L’imposture, une industrie durable

Autoroutes, fast-food, compagnie pétrolière, nucléaire, pesticides : tout est vert. Tout est responsable, bio, développement durable, respectueux, éthique, écolo. L’art du mensonge sur papier glacé ne connaît pas de limite.

Saviez-vous que dérouler de longs tapis d’asphalte, c’était « respecter les territoires traversés » (1), « protéger l’environnement » et la biodiversité ? Grâce aux autoroutes du sud de la France, vous pouvez désormais rouler à tombeau ouvert en toute bonne conscience. La petite entreprise citoyenne a pensé à construire des « éco-ponts » pour faire traverser les lapins. Preuve de l’engagement militant d’ASF : elle sponsorise la fondation Nicolas Hulot.

imposture

Et dire que certains khmers verts, ayatollah de l’écologie, partisans du retour à la bougie et à la diligence, s’en prennent à la circulation automobile… Alors que Peugeot plante des arbres au Brésil. Que Citroën a créé « sa propre signature environnementale : Airdream ». Que la si vertueuse Renault s’échine à produire des « voitures écologiques ». Celles-ci, sous le nom eco², rejettent moins de 140 grammes de CO2 par kilomètre. Un conseil cependant : ces produits sains ne doivent pas être utilisés moteur allumé dans un garage clos.

« Pour un futur plus vert, les innovations Goodyear participent au développement durable. » Michelin « est un acteur majeur d’une démarche respectueuse de l’environnement ». Bridgestone a orné les pneus de Formule un de rayures vertes. La fédération internationale de l’automobile se bat pour l’environnement, puisque des pilotes comme Michael Schumacher ont posé avec un bracelet vert au poignet. « Pour des véhicules plus verts. »

Le sport automobile devrait être érigé en modèle de probité. Rallye-raids en tête. « Depuis toujours, le Dakar apporte, dans la préparation du parcours, un soin tout particulier à la préservation de certains sites considérés comme « fragiles ». » Désormais exilée en Amérique du sud, cette course se veut « solidaire ». De richissimes occidentaux peuvent s’amuser dans leur bac à sable géant en Afrique du nord : l’Africa eco race est « éco-responsable ». « Etre éco responsable, c’est avant tout adapter son comportement à la finalité environnementale du développement durable, et agir. » Après être passés à toute vitesse, les concurrents remettront quelques panneaux solaires aux sauvageons de Mauritanie. Quant aux bourgeoises participant au rallye aïcha des Gazelles, elles s’engagent « dans une démarche environnementale et citoyenne », où « l’éco-conduite est valorisée ».Un « rallye propre », assurément.

Certes, la combustion d’énergie fossile a l’inconvénient d’émettre des gaz à effet de serre. Mais Total s’implique dans « la lutte contre le changement climatique ». Tout comme il soutient les droits de l’homme en Birmanie. Et avec modestie : le groupe ne fait qu’appliquer sa « rigueur éthique sans faille ».

Un absurde mouvement comme slow-food s’oppose à la malbouffe. Pourtant, manger un hamburger sur le pouce, c’est bon pour la planète. Chez MacDonald’s, les camions de livraison roulent au biodiesel, et les chauffeurs sont « formés à l’éco-conduite ». Si des clients jettent leurs cartons encombrants après avoir savouré la délicate gastronomie états-unienne, « des équipiers sont chargés de collecter chaque jour les déchets d’emballages abandonnés aux abords des restaurants ». La multinationale a même repeint en vert son logo. « McDonald’s est désormais légitime pour parler d’environnement à ses clients», soutient l’ex-ministre de l’écologie Dominique Voynet.

Des mauvaises langues estiment que la grande distribution défigure les abords des villes, encourage la surconsommation et le gaspillage, fait disparaître le commerce de proximité et les petits producteurs. Quelle ingratitude ! Carrefour n’est-il pas partenaire du WWF ? Le deuxième groupe mondial, derrière Wal-Mart, lutte contre la déforestation : « 100 % du papier de nos prospectus et magazines est recyclé ou certifié. » Leclerc a courageusement supprimé les sacs plastique. Sa Marque Repère « a lancé les Contrats de Progrès pour l’Environnement pour compléter la démarche d’éco-conception et convaincre qu’il était impératif à la fois d’éco-concevoir mais aussi d’éco-produire ». Tandis que éco-Auchan éco-agit en matière de développement éco-durable tous les jours pour vous et la éco-planète.

imposture

Arrêtez de culpabiliser en prenant l’avion pour séjourner aux Maldives ! Air France a reçu des mains du ministre de l’industrie la « Marianne d’or » du développement durable 2009. Ce prix vient récompenser « les engagements pris de longue date par Air France et KLM en faveur du respect de l’environnement, de l’équité sociale ou du développement local ». Airbus est une « entreprise éco-efficiente », qui produit des avions « bio » (2). Aéroports de Paris agit pour « préserver le territoire dans lequel il s’insère » et « s’intégrer aux paysages ». Malgré tout, des sectaires de la décroissance continuent à s’opposer à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes en Loire Atlantique…

Le bétonneur Bouygues est écolo, puisqu’il propose « des écovariantes « bas carbone » à ses clients ». Chez Véolia, « notre ambition est de définir des standards minimaux mondiaux, dans le domaine de l’environnement comme dans le domaine social ». SFR « encourage les réflexes éco-citoyens » et les « éco-attitudes ». Avec son « Système de Management Environnemental certifié ISO 14001 », elle veille à l’ « intégration paysagères des antennes relais ». Monsanto « sensibilise […] aux bonnes pratiques agricoles », pour « protéger les parcelles sans porter atteinte à l’environnement ».

imposture

La fédération de la plasturgie s’évertue à « intégrer l’Environnement tout au long du cycle de vie des produits plastiques ». Le Medef débat sur « la décroissance prospère ». EDF a beau ériger des réacteurs nucléaires aux quatre coins du monde et entasser des déchets radioactifs, sa « démarche éthique » et sa « responsabilité environnementale » ne peuvent être remises en cause. Tout comme AREVA, qui « a la triple ambition d’une croissance rentable, socialement responsable et respectueuse de l’environnement».

