Le Rallye Nanar des Gros Cons aura bien lieu en 2019, en Amérique du Sud

Vous serez comblés d’apprendre que le Rallye Nanar revient en 2019, et ira à nouveau polluer les terres d’Amérique du Sud ! Vous comprenez, l’Afrique, avec Boko Haram, les jihadistes, les zig-zag entre les différentes zones de tensions locales, les potentats, la situation tendue en Tunisie comme en Libye, ça devenait sacrément compliqué d’assurer la sécurité des « crétins bariolés ». Manquerait plus qu’un richard européen avide de sensations fortes se fasse dézinguer alors qu’il s’amuse innocemment à dégueulasser un pays loin de chez lui au son délicat de son V6 de plus de 300 chevaux… Lire la suite…

Les « débiles sociaux »

Plus c’est gros, plus ça passe. Le même sénateur qui voulait imposer le casque aux cyclistes en 2016 est aujourd’hui contre la limitation de vitesse à 80 km/heure sur les routes. Hervé Maurey, sénateur centriste de l’Eure et président de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, montre ainsi toute la flexibilité de ses conceptions en matière de sécurité routière. Quand il s’agit des vélos, il faut imposer des mesures contraignantes comme le casque obligatoire, quand il s’agit des automobilistes, imposer le 80 km/heure sur les routes serait « une mesure attentatoire aux libertés« … Lire la suite…

Coup de gueule !

Dans ma ville, en matière de circulation, on cherche le consensus : à la fois favoriser et faciliter aux automobilistes l’accès au centre ville et à ses commerçants, y proposer des stationnements. À la fois développer les transports en communs (bus et tramway), les parkings décentrés, les pistes cyclables, des parkings vélos, des voies vélos à contre sens, etc. On ne peut pas dire que rien n’est fait pour développer l’usage de moyens de transports alternatifs, et entre autres du vélo. En même temps, peut-on vraiment favoriser ces autres moyens sans interdire (ouh le vilain mot qu’on n’aime pas entendre ou lire…) des ruelles, des rues, des quartiers à la circulation automobile? Lire la suite…

Armes chimiques, parlons-en !

En avril 2018, les journalistes médusés informaient les téléspectateurs français qu’une « attaque chimique perpétrée par le régime syrien » avait eu lieu contre des populations civiles de la ville de Douma, dernier bastion islamiste du secteur de la Ghouta orientale en périphérie de Damas… Pour les puissances militaires occidentales définissant les « axes du bien et du mal » à la surface de la Terre depuis le premier partage du monde durant la Grande Guerre, il y a eu la faute grave du fameux « franchissement d’une ligne rouge, » justifiant en punition une frappe conventionnelle. Une centaine de missiles sanctions furent donc tirés par les Etats-Unis, la France et l’Angleterre. Lire la suite…

Grève de la pensée

Le réchauffement climatique, c’est pas très fun. La finitude des matériaux, pas ultra poilant non plus. Et je ne vous parle pas de la rareté de l’énergie, dont on ne se dilate pas la rate avec facilité. Il faut donc faire preuve de compréhension vis-à-vis de Jean Savary qui, sur Cradisiac, théorise pour réveiller nos zygomatiques que la voiture est un véhicule d’avenir propre à supplanter le train. Lequel sent un peu le moisi, parce qu’il n’est pas rentable, saloperie! Lire la suite…

Comment la dette de la SNCF enrichit les marchés financiers, au détriment des cheminots et des usagers

Sous prétexte de sauver la SNCF, endettée de près de 50 milliards d’euros, le gouvernement Philippe prépare une profonde réforme du secteur ferroviaire, ouvrant la porte à sa privatisation de fait. Présentée comme la conséquence de performances insuffisantes de l’entreprise, cette dette résulte pourtant très largement de choix politiques et organisationnels antérieurs. Loin des fantasmes sur le statut des cheminots, Basta ! retrace l’histoire de cet endettement, qui constitue aussi une rente annuelle de plus d’un milliard d’euros pour les marchés financiers. Pour en venir à bout, d’autres solutions sont possibles. Lire la suite…

Quelles technologies pour une société durable ?

Un de mes anciens professeurs m’a récemment invité à CentraleSupélec pour donner une conférence dans le cadre de son cours sur le développement durable. Les enjeux globaux liés à l’énergie, le climat, l’économie, les ressources minérales, l’eau et l’agriculture étant déjà abordés par d’autres intervenants, j’ai choisi de m’attarder sur une thématique plus concrète pour un public de jeunes ingénieurs: la technologie. Lire la suite…

Assistés !

Ces derniers temps, les assistés montent au créneau, contre une nouvelle réduction, leurs représentants politiques, FN, républicains et acolytes menant la fronde. Ces pauvres victimes vont perdre 10 km/h sur une partie des routes. Comme toujours, victimes, vaches à lait, la misère du monde retombe sur les automobilistes, cette minorité détestée ! Lire la suite…

Une innovation technologique pourrait révolutionner les transports

C’est une véritable nouvelle technologie émergente qui risque de bouleversifier le paysage du transport et de la mobilité. Imaginez un nouveau mode de déplacement individuel peu coûteux, évidemment non polluant, rapide et efficace, silencieux et respectueux du climat. Cette nouvelle technologie risque fort de révolutionner les transports. Lire la suite…

Les « innovations » d’Elon Musk ne sont pas l’avenir – elles le retardent

Les PDG de la Silicon Valley ne manquent pas de grandes idées dans le domaine du transport. Dans leur vision du futur, nous utiliserons des voitures autonomes pour parcourir de courtes distances – nous pourrions même nous déplacer en voiture dans un réseau de tunnels souterrains soi-disant plus rapides – et pour les déplacements interurbains, nous nous enfermerons dans des tubes sous vide qui nous mèneront à destination à la vitesse de 1 200 km à l’heure. Lire la suite…

L’Esprit du Capitalisme (4/4)

Le Big Bang Atomique père de l’Apartheid

En 1948, l’année même de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, un régime de type nazi avec les mêmes standards idéologiques racistes et ségrégationnistes se met en place en Afrique du Sud. Le politologue Franco-Africain Apoli Bertrand Kameni mène l’enquête et pose une question simple : « Pourquoi le régime de l’Apartheid naît-il en Afrique du Sud en 1948 ? » Lire la suite…