Le Futur cauchemardesque de l’automobile

Certains pensent que le problème de l’automobile n’en sera plus un dans quelques années, lorsque la technologie aura évolué et que les principaux inconvénients de l’automobile actuelle ne seront plus qu’un mauvais souvenir (pollution, énergie, insécurité, bruit, etc.).

Cette « croyance absolue » dans le progrès technologique et dans les bienfaits de la science illustre, une fois de plus, que les partisans de l’automobile sont restés de grands enfants, qui veulent croire qu’on ne leur enlèvera pas leur jouet, quand bien même ce « jouet » est la cause de millions de morts tous les ans sur la planète… Certains, conscients du fait que l’automobile actuelle est une « arme de destruction massive« , élaborent même de nouveaux jouets, toujours « plus propres », « plus sûrs », plus « adaptés à la ville », plus « respectueux de l’environnement », etc.

Les chercheurs de l’INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique), de l’INRETS (Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité), de l’ENPC (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées) et de tout un ensemble de groupes de recherche internationaux font partie de ces grands enfants. Mais, à la différence d’enfants qui jouent dans leur coin sans conséquences, ces « spécialistes » sont en train de nous préparer « la ville de demain » et les « réseaux de transports du futur », tout cela bien sûr à base de financements publics français et européens et avec, évidemment, des « partenariats » avec des constructeurs d’automobiles privés dont on connaît la grande « objectivité scientifique »… le tout, dans la plus parfaite opacité!


La « route intelligente » vue par les chercheurs de l’INRIA…

Cependant, pas de mauvais esprit! Avec le risque de passer pour les éternels « réfractaires au progrès », nous allons essayer de montrer en quoi, ces projets, qui peuvent être intéressants sur certains aspects, sont loin de résoudre tous les problèmes posés par l’automobile actuelle et peuvent même s’avérer être très inquiétants sur d’autres aspects.

Tout d’abord, ces projets de « routes automatisées », de « voitures intelligentes » ou autres « voitures sans conducteurs » sont loin d’être marginaux. Une simple ballade sur le web nous conduit très vite à des sites comme www.lara.prd.fr (La Route Automatisée), www.cybercars.org ( Cybernetic Technologies for the Car in the City), www.netmobil.org ( New Transport System Concepts for Enhanced and Sustainable Personal Urban Mobility), www.cybermove.org ( Cybernetic Transportation Systems for the Cities of Tomorrow ), etc.

En gros, de quoi s’agit-il? Tous ces projets nous proposent en fait les « voitures de demain », qui devraient être des voitures sans nécessité de conducteur (sic!) sur des « routes automatisées ou intelligentes » (re-sic!), le tout géré par informatique. L’objectif n’est rien de moins que la disparition de l’automobile traditionnelle en ville pour un « transport public individualisé » et la création d’infrastructures spécifiques dédiées à ces véhicules pour l’interurbain.

En effet, deux types de projets se distinguent assez nettement :

  • un aspect « véhicules urbains de centre-ville » roulant à faible vitesse et donc en « harmonie avec les piétons » (10km/h) – ce qui peut éventuellement être intéressant dans les zones très centrales des villes pour des raisons de sécurité et de pollution,
  • un aspect plus proche d’une vision déshumanisée à la Tarkovsky (dans son film Solaris) avec des voies spécifiques démultipliées, comme autant de « coupures routières » dans les paysages, avec des autoroutes urbaines à plusieurs étages comme autant de voies en « site propre » pour des véhicules particuliers automatisés; en effet, il apparaît assez clairement que « la voiture automatique ne peut vivre en harmonie avec les autres voitures« . Les bétonneurs du Ministère de l’Equipement et des groupes privés de construction vont pouvoir se faire une nouvelle santé!


