De quoi Total est-elle la somme ?

« Total » : c’est ainsi qu’ils ont choisi de la nommer, comme dans un mauvais film tout en hyperboles. Active dans plus de 130 pays, cette société s’affaire à exploiter, traiter et distribuer des produits issus du pétrole, tout en oeuvrant dans le gaz, l’énergie solaire, la production électrique et l’industrie chimique. Le capital dont dispose cette firme traduit le fait d’une histoire chargée, couverte par l’état du droit ou par la complicité des États. Ce capital est le fruit d’actions tentaculaires sur un plan politique et économique, allant de la participation à des cartels internationaux capables de jouer sur les prix à l’accaparement de ressources dans le contexte néocolonial africain, en passant par la délocalisation d’actifs dans des États complaisants, par l’externalisation des coûts de production sous une forme massivement polluante et par la collaboration avec des partenaires pratiquant le travail forcé. Lire la suite…

Mais qu’est donc ce merveilleux Macron ?

Si vous ne le savez pas, je vous apprends que j’ai ferraillé contre certains, présentés comme écologistes, qui soutenaient sans hésitation le vote en faveur d’Emmanuel Macron. Contre Yves Paccalet et Corinne Lepage, notamment, auxquels j’aurais pu ajouter Matthieu Orphelin, ancien de la fondation Hulot, et très proche de ce dernier. Je laisse de côté, car ils sont par trop grotesques, des gens comme François de Rugy – lui aussi, comme Valls, avait signé la charte de la primaire socialiste avant de s’essuyer les fesses avec – ou Cohn-Bendit, désormais commentateur de matchs de foot et chroniqueur entre deux pubs chez Europe 1. Lire la suite…

Aux origines de la décroissance

En juillet 2014, le journal La Décroissance publiait un dossier spécial intitulé « Géants d’hier, néant d’aujourd’hui. » En une, ce titre était illustré par des portraits de Simone Weil, Léon Tolstoï et George Orwell, opposés à ceux de Luc Ferry, Jacques Attali et Caroline Fourest. Les pensées de vingt-huit auteurs majeurs pour le mouvement d’idées auquel appartient le journal étaient présentées dans un cahier central stimulant qui invitait à (re)découvrir leurs œuvres et à s’y plonger. Ce numéro a fait date, à tel point qu’il s’est vite retrouvé épuisé. Quelque temps après, afin de donner une pérennité à ces textes forts appréciés, les éditions québécoises Écosociété ont sollicité La Décroissance pour les republier sous la forme d’un livre. L’échappée et Le Pas de côté, complices et déjà co-éditeurs de deux titres construits autour du journal, Vivre la simplicité volontaire et Le Progrès m’a tuer, se sont joints au projet… Lire la suite…

Ces Néo-NégaWatt qui valent des Milliards…

Bien évidemment c’est un secret de Polichinelle… En tant qu’entreprise vendant de l’électricité atomique, EDF, criblée de dettes, survit dans son parc délabré en limite de la faillite. Même si la présentation soignée de l’état de ses finances apparaît moins préoccupante que celle d’Aréva, après Fukushima, il n’y a plus d’illusion possible sur l’avenir du fleuron national. L’atome tricolore va de mal en pis, dans l’économie réelle l’électronucléaire ne paie plus… Lire la suite…

Des biocarburants à l’huile de palme ? Stop au délire TOTAL

Total se lance dans l’huile de palme et veut ouvrir une bio-raffinerie d’importance mondiale près de Marseille. Sauf que le Parlement européen vient de faire date en demandant l’arrêt des biocarburants à base d’huiles végétales tropicales, et tout spécialement d’huile de palme. Protestons contre le projet de Total. Lire la suite…

Sauver le climat par la déforestation ? Non merci !!!

Les «biocarburants» soutenus politiquement et financièrement par l’Union européenne ne préservent pas le climat. Pire, en classifiant l’huile de palme parmi les carburants «durables», l’UE provoque la déforestation : 3,2 millions de tonnes d’huile de palme terminent déjà chaque année dans les réservoirs de nos véhicules. Lire la suite…

Kallak, l’Age de Fer au Cercle Polaire (2/2)

« Kallak c’est la mine de trop ! »

Les perspectives sont proprement effrayantes. « Un rapport ministériel de 2013 « Sweeden’s minerals strategy » prévoit pas moins que l’ouverture de cinquante mines à l’échéance de 2030 (3) ». La production de minerai de fer devait quasiment tripler. En cette année 2013, l’Etat Suédois venait de lancer une véritable offensive générale de l’extractivisme, autant dire une Apocalypse pour la civilisation du renne en territoire Saames. Lire la suite…

Kallak, l’âge de Fer au Cercle Polaire (1/2)

Contrairement aux autres régions du monde, l’Europe occidentale ne compte plus de peuple autochtone… Étalée sur deux millénaires, l’épuration ethnique fut progressive, depuis les expéditions romaines jusqu’à l’expansion au Moyen Âge du christianisme vers le nord et l’est du continent européen. Entre les deux, il y a eu surtout les immenses flux et brassages de populations des invasions à la fin de l’Empire romain. Puis au temps du déclin de l’Empire Carolingien, les factions guerrières des peuples scandinaves, les Vikings, vinrent en salves barbares faire leurs razzias pour finir par se fondre dans la chrétienté méridionale de l’Europe. En Normandie, la France conserve les traces de la dynastie de l’un de ces redoutables hommes du nord : Rollon. Lire la suite…