ZAPA: Zones d’Actions Prioritaires pour l’Argent

Va t-on un jour s’emplir les poumons du bon air des villes et s’émerveiller enfin de la seule présence des magnifiques cabriolets de nos charmantes femmes et maîtresses, des 4×4 virils de nos puissants cadres dirigeants et des voitures de sport de notre jeunesse dorée luttant contre la précarité ? C’est l’attrayante promesse faite par les nouvelles Zones d’Actions Prioritaires pour l’Air, les ZAPA.

Lancées par le ministère de l’Écologie sous la saine pression des constructeurs automobiles français en quête de nouveaux débouchés pour les voitures françaises produites à l’étranger, les ZAPA devraient, à titre expérimental dans huit communautés d’agglomération, restreindre la circulation aux seuls véhicules d’un certain prestige social. Prenant au mot Alphonse Allais et son fameux « on devrait construire les villes à la campagne, l’air y est tellement plus pur ! », Nathalie Kosciusko-Morizet fait mieux encore en recréant les campagnes en ville, ce dont personne ne se plaindra.

Mais cela ne se réalisera pas sans casse. Déjà, nombre de réactions déplacées soulignent que le système pointe les véhicules obsolètes comme étant les plus polluants. Une lapalissade mais que la France ignorait jusqu’ici superbement, en stigmatisant les patriotiques conducteurs de 4×4 ou autres grosses berlines qui changent de voiture tous les 6 mois.

Heureusement, le gouvernement s’est saisi du problème et a édicté un brillant texte réglementaire qui fera date dans l’histoire du droit de l’environnement, en France et dans le monde. Son principe est de bannir définitivement les voitures polluantes des pauvres du centre de nos villes. En procédant ainsi, seuls les véhicules postérieurs à 2005 sont classés verts et pourront circuler librement. Avant 2005, les voitures peuvent en effet être considérées comme des épaves souillant le bon goût de nos villes envahies par des hordes de pauvres et de gueux en quête d’infractions à commettre.

L’amélioration de l’environnement passe tout de même par l’élimination progressive de ces épaves sociales qui n’auraient pas été purgées par les récentes primes à la casse. Car même en donnant de l’argent aux pauvres pour changer patriotiquement de voiture tous les deux ans, on en trouve encore qui préfèrent se pavaner en ville dans leur antiquité roulante de 2002 ou 2003 pour venir sciemment nous polluer les narines délicates.

Cette loi de salubrité privée s’attaque en fait à une certaine forme de terrorisme olfactif des classes populaires qui prennent un plaisir certain à rouler au pied de nos hôtels particuliers avec leur canceromobile! Car le pauvre est un meurtrier en puissance, prêt à gazer massivement les élites de la nation pour aller valider en bagnole son ticket de Loto au bar-tabac de l’avenue Montaigne.

Vous me direz peut-être qu’il y a un risque de disparition soudaine du petit personnel de maison dans les quartiers aisés de la capitale? Que nenni, les pauvres pourront enfin utiliser ces « transports en commun » qui nous coûtent si cher et qu’ils s’obstinent à boycotter pour d’obscures raisons idéologiques. On me dit que les métros et les RER sont déjà pleins de banlieusards en sueur à l’haleine fétide: qu’ils viennent à pied! Il paraîtrait que certains domestiques viennent travailler dans nos demeures alors qu’ils habitent en lointaine banlieue: qu’ils prennent alors le vélib’!

Il n’y a pas de raison pour que seuls les riches pratiquent l’intermodalité (avion, 4×4, Ferrari)! Les pauvres aussi doivent faire un effort pour la planète et sacrifier un peu de leurs privilèges.

En outre, cette loi dont les objectifs restent modestes pour l’instant, pourrait révolutionner à terme la société et nous apporter enfin la croissance verte qu’on cherche avec les dents depuis si longtemps. Pourquoi ne pas, dans un second temps, autoriser à circuler seulement les voitures neuves vendues dans l’année? Cela aurait l’immense avantage de booster les ventes de voitures neuves et de limiter drastiquement les bouchons sur le périphérique parisien.

Une autre évolution législative pourrait être, dans le cadre d’un grand Grenelle de l’automobile, l’interdiction pure et simple des voitures pour les pauvres et l’octroi de permis de circuler réservés aux CSP++ gagnant plus de 15.000 euros par mois. Mais pour arriver à une telle avancée sociale, il faudrait déjà que la droite passe aux prochaines élections et qu’on en finisse avec ce gouvernement actuel encore trop marqué à gauche.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

9 commentaires sur “ZAPA: Zones d’Actions Prioritaires pour l’Argent

  1. Zaph

    Demande à Mme Kosciusko-Morizet

    Je suis bien embêté !

    J »habite le centre d’une ville volontaire pour tester une ZAPA .Je possède encore petite auto essence de 1996 qui a 65000 km. Je ne l’utilise pratiquement plus et la laisse dans un garage situé à 2 kilomètres de mon domicile.
    Tous les jours j’utilise ma bicyclette pour rejoindre mon travail, faire mes courses, pour mes loisirs. Le week end, je vais en montagne soit en TC soit en co-voiturant.

