Rouler bourré pour gagner plus

Les britanniques veulent augmenter la vitesse de circulation sur les autoroutes afin de « doper la croissance ». Les français doivent réagir et rendre obligatoire l’alcool au volant pour relancer la croissance!

Les autorités britanniques veulent en effet faire passer la vitesse autorisée sur les autoroutes de 70 miles/h (112 km/h) à 80 m/h (128 km/h). « Augmenter la vitesse limite sur l’autoroute à 80 m/h permettrait de faire gagner des centaines de millions de livres en réduisant la durée des trajets », a ainsi assuré Philip Hammond, le ministre des transports du Royaume-Uni. (Source: Le Monde)

On a vraiment rien compris en France où on débat (parfois) sur l’idée d’abaisser la vitesse sur autoroute à 120 km/h pour économiser le carburant et diminuer les émissions de CO2… Et que dire de l’hérésie socialo-réactionnaire des espagnols qui ont déjà fait passer la vitesse sur autoroute de 120 à 110 km/h! De là à penser que la crise européenne de la dette serait liée à ces initiatives liberticides, il n’y a qu’un pas.

D’ailleurs, si l’économie allemande est une des meilleures au monde, c’est sans doute parce qu’il n’y a pas de vitesse limite sur les autoroutes allemandes… Inversement, vu l’état de la Grèce, la vitesse autorisée sur leurs autoroutes ne doit pas dépasser les 50 km/h! D’ailleurs, les Grecs ont-ils au moins des autoroutes?

On est juste étonné qu’une telle idée, à savoir augmenter la vitesse autoroutière pour relancer la croissance, n’ait pas germé dans l’esprit de notre Nicolas Sarkozy national, décidément en petite forme. On avait pourtant un slogan tout prêt pour celui qui voulait « chercher la croissance avec les dents » : « rouler plus vite pour gagner plus » et la promesse de plus de vitesse, pour plus de croissance, pour plus d’emplois, pour plus de consommation, pour plus de croissance, etc.

Car augmenter la vitesse de circulation sur autoroute, c’est plus de consommation d’essence (et ça, c’est bon pour les taxes et pour renflouer des budgets publics asséchés par plusieurs années de subventions aux plus riches) et c’est surtout plus d’accidents bien graves comme seules les autoroutes savent les provoquer. Et les accidents bien graves, c’est bon pour le PIB et la croissance, car cela donne du boulot aux hôpitaux, aux industriels du médicament, etc.

Et si on veut vraiment atteindre les 2% de croissance par an, une seule solution: supprimer toutes les limitations de vitesse, même en ville! Et si on veut atteindre le Graal des 3% de croissance par an, seuil à partir duquel les tables de la loi nous disent qu’on peut espérer commencer à créer des emplois, il faut alors obliger en plus les automobilistes à conduire seulement bourrés!

Car en France, on n’a pas d’idées, mais on a de l’alcool! Et on ne va pas se faire damer le pion par la Perfide Albion (non, ce n’est pas une contrepèterie!). Si les anglais veulent rouler comme des bourrins sur leurs autoroutes, alors nous on roulera toujours bourrés sur les nôtres!

Et l’alcool au volant, c’est bon pour l’économie! En premier lieu, c’est bon pour tous les petits producteurs de bons produits locaux (Heineken, Kronenbourg, Ricard, etc.), mais aussi pour les emplois du service public (pompiers, ambulances, médecins, infirmières, etc.) et l’industrie du médicament (Servier, Sanofi-Aventis, etc.). De quoi relancer la croissance, créer des emplois et assurer la réélection triomphale de Nicolas Sarkozy en 2012!

On pourrait même proposer des limites d’alcoolémie selon les voies: au moins 0,5 gramme/litre en ville, au moins 1 gramme/litre sur route et au moins 2 grammes/litre sur autoroute! Et surtout des contrôles sévères de la maréchaussée (Cf photo du haut). Si un automobiliste est contrôlé négatif, soit il boit une bouteille de Ricard dans le fourgon, soit il rentre à pied!

