Contre le parking vélo payant

Est-ce un cas isolé ou une lame de fond? Certaines collectivités publiques transforment, avec l’aide de la SNCF, des parkings vélo gratuits en parkings payants. C’est le cas à la gare de Riom (Puy-de-Dome).

Dans cette petite ville de moins de 20.000 habitants, le parvis de la gare SNCF était occupé jusqu’à récemment par deux rangées d’une dizaine d’arceaux chacune permettant donc de stationner gratuitement environ 40 vélos.

Précisons que ce stationnement était largement suffisant jusqu’à présent: à moitié vide l’hiver, il se remplissait uniquement avec l’arrivée des beaux jours, sans qu’il soit possible de parler pour autant de pénurie (d’autant plus qu’un autre parking vélo de plus petite taille est disponible tout aussi gratuitement de l’autre côté de la gare).

Utilisant tous les jours ce parking vélo, je n’ai jamais eu à souffrir d’un manque de place, et pourtant j’arrive en général assez tard à la gare pour prendre mon train (vers 8h30-9h00).

L’année dernière, la communauté de communes, la région Auvergne et la SNCF ont signé une convention pour la création d’un abri à vélos fermé de 40 places sur le parvis de la gare (Cf photo). Cet abri vélo payant vient prendre bien évidemment la place d’une rangée d’arceaux gratuits, et surtout pas la place du stationnement automobile.

Bon, le prix n’est pas spécialement élevé: 2 euros par mois, mais réservé uniquement aux clients détenteurs d’une carte unikOpass ou modePass et titulaires d’un abonnement mensuel ou annuel TER en cours de validité. L’ouverture de l’abri s’opère en effet grâce à la carte SNCF par lecture optique…

L’abri à vélos fermé et grillagé offre donc 40 places de stationnement sur 2 étages. Selon les informations officielles, des racks double étage permettent « une manoeuvre aisée des vélos ».

Garage vélo ou « maison pour vélos »?

Quel est le coût d’un tel aménagement? Environ 100.000 euros Hors-Taxes, pris en charge à 40% par la communauté de communes, 40% par le conseil régional et 20% par la SNCF qui hérite en outre de la gestion de l’équipement.

Bigre! 100.000 euros quand même! Sur une surface totale de 45,51 m², cela fait cher le m²… environ 2.200 euros/m², soit le prix moyen constaté à Riom dans le domaine de l’immobilier pour l’achat d’une maison!

A ce prix là, on ne parle plus de garage vélo mais de « maison pour vélos »…

Egalement, 100.000 euros pour garer 40 vélos, cela fait une moyenne de 2.500 euros par place de vélo! Vu que mon vélo a coûté environ 200 euros il y a maintenant presque dix ans, j’aurais peur de faire des rayures à un tel équipement en y garant mon pauvre vélo…

Bon, vous me direz peut-être qu’il s’agit d’un équipement « sécurisé »‘ permettant de ne pas se faire voler son vélo? D’une part, on n’est pas à Chicago et la délinquance de villes moyennes comme Riom reste toute relative, malgré les reportages de TF1. D’autre part, l’Hôtel de Police de Riom se trouve à moins de 50 mètres de l’aménagement en question…

Et au fait, quelle est l’utilisation d’un tel équipement à la pointe de la modernité? Euh, pour l’instant, après un mois de mise en service, j’ai pu voir au maximum deux vélos à l’intérieur. Par contre, malgré le mauvais temps, il faut maintenant que l’on se serre les coudes sur l’unique rangée d’arceaux gratuits. Avec l’arrivée des beaux jours, il faudra arriver tôt le matin pour trouver une place gratuite… ou alors passer au payant!

A moins que la solution soit de prendre sa voiture, vu que la gare de Riom bénéficie d’un magnifique parking de 150 places pour les voitures, qui est lui bien évidement gratuit. Manquerait plus qu’on fasse payer les automobilistes!

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

20 commentaires sur “Contre le parking vélo payant

  1. Tiennou

    Que ce soit clair, c’est bien le fait que le parking payant se substitue au parking gratuit qui est dommageable, pas l’existence d’un parking vélo payant elle-même.

