La Chine invente l’embouteillage permanent

Record battu ! Un embouteillage monstre paralyse une « Voie Rapide » chinoise sur plus de 100 kilomètres depuis maintenant 10 jours. Les voitures avancent à la vitesse moyenne de 1 kilomètre par jour ! Selon les autorités chinoises, l’embouteillage devrait durer encore un mois…

Les Chinois sont en train de réaliser la métaphore cinématographique de Luigi Comencini qui imaginait en 1979 « Le Grand Embouteillage » comme le syndrome de la paralysie de notre société.

L’embouteillage chinois a commencé il y a dix jours sur la – on ne rit pas – Voie Rapide Nationale 100, aussi connue sous le nom de G110,  principale voie de communication routière entre la capitale Pékin et la ville de Zhangjiakou (plus de 4 millions d’habitants), nous a informé Slate depuis hier.

Apparemment, la cause première de l’embouteillage serait des travaux sur l’axe en question, travaux qui ne devraient pas être terminés avant la mi-septembre… On souhaite bon courage aux automobilistes coincés dans le bouchon ! Mais il faut dire que l’axe en question connaît un volume de trafic en augmentation de 40% par an, ce qui n’aide pas vraiment à maintenir une bonne fluidité…

En outre, de nombreux véhicules tombent en panne, ce qui n’arrange rien. D’après les autorités chinoises, cet embouteillage cessera à la mi-septembre.

Certains automobilistes et chauffeurs de camions sont désormais bloqués depuis plus de 5 jours. Alors la vie s’organise comme elle peut. Les conducteurs jouent aux échecs ou aux cartes.

Mais le plus dur, c’est l’approvisionnement en eau et en nourriture. Heureusement, les villageois des alentours passent à vélo pour ravitailler les automobilistes. C’est quand même bien pratique le vélo…

Comme il n’y a pas de petits profits, les cyclistes ravitailleurs vendent la nourriture 3 à 4 fois plus cher que le prix normal et l’eau jusqu’à dix fois plus cher que le prix normal ! Pauvres automobilistes…

Et dans le reste de la Chine, ce n’est guère mieux, tout particulièrement à Pékin où les problèmes de trafic sont récurrents et où la municipalité essaye de gérer au mieux cet embouteillage monstre dont les conséquences s’étendent jusqu’à la capitale chinoise.

Selon Chine Nouvelle, le nombre de véhicules en circulation à Pékin augmente de 1900 unités par jour, soit près de 700.000 par an! Et si le rythme actuel se poursuit, le nombre total de véhicules à Pékin devrait atteindre 7 millions en 2015.

Concernant le taux de motorisation (nombre de voitures pour 1000 habitants), il explose à l’échelle chinoise. Il y avait seulement 5 voitures pour 1000 habitants en 1990, 15 voitures pour 1000 habitants en 2003 et environ 30 voitures pour 1000 habitants en 2010. On remarque que le taux de motorisation a doublé en à peine 7 ans…

Certes, on est loin du taux d’équipement français (600 voitures pour 1000 habitants) ou américain (plus de 800 pour 1000 habitants), mais à l’échelle d’un pays peuplé d’1,4 milliard d’habitants, cela représente quand même environ 40 millions de voitures en circulation, soit plus que le parc automobile français.

Pour la seule année 2009, 13,6 millions de voitures neuves ont été vendues en Chine, soit une progression de 46% par rapport à 2008.

Si le taux de motorisation double encore d’ici 2020 (hypothèse très modérée), le parc automobile chinois sera composé alors de 80 millions de voitures.

L’embouteillage chinois de cet été sera alors considéré comme un simple ralentissement. Il semblerait bien que la Chine a troqué la « révolution permanente » contre « l’embouteillage permanent »…  Quand l’automobile détruit la planète…

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

17 commentaires sur “La Chine invente l’embouteillage permanent

  1. Moa

    J’ai été à Pékin pour la première fois en 1998 et la dernière en 2009.

    En 1998, j’avais été frappé par le nombre incalculable de vélo et de piéton dans les rues de la capitale ! y compris sur les quadruples voies. Proprement hallucinant !

    En 2009, cela n’a plus rien à voir. Il y a toujours des vélos, bien entendu, mais on a l’impression qu’ils ont quasi disparus au profit des bagnoles… tout aussi hallucinant de voir la rapidité avec laquelle les pékinois se sont convertis à la bagnole.

    Dans le même temps, les embouteillages monstrueux sont apparus.

    Les heures de pointe à pékin ressemblent à la photo, je confirme.

