Le principe de Peter appliqué à l’automobile

carlos-ghosn-boss

Un nouveau plan de licenciement vient de commencer. Un de plus? Oui mais cette fois-ci, les licenciés n’iront pas pointer au chômage, ne connaîtront pas la précarité, l’obligation de vendre leur maison ou les regards fuyants des voisins et des amis. Car il s’agit de licenciés haut-de-gamme, la crème de la crème, ceux qui ne perdent jamais vraiment, les grands incompétents patrons de l’industrie automobile.

Ces grands patrons qui n’ont rien vu venir et qui ont continué le business as usual pendant des années tout en se goinfrant de stock-options et de bonus mirobolants. Ces grands patrons qui ont licencié à tours de bras leurs salariés pendant des années pour mieux délocaliser leur production à l’étranger dans des pays où les droits sociaux et environnementaux ne valent pas tripette. Ces grands patrons qui ont misé toute leur stratégie de développement sur des véhicules de plus en plus gros et qui consommaient de plus en plus d’essence comme les 4×4 par exemple…

Le président Barack Obama vient ainsi de contraindre à la démission Rick Wagoner, le PDG du constructeur automobile General Motors (GM), au bord de la faillite. Mais, comme Michael Moore le souligne très justement, « Wagoner ne va pas demander des bons d’alimentation, ni être mis à la porte de chez lui. Il va avoir à la place un parachute doré de 23 millions de dollars« . (Source: tv5.org). 23 millions de dollars, le prix de l’échec et de l’incompétence!

Plus près de nous, Christian Streiff, le PDG de PSA Peugeot Citroën, vient également d’être débarqué par son actionnaire, la famille Peugeot. Car chez nous, ce n’est pas Sarkozy qui se permettrait de virer un grand patron… On nous dit qu’il n’aura pas de parachute doré… seulement « des indemnités conventionnelles, qu’il reste à calculer ». Des sources syndicales, citées par Le Parisien, ont calculé qu’elles devraient atteindre quand même quelque 289 000 euros? Aux dernières nouvelles, l’ancien PDG négocierait avec acharnement ses indemnités.

En outre, si Streiff est viré de son poste de PDG, il reste salarié de l’entreprise PSA Peugeot! Son nouveau salaire doit être égal à sa dernière rémunération fixe (sur la base de son 1,03 million d’euros annuel) augmentée à certaines conditions de la moyenne de ses rémunérations variables sur les trois dernières années (Source: Le Monde). On a connu licenciés plus malheureux… Il faudrait expliquer cela aux victimes des multiples charrettes de licenciements qu’a connu PSA depuis plusieurs années: vous êtes viré mais vous restez dans l’entreprise avec le même salaire, voire même plus!

Mais comme Christian Streiff le disait en février dernier, « L’industrie automobile n’a pas fauté. Nous avons fait notre métier. » (Le Monde, le 10 février 2009). Il a donc fait son métier, c’est-à-dire provoquer une perte sèche de 343 millions d’euros en 2008. Il mérite donc de garder son salaire…

Et c’est le même Christian Streiff qui déclarait en avril 2008: « En 2012, PSA sera le constructeur le plus écologique de la planète. » (Le Figaro, le 14 avril 2008). Cela restera sans doute un rêve lointain pour un constructeur qui lançait son premier 4×4 au moment même où le cours du pétrole battait record sur record en 2008…

Mais il y en a un autre qui mériterait d’être viré comme un malpropre et sans « indemnités conventionnelles » qui plus est! C’est Carlos Ghosn, directeur général de Renault. Lui aussi lançait son 4×4, le CO2leos, au moment même où le pétrole atteignait des sommets, rappelez-vous, juste avant la crise. Le réchauffement climatique? Connaît pas! L’avenir, c’est le 4×4 coco! On connaît la suite…

Carlos Ghosn déclarait même en 2005: « Mon arrivée chez Renault? Comparé au redressement de Nissan en 1999, ce sera le paradis.» Depuis, les ventes de Renault sont en baisse, les bénéfices aussi, seuls les licenciements sont en hausse. Son plan Renault Contrat 2009 a déçu les analystes, Nissan se porte moins bien, plusieurs suicides ont jeté le trouble sur le management du constructeur automobile français. Renault quémande désormais l’aide de l’Etat et du contribuable français et l’action du groupe Renault est en chute libre. Bref, que du bonheur, le paradis d’un constructeur automobile…

C’est bizarre mais personne ne parle du départ de Ghosn! Avec un tel bilan, n’importe quel salarié d’une entreprise aurait déjà été mis à la porte depuis longtemps. Mais à ce niveau-là de pouvoir et d’incompétence, les règles changent, une des conséquences sans doute du fameux principe de Peter

Selon ce principe, « tout employé tend à s’élever à son niveau d’incompétence.» Dans une entreprise, les employés compétents sont promus et les incompétents restent à leur place. Donc un employé compétent grimpe la hiérarchie jusqu’à atteindre un poste pour lequel il ne sera pas compétent. À ce stade-là, il devient donc un incompétent qui va occuper son poste indéfiniment. Le principe de Peter est donc suivi du « Corollaire de Peter » : « Avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent incapable d’en assumer la responsabilité. »

Appliquons le principe de Peter à Carlos Ghosn: dans une entreprise comme Renault, les employés compétents sont promus et les incompétents restent à leur place. Donc Carlos Ghosn, employé compétent qui a redressé Nissan grimpe la hiérarchie jusqu’à atteindre un poste pour lequel il ne sera pas compétent, à savoir directeur général de Renault. À ce stade-là, il devient donc un incompétent qui va occuper son poste indéfiniment…

Je vous le dis clairement, ce ne sont pas le réchauffement climatique, l’épuisement du pétrole ou la pollution généralisée qui nous sauveront de l’industrie automobile! C’est le principe de Peter! A ce niveau-là d’incompétence, cette industrie particulièrement destructrice et polluante provoquera elle-même son auto-destruction.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

3 commentaires sur “Le principe de Peter appliqué à l’automobile

  1. Tom34

    C’est un grand jour.
    Rick Wagoner, le PDG de General Motors, vient de se faire virer par Barack Hussein Obama.

    Un grand jour ! Car c’est ce même Rick Wagoner qui arrêta le magnifique programme de voiture électrique ”EV1”.
    L’indignation des clients fût telle à l’époque qu’ils en firent un film à charge : ”Who killed the electric car”.

    Et bien c’est fait, le killer de l’EV1 est viré pour son manque de clairvoyance.

  2. Cleripage

    Aujourd’hui un ouvrier (18 ans d’ancienneté) de Renault Sandouville s’est défenestré … ses 4 enfants disent qu’il angoissait pour l’avenir depuis le plan de restructuration.

  3. Cleripage

    Désolé, le suicide a eu lieu mardi 31/03, on le sait aujourd’hui.

Les commentaires sont clos.