Face au massacre routier, des mesurettes

massacre-routier

« 4 262 personnes ont trouvé la mort sur les routes de France en 2009. Autant ont vu leurs vies brisées par un handicap lourd, à la suite d’un accident de la circulation. Et combien de familles, d’orphelins, d’amis, de proches, qui, eux non plus, ne s’en remettront jamais… » C’est ainsi que commence le dossier de presse annonçant les nouvelles mesures du comité interministériel de la sécurité routière.

La bagnole a déjà broyé plus de trente millions de personnes dans le monde… Oui, quand même, « ces drames de la route sont inacceptables ». Par la volonté du roi Sarkoléon Ier, la sécurité routière est paraît-il devenue « une grande cause nationale ». Objectif : « Que moins de 3000 personnes par an ne meurent sur les routes d’ici à 2012. » Parce que 3000, c’est un niveau de sacrifice acceptable ?

La branlette du comité interministériel de la sécurité routière n’ébranlera pas la déesse automobile : augmenter les contrôles d’alcoolémie, de stupéfiants, mettre des éthylotests dans les débits de boissons, déployer des panneaux « contrôles radar fréquents » au lieu d’annoncer seulement un radar automatique, installer des radars « vitesse moyenne » qui contrôleront la vitesse non pas instantanée, mais sur un tronçon entier, sanctionner plus sévèrement les délits routiers, mettre fin au débridage des cyclomoteurs, les soumettre à un contrôler technique, instaurer une formation obligatoire pour conduire une moto de moins de 125 cm3, mener des actions de prévention dans les lycées et dans les entreprises. Radical, révolutionnaire !

Le lobby peut rouler tranquille. Les industriels sont toujours autorisés à produire leurs missiles capables de rouler à 200 km/h. La vente de ces armes est même gracieusement subventionnée. En accordant d’énormes fonds publics, on continue à porter à bout de bras des constructeurs automobiles condamnés. La guerre, nous l’acceptons. Nous la sponsorisons. Bien-pensants, on va manifester contre la busherie en Irak. Pour aussitôt faire le plein.

Face à l’hécatombe, on n’a que des sanctions à opposer. Il est vrai que seules la présence de flics et la multiplication des radars font freiner ces moutons en auto. Mais jamais on n’ose s’en prendre à la racine du mal. La circulation automobile.

Fillon, voici quelques mesures hérétiques que tu ne prendras jamais : arrêter de construire de nouvelles routes, limiter la vitesse (30 en ville, 50 sur route), interdire la vente des tas de tôles qui dépassent les 90 km/h, diminuer drastiquement le trafic routier… Haha, pauvre idiot, c’est impensable de remettre en cause notre petit confort de bourgeois repus ! On attendra le clash, l’explosion des prix du baril, l’emballement climatique. On mènera des guerres pour s’approvisionner en or noir. Tant pis pour l’humanité, on poursuivra la tuerie jusqu’au bout.

Source: http://pedaleurop.over-blog.com/

Pierre Thiesset

A propos de Pierre Thiesset

Journaliste et écrivain français, auteur du blog "L'Europe du Nord à vélo"

11 commentaires sur “Face au massacre routier, des mesurettes

  1. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Il y a 3 jours, un adolescent de 13 ans a été tué à Berre-l’Etang alors qu’il attendait le bus sur un arrêt de bus: on l’a enterré aujourd’hui…

    On retrouve facilement ce fait divers sur google actualité.

    L’industrie automobile devrait fabriquer des voitures qui ne peuvent blesser ni tuer en aucune circonstance: des voitures molles, lentes et silencieuses. Des voitures gonflables.

  2. Vélops

    Le dernier compte-rendu du CISR est éloquent : c’est à croire qu’il y en a que pour le transport motorisé qui circule. Les mesures prises à propos des radars doivent être bienvenues, car elles rendront ce système plus pédagogique. L’idéal serait, comme outre-Manche, d’implanter plusieurs radars de contrôle de vitesse sur un tronçon en n’en activant que quelques-uns. Plus efficace cependant serait d’élargir les bas-côtés au dépens des voies. Le meilleur ralentisseur restera toujours la géométrie des voies.

    Mais où sont les cyclistes et les piétons ? Quid du covoiturage et de l’autopartage ? L’automobile individuelle n’a pas d’avenir et on ne parle que d’elle… encore un an de perdu !

  3. Alain

    Que dire également de la pollution automobile?
    A Tours, dans le périmètre de l’A10 qui travers la ville, un capteur de pollution a mesuré en moyenne annuelle de plus de 44 microgrammes/m3 de dioxyde d’azote pour un seuil maxi de 40 selon les critères européens. Des milliers de vie en danger à cause de ce taux.

  4. antec

    Mais les gens se fichent bien de tout ça… la voiture est un super objet de liberté, plaisir a son volant, confort par ci, protection par là, extension du pénis, frime et exhibition…

    Foutage de gueule !

  5. Nilcouak

    Eh bien oui, mourir d’un accident , c’est normal, oui parce que on a vraiment besoin nos voitures vous comprenez, on a toujours besoin d’un moteur qui travail à la place de nos jambes et notre coeur.