    Lorsque je vais devoir utiliser cette auto, je serai en infraction car le garage est lui aussi au centre ville. N’ayant aucune envie d’acquérir un autre véhicule, dois je mettre à la casse cette auto roulant trés bien? Est-il prévu un système, d’ abonnement pour les contraventions qui je ne manquerai pas de prendre? Pensez vous que les 4X4 de franchissement de trottoirs soient moins polluants que les vieilles automobiles immobiles?

    Merci de vos éclaircissements

  2. apanivore

    @Zaph : à aucun moment tu ne dis à quoi te sers ta voiture. Vu qu’elle ne sers ni la semaine, ni le weekend, pourquoi tu ne la revends pas à quelqu’un qui en a besoin ? (et qui n’habite pas lui-meme la ZAPA) En plus ça fera un heureux parce qu’elle sera pas chère.
    Y’a pas que la casse comme solution non.

  3. Zaph

    @APANIVORE

    J’utilise cette auto quand je pars en randonnée dans un endroit non desservis par les TC et que je pars seul.

    Je me suis posé la question de savoir si je devais la conserver. J’ai pris des renseignements sur le service auto partage mais avec beaucoup d’honneteté il m’a été répondu que ce n’était pas financièrement intéressant pour l’usage que j’en ferai. Il reste les grands loueurs traditionnels mais là je suis trés réticent à utiliser leur service. C’est pour cela que je la conserve. Ce dont je suis sur c’est dés qu’elle sera HS, je n’en acheterai pas d’autre et revendrai le garage .

  4. Joshuadu34joshuadu34

    Dieu nous préserve, un pauvre sur nos pages !!! Zaph semble vouloir détruire le tissus social, malgré les merveilleuses explications de Marcel, créant, par là même, du chômage par cette volonté inconsiderée de ne pas consommer béatement !!! Horreur suprème !!! Si encore, comme nos stars, il s’achetait un véhicule électrique, ou hybride, qui tronerait, fièrement, au côté du Hummer dans ce garage pour justifier son engagemement grenellocompatible, mais non !!! Il se contente d’un vieux véhicule, poussant même le vice à ne l’utiliser qu’en cas d’absolue necessité (rendez-vous compte, 65000 kms en 15 ans, soit moins de 4400 kms par ans, c’est un gouffre qu’il aide à installer dans le budget d’une entreprise écoresponsable comme Total, la poussant, pour maintenir ses maigres bénéfices qui dépassent difficilement les 10 milliards d’euros par an, à augmenter les prix et à passer le litre de super à 2 euros !)

    Pire, même ! De par cette volonté clairement anticonsummériste (j’allais dire terroriste, pour reprendre les discours de nos aimés gouvernants), il se contente ainsi de peu pour vivre… Z’allez voir, qu’en plus, il va nous avouer, comme tout bon troglodyte qui s’ignore, qu’il n’a pas le dernier écran plat, les vêtements respirants, les baskets ressorisées ou qu’il ne lit même pas la presse gratuite qui nous est gracieusement offerte, tous les matins, dans nos boites à pub !

    Il est, sans même s’en rendre compte, à la limite de la bougie au fond d’une caverne, et, de par son inconscience, favorise l’économie parallèle, ce dangereux traffic vert encouragé par ceux qui, refusant les bienfaits du macdo bagnolisé obesitisant au profit d’un repas équilibré et d’une marche lui permettant d’être en pleine forme, inconscient des dégâts occasionné, qui, donc, comble de l’horreur, renforcent les difficultés de justification dans la construction d’un superphenix, fleuron de notre nucléaire si sûr et si nécessaire pour maintenir la surconsommation, de nos si responsables entreprises pharmaceutiques qui, pourtant, font tout pour faire disparaitre la pauvreté (bon, pas en distribuant leurs médicaments, mais en accélérant la mortalité chez ces pauvres qui n’ont pas les moyens de se payer une simple tritérapie alors que toute bonne mutuelle, dont celle du frère de notre aimé président, nous proposent, contre des sommes modiques ne dépassant que de peu le salaire médian d’un occidental, une prise en charge complète tant que nous ne sommes pas malades) voire d’augmenter encore, le consummérisme !

    Encore un qui, à 50 ans, n’aura pas sa Rolex !!!

    Franchement, Carfree, il serait temps de ne laisser libre accès à nos pages qu’aux écologistes responsables, ceux qui, sans rire, favorisent le développement du Rable et la surconsommation responsable en n’acceptant, pourquoi pas, que les commentaires de ceux qui, ovinement, acceptent de se soumettre au contrôle de la puce RFID !!! Restons entre gens civilisés, que diable !!!

    Bon, je précise, quand même, pour ceux qui ne m’ont jamais lu ici (c’est possible ?) que j’emmerde copieusement et Allègre-ment tous ceux qui auraient pris ce commentaire au premier degré, saluant chaleuresement l’ami Zaph !

