« La gratuité est un saut de civilisation »

En 1995, Jean-Louis Sagot-Duvauroux publiait Pour la gratuité. Des années après, on est tombés sur ce petit livre qui articule, en montrant la cohérence qui les sous-tend, à peu près tous les grands combats actuels : pour l’accès aux soins, pour le droit au logement et aux transports, pour la libre circulation de l’information et des œuvres… Surtout, la réflexion de Jean-Louis Sagot-Duvauroux aide à lever la malédiction qui, depuis l’échec des régimes communistes, pèse sur tous les désirs de changement. Non, dit-il, l’empire de la marchandise n’est pas partout : le croire, c’est aussi céder à la propagande libérale. Et on peut, à partir des failles bien réelles du système, à partir d’îlots préservés de gratuité et d’autonomie, agir pour renverser la tendance ; avancer des propositions circonscrites, mais efficaces, qui permettent de prendre de nouveaux bastions, au lieu de se cantonner à une attitude défensive en rêvant à des lendemains qui chantent. Lire la suite…

Pétition pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise

Le collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise mène une campagne de long terme en faveur de la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise. Ils souhaitent convaincre la population et créer un mouvement d’opinion à même de convaincre les responsables politiques et sociaux de la nécessité d’instaurer la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise. Lire la suite…

Le train pour TOUS et gratuit !

Il faut remonter à De Gaulle pour comprendre que la plupart des chefs d’états français ont voulu montrer la suprématie de la technologie ferroviaire française. Déjà en 1964, l’année ou je passais mon bac, une loco électrique BBnnnn avait franchi la vitesse de 440 kms/h sur une ligne entre Bordeaux et Hendaye. De plus les têtes de la SNCF sont très souvent des polytechniciens, c’est-à-dire des gens très intelligents, très ingénieux tout à fait capables d’avoir l’idée du TGV mais aussi particulièrement éloignés des soucis élémentaires du français lambda. Ajoutez à cela l’essor de l’automobile depuis 1964 et vous avez tous les ingrédients de la situation actuelle. Lire la suite…

La gratuité du transport en commun revendiquée haut et fort au Québec

gratuite-liberte

Le Collectif Subvercité a relancé cet automne sa campagne RTC gratuit. Levée de fonds, manifestation populaire, participation décalée à la Semaine des transports actifs et collectifs, les membres du collectif ont mis les bouchées doubles pour mettre la gratuité du transport en commun dans la ville de Québec à l’ordre du jour. Lire la suite…

La gratuité pour changer de modèle de transport

Dans le cadre du système de transport actuel, il y a un véritable problème de masse, c’est l’automobile individuelle. Pour sortir de ce vieux modèle, il faut opérer une révolution complète du système de transport, du même ordre que celle du début des années 1980. Il faut tout remettre à plat pour envisager un système intégré dans lequel les transports en commun seraient le moteur principal de la mobilité. Et le seul élément majeur permettant d’envisager cette nécessaire révolution du système de transport tient en un mot: gratuité. Lire la suite…

Les opposants à la gratuité

C’est une grande victoire pour la gratuité des transports en commun! En effet, deux associations majeures dans le domaine des transports en commun, à savoir la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports) « représentant les voyageurs » et l’UTP (Union des Transports Publics) « représentant les entreprises de transport« , viennent de se réunir pour dénoncer dans un communiqué commun la gratuité. Si ces deux associations éprouvent le besoin de conjuguer leurs efforts pour attaquer la gratuité, c’est très probablement qu’il y a le feu au lac! Lire la suite…

La gratuité des transports en commun

La gratuité des transports en commun est un sujet que les professionnels de la communication diraient « clivant ». Il y a les farouchement « pour » et les farouchement « contre » comme si le véritable débat relevait de choix idéologiques, entre partisans « bolchéviques » et opposants « ultra-libéraux » de la gratuité. Lire la suite…