RUF: Dual Mode Transport System ou la « ville révée » selon CyberCars…

Toujours plus de consommation d’espace

Les promoteurs de ce type de projets nous parlent également de « transport public individualisé » et, avec une certaine volonté objective de désinformation, défendent l’idée de véhicules à 15.000 euros pour justifier un avantage comparatif par rapport au coût très élevé des tramways par exemple: « On pourra alors envisager l’achat de flottes de plusieurs milliers de voitures pour le prix d’un tramway « . (Source : Nouvel Obs)

D’une part, une ligne de tramway peut transporter jusqu’à 100.000 personnes au moins par jour si elle est bien pensée (capacité + fréquence). Plusieurs milliers de voitures « intelligentes » ne transporteront « que quelques milliers de personnes » tout au plus!

D’autre part, on voit poindre ici la critique essentielle de ce type de projet: la consommation d’espace que cela suppose. Même dans l’hypothèse (optimiste) où des choix politiques forts imposeraient ce type de véhicules sur les infrastructures routières existantes (en lieu et place des voitures actuelles), cela ne résout en rien le problème des villes et des territoires accaparés par les réseaux de transport. S’il faut construire de nouvelles infrastructures (en plus de celles dédiées aux voitures actuelles), alors là, on s’oriente carrément vers la vision cauchemardesque décrite plus haut.

En outre, on peut se demander où tous ces projets ont-ils prévus de faire passer alors les piétons et les vélos?


Si si, regardez bien, il y a encore des vélos en bas à gauche et des piétons au fond à droite!

Vers une plus grande ségrégation sociale et spatiale

Egalement, il faudra nous expliquer ce qu’est vraiment un « transport public individualisé« : en tout cas, ce n’est pas un « transport en commun »! Ces projets répondent sans doute à une « demande sociale de ségrégation qui se manifeste spatialement » grâce, ou plutôt à cause de l’automobile. Tous ces projets risquent d’accroître encore plus l’individualisation de nos sociétés et s’insèrent parfaitement dans la logique actuelle : télé-surveillance, vidéo-surveillance, contrôle social, villes et quartiers privés, ségrégation sociale et spatiale, etc.)


Projet netmobil, ça fait peur!

Quid de la sécurité?

Enfin, il semble nécessaire de soulever un problème important qui est loin d’être trivial, la sécurité informatique de ces systèmes. Un cauchemar technique est envisageable, et il est possible de s’interroger sur la fiabilité de ces systèmes face aux risques de pannes ou même de malveillances. La revue zataz.com (le meilleur titre sur ces questions) avait signalé il y a quelques mois qu’un hacker britannique avait réussit à prendre le contrôle durant presque une journée de la signalisation d’une société d’autoroute. Belle performance, bien qu’il manquait d’imagination car il se contenta de faire afficher par tous les panneaux de l’autoroute « fuck you ». Vous voyez où je veux en venir, quid si des hackers ou des terroristes prennent le contrôle d’un tel système et « s’amusent » à provoquer des accidents. Bien pire encore sur ces projets délirants d’autoroutes ultra rapides avec véhicules rapprochés à quelques mètres… Une gestion centralisée devient alors beaucoup moins efficace sur le plan de la sécurité, car les automobilistes peuvent gérer de manière décentralisée les situations de crise, tandis qu’un système centralisé défaillant en est totalement incapable!

Vous pensez sans doute que tout ceci n’est que science-fiction, projets à long terme dont vous ne verrez peut-être jamais la réalisation. Détrompez-vous! Voici un projet de route automatisée en Ile de France pour 2030, tiré du site de l’ENPC.


La « route automatisée » prévue pour l’Ile-de-France…

Le « réseau rapide nouveau en 2020 » est représenté en bleu foncé et la route automatisée apparaît en rouge! Voici les conclusions de cette étude: « On peut donc, sans grand risque d’erreur, avancer que la route automatisée est une option économiquement intéressante pour la Région Ile-de-France et qu’il conviendrait d’en analyser un projet plus précis avec des moyens appropriés« !!! Appréciez le « sans grand risque d’erreur« , c’est le même qui est utilisé depuis des décennies pour justifier la construction de nouvelles routes, rapidement congestionnées et justifiant… la création de nouvelles routes!

Egalement, il faut savoir que des « études de faisabilité » ont déjà été réalisées pour les villes d’Antibes, Nancy ou Copenhague pour les plus importantes et que les « sites » de Biarritz, Coimbra (Portugal), La Rochelle ou même Rome sont déjà « sélectionnés ».

