Les agglomérations de plus de 300.000 habitants pourront tester le péage urbain

Destiné à désengorger les grosses agglomération, le péage urbain, déjà adopté dans plusieurs pays européens pourrait bien arriver en France. Evoqué depuis longtemps mais toujours éludé, il consiste à faire payer aux voitures l’accès au centre des villes. Reste à voir quelle ville aura envie de tenter l’expérience.

Pour être au moins mis à l’essai, le péage urbain attendait un coup de pouce législatif. On l’attendait dans le projet de loi «Grenelle II», portant sur les suites du Grenelle de l’environnement. Il apparaît finalement à la faveur d’un amendement présenté par Louis Nègre (UMP), sénateur des Alpes-Maritimes, et adopté par la Haute Assemblée.

L’Assemblée nationale doit encore reprendre cet amendement, auquel le gouvernement s’est déjà montré favorable.

Un test sur trois ans dans une dizaine de villes de plus de 300 000 habitants

Concrètement, une dizaine d’agglomérations de plus de 300.000 habitants, dont Paris, Lyon, Marseille, Nice et Toulouse, pourront s’essayer au péage urbain pendant trois ans, à condition de proposer des transports en commun dignes de ce nom. Le produit du péage acquitté par les automobilistes ira à l’amélioration des transports publics. Le principe ? Frapper les automobilistes au portefeuille en vue de réduire de 15 à 20 % leur circulation dans le centre des villes, asphyxié par leurs gaz d’échappement et saoulé du bruit des moteurs et klaxons.

«C’est une mesure de bon sens pour réguler la circulation et assurer le bon fonctionnement de la cité», souligne Louis Nègre. «C’est aussi une mesure très importante pour lutter contre la pollution, et en particulièrement la pollution urbaine, locale, oxyde d’azote, ozone et particules fines, sur lesquels on est chez nous d’une discrétion exemplaire».

Stockholm et Londres l’ont adopté

Exemple le plus souvent cité, Stockholm l’a testé et fait approuver par les électeurs en 2006, puis pérennisé l’année suivante. L’automobiliste doit payer entre 1 et 2 euros pour pénétrer dans le centre de la capitale suédoise, ou en sortir, entre 6h30 et et 18h20 en semaine, avec un plafond de 5 euros par jour en cas d’allers et retours. Résultat: la circulation a diminué de 18% par rapport à 2005, un chiffre qui s’est stabilisé. Et l’air est plus pur.

«Les gens ont changé leurs habitudes, quasiment du jour au lendemain», constate Gunnar Johansson, qui suit l’expérience suédoise pour IBM, le groupe qui a installé les capteurs du péage urbain (et de ce fait compte les voitures).

La moitié des «automobilistes disparus» utilisent maintenant les transports en commun, l’autre moitié se débrouillant autrement (changements d’itinéraires, voyages groupés, voire télétravail…). «La grande leçon, c’est que les gens utilisent mieux les systèmes de transport».

A Londres, autre ville qui a fait le choix du péage urbain, la facture est plus salée. Pénétrer dans le centre y coûte une somme forfaitaire de 8,70 euros par jour, de 7 à 18 heures en semaine, les résidents bénéficiant d’une remise de 90%. Là aussi, la circulation a baissé d’environ 20%. Mais le modèle londonien a trouvé ses limites, l’extension à l’ouest de la zone payante en 2007 ayant été remise en question par un changement de municipalité quelques mois plus tard.

Reste à voir qui en France aura le courage politique de se lancer dans l’aventure. Les élus locaux sont prudents. D’autant que le péage urbain ne devrait pas rapporter des fortunes, compte tenu de l’importance des frais de fonctionnement. «On n’est pas là pour faire du fric», souligne Louis Nègre. «C’est un outil supplémentaire que l’on met dans la boîte à outils du Grenelle de l’environnement».

Source: AFP

Voir aussi : Péage urbain, principes pour une loi, rapport du Centre d’Analyse Stratégique (septembre 2008)

Photo: www.lepost.fr

Karl Marx

A propos de Karl Marx

Rédacteur du site Carfree France, spécialiste des questions de transports collectifs

22 commentaires sur “Les agglomérations de plus de 300.000 habitants pourront tester le péage urbain

  1. Gilles ChomelLécoLomobiLe

    Ça ne va pas arranger les ventes d’autos en France 😎 (avec la fin de la prime à la casse).

    Vous ne trouvez-pas que c’est étonnant de constater que ce projet de loi sorte à quelques mois des prochaines élections Régionales ?

    Décidément! c’est à la Droite qu’on doit les bonnes mesures écologiques qui plombent notre grande industrie nationale (La gauche s’est toujours étrangement montrée muette sur ce sujet). Le PS, au lieu de faire de la prospective, se perd dans des querelles de personnes. En plus, il est trop du côté de la défense des salariés de l’industrie automobile (des « travailleurs » d’une manière générale).

    La position d’Europe-Écologie (le bon parti du »capitalisme vert ») aux prochaines élections Régionales sur les péages urbains sera intéressante à connaître. Vive la capitalisme vert !