  2. JiBOM

    @ Tiennou : ce n’est qu’à moitié vrai. Une bonne politique de promotion de l’usage de transports doux (ici le vélo) n’aurait pas rendu le parking vélo payant sans faire de même avec le parking bagnole. Dans le cas de cet article, les cyclistes sont désavantagés face à l’automobile et souvent, c’est le fait de payer qui rebute, bien plus que le montant lui-même. Il aurait mieux fallu tenter les gens de faire vélo+train plutôt que les laisser dans le sentiment que la voiture est encore et toujours la meilleure solution !

  3. sandrin

    A ce prix là, ils pouvaient payer un nouveau vélo pour chaque vélo volé ! surtout s’il n’y avait quasiment pas de vélo volé !!! complétement stupide.

  4. Pim

    @Jibom : assez d’accord avec toi.
    La construction d’un parking fermé (et videosurveillé je pense comme c’est le cas avec les autres parkings velo sncf) est clairement du luxe et de la surqualité dans une ville comme Riom et totalement injustifiée! On n’est pas à Paris ou à Lyon, le risque de vol est surement plus limité!

    Sinon j’ai appris récemment que tous les trains corail n’étaient pas équipés d’emplacement vélo, et me suis vu refuser l’accès avec mon vélo, alors même que j’ai demandé à monter au fond ou à l’avant pour ne gêner personne. Qui plus est, je descendais au 1er arrêt! J’attendais moins de zèle de la part du contrôleur, car je pense vraiment qu’il n’y avait ni danger, ni entrave à la circulation de passagers pour personne!

  5. dominique

    Pour avoir travaillé sur des  » comitéd de lignes  » en Région Nord Pas de Calais ( rencontres entre usahers/SNCF/REGION/RFF…), je peux vous amenez quelques réponses sur ce sujet :

    1 ) sécuriser les abris vélos ( même si ça ne craint rien ), est la SEULE demande des usagers qui n’osent pas laisser leurs vélos à la gare, le sentiment d’insécurité est dans de nombreuses têtes…!!
    donc les sécuriser devrait amener des vélos en plus, même si en effet il n’y a aucun risque de vol…

    2) faire le vélo+train, c’est à dire monter avec son vélo dans le train, les autres usagers ne veulent pas, il y a déjà eu le même questionnement avec les poussettes dans les bus il n’y a pas longtemps sur carfree. De toute façon, les nouvelles rames TER ne comporte plus de crochets pour les suspendre, alors…

    3 ) PIM: Le contrôleur est juridiquement responsable quand il donne son coup de sifflet pour le démarrage du train :si ton vélo n’est pas arrimé, il ne peut pas l’accepter, imagines un coup de frein du train et ton vélo qui va percuter un passager 15 mètres plus loin ??? il est responsable ! tu comprends mieux les ouvertures de parapluie.

    4 ) sur le fond, pourquoi, après tout, les parkings vélos ne seraient pas t’ils payant ??? comme tous les parkings. les cyclistes ne sont pas au dessus des lois…

    5 ) la seule solution au vélo + train : venir à sa gare avec son vélo, le laisser dans un abris vélo sécurisé, prendre son train, et la descente du train, reprendre un autre vélo sur un système de type vélb’

    bonne soirée

  6. Legeographe

    « 4 ) sur le fond, pourquoi, après tout, les parkings vélos ne seraient pas t’ils payant ??? comme tous les parkings. les cyclistes ne sont pas au dessus des lois… »

    Justement, il n’y a pas égalité entre usagers de l’auto et usagers du vélo. C’est assez moche de dire qu’il faut une égalité entre automobilistes et cyclistes si, en fin de compte, les automobilistes ne payent pas le parking.

    Ensuite, je connais la gare de Riom-Châtel-Guyon et sa liaison de 9 minutes (en corail Téoz) pour relier Clermont-Ferrand. En TER, c’est parfois 8 minutes (sans arrêt), parfois 14 minutes (avec au moins un arrêt entre).

    Eh bien, pour ce court trajet, quand on prend le Téoz, il faut réserver un emplacement aussi pour son vélo, ce qui entraîne un surcoût de 10 euros (oui, oui, 10 euros en plus pour faire 16 km !).

