Les principales marques de vélos cargo circulant à Amsterdam

Impossible, même lors d’un court passage à Amsterdam, de ne pas remarquer les nombreux vélos cargo qui circulent quotidiennement dans cette ville. Trois principales marques (hollandaises bien sur) se partagent la quasi totalité du marché. Il s’agit de Bakfiets, Babboe et Urban Arrow. La première, qui a vu le jour en 1999, se démarque avec de nombreuses options, accessoires et coloris. La seconde commercialise depuis 2007, une large gamme qui peut être équipée de deux systèmes d’assistance (moteur dans le moyeu arrière ou pédalier). La dernière fondée en 2010, ne propose que des modèles équipés d’une assistance Bosch. Ils sont composés de matériaux plus légers mais tout aussi résistants (cadre en aluminium et caisse en polypropylène expansé).










A Strasbourg et en France ces trois marques sont également les plus courantes. Elles permettent aisément de trouver le vélo cargo adapté à ses besoins, qu’il soit sur deux ou trois roues, avec ou sans moteur ou destiné au transport d’enfants ou de marchandises. Et si jamais, ces fabricants ne répondent pas à vos besoins, d’autres entreprises danoises, allemandes voire françaises sauront à coup sûr vous faire oublier votre voiture ou votre camionnette.

Source: http://www.ibikestrasbourg.com

I Bike Strasbourg

A propos de I Bike Strasbourg

Le blog de la culture vélo à Strasbourg...

8 commentaires sur “Les principales marques de vélos cargo circulant à Amsterdam

  1. Prolo

    Ça me perturbe de voir des véhicules avec la charge devant le conducteur… spontanément j’aurais imaginé un vélo cargo dans l’autre sens : le conducteur devant, la charge derrière (au niveau de la/les roues arrières).

    Il me semble que c’est plus pénible de diriger/stabiliser un vélo avec 40kg de « masse inerte » sur la roue avant, au lieu de les mettre sur la roue arrière.

    D’où ma question : pourquoi le coffre est devant ?

  2. Adri1Adri1

    Yes, bon résumé de certains « poids lourds » du vélo cargo. 🙂

    Et dans les autres sociétés brièvement évoquées on peut notamment citer les suivantes :

    Larry vs Harry et le fameux Bullitt : une machine de guerre largement déclinable selon les options possibles du fabricant, et même possible à équiper selon ses besoins / envies / inspirations à partir du kit cadre.  En cherchant un peu sur Gogol ou Pine-tes-restes, on tombe même sur des plans de caisse home made à monter dessus, ce qui a le mérite si l’on est un peu bricoleur de faire considérablement baisser le prix de revient du bébé.

    Douze Cycle, astucieux système de cargo démontable via un système de couplage par le milieu du cadre, d’où possibilité de l’emmener en vacances avec soi et de moduler plusieurs dimensions de plateaux en fonction de ses besoins. Mais attention, ça réclame alors quand même un certain budget. 😉

    A noter : le Douze est désormais équipé d’une direction par câbles, un petit raffinement qui permet un rayon de braquage plus conséquent que sur un Bullitt par exemple. Quoique sur le biporteur de LvsH ce soit déjà largement suffisant, sauf en cas de demi-tour sur place bien entendu. ;D

    Work Cycles, avec le Kr8, leur version du Bakfiets, qui ne souffre pas de la comparaison avec ce dernier.

    Je précise que je ne suis ni vendeur ni distributeur d’aucune de ces marques (mouahaha je me suis fait tailler les oreilles en pointe avec le casque Pastèque y a pas longtemps), simplement fervent promoteur de la vélogistique personnelle. Sinon je ne traînerais pas par ici, vous me direz ! 😉

     

  3. Adri1Adri1

    Hello Prolo,

    Le coffre devant permet de disposer la charge avec un centre de gravité plus bas, du coup il y a moins de difficultés à stabiliser le chargement qu’il n’y paraît. Le rayon de braquage est d’ailleurs assez conséquent même s’il faut s’habituer à la roue avant à un bon mètre 50 devant ton nez. Sûr que tu ne peux pas alors rouler en fixant la roue avant comme je vois d’aucuns faire sur des vélos classiques. 😉

    Là, tu dois regarder où tu vas, et pas où tu es. Ca se rapprocherait de la moto semble-t-il.

