Emissions grises de CO2 et bilan carbone de l’automobile

climate-change

Les émissions de CO2 sont en train de devenir, du fait de leur rôle avéré dans le réchauffement climatique, l’indicateur environnemental principal de l’industrie automobile. Bien plus, les émissions de CO2 sont même pour les constructeurs automobiles un argument marketing et pour le gouvernement un moyen de récompenser les automobilistes sous forme de bonus « écologique ». Mais de quoi parle-t-on exactement?

Avec les émissions de CO2, exprimées en grammes de Co2/km, on parle de ce que les voitures émettent en matière de Gaz à Effet de Serre (GES) durant leur utilisation. De ce fait, les émissions de CO2 sont directement corrélées à la consommation de carburant des véhicules. Dit autrement, une voiture consommant peu de carburant émettra moins de CO2 par kilomètre qu’une grosse voiture consommant beaucoup d’essence.

Et ces émissions de CO2 par kilomètre parcouru ont de nombreuses applications: elles permettent de déterminer des seuils pour les pouvoirs publics afin de « récompenser » les voitures émettant moins de CO2 par kilomètre que les autres. Elles permettent aussi à la Commission européenne de fixer tout un ensemble de normes pour les constructeurs automobiles avec des objectifs chiffrés de réduction des émissions sous peine de pénalités financières.

Or, ces émissions de CO2 ne veulent pas dire grand chose. Elles entretiennent seulement l’illusion que l’Europe et les gouvernements s’occupent du climat et contraignent les constructeurs ou les automobilistes à adapter leurs pratiques aux enjeux climatiques.

En effet, les émissions de CO2 dont on parle ici ne prennent absolument pas en compte les émissions liées à la fabrication, l’assemblage et le transport des véhicules avant leur achat, sans même parler des émissions liées au recyclage (75% d’une voiture est recyclé en fin de vie) ou à la mise en décharge de ce qui reste des Véhicules Hors d’Usage (VHU).

Une voiture nécessite en effet en moyenne 30 tonnes de matières premières lors de sa construction. Ces matières premières sont extraites du sol, transportées et transformées, activités fortement émettrices de Co2. A partir de ces matières premières, on va fabriquer des pièces détachées (process industriel qui produit encore du CO2). Ces pièces sont ensuite elles aussi transportées, parfois à l’autre bout du monde, pour être assemblées dans les usines des constructeurs automobiles. Enfin, l’assemblage et le transport final des véhicules produisent là encore du CO2.

Également, le carburant (essence ou diesel) mis par l’automobiliste dans le réservoir de sa voiture a subi tout un ensemble de transformations depuis l’extraction du pétrole brut jusqu’au raffinage en passant bien évidemment par le transport, autant d’activités émettrices de CO2…

Tout ceci représente ce que l’on appelle les « émissions grises de CO2 », c’est-à-dire les émissions cachées qui ne relèvent pas directement de l’utilisation de la voiture mais n’en représentent pas moins une part importante des émissions totales des voitures, ce que l’on peut appeler le « bilan carbone de l’automobile ».

Et personne n’est vraiment en mesure de donner le bilan carbone réel de l’automobile. Il n’est même pas évident que les constructeurs automobiles connaissent ce bilan pour leurs propres voitures! Ce n’est pas vraiment leur problème puisque ce qui compte (pour les pouvoirs publics et les automobilistes), ce sont les émissions de CO2 par km…

Les suisses semblent être en avance sur cette question et parlent de plus en plus de la notion d’émissions grises de CO2. Un récent rapport met en évidence que les émissions grises de CO2 équivalent à 70% des émissions directes. Mais il s’agit d’une moyenne sur l’ensemble des émissions de CO2 tous secteurs d’activités confondus. Toujours est-il que ces émissions grises semblent loin d’être négligeables.

A titre d’exemple, pour une automobile émettant officiellement 180 grammes de CO2/km, cela représenterait en fait une émission totale de 306 grammes de CO2/km! On voit par-là que les bonus « écologiques » ne veulent pas dire grand chose, mis à part peut-être soutenir à bout de bras une industrie automobile polluante et moribonde…

Et pour les voitures électriques ou autres « véhicules décarbonnés »? En fait de « véhicules décarbonnés », il s’agit surtout de voitures émettant du CO2, d’une manière ou d’une autre…  En outre, l’énergie électrique émet également du CO2, que les centrales soient principalement fossiles (gaz, fioul, charbon) ou nucléaires.

