Généralisation des double-sens cyclables dans les Zones 30 dès août 2008

La Zone 30 de Lyon (500 ha et 87 km de voies de circulation)

Le décret 2008-754 du 30 juillet 2008 introduit dans le Code de la route la généralisation des double sens cyclables en Zone 30 ou dans les Zones de rencontre (Zone 20).

Ainsi les rues à sens unique pour les véhicules motorisés vont devenir autorisées dans les deux sens aux vélos, sauf disposition contraire (i.e. sauf arrêté municipal interdisant le double sens cyclable dans la rue considérée). Il y a donc inversion de la règle et de l’exception. Les municipalités ont un délai de 2 ans pour mettre à jour les arrêtés municipaux et la signalisation.

La généralisation des double-sens cyclables va aider à son acceptation et à la réduction des risques. Lorsque la règle dans les giratoires a changé en France (priorité à droite remplacée par priorité au véhicule dans l’anneau), on ne l’a pas fait giratoire par giratoire pendant 10 ans.

Les avantages des double sens cyclables

  • plus sûr :
    • meilleure appréciation de la distance en face à face
    • pas d’ouverture de portière intempestive
    • évite les grand axes plus risqués
  • plus d’efficacité dans les déplacements vélo :
    • raccourcit les itinéraires et assure une continuité des itinéraires cyclables
    • quand il n’y a pas de double sens vélo officiel, on trouve les cyclistes sur le trottoir

Le risque d’accident est réduit par la circulation des vélos à contre sens :

Le double sens cyclable fait peur. C’est pourtant un aménagement très sûr, très répandu en Europe du Nord, et aussi à Strasbourg. Depuis peu, il s’est développé dans les agglomérations de Lille, Bordeaux, Grenoble.

  • Les analyses d’accidents montrent que le risque d’accident frontal – où le cycliste à contresens heurte de front le véhicule venant en face – est quasi nul. Les usagers se voient mutuellement en se croisant et ralentissent. Le vélo croisé étant côté conducteur, l’automobiliste apprécie mieux la distance que dans le cas d’un dépassement.
  • Comme le vélo arrive en face, il n’est jamais dans l’angle mort de l’automobiliste qui va ouvrir sa portière. Et même si une portière s’ouvrait au mauvais moment, le cycliste heurterait le plat de la portière qui se refermerait sans causer de blessures sérieuses.
  • Le principal danger vient des traversées d’intersections et des entrées et sorties des contresens. Mais si les double sens cyclables sont généralisés, les automobilistes ne seront plus surpris dans les intersections. L’augmentation du nombre de double sens cyclables dans les villes qui en ont réalisé plusieurs dizaines n’a induit aucune augmentation de la fréquence des accidents.
  • Les autres usagers profitent aussi d’une meilleure sécurité, grâce à la réduction de la vitesse des véhicules motorisés.

Exemples

En Belgique : depuis le 1er juillet 2004, les contresens cyclables sont obligatoires dans toutes les rues à sens unique, ils portent le nom de sens uniques limités (SUL). Les conditions : vitesse limitée à 50km/h, largeur de la rue hors stationnement : 3m, pas de raisons de sécurité qui l’empèche (type virage dangereux). L’expérience montre que la circulation des différents usagers s’y déroule sans encombre et que les accidents y sont moins fréquents que dans les voiries à grand trafic que le cycliste devrait souvent emprunter s’il ne pouvait remonter ces sens interdits.

La ville de Strasbourg a commencé à instaurer des double sens cyclables en 1983 et les a généralisés en 2000. De 1997 à 1999, sur un total de 1677 000 déplacements tous modes, il y a eu un total de 4004 accidents, dont 452 impliquant au moins un cycliste. Parmi eux seulement cinq accidents concernaient des cyclistes circulant en double-sens. Ces accidents ont eu lieu à des intersections.

llkirch-Graffenstaden, commune de 25 000 habitants, présente la particularité d’avoir maintenu la circulation des cyclistes à double sens dans ses 25 à 30 voies à sens unique. Au cours des cinq dernières années, il n’y a pas eu d’accident corporel impliquant un cycliste localisé sur les voies faisant l’objet de l’étude menée par le Cete de l’Est pour le Certu. (Généralisation des doubles sens cyclables pour les voiries de type zone 30, le cas d’Illkirch-Graffenstaden : ouvrage de 26 pages publié par le Certu dans la collection « Les rapports d’étude ». disponible uniquement en téléchargement (gratuit) sur : www.certu.fr/catalogue.).

Vers un code de la rue

Cette modification du code de la route va dans le sens de son évolution vers un code de la rue, respectueux de tous les usagers, à commencer par les plus vulnérables, piétons et cyclistes.

Le cas de la ville de Lyon

Les double sens cyclables n’existent actuellement qu’à titre expérimental à Lyon. Cependant, Lyon possède la plus grande zone 30 d’Europe : 500 ha et 87 km de voies de circulation. Avec cette modification du code de la route, Lyon est en mesure d’offrir l’un des plus grands réseaux de rues à double sens cyclables. L’association La ville à Vélo lance une campagne de mobilisation des lyonnais pour inciter le maire à agir dès maintenant pour prendre un arrêté pour appliquer cette modification au niveau municipal.

Lisez l’appel et signez la pétition à partir du site de la Ville à Vélo.

Sources :

le site de la Fubicy : www.fubicy.org
la liste de discussion velo de la fubicy
le site du Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens (Gracq) en Wallonie et Bruxelles : http://www.gracq.org/dossiers/sul/index.html
le certu : www.certu.fr

http://www.pignonsurrue.org/

Vélove

A propos de Vélove

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions relatives au vélo et aux aménagements cyclables.

Un commentaire sur “Généralisation des double-sens cyclables dans les Zones 30 dès août 2008

Les commentaires sont clos.