Le compte est bon pour les voitures électriques (nucléaires), jusqu’à 10000 Euros de bonus

voiture-electrique

Le gouvernement a décidé de remettre à plat le système de bonus-malus écologique qui s’applique lors de l’achat de voitures neuves en France, mais hélas il n’y a encore rien pour les vélos électriques, qui ne sont toujours pas assez chers pour faire du bon gros business.

Mais que faut-il donc encourager à l’heure de la transition énergétique, quand on parle de bonus ECOLOGIQUE, les moyens de transport les plus vertueux ou ceux qui feront tourner à fond les usines automobiles et les centrales nucléaires ? Il faut rappeler que l’électricité n’est pas une énergie mais un transporteur d’énergie, au bout du fil il y a toujours une centrale électrique qui pollue.

Certes un vélo électrique est plus polluant qu’un vélo classique, mais il permet aussi d’agrandir le périmètre d’évolution (25 à 40 km) et donc concerne potentiellement de nombreux automobilistes qui pourraient troquer leur vieux diesel contre un VAE tout neuf. En proportion, l’état qui offre 25 à 30% du prix des véhicules aurait à débourser 300 à 400 euros par vélo, soit avec 10000 euros de quoi aider à l’achat de 25 vélos. Autant de voitures en moins dans les embouteillages, les voitures électriques elles, ne résoudront pas plus ce problème de congestion de nos villes que celui de la pollution qui n’est en fait que déplacée.

On pourrait aussi se poser la question à l’heure de l’égalité fiscale, des inégalités entre les usagers de la route. Pourquoi certains payent des taxes sur les carburants environ 75% du plein, alors qu’il n’est toujours pas question de taxer l’électricité dédiée au transport. On a pourtant su mettre en vente deux gazoles avec des taxes différentes, un pour le transport et un pour le chauffage. Avec les bornes de rechargement spécifiques aux voitures ça ne devrait pas être bien difficile à mettre en place, mais personne n’évoque cet aspect, c’est curieux. Le lobby de « l’atomobile » serait-il encore plus fort que ceux de l’atome et de l’automobile séparément?

On pourrait aussi se poser la question à l’heure du « made in France » de la distorsion du marché qui est induite en faveur des voitures électriques, au détriment des quelques fabricants de vélo électriques français. Ils sont bien silencieux ces derniers depuis des années, pourtant ils savent à l’occasion mettre en avant les primes qu’une poignée de grandes agglomérations allouent aux VAE comme Nice, Paris, Marseille*. Pourquoi ce silence ?

Au final, pour les piétons comme pour les cyclistes ce sera comme d’habitude, « circulez il n’y a rien à glaner ». La théorie du complot contre les « sans-voitures » serait-elle donc fondée ? (voir ici)

*Toujours pas de prime pour les VAE à Toulon.

Source: http://lamassecritique.fr/

Gilles

A propos de Gilles

Animateur du « Collectif pour l’Essor du vélo à Toulon »

24 commentaires sur “Le compte est bon pour les voitures électriques (nucléaires), jusqu’à 10000 Euros de bonus

  1. Raph

    >>> mais hélas il n’y a encore rien pour les vélos électriques
    Hélas, si ! La mairie de Paris accorde une subvention de 500€/vélo électrique neuf. Rien pour les vélo tout court.

    Mais on pourrait aussi n’imaginer aucune subvention : ni pour les autos (diesel sous-taxé, routes, place accordée aux électriques, primes à la casse, bonus « écologique », etc), ni pour les vélos et ainsi, laisser le marché ne pas être faussé par des mesures parfois plus inutiles que coûteuses.

    Cet argent épargné servirait à financer les TEC, le déficit ou tout simplement à ne pas augmenter les impôts.

  2. Pédibuspedibus

    « circulez il n’y a rien à glaner  »

    pour les modes actifs, et les glands, comme nous, qui ont choisi d’être droits comme la justice socio environnementale :

    et pourra même les injurier, en disant d’eux que ce sont des « cochons de payants »…

  3. Vincent

    Gilles > Le gouvernement a décidé de remettre à plat le système de bonus-malus écologique qui s’applique lors de l’achat de voitures neuves en France, mais hélas il n’y a encore rien pour les vélos électriques, qui ne sont toujours pas assez chers pour faire du bon gros business.