  5. Joshuadu34joshuadu34

    ps : un espoir, toutefois, puisque Nicolas « Chouchou yaya » Hulot est, enfin candidat, après avoir une nouvelle fois, du haut de son hélicoptère (séquence émotion) pû constater que son ami homonyme (ce n’est pas une insulte, il n’y a aucune animosité de ma part envers les homonymes, fût-ce t’ils déviants sémantiques et pratiquants convertits au « pov’con ») ne met pas assez vite en place les mesures indispensables d’un grenelle II favorisant ripolin tendance céladonnienne pour repeindre les parpaings des maisons des mécènes de monsieur Hulot (qui aurait pourtant bien mieux fait de prendre des vacances…).

    C’est con (oui, je sais, alors casse toi…), mais ils vont finir par me faire aimer Eva Joly malgrè le manque de connaissances flagrante qu’elle a de l’écologie…

  6. MOA

    Les tensions (climatiques, économiques, énergétiques, alimentaires, sociales, etc…) iront grandissantes dans notre douce France… et de + en +.

    Et avec les ZAPA, on a un exemple clair des solutions qu’apporteront SYSTEMATIQUEMENT nos dirigeants pour, soit disant, atténuer voire supprimer (ahahah) ces tensions !

    C’est à dire de fausses solutions qu’ils vont faire gober à grand coup de media de masse à une majorité de cityens comme étant ZE solution (écologique dans cet exemple) … qui, en fait, bien enetendu, ne solutionnera que dalle mais permettra juste aux plus riches de vivre toujours mieux ; fausses solutions qui serviront de surcroît de terreau aux plus pauvres pour haïr les écolos (tjs pour l’exemple des zapa).

    Ca pue.

    Faudra bien que ca pète un jour non?

  7. bisson

    Bonjour,

    Je n’arrive pas à bien comprendre pourquoi les zapa soulèvent tant de commentaires, ici et ailleurs, qu’ils soient pertinents et sérieux, humoristiques, ou même débiles.

    Un truc nous met tous d’accord (si si) : la Constitution.

    Elle donne aux citoyens des droits fondamentaux comme
    1) celui d’aller et venir
    2) celui de respirer un air sain

    Quand l’un entre manifestement en contradiction avec l’autre, l’action s’impose pour les rééquilibrer.

  8. MOA

    bisson « Je n’arrive pas à bien comprendre pourquoi les zapa soulèvent tant de commentaires,ici et ailleurs, « 

    Pour faire vite, il y a des commentaires parce que certaines personnes font preuve d’analyse critique. Autrement dit, ils évitent de dire oui-oui sans avoir réfléchi avant.
    Vous ne comprenez pas bien parce que vous n’avez pas assez réfléchi… ou que vous faites semblant de ne pas comprendre.

    bisson  » qu’ils [les commentairers] soient pertinents et sérieux, humoristiques, ou même débiles. « 

    Et avec le vôtre, j’ajouterai à la liste : superficiel.

    bisson « Un truc nous met tous d’accord (si si) : la Constitution. »

    Il y a aussi Egalité dans notre constitution non?

    Sinon concernant votre « si si » ( un poil suffisant?).
    Il suffirait qu’il y ait par exemple la « règle d’or » d’inscrite… un exemple… parmi d’autres… pour que votre « si si » se transforme en « non, non »… comme quoi… et en l’état on pourrait ne pas etre tous d’accord avec la constitution actuelle, non?

    Votre dernière phrase est joliment formulée par contre. Action donc. Supprimons l’accès des ZAPA (et des villes) à toutes les bagnoles !

  9. bisson

    bonjour,

    MOA: « vous faites semblant de ne pas comprendre »
    zut, vous m’avez percé à jour !

    MOA »superficiel » et « suffisant »
    j’espère en effet qu’il est « suffisant » de rappeler que le droit de respirer un air sain est un droit constitutionnel, pour que nous soyons tous d’accord sur la nécessité d’expérimenter les zapa: ce droit étant plus qu’écorné, la Constitution s’impose à tous pour mieux le protéger par rapport au droit, lui aussi fondamental, d’aller et venir. A tous, c’est à dire, au législateur qui crée les lois,au gouvernement qui signe les décrets, au maire qui signera (peut-être) l’arrêté zapa, et au citoyen qui appliquera le règlement ou sera sanctionné. Rappeler la Constitution n’a rien de « superficiel », c’est présenter un point de départ sur un terrain où tout le monde est d’accord, par définition de la vie en société.

    MOA »non non ».
    C’est vrai qu »il y a des moyens de changer la Constitution: la guerre, la révolution, et aussi… les amendements. Mais cela nous éloigne un peu trop des zapa, non ?

    MOA »Egalité »
    Le respect du principe d’Egalité est Le point qui nécessite effectivement le plus de réflexion. Mais les discours sur la lutte des classes ne font pas beaucoup avancer le schmilblik. Par contre, définir de justes dérogations et un mécanisme d’aide financée aux cas les plus critiques économiquement, pourrait être un moyen de respecter du mieux possible ce principe d’Egalité. Une proposition a été faite de verser une prime à l’achat de véhicules plus clean (y compris d’occase), financée par le produit des amendes « radars », de sorte à ne pas grever les comptes publics à sec.

    ça baigne ?

Les commentaires sont clos.