Les Transports Collectifs en Site Propre vont se développer hors Île-de-France

tcsp

Après l’appel à projets « Transports collectifs en site propre hors Île-de-France », voici les premiers projets des autorités organisatrices de transport. Une quarantaine d’autorités organisatrices ont répondu en effet à l’appel à projets transports collectifs en site propre (TCSP) hors Île-de-France : ces dernières ont présenté plus de cinquante projets.

Cette dynamique dépasse largement les prévisions du MEEDDAT (Ministère de l’Écologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire). Au total, les autorités organisatrices de transport (AOT) concourent à plus de 900 M€ de subventions. Par conséquent, l’enveloppe de 710 M€ s’avère manifestement insuffisante pour répondre aux besoins des collectivités locales qui prévoient d’investir plus de 7 milliards €.

L’appel à projets

Cet appel à projet représente la première tranche de l’enveloppe de 2,5 milliards € prévue dans la loi « Grenelle 1 » pour le développement des TCSP hors Île-de-France. Il propose 710 M € d’aides de l’État pour les projets dont les travaux commencent avant fin 2011. Sur ce montant global, 260 M€ sont destinés au désenclavement des quartiers identifiés « Plan Espoir Banlieue ». Selon le calendrier proposé, un jury présidé par Jean-Louis BORLOO se réunira dans le courant de la première quinzaine de mars. Ce jury sera notamment composé de représentants du MEEDDAT, du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Emploi, du ministère du Logement et de la Ville, du GART, de l’ADEME et de l’ANRU. Jean-Louis Borloo devrait ensuite faire connaître le montant des aides attribuées aux différents projets. Un deuxième appel à projet est déjà annoncé pour 2010 : toutefois nous ne connaissons ni la date de lancement, ni le montant de l’enveloppe proposée, ni les orientations prévues par celui-ci. Néanmoins, bon nombre d’AOT ont déjà fait connaître leur intention de bénéficier des aides de l’État au cours de ce deuxième appel à projets.

Favoriser le report modal de la voiture particulière sur les transports collectifs

Dans l’ensemble, ces projets souhaitent participer à la restructuration des aires urbaines et favoriser le report modal de la voiture particulière sur les transports collectifs. En ce sens, ils contribuent à l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports, tout en améliorant le cadre de vie des populations. En effet, ces lignes de TCSP représentent de véritables projets urbains qui, le long des tracés, doivent permettre de revitaliser les quartiers traversés et dynamiser l’économie des territoires. Ils coordonnent ainsi les politiques d’urbanisme aux politiques de déplacement pour mieux répondre aux besoins de mobilité des habitants. En effet, au cœur des politiques de développement urbain durable portées par les collectivités, les projets de TCSP relient généralement les quartiers de la politique de la ville, les grands équipements et les projets urbains ainsi que les zones d’emplois.

Les projets en quelques chiffres

Le GART (Groupement des Autorités Responsables de Transports Publics) recense 24 projets de tramway dont 8 nouveaux réseaux en création (Angers, Besançon, Brest, Dijon, Le Havre, Lens-Bethune (SMT), Reims, Tours). 11 autorités organisatrices (Bordeaux, Grenoble, Le Mans, Lyon, Marseille, Montpellier, Mulhouse, Nice, Orléans, Strasbourg, Toulouse) souhaitent développer leur réseau par des extensions de lignes ou la création de nouvelles lignes en bénéficiant du retour des aides de l’État. Au total, plus de 260 km d’infrastructures tramway pourraient être construits d’ici 2015 grâce au soutien de l’État. 25 projets de bus à haut niveau de service (BHNS) sont également candidats totalisant presque autant de kilomètres de lignes dédiées. Une vingtaine d’AOT (Annemasse, Antibes-Sophia Antipolis, Bayonne, Cannes, La Rochelle, Lille, Lorient, Metz, Montbéliard, Nîmes, Perpignan, Rennes, Saint Brieuc, Saint Nazaire (CAREN), Saint Paul de la Réunion (TCO), Saint Pierre de la Réunion (CIVIS), Strasbourg, Toulouse, Tours) souhaitent développer des projets de BHNS thermiques et quatre (Lyon, Nancy, Saint Etienne, Valenciennes) proposent des projets de BHNS électriques qui bénéficient de plafond de subvention préférentiels. Le métro, dont le taux de subvention s’avère particulièrement faible, ne donne lieu qu’à un unique projet (Lyon). Notons enfin la candidature d’un projet de Tram Train (Bordeaux), de liaison navale (Toulon) et d’un funiculaire (Grasse). Si vous souhaitez des informations complémentaires, l’équipe permanente du GART se tient à votre disposition.

Source: www.gart.org

Karl Marx

A propos de Karl Marx

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions de transports collectifs