  2. CarFritecarfrite

    Il faut soigner certaines dépendance à la voiture comme on soigne certaines maladie psychiatriques et handicaps physiques! Il s’agit véritablement d’une réhabilitation à l’autotomie musculaire et à l’indépendance psychique! Avec des phrases fortes non vous n’avez pas besoins de toujours suivre les même routines, oui vous pouvez envoyer balader votre patron et rester au lit si les conditions d’accès sont désastreuse! Oui vous pouvez, vous devez VOUS REVOLTER et trouver des solutions respectueuses des autres et de vous même!

  3. cycliste alcoolique

    Vont-ils déjà y déceler les méfaits de la société automobile (à 30 voitures /1000 hab) comparativement à ceux qu’ils ont connu il n’y a pas longtemps ou bien vont-ils réclamer plus de bitume ?

  4. MinouMinou

    Plus de bitume parce-que-quand-même-on-va-pas-retourner-à-la-préhistoire-hein.
    Plus les hommes sont informés, plus ils imaginent d’excuses pour continuer à bagnoler. Les incurables nous mènent chaque jour un peu plus dans un non-monde.
    Et pourtant ils ont vu Avatar au ciné, ils ont versé leur petiteuh larme et pis ils trient leurs déchets. Et puis lors de l’utime signal d’alarme, ils diront « ah ouè mais on navé pas de preuves à l’époque ».

    Le monde se sortira pas de cette logique. Il veut des preuves mais il s’est trop habitué à la laideur. C’est foutu. Les catastrophes n’éduqueront pas même si elles empirent : elles seront gérées par le capitalisme vert, gris, arc-en-ciel et bisounours.
    Conclusion : faut-il tout péter ?

  5. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    C’est l’évolution des sociétés: après l’âge de la pierre polie, l’âge de bronze. Après le vélo, l’automobile, après l’auto, on revient à la marche et au vélo… dans 10 ans le carfree Chinois organisera des masses criiques à vélo.

  6. MinouMinou

    …et dans 30 ans, les responsables politiques, industriels et commerciaux décideront enfin de se soigner du bagnolisme. Ben dommage parce que ce sera un peu beaucoup TROP TARD.

    En 2012, on va avoir droit à un beau spectacle entre l’UMP et le PS pour savoir qui est le plus vert que l’autre.
    Et pis en 2017 aussi. Et pareil en 2022.
    Et etc…

    Oh lécolomachin, descend de ton nuage de pollution enthousiasmique !

  7. LEGEOGRAPHE

    Si des voitures tombent en panne d’essence, c’est certainement parce que les stations-service ne sont pas assez nombreuses !!! 🙂
    Plus, plus, plus !
    Au moins, il y a moins de « mouvements pendulaires » ! 🙂

  8. Le cycliste intraitableVélops

    C’est à cause du risque de saturation de leur réseau routier que les Hollandais, les Allemands et les Japonais ont envisagé, dès les années 1970, de favoriser les déplacements actifs (vélo notamment) et les transports en commun. Principalement en raison de la densité de population élevée de ces pays.

    Les Chinois sont confrontés au même problème : l’est du pays est surpeuplé, pire que les Pays-Bas en Europe, donc les infrastructures routières ne peuvent supporter un taux de motorisation très élevé. Ou alors il faudrait construire des autoroutes à 2×10 voies entre les villes principales.

    Ils cumulent d’autres problèmes : la densité de population sur une zone très étendue et les périodes de vacances qui sont généralement concentrées sur deux ou trois fêtes dans l’année, en particulier le Nouvel An chinois. Ces phénomènes ajoutent énormément de tension dans l’exploitation des réseaux de transport, qui doivent être dimensionnés pour transporter plusieurs centaines de millions de migrants en quelques jours.

    Heureusement que le taux de motorisation en Chine populaire est très inférieur au nôtre.

  9. Max Hymôme

    Une démonstration par l’absurde de l’impasse où conduit – heu…. pardon, disons : où mène – un certain type de « développement »…

    Mais croyez-vous que ce soit là l’occasion d’entamer une réflexion « sur le fond » ? Nenni ! Les solutions existent, et bien sûr elles sont techniques, forcément techniques ! Plus de progrès encore nous permettra de surmonter ces difficultés passagères.

    « Surmonter », ça veut bien dire ce que ça veut dire : il s’agit de régler les problèmes PAR LE HAUT. Voici :

    http://www.autonews.fr/Dossiers/Technologie/Stradding-bus-Chine-190489/

    Le progrès technique nous sauvera, amen !

  10. Moa

    Le « stradding bus » ! non mais sans rire ! ils sont gravos !

    Le pire là dedans, c’est que la population pense que la bagnole est indispensable.

