Comment la dette de la SNCF enrichit les marchés financiers, au détriment des cheminots et des usagers

Sous prétexte de sauver la SNCF, endettée de près de 50 milliards d’euros, le gouvernement Philippe prépare une profonde réforme du secteur ferroviaire, ouvrant la porte à sa privatisation de fait. Présentée comme la conséquence de performances insuffisantes de l’entreprise, cette dette résulte pourtant très largement de choix politiques et organisationnels antérieurs. Loin des fantasmes sur le statut des cheminots, Basta ! retrace l’histoire de cet endettement, qui constitue aussi une rente annuelle de plus d’un milliard d’euros pour les marchés financiers. Pour en venir à bout, d’autres solutions sont possibles. Lire la suite…

Jumbo Vélo

Bon, on va parler du sujet qui fâche, à savoir la place laissée aux vélos dans les trains TER de la SNCF. Avec le succès conjoint du TER et du vélo pour les déplacements dits du quotidien, en l’occurrence très souvent les déplacements domicile-travail, il est parfois difficile de faire cohabiter vélos et voyageurs dans des trains TER souvent remplis, pour ne pas dire bondés. Lire la suite…

22 mars

Carfree France appelle à soutenir la mobilisation nationale du 22 mars 2018, contre la politique d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe. Après les rapports Duron et Spinetta, l’avenir des mobilités et des infrastructures de transport est engagé. Les engagements de la France en matière climatique doivent nous pousser à prioriser les modes de transports les moins polluants, pour les personnes et pour les marchandises. Lire la suite…

Mettons la SNCF en marche!

Il ne vous aura pas échappé que ce week-end la SNCF (Société Nationale-Communiste du Fer) a encore fait des siennes. Malgré des subventions indécentes depuis des années et un ruissellement maximal depuis les premiers de cordée vers les cheminots crypto-marxistes de la CGT, la SNCF montre une fois de plus son véritable visage de combinat stalinien abreuvé d’argent public. Lire la suite…

TGV : perdre sa vie à gagner du temps

Voici une protestation des Amis de Bartleby contre l’inauguration récente de la Ligne à Grande Vitesse entre Paris et Bordeaux (à lire dans le document ci-dessous: « TGV : gagner du temps et perdre sa vie »). Une nuisance à 9 milliards d’euros, destinée à faire gagner 54 minutes aux nuisibles (entrepreneurs, technocrates, universitaires, touristes, etc.) afin d’accélérer leur œuvre de destruction du milieu: 2 heures 04 minutes, au lieu de 2 heures 58. Soit 160 millions d’euros par minute gagnée et 5300 hectares ravagés. Leur temps, c’est nos vies, notre argent. Lire la suite…