    C’est surtout que c’est un marché ultra-minoritaire.

    Déjà que le vélo – tout type confondu – représente moins de 1% des déplacements France entière et n’est, de fait, qu’un loisir dans l’écrasante majorité des cas (budget moyen : 260€)… le VAE est encore plus ridicule en terme de parts de marché.

    D’ailleurs, je constate souvent autour de moi que les gens ignorent même l’existence de VAE.

    > Il faut rappeler que l’électricité n’est pas une énergie mais un transporteur d’énergie, au bout du fil il y a toujours une centrale électrique qui pollue.

    Certes, mais entre une centrale au charbon en Allemagne (50% de l’électricité là-bas) qui pollue bien l’air et sacage le territoire pour l’extraction du minerai, et une centrale nucléaire qui ne pollue pas l’air et impose juste – pour le moment – de stocker 15.000m3* (dont seulement 0,2%** sont très fortement radioactifs et à vie longue) de déchets en plus chaque année et localisés, ça se discute.

    > Certes un vélo électrique est plus polluant qu’un vélo classique, mais il permet aussi d’agrandir le périmètre d’évolution (25 à 40 km) et donc concerne potentiellement de nombreux automobilistes qui pourraient troquer leur vieux diesel contre un VAE tout neuf.

    Le VAE n’a pas pour seul intérêt d’étendre les distances : c’est aussi indispensable pour monter des côtes sans être crevé/trempé (important quand on va au boulot et/ou qu’on n’a pas la forme physique) et aller plus vite (démarrage plus rapide à chaque feu, côtes rapides à monter).

    De toute façon, avec la déplétion du pétrole et le renchérissement de l’essence, et les inconvénients de la voiture électrique, les gens vont se rabattre de plus en plus sur le vélo et les mini-voitures.

    * http://www.planetoscope.com/nucleaire/634-production-de-dechets-nucleaires-en-france.html

    ** http://www.andra.fr/pages/fr/menu1/les-dechets-radioactifs/les-volumes-de-dechets-11.html

  4. Jean-Marc

    « C’est surtout que c’est un marché ultra-minoritaire »

    Pas vraiment :

    rappel :
    il s agit de prime à l ACHAT (de voitures électriques, hybride,..),
    et non pas de prime à l usage ou au km.

    Hors, il se vend, en france, PLUS de vélos que de voitures,
    et il se vend, en france plus de 50 VAE pour UNE seule voiture électrique

    => c est loin d être insignifiant niveau ventes.

    Bien sûr, les sommes ne sont pas équivalentes,
    mais, justement, ce qui compte, pour le gouvernement de TOUS les français, c est justement, de répartir ses efforts sur la plus grande population, en leur offrant un peu à tous,
    et en limitant les coûts (financier en l occurence, mais pas seulement) pour la collectivité,

    plutôt que d offrir beaucoup à une infime minorité (10 000€ de superbonus écologique à des CSP++ ou à des grosses boites comme la poste, vinci et véolia, qui n en ont aucunement besoin)

  5. Gillesgilles

    @Vincent
    « C’est surtout que c’est un marché ultra-minoritaire. »

    C’est bien pour cela que le potentiel de développement est énorme.Il faut le promouvoir.En comparaison la voiture électrique qui bénéficie déjà de la manne,de la pub ,de la promotion ne séduit toujours pas .Cet entêtement contribue à creuser inutilement le déficit public. Autant payer des chômeurs que de subventionner des emplois non durables et une industrie fortement polluante (batteries) pour engraisser des actionnaires privés.

    « …de déchets en plus chaque année et localisés, ça se discute. »
    Il est vrai que français supporte mieux la pollution à l’uranium du Niger qu’il préfère ignorer , plutôt que les particules fines qu’il ingère.

  6. Thomas

    D’accord avec Raph : la meilleur solution est de ne rien subventionner !
    Et si le gouvernement veut un levier pour influencer les comportement, il y a un outil très simple à mettre en œuvre c’est la taxe carbone. Et pourquoi pas la taxe atome !