    Moi j’ai ma voiture, je ne risque rien, car j’ai 3 airbags, j’ai des systemes antipatinages et tout, j’au un gps et surtout j’aime bien quand ça avance, j’aime bien aller vite.

    Et ne me demandez pas de rouler à 100 km au lieu de 150 car à 100 km/h, j’ai l’impression que j’avance pas.

    Une fois il y a mon limitateur de vitesse qui est resté à 100 km/h (a cause d’un bug), et franchement, c’était insuportable de rouler seulement à 100.
    C’était enuyeux, casse pied, j’ai vraiment pas supporté.

    Et que dire de rouler à 50 km dans les petites villes de la campagne et dans les villages? j’avance pas, et j’ai beaucoup de route à faire.

    Tant pis si je fais beaucoup de bruit, tant pis si je passe tout près des enfants qui sont sur leurs trotroirs.
    Moi je suis bien au chaud et au calme dans ma voiture à moi sur ma route et en sécurité avec la musique.

    Franchement, ma voiture, c’est de la bombe. Je l’adore.

    Bon vous l’avez compris, tout cela est de l’ironie. J’ai vraiment l’impression que cette machine nous rend plus individualiste et dangereux.

    Qu’est ce que les voitures ont fait de nous?

  6. cycliste alcoolique

    @Nilcouak:
    Qu’est ce que les voitures ont fait de nous?

    Des soumis, des esclaves.
    Je m’en suis affranchis et vive la liberte.

    Seul point negatif: J’ai developpe une forme d’allergie aux voitures en ville.

  7. Pim

    Ce matin dans le point je lisais : « Quelques chiffres montrent l’ampleur du problème : à l’échelle mondiale, les accidents de la circulation sont la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 24 ans et la deuxième cause de mortalité dans la tranche d’âge entre 10 et 14 ans. Quant à la pollution atmosphérique en milieu urbain, elle tue chaque année environ 1,2 million de personnes dans le monde.  »

    ( http://www.lepoint.fr/actualites-sciences-sante/2010-04-07/journee-mondiale-de-la-sante-les-plans-d-urbanisme-indispensables-pour-la-sante-publique/1055/0/441814 )

  8. Alex

    Au lieu de brailler pour exterminer la voiture, votez pour ceux qui proposent une cohabitation intelligente: construction de contournement des agglomérations au lieu de dépenser des millions pour des ralentisseurs en plastique, chicanes, bandes rugueuses, feu « casseur de vitesse », amélioration des transports en commun, zones relais parking+bus en periphérie des centre ville…

    Quand a sponsoriser la politique actuelle de retrecissement systematique des largeurs de voie, montez un jour avec un transporteur en 38 tonnes qui se farcit ces merdes a chaque kilometre, votre opinion s’en trouvera peut etre nuancé

  9. MOA

    Alex : « Au lieu de brailler pour exterminer la voiture, votez pour …. »

    FAIT !
    Et je continuerait à voter…. et brailler jusqu’à ce que ça change, en espérant que ça change un jour.

    N’hésitez à proposer d’autres solutions, je suis preneur.

    Désolé pour le gros camion. J’espère que cela n’a pas été dramatique pour certaines familles qui en aurait eu besoin pour se soigner, manger, etc…

    Si c’est pour la livraison d’un meuble en bois exotique (c’est qu’un exemple, y en a plein d’autre), je dois bien reconnaitre que ca me fait ni chaud ni froid.

  10. Cacao

    Prenez ma voiture je vous la donne, mais trouvez moi une solution viable et rentable économiquement pour faire les 80km journalier qui me séparent de mon travail.

    Le co-voiturage ? Oui à condition que le cadre qui travaille en face de moi ait les mêmes horaires et la même destination (ou presque).
    Les transports en commum ? Oui sans problèmes, sauf que 3h pour un aller c’est pas réalisable déjà lorsqu’on a pas d’horaires…
    Faisable ? Certainement mais dans ce cas ne soyez pas surpris qu’un de ces 4 un cadre qui en a marre de ce qu’il vit et par manque de sommeil prend une arme et flingue tout ce qui se trouve entre chez lui et son bureau, ça en ferait des cadavres sur 40 bornes.

  11. cycliste alcoolique

    @CACAO:
    Voici c’elle qui fût la mienne lorsque je vivais en France à 80 km de mon lieu de travail.
    vélo jusqu’à la station TER
    je monte dans le train avec le vélo
    vélo de la gare jusqu’à mon travail.
    soit environ 30 km de vélo et 50 km de train par jour.
    Certains jour je faisais tout à vélo pour le fun.

    C’est viable, efficace (plus rapide que la bagnole), c’est super rentable (50 Euros par mois de train dont 50% remboursé par l’employeur)…
    Le sport quotidien est fortement recommandé pour les cadres qui ont envie de tout flinguer.
    Faire du vélo, pour se rendre au travail peut changer la vie, permet aussi de relativiser la vie du bureau.

Les commentaires sont clos.