il faut limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C. Hélas, après la COP21 les émissions de gaz à effet de serre continuent de progresser en France et dans le monde nous plaçant sur une trajectoire de 3°C à la fin du siècle alors qu’il faudrait les diviser par deux dès 2030 pour contenir le réchauffement climatique à 1,5°C. Alors, face à l’inaction du gouvernement, il faut de toute évidence amplifier les interventions citoyennes qui se développent en France et en Europe.

Les transports motorisés sont responsables de 30 % des émissions de CO2 et la voiture y entre pour moitié. L’étalement urbain, qui a repoussé les familles modestes en quête de logement accessible en périphérie des villes, et la concentration des emplois dans les agglomérations sont responsables de cet usage des voitures individuelles. Un développement important des transports en commun associé à leur gratuité est une alternative crédible, efficace, indispensable, à la hauteur des enjeux et des besoins.

IL Y A URGENCE SANITAIRE !

Les particules fines et d’autres polluants – comme le dioxyde d’azote – émis par les véhicules, la production industrielle et les systèmes de chauffage sont responsables de plus de 42 000 décès prématurés par an en France. La quasi-totalité des agglomérations  françaises dépasse largement les seuils de dangerosité fixés par l’Organisation Mondiale de la Santé. En abandonnant l’usage de la voiture au profit des transports en commun, on améliore la qualité de la vie par une baisse de la pollution de l’air, des accidents de la route et des embouteillages. Les transports en commun sont donc bénéfiques pour toutes et tous, celles et ceux qui les prennent comme celles et ceux qui ne les prennent pas. Cela aussi justifie leur développement et leur accès gratuit.

IL Y A URGENCE SOCIALE !

Le coût des transports pèse fortement sur le budget des ménages. Leur gratuité permet de changer la vie concrètement en donnant la possibilité à toutes et tous de se déplacer. Cette mesure sociale permet de redistribuer du revenu aux ménages, notamment à ceux des classes populaires, en ayant des conséquences favorables pour l’économie locale et les commerces de proximité.

LA GRATUITÉ C’EST POSSIBLE

La gratuité des transports en commun est déjà instaurée dans une trentaine d’agglomérations en France (par exemple, Aubagne, Dunkerque) et des dizaines d’autres dans le monde. D’autres la prévoient ou lancent des études. En Estonie, après la capitale Tallinn, la gratuité s’étend à tout le territoire. Au Luxembourg, tous les transports en commun (bus, tram, train) seront gratuits en 2020. Toutes les expériences montrent que la gratuité, associée à une augmentation de l’offre, entraîne systématiquement une forte hausse de l’usage des transports en commun.

LE VERSEMENT TRANSPORT : UNE SOURCE DE FINANCEMENT ESSENTIELLE

Les trajets domicile-travail ont une part très importante dans les déplacements quotidiens. Par ailleurs, la concentration croissante des activités dans les métropoles actuelles, résultat des demandes des grands groupes industriels et financiers, est source de congestion et d’étalement urbain. C’est donc à bon droit que la taxe « Versement Transport » (versée par les entreprises de plus de 10 salariés) constitue aujourd’hui une grande part du financement des transports collectifs publics. Cette source de financement doit non seulement être préservée, mais aussi accrue pour financer la gratuité et le développement des transports publics.

LA MOBILITÉ EST UN DROIT

Pour garantir à toutes et à tous l’accès libre aux transports en commun, il faut développer des transports publics accessibles et de qualité : denses, fréquents, rapides, gratuits, définis par et pour les habitant.e.s. Contre les menaces actuelles de libéralisation, nous voulons défendre un bon statut social des salariés des transports en commun et la qualité du service rendu aux usagers. Contre la marchandisation de nos vies, par l’extension de la gratuité, à l’instar de l’éducation et de la santé, nous ferons ainsi grandir le sens de l’intérêt général et du service public.

Nous, signataires de cet appel, nous engageons à promouvoir la gratuité des  transports en commun dans toutes les villes et à peser sur les exécutifs à tous les niveaux, du local au national, afin qu’elle devienne l’un des leviers efficaces pour des avancées environnementales, sanitaires et sociales répondant aux défis du moment.