    Je suis d’accord pour payer un coût supplémentaire quand je prends le train en embarquant mon vélo, mais certainement pas 3 fois plus ou cinq fois plus que mon prix passager.

    Cette aberration a déjà maintes fois été soulevée, il semblerait vraiment qu’on ne veuille pas de vélo dans les Téoz sur courtes distances, celles que les gens font quotidiennement et donc celles où les gens peuvent aisément prendre de bonnes habitudes ou au contraire de mauvaises (comme prendre la voiture)…

    ———–

    « 5 ) la seule solution au vélo + train : venir à sa gare avec son vélo, le laisser dans un abris vélo sécurisé, prendre son train, et la descente du train, reprendre un autre vélo sur un système de type vélb’ »

    En fait, Clermont-Ferrand a depuis assez longtemps une location de vélo, dont une boutique en face de la la gare. Mais la boutique près de la gare n’a que peu de vélos à proposer par rapport à la demande. Ensuite, c’est Véolia qui a gagné ce marché de service (Moovicité) et je peux vous dire que le service est très mauvais (la personne qui m’a servi dans l’autre boutique, en coeur de ville de Clermont-Ferrand, était assez incompétente, me servant un vélo carrément dégonflé, un VAE [je voulais essayer] dont le poids des batteries est plus handicapant que l’assistance réelle ne fournit de l’aide [les batteries sont beaucoup trop fatiguées]).

    Voilà pour la situation clermontoise-riomoise. Après, je n’ai peut-être pas eu de chance sur la prestation de service, mais je me souviendrai d’aussi peu de sérieux (quand je prends un Vélib dans Paris, je fais moi-même toutes ces vérifications sommaires en dix secondes).

    Pour ma part, monter dans le Téoz pour 8 minutes, avec un vélo, je le ferais sans payer les 10 euros si je devais prendre ce train (heureusement, je sais encore pédaler sur une distance de 18 km, donc je suis allé à vélo jusqu’à Riom, un beau soir de décembre, et j’en suis revenu le lendemain matin pour aller directement en cours… un de mes meilleures expériences de Couchsurfing périurbain !).

  7. georges

    @dominique
    point 1 « donc les sécuriser devrait amener des vélos en plus, même si en effet il n’y a aucun risque de vol… »
    il semblerait que cela soit complétement erroné :
     » pour l’instant, après un mois de mise en service, j’ai pu voir au maximum deux vélos à l’intérieur »

  8. CarFree

    Concernant le point 1 de dominique, cela ne vaut pas grand chose, car franchement qui va aux « rencontres entre usagers/SNCF/REGION/RFF »?
    Récemment, en tant qu’abonné TER, j’ai reçu une invitation à une telle rencontre, dont le lieu était dans une ville située à 60 km de chez moi! Si on enlève en plus les gens qui travaillent, ont des enfants, n’ont pas le temps, etc. qui reste-t-il? En gros, les retraités, pas spécialement concernés par la thématique vélo+train pour aller au travail… Pas étonnant ensuite que « le sentiment d’insécurité est dans de nombreuses têtes…!! » Ce sont les mêmes qui regardent les reportages de TF1…
    Par ailleurs, la « demande d’un abri vélo sécurisé » pour pouvoir se mettre au vélo me fait penser aux innombrables alibis des automobilistes pour ne pas faire de vélo! En gros, pour se mettre au vélo, il faudrait : température 20° toute l’année, pas de pluie ou de vent, pas de relief, garage vélo sécurisé pour « pas se faire voler son vélo », douche à l’arrivée sur le lieu de travail, compensation financière de l’employeur, subvention kilométrique de l’Etat, déduction fiscale, etc. Et tant que toutes ces conditions ne sont pas réunies, je reste dans ma bagnole!