Le futur est en marche… ou plutôt en voiture! Les projets d’automobile du futur ne sont pas plus rassurants. Et si on allait plutôt faire un tour du côté d’Illichville?

Source : Marcel Robert, Pour en finir avec la société de l’automobile, CarFree Editions

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

4 commentaires sur “Le Futur cauchemardesque de l’automobile

  1. Romain

    Il me semble tout de même que les dernières recherches sur la sécurité et la gestion des réseaux routiers ne vont pas tout à fait dans ce sens car s’il y a bien des recherches sur l’automatisation de la conduite, les solutions techniques actuelles (travaux de Volvo par exemple ou de Lexus qui possède déjà de tels systèmes en option) vont toutes dans le même sens: une gestion individuelle de la distance, du freinage d’urgence et du changement brusque de direction. Il s’agit donc d’un renforcement de la sécurité anti-collision qui n’est pas du tout centralisé et qui élimine donc le pb du hacker (ils sont pas fous n’ont plus les mecs sinon autant donné les clés de missiles nucléaires). De plus, sur le long terme, ces systèmes peuvent considérablement réduire les embouteillages qui selon une étude (simulation de véhicules roulants sur l’autoroute entre lyon et marseille) les bouchons que l’on connait tous chaque vacances ne sont la faute que des changement de file et autre accélération/freinage à tout va des mecs qui savent pas conduire. En réalité, l’étude montre que si chaque véhicule roulait à la même vitesse de 130 km/h et respectait les distances de sécurité, il n’y aurait aucun bouchon même en augmentant le nombre de véhicules. Enfin rappelons que ces systèmes n’ont aucun interêt en ville et que les réseaux urbains présentés ici ne sont qu’utopie mais que les recherches vont plutot dans le sens de transports en commun type métros ou tramways mais – oui en effet – entièrement automatisés de manière à en accroitre la fréquence et la rapidité. Mais n’est-ce pas déjà le cas sur la ligne 14 du métro parisien ? et qui s’en plaint ? Pour moi le problème n’est pas réellement celui-ci mais la nécessité de ne plus étendre les villes (comme en île de france par ex) et construire avec une architecture en hauteur sans biensur dépasser un certain nombre d’étages puisqu’après celà devient contre-productif en terme d’écologie (les renforcements structurels sont telles que la quantité de matériaux et d’énergie utilisée pour une tour devient supérieure à celle de 2 plus petites). Et puis socialement, de grands ensembles biens pensés (pas comme ceux construits dans les années 60) n’ont plus les défauts désastreux que l’on a connu.

  2. Randonneur

    Je crois le plus important n’est pas le progrès technologique lui même, mais ce qu’on en fait, et a ce niveau il y a bien évidemment des progrès à faire 🙂

  3. CarFree

    Le problème massif de ces solutions tient à mon avis dans le fait qu’il sera politiquement impossible de remplacer les réseaux de transport routier actuels (routes et autoroutes) par ces routes automatiques. Elles viendront se superposer aux réseaux actuels, engendrant davantage de circulation, de voitures, de bitume et d’asphalte, de coupures, de détours pour les piétons et les vélos, de bruit, de pollution, etc.

  4. mauriange

    Sur 1OO litres d essence 80 sont perdus par le moteur a piston reste20 litres utiles,15% par la BV reste17, perte roulage pneu 25 % reste 12,75 ,perte Cx a 90 Km/H 40 % !!!!! reste 7,6 %de puissance a la ROUE !!! TRES SERIEUSEMENT: Le moteur sera a poudre explosive propre (zero petrole) la carrosserie de type « zodiac »(zero victimes) et des NON-ROUES a adherences variables ; Avis aux constructeurs 1 300 000 000 de vehicules a transformer et 110 ooo ooo neufs a realiser par an .130 ans de boulot !!! Le prix total cession complete des secrets en une fois non negoçiable ,divulgation sous caution minimale de 85 MILLARDS D EUROS pour le monde entier. C . R . TM et Secrets 4 juillet 2009.TOUS DROITS RESERVES. Signé G A A MAURIANGE .

Les commentaires sont clos.