Autre vue de l’esprit: on nous vend l’idée que les modèles les plus récents, les plus sophistiqués (et aussi les plus chers au passage) sont les modèles avec les meilleurs taux d’émissions de CO2, surtout si on les compare avec de vieux modèles fortement émetteurs de CO2. Mais qui voudra comparer le bilan carbone réel d’une 2CV et d’une Toyota Prius par exemple? La 2CH a sans doute des émissions élevées de CO2, mais un bilan CO2 beaucoup plus acceptable qu’une Prius incorporant beaucoup de technologie, produite aux quatre coins du monde dans des usines d’assemblage mondialisées, à partir de matières premières toujours plus nombreuses et toujours plus éloignées…

Cerise sur le gâteau, il apparaît maintenant qu’à force de faire des efforts pour baisser ce fumeux taux de CO2/km, les constructeurs sacrifient en fait le reste et présentent des véhicules qui polluent de plus en plus! Car le CO2 est une chose, les nombreux polluants de l’automobile en sont une autre (No2, particules, CO, benzène, HAP, etc.).

Ainsi, un classement récent établi par l’Automobile Magazine rejette la berline hybride de Toyota loin des meilleurs en matière de rejets de monoxyde de carbone, d’hydrocarbures et d’oxydes d’azote. Seuls les faibles rejets de CO2 lui permettent de faire bonne figure. Et encore, on ne parle ici que de rejets de CO2 durant l’utilisation de la voiture, et pas des émissions grises de CO2!

Ne le dites surtout pas à Yann Arthus-Bertand, il possède une Toyota Prius pour sauver la planète!

Marcel Robert

A propos de Marcel Robert

Fondateur du site Carfree France et auteur des livres "Vélogistique", "Pour en finir avec la société de l’automobile" et "Îles sans voitures".

30 commentaires sur “Emissions grises de CO2 et bilan carbone de l’automobile

  1. Philippe Schwoerer

    « Ne le dites surtout pas à Yann Arthus-Bertand, il possède une Toyota Prius pour sauver la planète ! »

    Ben si justement, il faudrait ! Ne serait que pour qu’il rectifie le tir s’il y a lieu.

  2. Cleripage

    Cet article est vraiment d’un grand intérêt, quand aurons nous de telles présentations dans les médias (TV, Journaux, Radio) ?

    Il y a une telle chape de plomb sur ce genre d’information, du moins en France, que c’en est désespérant.

    Bravo pour cet article.

  3. Marcel RobertMarcel Robert

    Merci pour votre commentaire, les compliments, ça fait toujours plaisir! Mon but était justement d’informer et d’alerter sur cette question du CO2, car je trouve aussi que personne n’en parle dans les médias, et même sur internet on ne trouve pas grand chose sur cette question!

  4. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Salut Marcel:

    Il y a un aspect qui m’a toujours interpelé dans cette histoire d’émission au kilomètre, c’est le fait que cette quantité est très variable. Regardons les émissions d’un secteur routier situé en montagne: la conduite en côte est très vorace en énergie et donc très émissive en CO2 (et autres…). Ensuite, la vitesse moyenne d’un parc routier a beaucoup d’influence sur ce taux. Quelle serait la vitesse optimale des automobiles pour qu’à distances parcourues égales, la quantité soit la plus faible possible? 55km/heure? (sans doute guère plus) Les bureaux d’études des constructeurs habituellement si pointus dans leur secteur technique devraient publier ce genre d’information 😎

    En ce qui concerne ton allusion à YAB (ou Nicolas Hulot) qui se déplacent en 4×4, en hélicoptère ou en jet privés, je suis toujours très réticent à manier ce genre de critique. Les films, les conférences ou les émissions qu’ils produisent ont un effet sur la conscience sociale d’abord et, en conséquence sur le climat ensuite, infiniment plus important que l’impact de leurs moyens personnels fussent-ils inappropriés. (je te concède que le 4×4 de YAB est inapproprié).

    Je ne suis pas de ceux qui disent que le film « home » n’a pas eu d’impact sur le résultat des dernières élections. Nier cet impact serait comme nier l’impact de la publicité sur les chiffres du commerce.

  5. Philippe Schwoerer

    Lécomobile, je partage ton avis sur YAB. Il convient effectivement de distinguer ceux par qui les prises de conscience peuvent se faire. Indirectement, leur action a un effet bénéfique pour la planète qui peut-être considérable. Les moyens qu’ils utilisent sont souvent les instruments de cette réussite. L’impact carbone est négligeable par rapport à ce qui peut se mettre en route à leur suite.