  9. dominique

    @legéographe : on se comprend mal, quand je parle d’égalité voiture/vélo face au parking payant, c’est uniquement lorsqu’il y a
    création d’une structure adaptée à tel ou tel véhicule : à ma connaissance, tous les parkings souterrains en France sont payants, non ?? donc si il y a un abris sécurisé pour les vélos, je ne suis pas indignée qu’il y est une modeste participation financière de l’usager, qui d’ailleurs à toujours la possibilité de laisser son vélo avec un antivol contre un mur, c’est gratuit.
    Ce n’est pas parceque Véolia a un service pourri sur Clermont Ferrand qu’il ne faut pas tendre vers ce sens là , non ???
    Il reste que ton exemple de tarif est en effet une aberration !
    Vous êtes trop jeunes, mais il y a encore 25 ans, dans beaucoup de trains, il y avait la moitié d’une rame non aménagée en sièges, les gens pouvaient y mettre des vélos ( il y avait des crochets ), mais aussi des malles, des poussettes, en bref tout ce qui gêne dans un wagon clasique.
    Sur les nouvelles rames, terminé… ( c’est aussi valable pour l’exemple de PIM ).
    @Carfree : d’un exemple tu tires une généralité ????
    Ma boîte a aidée la Région Nord Pas de Calais à organiser ces rencontres entre usagers et la SNCF. En 2002, pour mise en oeuvre en 2003. Depuis, 200 rencontres, 6 à 8000 personnes.
    Le parti pris, en effet : ne sont invités QUE les abonnés  » travail  » , ce qui de fait exclu les retraités !!
    tu vas me dire : inviter des gens qui prennent le train ne va convertir personne, puisqu’ils prennent déjà le train !
    Certe, mais l’idée de départ, et qui se vérifie, c’est la Com’ pour le train que font ces usagers auprès de leurs collègues de travail qui tous les jours se plaignent du prix de l’essence et des bouchons.
    Maintenant, l’étape suivante, en partie, c’est vélo/train/vélo.
    Les retours des usagers sont en effet sur le vol ( réel dans cette Région ) des vélos : va laisser ton vélo toute la journée à la gare de Roubaix, tu comprendras vite que tu n’es pas à Riom !!
    Et là c’est pas TF1 qui parle, c’est le monde réel ( sur TF1 c’est les voitures qui brulent en permanence pour masquer le traffic de shit);
    Il faut être un peu positif quand même, je trouve que plutôt jeter aux orties la moindre idée CONCRETE, il faut au contraire l’aider, même si elle ne vous conient, ici, sur Carfree, qu’à 10% : c’est déjà ça non ?? ( voir le débat de ce jour sur les 700 fantômes…. )
    bonne soirée

  10. Stank

    Incroyable, on croit rêver.
    L’article aurait encore plus d’impact avec une vraie photo sur site.

  11. CarFree

    @dominique
    « 200 rencontres, 6 à 8000 personnes »…
    Impressionnant! Vu qu’il s’agit d’une consultation publique à laquelle tu sembles avoir été associé, tu vas sans doute pouvoir nous donner le % précis de gens consultés qui souhaitent « sécuriser les abris vélos ». Car un % de ce type sur  » 6 à 8000 personnes » serait certes d’une grande valeur… Merci de nous donner bien entendu la source avec un lien internet.

  12. dominique

    http://www.nordpasdecalais.fr/transports/soutenirLeVelo/TerVelo.asp

    voila un lien.
    Nous avons été associé à la phase de réflexion et de lancement en 2002, démarrage en 2003.
    Il y a de la part de notre entreprise un suivi régulier, mais là, en cherchant le lien , je viens de voir que les élus de cette région avaient décidé que les abris sécurisés seraient gratuits, encore mieux, non ??
    Concernant ta question, il n’y a pas de réponse :lis comment sont organisés les réunions, c’est de la démocratie participative, des échanges, pas des % .
    La région Nord Pas de Calais analyse les remontées et met en oeuvre, donc je pense que si elle décide de financer ( puis de les rendre gratuits ) des abris vélos sécurisés, c’est que la demande est la….
    Et on peut soupçonner ces élus d’être TF1, ce sont les verts qui pilotent les réunions, et pour mémoire, c’est cette Région qui a élue une Présidente « verte  » en 1992 ( Marie Christine Blandin ).
    Mais quoi ??? c’est le mot sécurisé qui vous dérange ???
    Bonne journée

  13. dominique

    correction : il faut lire : et on NE peut soupçnner, j’ai oublié le ne
    je suis une ne ne !!