LA GRATUITÉ DES TRANSPORTS PUBLICS LOCAUX EST UNE NÉCESSITÉ

À l’initiative de : Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise, Collectif agglomération rouennaise pour les transports gratuits, Collectif nancéien pour une régie publique des transports urbains et pour leur accès gratuit, Collectif transport gratuit en Pays d’Aubagne et de l’Étoile, Association « se déplacer en liberté » (ASDEL Aubagne), Collectif porté par ATTAC Lille-Métropole, Collectif lyonnais pour la gratuité des transports en commun, Collectif gratuité des transports Toulouse, Collectif chambérien pour la gratuité des services publics locaux, Collectif messin pour la gratuité des transports en commun, Collectif des transports gratuits de Clermont-Fd Métropole, Collectif Bus gratuit pour Lorient Agglomération.

SIGNEZ L’APPEL

Plus de 150 personnalités de la société civile, élus, universitaires et artistes soutiennent cet Appel.

  1. Alcaraz Marion ; Juriste
  2. Ariés Paul ; Directeur de l’Observatoire International de la Gratuité
  3. Arthaud Nathalie ; Porte parole de Lutte Ouvrière
  4. Aumont Alain ; Retraité CGT RENAULT Le Mans
  5. Barrionuevo Michel ; Conseiller municipal de la ville de Sassenage (Isère)
  6. Baya Chatti Kaoukeb ; Conseillère déléguée à la petite enfance et aux handicaps pour la ville d’Echirolles
  7. Béghin Jean-Pierre ; Secrétaire Génération.s Savoie – adjoint au maire de Cognin
  8. Benmokhtar Sabrina ; Coordinatrice de Jeunes Générations Grand Nancy (54)
  9. Benoit Nicolas ; Secrétaire général de l’UD CGT Isère.
  10. Berland Jean Louis ; Conseiller municipal (St Michel sur Orge – 91)
  11. Bernier Laurence ; Maire de Frasne les Meulières (39) Conseillère communautaire du Grand Dole
  12. Besancenot Olivier ; NPA
  13. Billon Denis ; Ancien adjoint au maire de Tomblaine (54)
  14. Blanchet Philippe ; Universitaire, Rennes
  15. Bona Mariano ; Secrétaire d’Ensemble! 38
  16. Borrits Benoit ; Chercheur
  17. Boumedienne Alima ; Avocate – Ensemble!
  18. Boussuge Muriel ; Secrétaire de l’union locale CGT de Chambéry
  19. Brafman Jean ; La France Insoumise
  20. Bresson Jean Claude ; Ancien maire de Chavigny (54)
  21. Brunacci Jean ; Secrétaire régional Solidaires des Pays de la Loire-Nantes
  22. Bruneau Alban ; Maire PCF de Gonfreville l’Orcher (76)
  23. Bruneel Alain , Député du Nord (PCF)
  24. de Carli Serge ; Maire de Mont-Saint-Martin, conseiller départemental de Meurthe-et-Moselle
  25. Casanova Mathieu ; Coordinateur de Générations Grand Nancy (54)
  26. Casoni Alain ; Maire de Villerupt, conseiller départemental de Meurthe-et-Moselle
  27. Cazalis Nicolas ; Secrétaire général de l’Union Locale CGT de Grenoble
  28. Cineux Cyril ; Maire-adjoint aux transports de Clermont-Ferrand; vice-Président de Clermont Métropole
  29. Collet Gérard ; Porte-parole Attac Isère
  30. Combes Maxime ; Porte-parole ATTAC
  31. Compain Aymeric ; Conseiller Municipal LFI Châteauroux
  32. Corfec Sebastien ; Secrétaire régional du Syndicat SUD-Rail de Paris St-Lazare
  33. Corzani André ; Maire de Joeuf, vice-président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle
  34. Coulombel Alain ; Membre EELV
  35. Cremieux Léon ; Syndicaliste transport aérien
  36. Cuckier Alexis ; Philosophe
  37. Damon Catherine ; Conseillère intercommunautaire dans le 91
  38. David Annie ; sénatrice honoraire de l’Isère, ancienne secrétaire départementale du PCF 38
  39. Delbonnel Jean-Pierre ; porte parole d’Ensemble! Savoie
  40. Della Sudda Bruno ; Militant altermondialiste, ancien conseiller municipal de Nice (2000-2008)
  41. Demore Amandine ; Adjointe au Maire, Ville d’Echirolles (38)
  42. Denille René ; Adjoint au maire de Chavigny (54)