Allez, tous en chœur : « La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force. » (3) Le charbon est propre, le nucléaire est bon, les bagnoles sont vertes, les pesticides sont sains, les nanotechnologies vont nous sauver… Dans le meilleur des mondes verts, même l’armement devient écologique. Notre fleuron de l’équipement de guerre Nexter produit des « munitions vertes » et autre « kit bio ». Les humains qui se feront trouer la peau apprécieront.

(1) Sauf indication contraire, toutes les citations sont issues de document de propagande (pardon, de communication) des entreprises concernées…
(2) L’Humanité, 19 novembre 2009.
(3) George Orwell, 1984.

Source: http://pedaleurop.over-blog.com/

Pierre Thiesset

A propos de Pierre Thiesset

Journaliste et écrivain français, auteur du blog "L'Europe du Nord à vélo"

5 commentaires sur “L’imposture, une industrie durable

  1. Rémy

    bonsoir.
    ah, très marrant !
    j’ai pas le temps de développer plus, je le ferais chez moi ce soir,
    après être aller chercher ma coupe de l’employé durable du mois ,
    je vais d’ailleurs avoir ma photo à l’entrée de l’entreprise ( imprimé sur du vynil recycable, quand même !! )
    Rémy

  2. antec

    Que c’est beau… et grâce à tout ça le monde va tellement mieux, ça se sent !!!

  3. Joshuadu34joshuadu34

    Sublime travail qui prouve, une fois encore, la volonté de dénaturer la pensée pour la récuperer et en faire une marchandise ! Bravo pour ce texte ! J’avoue que je n’aurais pas pu en faire autant, étant mort de rire à la justification éCONOlogique de chaque société, il m’aurait fallu des mois pour en recenser autant que toi !

  4. rémy

    oui, c’est très drôle, en effet !
    je viens de recevoir par courrier, une lettre d’alfa roméo ( ma voiture ),
    m’avertissant que j’avais  » bon pour  » 36 points de contrôles
    écologiques sur ma voiture….
    c’est comique, mais aussi ça en devient lassant pour le citoyen lambda comme moi : toute la journée on nous rabache les oreilles d’environnement, de durable, de propre, etc, etc…
    comment vous dites ? du greenwashing c’est ça ?
    et si on disait du brainwashing ??!!!!
    c’est marrant ces gens ou ces marques qui tout compte fait, profitte de la mode communiquante du moment pour ne pas assumer…
    oui, mon Alfa pollue, et tous ls courriers verts du monde n’y changeront rien !
    en tout cas bravo, j’ai bien rigolé
    merci

  5. reporter-rdm

    Oui,

    les arguments de communication des grands groupes ne changent pas beucoup leur capacité à polluer. Le développement des technologies implique un investissement énergétique qui n’est pas immédiatement « remboursé » par des économies sur la production de gaz à effet de serre. La question se pose dans les secteurs produisant des véhicules: est-t’il raiment plus écologique de produire de véhicules neufs hybrides, plutôt que rouler à vitesse réduite avec des véhicules existants?
    Pour le secteur de l’énergie, la production nucléaire posera toujours un problème à cause du traitment des déchets. Si la production électrique par la puissance de l’eau semble très écologique, il ne reste pas moins un effet sur le changement climatique, car l’eau est stockée, forcée dans des conduites alors qu’elle aurait du s’écouler au travers des roches pour alimenter naturellement les nappes sous-terraines. Les éoliennes installées en très grand nombre auront forcément une influence sur les courants aériens au niveau du sol car chaque obstacle, naturel ou construit participe à la modification du trajet de l’air. Les panneaux photovoltaïques seront transformés en goudron après leur utilisation portée à environ 20 ans. Cependant, on note une augmentation de chaleur lorsque de grandes surfaces de panneaux sont installés car la chaleur est fortement réfléchie par les revètement brillants.

    En fait pas de grande nouvelle révolutionnaire qui pourrait rassurer les écologistes, si José Bové fait la promotion de la baisse de consommation énergétique, il faut tout de même produire de l’énergie. Nous ne pouvons pas tous vivre en hippies dans la forêt des landes ou en Ariège.

    En matière de circulation il y évidement encore un problème d’inertie, flagrant aux USA. La Loi impose toujours une vitesse minimale en fonction du type de route sur laquelle vous circulez, ainsi, sans être en retard à votre rendez-vous il faut foncer. Expliquer à la Police américaine que vous roulez à vitesse réduite pour limiter les émissions de carbone et économiser le carburant est un exercice difficile et l’amende vous guête.

    En Europe, une association regroupant les 500 plus grandes entreprises se réunissait l’année dernière et le représentant déclarait devant J.M. Barroso: « les entreprises européennes ne vont pas se transformer en écologistes » et J.M. Barroso d’aquiescer sans discussion. Les questions de l’assistance sur le sujet ont été évincées par le choix des interlocuteurs, seulement des interventions sirupeuses louant les bonnes relations entre les entreprises et la Communauté Européenne.

    http://slideshare.net/reporter

Les commentaires sont clos.