    Mais en gros, à part au démarrage où ça réclame un peu de pratique au début (on prend le coup en 1/2 heure environ) ça se comporte comme une brouette avec des pédales, avec le poids sur la roue avant qui stabilise la direction. Et comme une brouette, tu peux mettre soit plein de petits colis dedans, soit un ou deux gros. C’est pratique et aussi un gravement addictif. 😉

    Autre avantage du cargo biporteur : tout le mécanisme de changement de vitesse (dérailleurs comme moyeux à vitesses intégrées) ne nécessite pas de câblerie plus longue que sur un vélo ordinaire, et la chaîne est de longueur standard. Exception faite du frein avant, tu n’es donc pas obligé de recourir à des câbles de tandem ou à une double chaîne (qui aurait je pense plus rapidement tendance à se détendre au vu du poids supplémentaire qu’elle subirait).

    Maintenant, tu as aussi des « longtails » pour ceux qui préfèrent, c’est à dire typiquement ce que tu conçois en parlant de vélos portant le poids aux alentours de / par-dessus la roue arrière. Voir le Surly Big Dummy, le Yuba Mundo, ou le Kona Ute pour citer les trois plus célèbres représentant de ce type de bête de somme. 🙂

  4. JMB

    « Là, tu dois regarder où tu vas, et pas où tu es. Ca se rapprocherait de la moto semble-t-il. »

    Pour rester dans l’esprit carfree, je me permets de transformer cette phrase pour donner :
    « Là, tu dois regarder où tu vas, et pas où tu es. Ca se rapprocherait du vélo couché semble-t-il. »

    😉

     

  5. Adri1Adri1

    Bonne correction pour les similitudes vélo couché / vélo cargo. 🙂 Ce qui me rappelle que mon couché n’est pas sorti du garage depuis un moment, ‘faudrait vraiment que je ressorte faire un tour avec !

    C’est surtout le Bullitt qui sert en ce moment, pour le vélotaf et les courses. Cause travaux à la maison qui prennent pas mal de temps libre. :/

     

  6. Prolo

    @Adri1 :

    Merci pour les précisions. J’avais pour expérience des charges placée plus haut (panier au niveau du guidon, ou bien un passager assis dessus..). C’est certain que la charge placée le plus bas possible change tout. Et effectivement ça évite de modifier toute la transmission arrière.

  7. Ludovic Brenta

    Les cadres de Babboe sont fabriqués en Chine.

    Les cadres de WorkCycles, Bakfiets et Onderwater (https://www.onderwaterfiets.nl) sont fabriqués par Azor aux Pays-Bas.

    Douze est une marque française, assemblée (donc pas fabriquée) en France.

    Il existe aussi les marques danoises Nihola et Christiania, plus anciennes et avec davantage d’expérience que toutes les autres citées dans cet article.

    Je ne sais pas qui fabrique les cadres de Gazelle (modèle Cabby), ni ceux de Urban Arrow, deux marques hollandaises.

  8. Aurélien

    Bonjour à tous,

    il existe une nouvelle marque de vélo cargo Made In France, VUF (vélo utilitaire français) fabriqués et assemblés dans le sud ouest de la france.
    Ce sont des vélos à trois roues (2 roues à l’arrière, 1 roue à l’avant) hyper compact, modulaire (on peut rouler avec des caisses ou des remorques si on veut transporter jusqu’à 300 kg et 2m3) et ils sont dotés d’une direction pendulaire pour rendre la conduite plus sécure lorsque le vélo est chargé.(https://www.youtube.com/watch?v=86mecECWG2A)

    C’est un produit super et ils commencent à s’en vendre pas mal: vufbikes.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.