Le code de la rue : une urgence en France

Des associations de cyclistes et de piétons ont lancé hier un appel pour une mise en œuvre « effective et urgente » d’un « code de la rue » qui permettrait de développer les modes de déplacement « doux » en ville. Elles s’inquiètent d’un « désengagement » de l’Etat sur la question, et sur celle de la communication des décisions. Le Premier ministre leur a promis une réponse d’importance. Lire la suite…

Campagne « Respectez les cyclistes » du 15 au 21 mars

autocollant-stationnement-dangereux1

Suite au succès de l’édition 2009 « Stationnement dangereux » – pose d’un autocollant ou tract sur le pare-brise des véhicules à moteur mal stationnés pour interpeller leur conducteur sur les risques qu’ils font courir aux autres usagers – La Fubicy (Fédération des Usagers de la Bicyclette) vous propose de renouveler cette action du 15 au 21 mars 2010 à l’occasion de la campagne « Respectez les cyclistes » sur le partage de la voirie et le respect des aménagements afin de cohabiter et de se déplacer en toute sécurité. Lire la suite…

Se garer en vrac

se-garer-en-vrac

Un 4×4 noir aux vitres fumées qui réussit la performance de se garer en vrac à la fois sur le trottoir et sur le passage piétons, le tout devant une permanence UMP… Cela ne s’invente pas et en regardant de plus près la photo, on distingue même une affiche de Sarkozy avec le slogan « La France change »… Lire la suite…

Aller au travail à vélo

aller-au-travail-a-velo

Entre les embouteillages, le coût de l’essence, le stationnement, la pollution, le réchauffement climatique, l’image has been de l’automobile, etc., vous en avez assez de prendre tous les matins votre voiture pour aller au travail? Vous hésitez encore à prendre votre vélo? Voici les 10 raisons qui vous manquaient pour sauter définitivement le pas et aller au travail à vélo. Lire la suite…

Accroc de vélo, êtes-vous dans le déni ?

nickdewar

Mon épiphanie – je suis une cycliste urbaine! – fut par un beau matin de printemps quand je me suis surprise à mentalement fragmenter la liste d’épicerie en autant de mini-listes qu’il y avait d’articles à se procurer, dans le but précis d’aller chercher ces articles, tout au long de la semaine, dans des épiceries, ou boutiques spécialisées, ailleurs, dans d’autres quartiers, loin, et non pas dans les épiceries près de chez nous. Là, j’ai compris que j’étais ‘faite’, que j’étais devenue une accroc du vélo urbain. Lire la suite…