  14. CarFree

    C’est bien ce que je pensais… c’est du pipeau.
    Sur ton lien, on ne parle pas de « rencontres avec les usagers », encore moins de « consultation » et même pas d’abris vélo payants!
    Bien mieux, sur ton lien on trouve une phrase de ce type: « Le souhait de la Région est de développer les abris à vélos sécurisés »
    La voilà la réponse! C’est la Région qui veut développer des abris de ce type, pas la majorité des usagers…
    D’ailleurs, tu allais même plus loin que la seule majorité. Je te cite: « sécuriser les abris vélos ( même si ça ne craint rien ), est la SEULE demande des usagers »
    Car TOUS les usagers n’ont qu’UNE SEULE demande: « Sécuriser les abris vélos »… 🙂
    Et au passage, tu me sors le fait que les Verts « piloteraient ces réunions » comme une sorte de caution morale absolue… Laisse-moi rire!

    Mon point de vue est que les abris vélos sécurisés répondent probablement à une demande de certaines personnes, mais certainement pas TOUS les usagers ou même seulement la majorité.

    Perso, je ne suis pas contre le principe d’abris vélos sécurisés, mais à deux conditions fondamentales:
    -Qu’ils soient gratuits (c’est un service public dans la mesure où c’est bon pour l’environnement, la santé des gens, la planète, etc.)
    -Qu’ils ne viennent pas remplacer les parkings vélo existants qui sont déjà gratuits, mais qui peuvent être souvent plus pratiques qu’un abri vélo sécurisé (pas besoin de carte ou de lecture optique et possibilité offerte d’accrocher simplement et rapidement son vélo sur un arceau).

  15. Legeographe

    Dominique, je suis d’accord avec vous qu’un aménagement qui a coûté un certain effort demande un effort du consommateur derrière.
    En revanche, la place qu’occupe une automobile est bien plus importante qu’un vélo, même tous deux en stationnement. L’aménagement consacré aux automobiles est donc plus important en termes d’espace (peut-être moins cher)…

  16. apanivore

    Je suis tombé sur une comparaison entre Lille et Gand (2 villes de taille comparable et distantes d’à peine 70km) en matière d’offre de stationnement pour les vélos près des gares.
    Et ben c’est pas en faveur de Lille qui offre pourtant 558 places.

    A Gand il y a entre 6 et 7000 vélos stationnés aux abords de la gare et on construit 10 000 places.

    http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Metropole_Lilloise/actualite/Secteur_Metropole_Lilloise/2011/02/04/article_l-impressionnante-avance-d-une-ville-qui.shtml

  17. Xav

    Un parking couvert et fermé, même payant, c’est toujours intéressant.
    Qu’il soit réservé aux abonnés et autres détenteurs de cartes, ce n’est par contre pas très malin, surtout si ledit parking vide.
    Je prends très souvent le train et j’aurais bien été intéressé par ce parking, mais n’étant pas abonné, je ne peux pas l’utiliser…
    Quant à l’absence de parking vélo digne de ce nom à la gare de Clermont, n’en parlons même pas, c’est indigne d’une grande ville.

  18. JumpyJack

    Le crois que l’essentiel à été dit:
    a) Oui à des parking sécurisés, fussent-ils payant, mais avec un minimum de pré-requis (Abonnement machin…)
    b) Non au cannibalisme de places gratuites par des payantes (c’est un hold-up, et puis il faut savoir ce que l’on veut à la fin : faire de la tune ou faire bouger les lignes de la société ?)
    c) J’ajouterai que le modèle location/train/location est bien gentil mais ce n’est pas possible partout et les disponibilités vont atteindre leur limites également : il ne faut pas bloquer sur le transport des vélos ! Certes, si je n’ai pas à rouler à l’arrivée j’ai tout intérêt à laisser mon vélo en gare, mais si j’ai de la distance à faire à l’arrivée, c’est plus simple de voyager avec, non ?
    Alors d’accord, il faut peut-être accepter d’avoir un vélo pliable pour ça (c’est certainement la meilleure solution à ce jour), mais il faut que les transports s’adaptent à ce changement ! TOUT le monde à des efforts à faire ! D’autres pays le font déjà, même sur des bus au Canada, équipés avec des racks vélos….
    Faut juste mettre de l’argent ou il faut et plus là où faut pas !

Les commentaires sont clos.