    Trouver une vitesse optimale dans des conditions idéales d’expérience (pas de vent, terrain plat…) peut sans doute se faire. Mais tant de facteurs vont modifier tout cela et sera dépendant du véhicule (étagement de la boîte de vitesse, prise au vent…). Toutefois, à partir de 55-60 km/h justement, l’énergie nécessaire pour lutter contre le vent devient de plus en plus conséquente. Sur une route composée d’une succession de petites côtes et petites descentes, l’inertie acquise par la vitesse (90-100 km/h) permet de passer les petites côtes sans surconsommation. Dans un tel cas, s’en tenir impérativement à 55 km/h risque de faire consommer plus pour passer ces côtes.

    « Home » et les élections : difficilement quantifiable. Je pense plutôt que le face à face DCB/FB a été décisif. Malgré tout, je me suis effectivement demandé si la sortie à ce moment clé du film n’avait pas justement été voulu pour influencer le résultat des élections.

  6. Marcel RobertMarcel Robert

    Je ne suis pas d’accord concernant YAB, qui demeure selon moi un hélicologiste avant tout… L’écologie vue du ciel, très peu pour moi. La prise de conscience des gens n’a pas attendu YAB, il faut vraiment vivre en ermite pour ne pas savoir l’urgence actuelle… ou alors ne pas vouloir savoir plus probablement… En outre, je pense que son action et celle de Nicolas Hulot est vraiment nuisible pour l’environnement, pour le climat et pour la planète… Ils sont les instruments de l’idéologie libérale qui pollue… la preuve: dès la sortie de Home, Pinault, le sponsor de YAB vendait déjà toute une panoplie de produits estampillés GUCCI ou autres sur le thème Home (exemple: T-shirt à 180 euros! on est dans le monde du luxe quand même!)… Et je ne parle pas de la multinationale Hulot et ses shampoings… Plus généralement, quelles sont les solutions proposées par YAB dans Home, mis à part culpabiliser le citoyen-consommateur? Personnellement, je n’en veux pas au prolo qui utilise son salaire de misère pour consommer les produits que la pub et le marketing leur vendent à longueur de journée… C’est le système qui est en cause, ce même système que des gens comme YAB ou hulot ne veulent surtout pas remettre en cause, car derrière eux, il y a toute une flopée des pires pollueurs de la planète (LVMH, Areva, EDG-GDF, TOTAL, etc.)
    Et je ne parle même pas du discours pro-nucléaire de YAB…

  7. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    A propos de « consommation grise » j’avais entendu quelque part que le diesel qui, comme on le sait, est moins émissif en CO2 que l’essence mais est polluant par ses micro-particules vient d’excédents des raffineries américaines: il faut donc prendre en compte ce déplacement quand on calcul son taux d’émission.

    Pour ce qui concerne YAB et NH, je ne vais pas me lancer dans une diatribe sans fin: je veux juste attirer votre attention sur un détail: A un moment, courant 2007, et pendant au moins un trimestre, la météo de TF1 dispensait un « conseil du jour » du genre « fermer son robinet » ou « éteindre les veilleuse » sous le patronage de la fondation Hulot. Parmi ces conseils, il y avait quelquefois « je roule moins vite », « je lève le pied » ou « j’évite la voiture pour les trop petits parcours ». J’imagine que tous les concessionnaires de l’hexagone devaient être verts de rage d’entendre de tels conseils qui ne se sont d’ailleurs pas maintenu longtemps… Souvenez-vous aussi de la vitesse sur autoroute qui devait passer à 110: recommandation du grenelle qu’on s’est empressé de passer aux oubliettes…

    Marcel: il faut que admettes qu’il peut y avoir des altemobiles qui ne sont pas anti-nucléaires (comme moi).