  43. Doerler Bérengère ; Castanet Tolosan
  44. Drevon Jean Michel ; Syndicaliste FSU
  45. Doussain Étienne ; Adhérent Fondation Copernic.
  46. Epsztajn Didier ; Animateur du blog « entre les lignes entre les mots
  47. Fajeau Guy ; Conseiller municipal d’opposition Chambéry
  48. Farbiaz Patrick ; pour une Écologie populaire et Sociale
  49. Feron Hervé ; Maire de Tomblaine (54), ancien député de Meurthe-et-Moselle
  50. Fiat Caroline ; Députée de Meurthe-et-Moselle
  51. Finas Brigitte ; porte-parole Attac Savoie
  52. Fradin Anny ; Biologiste
  53. FSU 38 ;
  54. Galepides Nicolas ; Fédération syndicale SUDPTT
  55. Garo Isabelle ; Enseignante
  56. Gault Yann ; Conseiller départemental de Bourges (18)
  57. Gay Vincent ; Bureau national ATTAC
  58. Gerbier Françoise ; Maire de Venon, Conseillère départementale Isère (PCF)
  59. Ghazi Karl ; Fondation Copernic
  60. Giono Jérémie ; Secretaire départemental PCF Isère
  61. Giovannangeli Magali ; Présidente de l’agglo d’Aubagne de 2011 à 2014 et élue d’opposition aujourd’hui
  62. Goldberg Pierre ; Ancien député–maire de Montluçon
  63. Granata Eric ; Secrétaire général UD CGT – Savoie
  64. Grigoriadou Lena ; Enseignante
  65. Grond Pierre-François ; Membre d’Ensemble !
  66. Gros Olivier ; Conseiller municipal d’Avignon
  67. Gruet Stephanie ; Conseillère municipale de Malzéville (54)
  68. Guerci Michèle ; Journaliste
  69. Habel Janette ; Fondation Copernic
  70. Hatzig Patrick ; Ancien vice-président aux transports de la Région Lorraine
  71. Henneguelle Anaïs ; maîtresse de conférences en économie à l’université de Rennes 2 – membre du CA des Économistes Atterrés
  72. Hirtz Jean Marie ; Adjoint au maire de Malzéville (54)
  73. Houdouin Gilles ; Conseiller régional de Normandie,Le Havre, Ensemble !
  74. Jorand Lionel ; Secretaire général Union Solidaires Transports
  75. Khalfa Pierre ; Fondation Copernic
  76. Kontos Marianna ; Doctorante
  77. Labaye Manon ; Conseillère municipale NPA à Poitiers
  78. Lacreuse Marc ; Education populaire & Transformation sociale
  79. Larue Sylvie ; Communiste Unitaire
  80. Laverne Yves ; OMOS , Militant associatif Saint-Denis
  81. Le Brun Pascal ; LFI 69
  82. Le Moal Patrick ; Fondation Copernic
  83. Le Monnier Noël ; Attac-54, collectifs pour la défense et l’extension de services publics locaux, Nancy (54)
  84. Lecoq Jean Paul ; Député Seine maritime PCF
  85. Levi-Cyferman Annie ; Adjointe au maire de Vandoeuvre-lès-Nancy (54)
  86. Levy Laurent ; Retraité
  87. Liot Dominique ; un des responsables de la bataille gagnée sur le département 31, puis l’agglomération toulousaine puis la région Midi Pyrénées pour la gratuité des transports en commun pour les chômeurs et précaires dans les années 90
  88. Lopparelli Joël ; Président d’Attac-54
  89. Lowy Elise ; Écologie Populaire et Sociale
  90. Lowy Michael ; Directeur de recherches émérite au CNRS
  91. Lupo Rosemary ; Conseillère départementale de Meurthe-et-Moselle
  92. Malifaud Jean ; Syndicaliste SNESup-FSU
  93. Mamet Jean Claude ; co-animateur du blog : www.syndicollectif.fr
  94. Mangenot Marc ; Economiste et responsable associatif
  95. Marche Emilie ; Conseillère régionale La France Insoumise
  96. Marchives François ; Secrétaire départemental de Solidaires Isère
  97. Marcot Fabien ; Graphiste
  98. Margueron Billy ; Secrétaire fédéral du PCF Savoie
  99. Marseille Joel ; Adjoint au maire de TENCIN 38 (PCF)
  100. Marty Christiane ; Ingénieure chercheuse, Attac et Fondation Copernic
  101. Mayet Alexis ; conseiller municipal de Saint-Germain des Fossés (Allier)
  102. Minella Jean Pierre ; Maire d’Homécourt, vice-président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle
  103. Montel Danielle ;
  104. Moreau Héloïse ; Présidente de l’Union Nationale des Lycéens (UNL)
  105. Olivier Jean-Luc ; Professeur à l’Université de Lorraine, praticien hospitalier, directeur de laboratoire
  106. Ollier René ; Secretaire général Fédération syndicale SUDPTT
  107. Paillard Serge ; Secrétaire départemental FSU Isère
  108. Palmer Antoinette ; Conseillère municipale de Le Cheylas, Isère (PCF
  109. Pellerin Stéphane ; Conseil délégué à l’économie sociale et solidaire st Marcellin 38160
  110. Pelletier Willy ; Fondation Copernic
  111. Pelinski Pascal ; Adjoint au maire de Malzéville (54)
  112. Pelissier Jean François ; Co porte parole d’Ensemble !
  113. Pereira Afonso Joao ; Secrétaire Général UD CGT 69
  114. Perrin-Gilbert Nathalie ; Maire de Lyon1. Mouvement citoyen lyonnais
  115. Piard Jean Jacques ; Trésorier association Blé noir
  116. Plumecocq Gaël ; Chargé de recherches en économie à l’INRA de Toulouse, membre du CA de l’AFEP, membre de l’Atelier d’Écologie Politique Toulousain
  117. Poncelet Philippe ; Adjoint au maire de Vandoeuvre-lès-Nancy (54)
  118. Poncet Raymonde ; EELV Lyon
  119. Postel Nicolas ; Professeur d’Economie, Université Lille, laboratoire CLERSE. Membre des économistes atterrés et Vice-Président de l’AFEP.
  120. Poupin Christine ; Porte parole du NPA
  121. Pradeau Raphaël ; Porte-parole ATTAC
  122. Prevost Hugo ; Président de l’Union des Etudiants de Grenoble
  123. Prime Blandine ; Membre d’Ensemble!
  124. Prud’homme Loïc ; Député de la Gironde LFI
  125. Puissant Emmanuelle ; Maîtresse de conférences en économie à l’Université Grenoble-Alpes, laboratoire CREG. Membre des économistes atterrés et du CA de l’AFEP.
  126. Quatennens Adrien ; Député 1 ère circ Lille LFI
  127. Rafatdjou Makan ; Architecte Urbaniste
  128. Reboul Lola ; Responsable fédérale de l’UNL Paris
  129. Ribeiro Manuela ; Conseillère départementale de Meurthe-et-Moselle
  130. Ripart Laurent ; NPA Savoie
  131. Rochas Sylvette ; Conseillère Départementale Isère (PCF)
  132. Roussel Fabien ; Député du Nord PCF
  133. Sagot-Duvauroux Jean-Louis ; Philosophe
  134. Samary Catherine ; Economiste
  135. Silvestri Annie ; Maire de Thil, vice-présidente du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle
  136. Slaouti Omar ; Enseignant
  137. Splet Antoine ; Conseiller communautaire à l’Eurométropole de Strasbourg, conseiller municipal à Schiltigheim ( 67) – (PCF)
  138. Sud Rail Alpes ;
  139. Sultan Philippe ; Fondation Copernic
  140. Szempruch Michel ; Cinéaste
  141. Tavan Cécile ; Syndicaliste FSU
  142. Terrier Lola ; Responsable fédérale de l’UNL Isère
  143. Thézé Jéhann Marylène ; syndicaliste CGT et membre d’Ensemble 44
  144. Thomas Denis ; Secrétaire national FSU
  145. Thomassin Daniel ; Adjoint au maire de Malzéville (54)
  146. Tovar Jose ; Syndicaliste enseignant
  147. Trouvé Aurélie ; Porte-parole ATTAC
  148. Trovéro Jean-Paul ; Maire PCF de Fontaine – Isère
  149. Tuscher Guy ; Conseiller municipal « Ensemble à Gauche » Grenoble
  150. Union Départementale CGT Isère ;
  151. Union Départementale CGT Savoie ;
  152. Union syndicale Solidaires Isère ;
  153. Union syndicale Solidaires Meurthe-et-Moselle ;
  154. Union syndicale Solidaires Seine-Maritime;
  155. Uzan Rémi ; Journaliste territorial
  156. Veyret Michelle ; 1ière adjointe PCF Saint Martin d’Hères – Isère
  157. Vidal Maryse ; Enseignante-retraitée 34700 Saint Jean de la Blaquière
  158. Voir Patrice ; Conseiller municipal Grenoble Conseiller régional Auvergne Rhône-Alpes
  159. Wey François ; Secrétaire départemental FSU-54
  160. Zafari Sophie ; Syndicaliste FSU
Collectif pour la gratuité des transports dans l’agglomération grenobloise

