Le mois du blanc

A l’heure ou les « naufragés de la route » bénéficient de privilèges « dus » au fait qu’ils se retrouveraient, sinon, bloqués comme des cons quelques heures dans leur bagnole surchauffée au fossile pour pouvoir conserver leur statut de bons soldats bien formatés, privilèges qui ne sont surement pas offerts, bien qu’ils auraient été bien plus utile, aux SDF qui crèvent de froid dans la rue, mais à qui on ne pense pas, qu’on oublie, à qui on ôte toute humanité en leur enlevant le droit au café chaud, au croissant du matin, au dortoir ou même au magasin ouvert spécialement pour les sauver, eux qui en auraient pourtant tant besoin, je ne peux, pour ma part, m’empêcher de développer une nostalgie autre que cette sensation d’abandon de l’automobiliste pressé… Lire la suite…

De la ville 50 à la ville 30

ville 30

Dominique Bied, ingénieur, intervenant départemental sécurité routière et responsable du dossier transports et environnement à cap21, a lancé une pétition sur le lien ci-dessous pour donner une dynamique à une mesure de sécurité publique en matière de sécurité routière dans les zones denses, à savoir passer de la ville 50 km/h à la ville 30 km/h. Lire la suite…

La responsabilité des professeurs d’histoire devant le présent et l’avenir

La communauté historienne – c’est la qualification que ses membres se sont donnés eux-mêmes – entretient une obsession pour le concept de mutation. Mais cette communauté ne voit pas, ne veut pas voir la mutation des mutations: celle de la modernité, de l’ère industrielle, de l’avènement du nihilisme. Elle nie cette mutation qui a fait que l’Être n’est plus une évidence, et qui, du coup, nécessiterait de penser, plutôt que de faire du constat historique glacial — constat qui est tout sauf de la pensée, malgré son déguisement. Lire la suite…

Contre le despotisme de la vitesse

En 1991, l’ « Alliance pour l’opposition à toutes les nuisances » s’efforçait de fédérer les résistances menées aux quatre coins de la France contre les aménagements autoritaires (autoroutes, lignes TGV, grands barrages sur la Loire, carrières, décharges…). Cette agitation, « terrain d’un redéploiement de la critique sociale », a réinsufflé une critique radicale de l’aliénation engendrée par la toute-puissance de l’économie. Le « relevé provisoire de nos griefs contre le despotisme de la vitesse » constitue un uppercut direct, pour réveiller les consciences face à la « démence organisée ». Lire la suite…

Le parking « intelligent » pour les automobilistes « idiots »

Des ballons sondes qui devaient être lancés à la surface de Vénus devraient permettre de rendre les parkings « intelligents ». Comment la conquête de l’univers pourrait-elle avoir un rapport avec le stationnement automobile? Parce que les automobilistes sont des « idiots » et qu’il leur faut des « parkings intelligents »? Lire la suite…

Parking Day France

parcs-parkings1

Désormais, le Parking Day a lieu aussi en France, un collectif ayant créé le site Parking Day France et surtout a traduit le manifeste et le mode d’emploi détaillé de cette opération prévue les 17 et 18 septembre 2010. L’objectif est d’occuper l’espace public habituellement confisqué par la bagnole pour faire autre chose que de stationner une boite en métal de plus d’une tonne qui reste 95% de son temps à l’arrêt posée comme un étron dans la ville. Lire la suite…

Un bouchon de camions, jusqu’à la fin des temps (in)humains

Il y a les discours, les innombrables discoureurs. Je ne parle pas, exceptionnellement, des habituels salauds qui défendent ce monde et seront enterrés avec lui. Non. Je songe à tous ceux qui, de plus ou moins bonne foi, défendent le mythe du « développement durable ». C’est-à-dire, pour simplifier, tous ces Bisounours du funeste Grenelle de l’Environnement. Tous ceux qui prient pour que tout change, pourvu que rien ne bouge réellement. La nouvelle qui suit est dédiée aux naïfs, aux gogos, mais aussi aux duplices, aux Janus, à tous ceux qui entraînent des milliers d’autres dans l’ambivalence, et finalement l’impuissance. Lire la suite…

Segonzac, première « ville lente » de France

Segonzac, commune de 2166 habitants située près de Cognac dans le département de Charente, est fière d’être la première commune en France à avoir obtenu le label international Cittaslow (« Villes lentes ») le 8 mai 2010. Ce label, créé à la suite du mouvement « Slow Food » est remis à une commune après validation de plus de 60 critères couvrant en particulier la qualité de vie, la convivialité, la mobilité, l’équilibre alimentaire et l’environnement. Lire la suite…