  8. Cleripage

    Que penser, effectivement, de YAB, NH ou Al Gore ? Je n’en sais rien. Sans doute sont-ils critiquables, sans doute servent-ils des causes adverses. Ce ne sont pas des saints, ni les futurs martyrs de la cause écologiste, ils font commerce de l’écologie et de la bonne conscience. Tous les trois sont intégrés au système que nous critiquons. Mais ne le sommes nous pas aussi avec nos ordinateurs sophistiqués et nos accès à Internet. Croyez-moi, je ne suis pas entrain d’entraîner une dynamo avec mes jambes pendant que je tape sur mon clavier …
    Quand j’ai vu le film d’Al Gore, bien qu’étant conscient depuis des années que nous étions sur une pente fatale, j’ai quand même pris une grande claque.
    Alors, le fait que « Home » soit passé sur TF1, a quand même du mettre des claques à pleins de gens conscients et intelligents. Même si on peut trouver, comme moi, que le film est par trop esthétique, certaines vérités y sont assenées, notamment sur les dégâts causés par les agro-carburants. Ce n’est pas la le moindre des mérite de ce film car, sur TF1 et les autres chaînes françaises de TV, avez-vous déjà entendu un tel discours ?
    N’est-ce pas, malgré tout, oeuvre utile que font ces gens ? Alors certes, critiquons leurs mauvais côtés, mais louons aussi le discours qu’il tiennent. Ils sont si peu à avoir accès aux médias de masse, c’est toujours mieux que de laisser l’antenne à un Claude Allègre, non ?

  9. Philippe Schwoerer

    En outre, la diffusion du film a permis à des langues de se délier aussi bien sur les lieux de travail que dans différentes assemblées amicales. J’ai entendu des personnes du 3e âge qui ne s’étaient jusqu’alors pas positionnées (car c’est bien leur mode de vie qui est critiqué à la base) attirer l’attention des plus jeunes (nous, mais aussi la génération de nos enfants) sur l’avenir de la planète.

    C’est nouveau, c’est palpable (en tout cas dans le monde rurbain)… et c’est bien l’action de YAB et NH qui en est à l’origine, mais aussi d’autres personnes comme JM Jancovici.

    NH monte au créneau en ce moment, pour la bonne cause. Vidéo, lettres d’info numériques… sont des supports de sensibilisation utilisable en classe.

    YAB « paie » sa taxe carbone qui se transforme en autant d’arbres plantés.

    Des exemples : ce sont des exemples… en chemin… qui évoluent et continuent d’évoluer.

    Attention à ne pas tirer sur l’ambulance. Discréditer des personnes qui ont un pouvoir de conversion de masse, c’est rendre les messages porteurs d’avenir flous. Le résultat probable : ceux qui commenceraient à se mettre en marche en viendraient à baisser les bras par pessimisme et manque de lisibilité.

  10. Cleripage

    Pour témoigner dans le sens du message de Philippe, depuis le 5 juin, certains de mes collègues de travail, qui ne me prenaient pas au sérieux lorsque je parlait des sujets qui nous préoccupent, ont changé de point de vue.
    Eux aussi commencent à parler de transport en commun, de s’éloigner de la bagnole et de tenir un discours sur la folie de la croissance.
    Le film n’est sans doute pas ce qui leur a fait changé d’avis, leur intelligence n’étant pas en sommeil. Mais de toute évidence, le film est un déclencheur qui fait, définitivement, basculer les citoyens vers une autre voie, vers la recherche d’une autre vie, d’un autre idéal.
    C’est en ce sens que je le trouve utile et que j’espère que ce ne sera pas un événement isolé.
    On aurait du avoir depuis bien des années une réactions des politiques, qui nous sont si supérieurement intelligents. C’est des citoyens que vient la volonté de changer, et ce n’en est que mieux.

  11. Sylvain Polti

    « Il y a une telle chape de plomb sur ce genre d’information, du moins en France, que c’en est désespérant. »

    Pour vous rassurer, je n’ai pas non plus entendu beaucoup parlé de l’énergie grise en Suisse. En fait, à part les asperges qui viennent de l’autre côté de la planète et qui contiennent énormément d’énergie grise, je n’ai jamais entendu parler de la construction, des matériaux, du transports qui sont inclus dans la fabrication d’une voiture…

    Heureusement, il y a aussi une prise de conscience de ce côté de la frontière et les produits locaux sont en plein boom.
    Gardon espoir!

  12. Borgheseborghese

    A présent que nous avons expérimenté nos matières grises sur différentes formes de caisses, ne doit-on pas enfin choisir trois tailles à la forme unique et universelle aux pièces d’usure interchangeables à la manière des cocottes minutes héritées de nos grand-père?
    Mais reste-t-il encore assez de combustible ?