  7. Raph

    @Thomas
    Jusqu’à présent, la taxe carbone n’a engendré que des effets indésirables : bonus carte grise pour les caisses diesel et trafic de crédits carbone pour ne citer qu’eux.
    Le premier est la pire catastrophe sanitaire et environnementale que j’ai connue depuis 1978.
    Le second, ce sont des fonds d’investissement spéculatifs qui plantent des arbres transgéniques en Afrique pour « équilibrer » la balance (et s’en foutre plein les fouilles)

  8. Thomas

    @Raph
    Les taxes carbone déjà en place, si je ne me trompe pas, sont plutôt des droits à polluer, des quotas, que les entreprises se voient accorder, et peuvent ensuite monnayer, d’où les trafics.
    Je pensais à une simple augmentation du prix de l’essence, via augmentation de la TIPP. Une taxation à la source des énergies non renouvelables. Je ne vois pas de défaut à ce système, si ce n’est qu’il peut être mal compris, surtout s’il est mal expliqué et dénigré par les politiques (« écologie punitive », etc)

  9. laurent

    Bien évidemment, pour beaucoup de politiques et notamment la harpie qui occupe le siège de ministre de l’environnement, la voiture électrique va tout résoudre.
    Or produire de l’électricité suppose des centrales électriques et en France, notre parc est vieillissant et suppose des investissements massifs.
    On risque de bien rire de la bêtise de nos politiques à l’avenir.

  10. Gillesgilles

    Pour en savoir plus voir France5 dimanche 12 octobre 2014 à 20h40

    http://bit.ly/1usbYlK

    RÉSUMÉ

    En théorie, la voiture électrique serait le véhicule idéal… Pourtant, de plus en plus de voix s’élèvent contre cette voiture dite verte…..

  11. Le Vélo Petit Canard

    Les adorateurs de l’électrique à toutes les sauces (bagnoles, vélos, etc.) oublient toujours qu’il faut des centrales nucléaires, donc beaucoup de béton, des déchets ingérables, des ressources exponentielles en eau (barrage de Sivens et autres), des pollutions multiples pour extraire le lithium qui s’épuise, du pétrole pour tout acheminer, etc. Donc oui cette prime est scandaleuse, oui l’électrique c’est de la merde technoscientiste ultra-polluante.
    Quant à dire qu’il faut de l’électrique pour remonter les cotes, ben il suffit d’installer un remonte-pente vélo comme en Finlande et ça coute très peu, c’est pour tout le monde (pas que pour les bobos qui veulent se la peter, 1000 euros le mètre) donc arretez de nous bassiner avec vos délires « électrique » !

  12. Gillesgilles

    @Le Vélo Petit Canard
    Et pour le mistral de face on fait comment ?

    Le rapport de poids entre voiture et vélo avec conducteur est de l’ordre de 1/20 . Donc le poids de la batterie au moins dans le même rapport. Mais comme l’objectif de vitesse est de 25 km/h seulement pour un VAE homologué contre n’importe quoi pour les futures VE (100km/h ou 130km/h ) le poids de leurs batteries sera considérable et le besoin en matières précieuses, rares, polluantes sera aussi dans les mêmes proportions.
    Les besoins d’énergie des VAE pourrait être couvert par les offres d’électricité durable, ce ne sera pas le cas pour les VE. De plus mettre des prises pour les vélos dans des parkings sécurisés ne prendra pas plus de place sur le domaine public , les coûts d’installation resteront faibles .Il ne faut peut-être pas mettre Vélos à assistance électrique et voitures électriques dans le même panier.
    La promotion des voitures électriques verrouille l’option nucléaire pour des décennies.

  13. le vélo petit canard

    Le mistral c’est tous les jours ? Les délires techno-scientistes n’ont pas de limite, les VAE si ! Ce n’est absolument pas durable, d’ici une vingtaine d’année les réserves en lithium seront quasi-épuisée et il y aura encore du mistral. Fais toi les mollets !