Et pour relancer la consommation d’alcool en berne après des décennies de politiques publiques liberticides, on pourrait envisager des offres promotionnelles comme par exemple un permis de conduire offert pour l’achat de 6 bouteilles de pastis. Bien entendu, dans le cadre d’une telle politique de croissance économique, on redonnerait immédiatement le permis de conduire à tous les automobilistes ayant tué ou blessé des gens en roulant bourré. En plus, cela libérerait au moins une bonne dizaine de places de prison…

Avec de telles mesures de bon sens, nul doute que la crise européenne ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

10 commentaires sur “Rouler bourré pour gagner plus

  1. Tassin

    Très bonne idée! On se demande pourquoi ils n’y ont pas pensé plus tôt.
    Une question demeure cependant : Est que les emplois du service public (pompiers, ambulances, médecins, infirmières, etc.) devront également conduire  bourrés les camions de pompiers et les ambulances etc ?
     

  2. bruno le hérisson

    C’est une excellente idée pour relancer notre croissance !! 

    La croissance est notre religion , le PIB son prophète  les échos le nouveau testament et le finnacial time la bible. Si le bonheur doit passer par l’accumulation d’objets fabriqués à l’autre bout du monde et la destruction de la nature qu’il en soit ainsi.

    Lors de la rencontre FUB 2011 le projet d’un taux d’alcool différencié pour la conduite à bicyclette aurai été proposé mais écarté, à confirmer par les présents.

  3. Legeographe

    Excellent paragraphe que celui qui suit :

    Car en France, on n’a pas d’idées, mais on a de l’alcool! Et on ne va pas se faire damer le pion par la Perfide Albion (non, ce n’est pas une contrepèterie!). Si les anglais veulent rouler comme des bourrins sur leurs autoroutes, alors nous on roulera toujours bourrés sur les nôtres!

    En fait, « la Perfide Albion » est bien une contrepèterie si l’on cherche :
    « Belle, pardi ! F*** las… »
    Voilà pour la minute graveleuse.

  4. apanivore

    Je ne savais pas trop où mentionner ma captivante lecture de la gazette municipale. On dira que le lien c’est que quand on roule bourré on est plus à même d’observer de près les platanes …
    Donc le journal de ma ville parle de son parc arboré, quelques 30 000 arbres, et des agressions diverses que ceux-ci subissent. La première citée m’a immédiatement fait venir ici. Je cite :
    « Malgré l’importance de notre parc arboricole, beaucoup d’arbres sont soumis à des agressions diverses, réduisant considérablement leur espérance de vie. En premier lieu, les blessures occasionnées par les chocs répétés des voitures en stationnement : les plaies ouvertes sont autant d’entrées pour les maladies et parasites. Pour exemple en 2008, 27 marronniers ont dû être abbatus avenue Tartempion, abîmés par les véhicules stationnant de manière illicite sur les trottoirs. »
    C’est marrant, d’un côté cette tolérance du stationnement illicite, et ici cette plainte à demi-mot.
     
     
     

  5. Chibibo

    120 km/heures sur vos autoroutes? C’est bien haut comme vitesse.
    Chez nous, au Québec, c’est limité à 100 km/h (malheureusement, tout le monde la dépasse).

  6. SeptentrionalSeptentrional

    Ça m’inquiète d’imaginer qu’en Europe puissent être balayées aussi facilement toutes les réformes pour réduire la dangerosité automobile.
    Chez nous, au Québec, on est les derniers de classe alors si toutes les nations se mettent à vouloir dérèglementer on va suivre, aucun doute là-dessus.
    D’ailleurs, il y a le bon vieux dicton : «Qui est contre la richesse ?» . Voilà qui est une affirmation de la plus pure bêtise. Vive la «croissance» de la pollution, des accidents, de la faim et de l’ignorance. Vive le manque de vision !
     
     

  7. LomoberetLomoberet

    Rouler bourré, il y a bien longtemps que je pratique. Mais comme je ne roule guère qu’à vélo (ou sous la table), je dessaoule vite et je me demande si mon comportement est vraiment favorable (de lapin) à l’économie (de pain).

Les commentaires sont clos.