  13. Cleripage

    En dehors du fait que l’objectif est de passer à autre chose. La proposition de Borghese est marquée du bon sens mais pas du bon sens économique et capitaliste.
    En effet, contrairement à une politique qui prendrai soin des ressources naturelles, la politique économique capitaliste est de produire des richesses en fabricants des objets irréparables et qui tombent facilement en panne ou se démode afin que le citoyen qui n’est qu’un consommateur,pour les adeptes de l’économie capitaliste, afin donc que le citoyen mette son truc à la poubelle pour en racheter un tout neuf qui tombera en panne rapidement. Si on regarde dans tous les domaines industriels c’est la même chose, on ne produit plus que de la merdasse fabriquée par des ouvriers payés à coup de lance-pierre, dans les pays en voie de développement parce que la bas si ils réclament on leur tape dessus; merdasse donc pas chère en prix de revient, et qui rapporte un maximum de pognon au travers des marges.
    C’est la même chose pour tout, que ce soit les produits industriels ou agricoles.

    Donc, je suis désolé de te faire de la peine Borghese, mais une auto qui ne soit pas sexy mais qui revienne à pas cher en ressources et qui soit réparable facilement, c’est de l’utopie …
    Après la 2cv et la 4l il y a eu des tentatives, les syndicats de Renault avaient pensé au truc il y a bien longtemps, ça a donné l’idée de la Twingo à Renault … il suffit de voir l’évolution de la Twingo pour voir qu’on est loin du concept de la cocotte minute.
    Il y a aussi le genre Logan et autres C1, mais là le but c’est simplement de conquérir un marché, celui des pas très riches soit parce qu’ils sont dans des pays émergents ou parce qu’ils sont devenus chômeurs dans les pays surdéveloppés … C’est toujours du bénéfice en plus … c’est mieux pour eux que d’avoir des bagnoles d’occasion à réparer.
    D’ailleurs les prime à la casse c’est dans ce sens là, c’est dire au gens, plutôt que de garder une vielle bagnole qui fait ce pour quoi vous l’avez, achetez en une neuve, elle ne fera rien de plus, mais vous serez tellement classe avec que ça vaut le coup … et puis la vielle elle pollue, la nouvelle elle pollue moins … et on en revient à cet article sur les émissions grises ….

  14. Pimousse3000

    On peut critiquer YAB NH & Cie sur beaucoup de points, essentiellement les sponsors et l’hélico à gogo… Mais à mon sens, ils sont un moteur nécessaire à la prise de conscience collective du problème. Il est clair qu’avec leurs arguments, tout le monde n’arrêtera pas de prendre sa voiture demain et n’achètera pas des produits locaux et AB.
    Néanmoins, je pense que beaucoup de gens n’ayant aucune notion écologique, ou qui marginalisaient jusqu’alors complètement les « escrolos », ont appris beaucoup en regardant Home (qui, précision était diffusé sur F2 et non TF1).
    Cela va dans le bon sens, et il faut espérer que plus de gens se posent dorénavant la question de la provenance de leurs fruits et légumes au supermarché (Avocats d’Afrique du Sud, Pommes du Chili etc…) par exemple, ou de la légitimité de l’usage de la voiture pour faire Paris — Marseille. Mes parents jetaient encore leurs médicaments périmés au WC il y a 5 ans, c’est surement sur TF1 qu’ils ont appris que c’était criminel.
    On ne peut/doit donc pas blâmer ces personnages médiatiques de l’écologie (au sens large), qui sont des vulgarisateurs de ce sujet très complexe, scientifique et pointu : ils font leur job et ils le font bien.
    Moi même scientifique, je suis toujours déçu ou révolté de lire un article imprécis ou détourné sur un sujet que je maîtrise parfaitement. Néanmoins, c’est pour que tout le monde le comprenne, et il faut l’accepter.

  15. Borgheseborghese

    C’est vrai que tu m’as fais de la peine Cleripage….
    « Lorsque l’air manquera comme la nourriture dans certains pays déjà, une poignée d’hommes dans la navette montera….
    Et du haut du firmament, ils observeront l’interminable suffoquement. »
    C’est ce que tes phrases suscitent Cleripage….

  16. Cleripage

    Ami Borghese,

    Oui, je suis désespéré, désespéré car les croyants … ceux qui croient aux miracles, qu’ils soient divins ou scientifiques. Ceux là croient qu’il seront du voyage … qu’ils seront sauvés ! Alors, rien à foutre des histoires de pollution. Ils peuvent continuer à rouler en 4×4 et à brûler la chandelle par les deux bouts …
    Mais de navette, il n’y aura point.
    Comme lors de la guerre froide, certains auront beau creuser des bunkers pour s’abriter, il ne feront que retarder l’échéance. Aujourd’hui ce sont les plus pauvres qui disparaissent, demain ce sera notre tour.