  14. Po2slop

    @Gilles et Velopetitcanard

    Le rapport de poids entre batterie VAE et batterie voiture électrique est de 100 …

    Les remontes pentes vélo: ce serait l’idéale, mais vu là considération de nos pouvoirs publiques pour le vélo, on peut attendre très longtemps …

  15. Po2slop

    Ensuite

    Les centrales nucléaires et le VAE: La moitié de l’énergie photo-voltaïque française suffirait a recharger tous les Vae nécessaires pour remplacer tous les déplacements en voitures (hypothèse au pire cas prise en compte, c’est a dire nombre total de véhicule vp et vu léger avec le kilométrage moyen A/R journalier).
    Sachant que le photo-voltaïque est l’énergie là moins dense dans le mix énergétique français, loin derrière l’éolien qui est lui même est loin derrière l’hydraulique.

    Bien sur, dans là réalité, le vae n’est pas nécessaire pour remplacer tous les déplacement en voiture. Vélo, pied, transport en commun suffirait pour une majorité de là population.

    Donc le vae est compatible avec une sortie du nucléaire, ce qui n’est pas le cas de là voiture électrique.

  16. emmp

    Po2slop, as-tu des sources ou des chiffres pour étayer tes affirmations ? L’hypothèse et le calcul de remplacement des voitures, par exemple, qui les a montés et développés ?
    Ce commentaire n’est pas une attaque, disons tout au plus une manifestation de ma surprise et une envie de détails ;-).

  17. Jean-Marc

    @ emmp et Po2slop,

    Je ne sais pas si qq un s est amusé à faire le calcul pour les VAE et dérivés.

    Mais le projet « cyclologistic » de l union européenne (du programme sur l’utilisation de l énergie) a sorti les résultats de 2,5 années de travail, sur les possibilités de transfert des trajets actuellement présents dans l UE vers le vélo et ses dérivés (biporteurs, triporteurs, tricycles, ou autres, SANS AE) :

    http://www.copenhagenize.com/2013/10/the-massive-potential-of-shifting-trips.html

    résultats :
    ils estiment que :
    42% de tous les trajets motorisés urbains de l UE pourraient être fait en « vélogistique » ou vélo

    et que 51% de tous les trajets urbains de transports individuels motorisés de marchandises (privés et commerciaux) pourraient être fait en vélo ou vélogistique.

    Bien sûr, le fait que cela soit possible (dès aujourd’hui), ne veut pas dire que cela soit un jour atteint.

    Par contre, on peut tendre progressivement vers ces chiffres, avec, ainsi, un remodelage urbain (diminution de la voirie et des parkings, pour les parcs ou batiments) obtenu par ces changements progressifs de mode de transports… qui feront boule de neige

    (re-densification des villes,
    donc augmentation de l attrait de la vélogistique, et des modes actifs…
    permettant une plus forte densification de la ville,
    etc etc)

    Bon, celà ne concerne « que » les trajets urbains = les trajets des derniers kilomètres :
    aller faire ses courses, aller au boulot, aller chercher ses enfants, livrer un colis lors d’une tournée à partir d’une plateforme de messagerie (elle-même pouvant être approvisionnée par le train), …

    Mais cela montre bien la marge de progression faisable dès aujourd’hui.

    N.B.
    et cela existe deja en france :
    http://carfree.fr/index.php/2014/09/22/les-boites-a-velo-le-collectif-nantais-monte-sur-deux-ou-trois-roues/

  18. Po2slop

    @ emmp
    Pas de problème, c’est normal de demander des chiffes pour étayer une affirmation …
    Le calcul, c’est moi qui l’ai fait. Je voulais poster un article il y a déjà un an, mais ayant le souci de bien le rédiger et faute de temps, je me cantonne a quelques commentaires du fond de mon train.