    Bon, espérons que la crise énergétique qui pointe le bout de son nez empechera tous ses projets débiles de se réaliser.

  11. Moa

     » Les autorités chinoises estiment qu’à sa mise en service, le Stradding bus pourra désengorger le flux routier de 25%. »

    AHAHAH
    Ben oui comme les 5 ou 6 rings (rocades) qui entourent pékin de plus en plus loin, construient en l’espace de 15 ans environ (ca en fait des kilomètres!).

    Cela devait désengorger le trafic. Evidemment….

    Allez, on s’enlève l’hémisphère gauche, puis le droit, on baisse la tête, un pas de côté et hop on fonce tête en avant !

  12. Pim

    C’est vrai que le stradding bus est un concept assez drôle! De plus, c’est exactement pareil que de construire une ligne ferroviaire parallèle à la route non? Bref, on n’a rien inventé. Dans un autre article, je trouve que cette navette pourrait contenir 1200personnes, soit même pas la capacité d’un RER parisien! (un train type RER A à 2 étages compte 960 places assises… et au moins autant debout : bien chargé ca nous fait une belle bétaillère de 2000 bêtes!)
    Sinon l’article mentionne un taux de bagnolisation de 30 pour 1000 hab. en Chine. Ce taux reste faible à cause (ou plutôt grâce) aux campagnes chinoises encore assez pauvres et nombreuses…
    Le taux de bagnolisation pékinois est quant à lui bien supérieur puisqu’on compte environ 4 millions de voitures aujourd’hui pour 17 millions d’habitants. On arrive ainsi à 235/1000 (à comparer à nos 700/1000 français et 500/1000 parisien je crois)….

  13. Louison Bobet

    D’apès les chiffres de Chine nouvelle (7 millions de voitures en 2015, donc 3,5 millions en 2010), le taux de motorisation dans la capitale de 17 millions d’habitant (wikipedia) serait de 200 véh./1000, c’est à dire près de 7 fois supérieur à celui de la Chine (30/1000). C’est franchement étonnant, même si on peut imaginer les Pékinois plus riches que le reste du pays. Et alors bonjour le désastre quand le reste du pays (c’est à dire 98% de la population chinoise) rattrapera son retard sur Pékin !!
    Mais un autre chiffre semble carrément clocher : 13,6 millions de voitures vendus en 2009 en Chine, sur un total de 40 millions… (1/3 du parc acheté en une seule année ?) et on ne prévoit le doublement du parc auto qu’en 2020. Si le chiffre des ventes est exact, le doublement, c’est pour 2012 ou 2013 et pas loin de 200 millions de bagnoles en 2020 (et non 80 comme indiqué dans l’article), c’est à dire le second parc auto mondial. A moins que les prévisionnistes aient déjà intégré dans leurs chiffres (et ce serait bien la première fois) le pic du pétrole, les limites des infrastructures routières et un changement de l’opinion publique à l’égard de la bagnole, avant 2020 (soit avant la France ?).

  14. Meilleur Taux

    Quand je pense au prix de la taxe carbone en France et dans d’autres pays européen, je serais curieux de savoir ce qu’il en est en chine!

  15. Jean-Marc

    Pas de bilan du stradding bus pour l’instant, donc je m’y colle :

    C est un vehicule
    1- plus cher et fragile que son equivallent au niveau du sol
    2- qui risque d être endommagé par les autos qui passent en dessous (accident)=> maintenance plus chère, payée par TEC.
    3- qui oblige à construire des arrêts sur-elevés peu accessibles :
    – arrêts sur pilliers plus chers qu’un abribus (surcoût payé par TEC)
    – difficulté d accès aux arrêts, pour les poussettes, fauteuils roulant, personnes âgées, handicapés.. => report vers d autres modes de transport.

    Ce bus rend les TEC plus chers, plus fragiles (et donc aléatoires) et moins interessant pour l usager.
    la fausse-« bonne idée », ideale… pour réduire les TEC.

    Or, les TEC utilisent moins d espace (4,5 x moins) et d energie (2 à 8x moins, selon remplissage) pour transporter autant de monde que des autos :
    http://carfree.fr/index.php/2008/04/19/automobile-et-consommation-d%e2%80%99espace/
    http://carfree.fr/index.php/2005/10/24/lefficacite-energetique-des-modes-de-deplacement/
    comment transformer 1km de bouchons (143 autos) en un seul bus, allongé :
    http://carfree.fr/index.php/2007/10/29/comment-eliminer-une-file-de-voitures-de-1-kilometre-de-long/

    Rque : le stradding bus est moins cher que le métro… car on ne perce pas de tunnel, mais on peut très bien utiliser des TEC en surface

Les commentaires sont clos.