  17. Borgheseborghese

    C’est vrai Cléripage, nous sommes tous sur le même grand navire, et l’océan est si froid.
    Le beau temps clair fait le tour de l’horizon… mais face à la proue, peu à peu, l’immensité de l’iceberg apparaît…
    Les invités de la croisière, qui ont confiance au capitaine, s’amusent.
    Hélas, le navire ne peut plus changer de route. Il est très lourd, trop long, effilé comme un espadon…
    Pour ma part je pense qu’il faut super augmenter les taxes sur le carburant et développer les transports en commun en conséquence…
    Amitiés à Cléripage

  18. Borgheseborghese

    Aujourd’hui c’est l’état et les collectivités territoriales qui gèrent les routes. Demain ils géreront tous les véhicules à moteur aussi …
    Fini le mec qui va chercher ses cigarettes en bagnole.
    Le transport en commun devient obligatoire.
    La voiture n’est autorisée qu’aux résidents isolés en campagne avec des restrictions.
    Il y a les appels d’offre pour des caisses en inox dont le capot peut protéger n’importe quel type de moteur.
    Fini les véhicules aux formes et consommations luxueuses…
    L’énergie rare est la propriété de tous.
    Liberté, égalité, fraternité, énergie.
    Fini la gabegie.

  19. Valentin

    Il y a quelques erreurs minimes mais le fond et juste ce qui est rare sur le sujet :

    Dit autrement, une voiture consommant peu de carburant émettra moins de CO2 par kilomètre qu’une grosse voiture consommant beaucoup d’essence. èQu’une voiture consommant plus (et du même carburant), grosse ou pas

    On voit par-là que les bonus “écologiques” ne veulent pas dire grand chose, mis à part peut-être soutenir à bout de bras une industrie automobile polluante et moribonde…
    è surtout que le CO2 n’est pas un polluant mais un GEF
    èRetirer le Filtre à particule baisse le cout d’une voiture, augmente ses émissions polluantes (surtout les particules) mais abaisse ses émissions de CO2 car la contre pression à l’échappement est moindre et permet un bon classement au Top 10 de l’Adem.

    NB : il faut rappeler que le CO2 n’est qu’un des gaz à effet de serre, pas le seul

    Mikaël

  20. Philippe Schwoerer

    Selon l’Ademe, 2 Français sur 3 estiment qu’il faut modifier nos modes de vie pourlimiter le réchauffement climatique.

    Dans un CP d’aujourd’hui, elle met au jour qu’en 10 ans, les Français ont aussi pris conscience que le réchauffement climatique est lié à l’activité humaine, même si ce lien reste confus. Parmi les activités citées comme ayant leplus fort impact1, on trouve les activités industrielles (93%), les transports (89%), la destruction des forêts (90%).

    Concernant ce qu’il convient de faire : Si les Français semblent réceptifs aux mesures mises en place par les pouvoirs publics pour limiter notre impact sur l’environnement, ils sont de moins en moins nombreux à estimer que c’est seulement aux États de réglementer au niveau mondial l’augmentation de l’effet de serre (18% en 2009, contre 25% en 2006) ou au progrès techniques (10% en 2009 contre 14% en 2000) d’enrayer ce phénomène. Ces chiffres semblent souligner une mobilisation des Français autour de démarches individuelles de changements des comportements : c’est la mobilisation de tous les individus qui permettra d’atteindre des résultats.

    En conclusion : parmi les mesures que les Français pourraient accepter pour agir au quotidien contre le changement climatique, la limitation de la vitesse des automobiles dès leur fabrication, l’interdiction des 4×4 en ville2 et l’obligation pour les propriétaires de rénover et isoler les bâtiments3 arrivent en tête, avec près de 80% d’acceptation pour chacune de ces solutions. A un niveau individuel, c’est leur comportement vis-à-vis des transports que les Français sont prêts à changer : ainsi l’utilisation des transports en commun plutôt que la voiture et l’achat de voitures consommant moins de carburant sont les deux actions jugées les plus efficaces pour réduire l’effet de serre. Viennent ensuite l’isolation du logement et l’utilisation d’appareils ménagers moins gourmands en énergie.