  19. Po2slop

    En attendant cet article, toutes, les données peuvent être trouvées sur internet, sauf une que je n’ai pas trouvé de source fiable: la consommation à là prise d’un vae (conso qui prend en compte le rendement du chargeur, de la batterie et du moteur).
    Du coup j’ai relevé cette consommation moi même sur 2 vae de qualité différente, dont l’un sur plus de 1 an, avec diverses conditions météo, divers niveau d’assistance, et diverses charges.
    Je donnerais la valeur moyenne prise en compte dans la journée (je suis dans le train)

  20. Gari

    10 000€ d’argent public pour l’achat d’une bagnole… C’est vraiment écœurant…

    Effectivement, le minimum, ce serait qu’on fournisse également les même 10 000€ pour l’achat de vélos pas électriques du tout ! Après tout, ça « relance » tout autant la « croissance » et c’est quand même un poil plus écologique que la bagnole ! Et avec 10 000€, je saurais exactement quoi acheter comme vélo, pas de soucis !

    Mais je suis d’accord avec Raph également : arrêtons de subventionner à tout crins tous ces machins polluant et réutilisons l’argent économisé pour financer les TC et autres modes de transport alternatifs (et même des projets de réduction du besoin maladif de « mobilité »…)

  21. R. TiaR. Tia

    Bonjour
    Pour info, les « Velib » de Madrid sont des VAE qui semblent bien utilisés. Par ricochet, il semble que les VAE personnels soient aussi assez nombreux.
    Je n’ai pas d’autres informations (nombre total, coût annuel,…)

    Cyclistement vôtre.

    2 photos pour illustrer :

    https://dl.dropboxusercontent.com/u/102700671/Transports/Madrid-VAE_libre_service-Ratelier.jpg
    https://dl.dropboxusercontent.com/u/102700671/Transports/Madrid-VAE_libre_service-Console.jpg

  22. R. TiaR. Tia

    Suite du post précédent

    Retrouvés dans le Figaro du 2 février 2014, voici les chiffres prévus :
    Les premiers vélos à louer en libre-service à Madrid, les « BiciMad », seront disponibles à partir du 1er mai et seront électriques, a annoncé aujourd’hui la mairie de Madrid. « Dans une première phase, 1500 bicyclettes seront mises à disposition et toutes seront électriques » dans une centaine de stations, a déclaré à l’AFP une porte-parole de la municipalité. Au total, 120 stations et 3120 points d’ancrage pour les vélos devraient être installés.

    Le contrat, d’un montant de 25 millions d’euros, attribué à la société BonoPark, entre dans le cadre d’un nouveau plan de gestion de la circulation dans la capitale espagnole, de 884 millions d’euros adopté en juillet 2013, selon un communiqué de la mairie.

    Plus de 60 kilomètres de pistes cyclables sont également prévus.
    Un système de vélos en libre-service existe déjà dans plusieurs villes d’Espagne, dont Barcelone et Valence (est), notamment un de vélos électriques à San Sébastien, au Pays basque.

    Le vélo en libre-service de Madrid vient s’ajouter aux quelque 400 systèmes existant dans le monde, proposant au total 700.000 vélos, selon une étude publiée en décembre par l’ITDP, un groupe de réflexion de Washington sur les questions de transport.

    2 autres photos du guidon :
    https://dl.dropboxusercontent.com/u/102700671/Transports/Madrid-Bicimad-Commande_guidon.jpg
    https://dl.dropboxusercontent.com/u/102700671/Transports/Madrid-Bicimad-notice_guidon.jpg

  23. Dubief

    Le calcul pour l’électricité solaire alimentant les véhicules électriques qui remplaceraient tous les véhicules à essence ou au gazole, du scooter au camion de 35 tonnes a été fait.

    Cela prend d’ailleurs 120 fois moins de place que les agrocarburants incorporés au taux de 7% dans les carburants et pas pour des terres agricoles.

    http://energeia.voila.net/transport/agrocarburant_pv.htm

    Car en dehors du fait que la réduction de la voiture, comme celle des camions, est une nécessité, il ne faut pas croire que la seule façon de produire de l’électricité soit avec du nucléaire, du charbon ou du gaz.

    Les énergies renouvelables, qui sont complémentaires, peuvent être développées et produire à la fois l’électricité consommée actuellement et celle pour des véhicules électriques.

    Mais aussi avec efficacité et sobriété (négawatt+négapétrole).

Les commentaires sont clos.