A propos de Collectif pour la gratuité des transports dans l’agglomération grenobloise

Le Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise est composé de syndicats, de partis politiques, d’associations et de citoyens.

6 commentaires sur “Appel national pour la gratuité des transports publics locaux

  1. Mat B

    La gratuité des transport est une idée bidon tant que le financement ne passe pas par une  taxation accrue des voitures en ville. Sans pour autant passer par des péages, il suffit de zones pour lesquelles les infractions routières seraient complètement sous la responsabilité de la ville,  celle pourrait mettre la pression sur sa police municipale pour maintenir un ordre dans des endroits où c’est difficile.

    Bien sûr, plus il y aurait d’amendes et moins il y aurait de voitures, donc d’infractions, dans ce sens, les gens pourraient plus facilement se balader à pied, en vélo ou trottinette et prendraient moins les transports, donc, baisseraient le cout de ces transports

  2. Bernard

    Oui, … mais non.  Je pense que ce raisonnement ne vaut que sur les zones centrales des villes, mais c’est au moins autant dans les faubourgs et les périphéries que la bagnole envahit tout et monopolise quasiment la totalité des dépassements. Ces extérieurs ont besoin de davantage de transports publics, et ça coûte cher à mettre en place et faire fonctionner.

    Mais la gratuité des transports est la meilleure façon de les torpiller : Ils seront moins nombreux, moins entretenus, se détérioreront. Au détriment des plus faibles, car ce ne sont pas les cadres sup’ et CSP++ qui viendront fréquenter des TC en dépérissement. Eux ont les moyens d’avoir plusieurs voitures.

  3. Letard

    Bonjour à tous,

    C’est pas tout d’offrir la gratuité des transports publics, il faut s’assurer que ceux ou celles qui essaient de prendre ou prennent ces transports en commun ne risquent pas trop leur vie pour y arriver.

    En cas de choc à moins de 30 km/h un piéton qui, par exemple court, sur un passage pour piétons  pour avoir son bus, a plus de 9 chances sur 10 de s’en sortir vivant s’il heurte ou se fait heurter par une voiture.

    Pour moi, la gratuité des transports en commun ne peut se faire sans le passage de toutes les agglomérations du pays en zone 30 dans leur intégralité pour mieux garantir la vie ou la survie des usagers de transports en commun.

    Qu’en pensez-vous, s’il vous plaît? Merci.

    A votre service.

  4. Bernard

    Les chiffres de Dunkerque après un an de gratuité des transports en commun :

    Le transport public a vu son usage augmenter de 85 % et sa part modale est passée de 4,6 % à 8,5 %  (équivalent à ce qu’elle était il y a un quart de siècle)

    Sur ce gain, la moitié vient des automobilistes et la part modale de la voiture est passée de 66,4 à 64,4 % environ : la gratuité a enlevé une voiture sur 30.

  5. jol25

    C’est un tout (comme beaucoup de sujets, on fait le boulot à moitié : ben oui, on a des électeurs quand même, on peut pas en fâcher la majorité) :

    zone de stockages de VMs en périphérie
    interdiction de véhicules personnels en ville
    gratuité des TC

    Là, ça devrait exploser les stats 🙂

    Le top ce serait de réussir à organiser des alternatives à la voiture personnelle pour les pendulaires, mais aujourd’hui c’est pas gagné partout.

  6. Bernard

    Oui, possible, mais ça ne repose que sur l’interdit (le faire respecter peut coûter cher, il faut payer des contrôleurs) et le transport public gratuit  (qui conserve toujours un coût de production).

    On peut instaurer une vignette multimodale de zone : tout véhicule circulant et/ou stationnant sur la voie publique de la dite zone (assez vaste, par exemple tout le territoire d’une Communauté urbaine ou Métropole) paye un droit, pouvant être de l’ordre de 50 à 60 € par mois  (ou 6 à 7 € pour les utilisateurs d’un jour).

    La vignette est appliquée bien en évidence sur le pare brise, et son « talon » sert de titre de transport sur les TC  (si ceux-ci restent payants)

    L’argent collecté finance les transports collectifs.

    Mais si les gens ont de quoi garer leur voiture sur terrain privé pour un loyer plus faible, et sans l’utiliser pour rouler, le financement pour les TC risque de faiblir.  Ce n’est jamais simple.

    des analyses  (que je ne partage pas totalement) :  http://www.citego.org/bdf_fiche-document-198_fr.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.