  21. gnudav

    @ Philippe :
    C’est une super bonne nouvelle alors. Car ces points peuvent s’appliquer dès demain :
    limitation de la vitesse des vp : dans les voitures de dernières génération on trouve 2 pédales qui permettent de maîtriser la vitesse : l’accélérateur et le frein. En outre le conducteur se trouve équipé (quelque soit le modèle et l’age du véhicule) d’une formidable capacité à réguler sa vitesse via un circuit de contrôle/commande : yeux/cerveau/nerf/jambe

    interdiction des 4×4 en ville : demain grande braderie de véhicule tout terrain.

    usage des transports en commun : demain il y aura donc plein de monde dans le train, rer, métro

    L’isolation des logements demande un peu plus de temps et d’argent.

    Quel écart entre les déclarations de bonnes intentions et les actes. Car je suppose (mais j’espère que je trompe) qu’après avoir répondu à l’enquête nos concitoyens ont pris leur SUV pour aller chercher une baguette à la boulangerie du coin (faut se dépêcher je vois la boulangère qui ferme le rideau je lui fais signe que j’arrive). Ensuite quoi de meilleur qu’un bon spa à domicile en regardant son home cinéma. Je dois encore me dépêcher je suis garer sur la bande cyclable. Bof et puis non le pire que je risque c’est de retrouver mes essuie-glaces en position relevé.

  22. URB

    @GNUDAV
    « Quel écart entre les déclarations de bonnes intentions et les actes. »

    Tout à fait ça.
    C’est beau les sondages, mais appliquer ce que l’on y dit c’est autre chose.

  23. Cleripage

    Facile de réguler sa vitesse, c’est vrai. Il y a longtemps que je le fais … mais je me demande si tous les bras d’honneur, coup de klaxon et autres insultes qui me sont destinées quand je suis chauffeur sont le fait de ces 80% de français … à moins que ce ne soient des extra-terrestres.

    Je crois moi aussi qu’il y aune grande différence entre les bonnes intentions et les actes. Quant à dire que c’est d’abord à chacun de nous d’agir, je ne suis pas tout à fait d’accord. Dans notre pays, comme dans beaucoup d’autres, les politiques n’ont pas la volonté de changer quoi que ce soit et leurs discours sont aussi empreints de bonnes intentions et uniquement de cela. Tel maître, tel chien.
    Comment voulez-vous que cela change ?

    C’est d’autant plus grave que l’on a repeint la façade en vert mais que l’intérieur reste aussi sombre que le pétrole brut.

    Je me faisais la reflexion dernièrement, j’ai été contacté par une société qui voulait me vendre des panneaux solaires à mettre sur mon toit. Super non ? … eh bien non. Parce que je n’ai pas les moyens de payer les prix prohibitifs demandés. Pas facile de montrer votre volonté écologiste quand vous n’êtes pas milliardaire, car les gouvernements ne vous soutiennent pas suffisamment et les marchand sont plus escrocs qu’écolos !!

    Quand on verra des gens qui apporteront des solutions sans vouloir se goinfrer sur le dos des autres et que les politiques feront de vrais efforts, peut-être que plus d’intentions deviendront actions.

  24. Philippe Schwoerer

    Je pense que les gouvernements et chefs d’Etats renacleront toujours à imposer quelque chose dans le domaine car ce serait trop impopulaire.

    En clair, ils risqueraient tout simplement de ne pas être réélus ou de discréditer leur parti politique.

    Pour répondre à un sondage, le citoyen est prêt à tout. En revanche, replacé dans son quotidien, finalement, pourquoi changerait-il ? Surtout dans une société morose.

    Peut-on imaginer un homme ou une femme malheureux en ménage, seul, pris dans le rythme infernal de la société, ou stressé par son travail… modifier son comportement au quotidien ? Il me semble que seul quelqu’un d’équilibré un minimum peut le faire. Ce n’est hélas pas la majorité des citoyens.

  25. valentin

    @GNUDAV : interdiction des 4×4 en ville

    Sur quoi s’appuie cette belle théorie sinon pointer du doigt le voisin responsable de tous les maux et se donner bonne conscience.

    Si j’ai besoin d’un 4×4 (tout le monde n’habite pas Paris moi je suis près de Chambéry) dois je acheter une seconde voiture pour me rendre en ville? Ca fera tourner plus d’usines pour la fabriquer donc polluer d’avantage. Belle exemple d’ignorance.

    NB un C4 Picasso 136ch ça emet autant de CO2 (195g/km) qu’un BMW X3 de 231ch (196g/km) dont selon ton raisonnement il faut aussi interdire les monospaces.

  26. gwen

    bonjour a vous, et bonne année.
    Ce qui me derange avec cette histoire du bilan carbone des voitures cest que effectivement, personne ne semble vouloir dire combien de carbonne est produit pour la fabrication d’une voiture…parceque ca ferait surement reflechir beaucoup de personnes avant qu’ils ne decident de changer leur vieille voiture qui fonctionne pour une qui pollue 50g/km de moins mais qui a emis plusieures tonnes de CO2 a sa fabrication…elle est belle notre societe, on asphyxie la planete a tres court terme pour soutenir l’industrie automobile…
    Pour ma part, je tente de garder ma voiture le plus longtemps possible, tout le monde devrait faire la meme chose, et cest plutot une prime a la non casse que le gouvernement devrait faire !

  27. CarFree

    Pour les émissions de CO2 liées à la production de carburant, voici quelques premiers éléments de réponse.

    Les émissions de CO2 associées à la production de l’essence et du diesel (émissions « well to tank » : du puits au réservoir) sont, au niveau européen, égales à :
    · essence : 12,5 gCO2/MJ, soit 45 gCO2/kWh, soit 402,3 gCO2/l
    · diesel : 14,2 gCO2/MJ, soit 51,1 gCO2/kWh, soit 509,1 gCO2/l

    Autrement dit, l’automobiliste qui va à la pompe et met, par exemple, 40 litres de diesel dans son réservoir a déjà provoqué l’émission de 20 kg de CO2 avant même de commencer à rouler !

    Source: http://www.iewonline.be/IMG/pdf/fiscaliteautoOK.pdf

  28. Iggyzen

    Bonjour,

    Lu quelques uns de vos articles et je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir pas mal de spéculation, comme c’est souvent le cas ne matière d’écologie.

    Vous expliquez comment vous ne pouvez croire qu’une hybride est vraiment écologique en arguant que le bilan carbone est plus mauvais que celui des autres voitures … et voilà qu’un autre article conclut :
    « Et personne n’est vraiment en mesure de donner le bilan carbone réel de l’automobile. »
    Donc, procédons à rebours, s’il est impossible de connaître le bilan carbone pour la fabrication d’une voiture, comment peut-on dire objectivement qu’une hybride est moins écologique qu’une autre? A-t-on les chiffres exacts sur le coût de production et l’acheminement des pièces pour fabriquer le moteur d’une Prius pour pouvoir les comparer à celui d’une autre voiture? Non.
    Pas d’autre information disponible pour faire un choix raisonnable, c’est-à-dire guidé par des faits et non par une idéologie, que celui de la consommation d’essence et de la production supposée de CO2.
    Le reste n’est que pure spéculation et rhétorique inutile, non?

  29. CarFree

    iggyzen,
    votre commentaire est HS, le seul endroit où on parle de voiture hybride dans l’article est celui-ci:
    « un classement récent établi par l’Automobile Magazine rejette la berline hybride de Toyota loin des meilleurs en matière de rejets de monoxyde de carbone, d’hydrocarbures et d’oxydes d’azote. »
    Ce n’est pas nous qui le disons, mais « Automobile Magazine », une revue dangereusement écolo…
    Et l’écologie comme vous dites, ce n’est pas seulement le CO2 (et donc le réchauffement climatique), mais aussi tous les innombrables polluants qui viennent se loger au coeur de nos poumons…

  30. Legeographe

    En ce qui concerne la question de l’utilité écologique de Hulot et de YAB, je crois que l’on peut dire que pas mal de personnes connaissent aujourd’hui les idées de Hulot et YAB, vu la médiatisation soit de leurs films, soit de leur politisation.

    De plus, un drame comme celui de Fukushima (dont les Japonais conscients n’ont pas fini de parler) fait office de catastrophe pédagogique que certains souhaitent, que certains vomissent.

    Bref, il ne reste plus aujourd’hui qu’à être écologistes un peu plus en actes, moins dans le blabla. Et de construire les changements avec le respect des moins fortunés (bref, le capital que l’on laisse tranquille, intouchable quand bien même l’on crève de faim, est sans doute plus que jamais le grand ennemi).

Les commentaires sont clos.