    C’est un truc très intéressant parce que le péage se fait par vidéo-surveillance: Le PS est trop marqué droit-de-l’homme pour accepter ce qui n’est qu’un simple dispositif de reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation: c’est l’occasion pour Europe-Écologie de se démarquer 😎 Vive le « capitalisme vert ». On doit notre reconnaissance à http://www.decroissance.org d’avoir inventé cette expression géniale.

    Faisons en sorte d’harceler le site officiel d’Europe-Écologie pour qu’il prenne position sur ce projet de loi: c’est Nicolas Sarkozy qui nous le demande! (Décidément c’est un génie politique: après sa « taxe carbone », il nous sort les péages urbains!).

  2. Gari

    C’est une bonne idée à la condition qu’en parallèle soit menée une véritable politique d’amélioration des transports en commun.
    Si on impose le péage urbain d’une main tout en continuant à privilégier le tout voiture de l’autre main, il y a comme un soucis…

    Bref, à mon sens cette initiative n’a de sens que si elle est incluse dans un projet global de réduction de la pression bagnolistique.

    N’empêche, pouvoir rouler à Paris en vélo sans avoir besoin de masque à gaz aux heures de pointe, ce serait quand même le pied 🙂

  3. Tassin

    @Lécolomobile :
    « Le PS est trop marqué droit-de-l’homme pour accepter ce qui n’est qu’un simple dispositif de reconnaissance automatique des plaques d’immatriculation: c’est l’occasion pour Europe-Écologie de se démarquer »

    Vous avez vraiment un problème avec vos libertés. Pourquoi dans ce cas ne pas vous installer en Corée du Nord?

    Sinon concernant le sujet : ENFIN! Mais encore faut-il que les sous servent à financer les transports en communs et vélos libre-service publics (et pas ceux de JCDecaux). Sinon ça ne sera qu’une taxe de plus.

  4. Tassin

    @ L’écolomobile:

    En plus vous parlez de La Decroissance qui a « inventé » le terme de Capitalisme vert. Mais ils l’ont fait pour le critiquer, pas pour l’encenser comme vous le faites.

  5. Franck

    Alors les nécessiteux restent à l’entrée des villes pendant que les riches y ont accès? C’est la l’ambiance de votre si joli futur?….

  6. Tassin

    @Franck :
    C’est un problème en effet. C’est pour ça qu’il faut imposer un salaire maximal et un revenu d’existance. Et redistribuer les sous des péages dans les transports en commun pour qu’ils soit accessibles.

  7. gnudav

    @ Franck : ben justement oui. Il vaut mieux habituer les nécessiteux (encore qu’un nécessiteux qui vit en France et qui a une bagnole en ville je n’appelle pas ça un nécessiteux) ou les pas-riches à lâcher leur bagne-ole plutôt que de les laisser libres et de se prendre le mur de l’augmentation des prix du pétrole. Dans le premier cas l’argent revient à la communauté (c’est une taxe) qui sera réinvestit dans des trucs utiles à la communauté dans le 2nd cas l’argent revient au producteur de pétrole et sera investit dans leurs poches. Ce raisonnement vaut aussi pour la taxe carbone.

    En bref vaut mieux accompagner le changement que le subir.

  8. Franck

    @ GNUDAV
     » Il vaut mieux habituer les nécessiteux  » !!!! Aaaaah, Hum… Moi les seuls êtres vivants que  » J’habitue  » à ce qui m’arrange c’est mon chat ou mon chien.
     » En bref vaut mieux accompagner le changement que le subir.  » =  » nescafé, what else ?  »
    N’y a t’il pas un risque que les directeurs de société de transport en commun deviennent aussi puissant que les producteur de pétrole. Encourager le développement d’une nouvelle mafia n’est pas très humain.
    @ TASSIN
    Un salaire maximale, tu plaisante là hein?

  9. Tassin

    @ Franck :

    Simple mesure de bon sens face à l’augmentation des inégalités. Tu penses qu’une rémunération en millions d’euros est justifiable?

  10. Philippe Schwoerer

    Les départements et régions ont de plus en plus d’infrastructures à financer et entretenir.

    Ne serait-il pas dès lors logique de réfléchir à un système de péage au changement de département ou de région, ne serait-ce que pour les déplacements de ‘loisirs’ (vacances par exemple) ?

    Ce serait les déplacements qui pourraient être évités qui seraient de prime abord touchés.

  11. Franck

    @Tassin
    Non mais je pense pas que le communisme soi une bonne chose non plus. Que chacun gagne ce qu’il mérite.
    @Philippe
    C’est mieux, mais t’oublie les gens qui travaille dans un département différent.

  12. Philippe Schwoerer

    @Franck
    Je n’ai pas oublié ceux qui travaillent dans un département limitrophe et c’est bien pourquoi je cible plus particulièrement les déplacements de loisir et les vacances avant tout.

  13. gnudav

    @ Franck : je ne demande pas d’habitué des humains à ce qui m’arrange mais à un fait physique : l’augmentation du prix du pétrole (fait économique déclenché par un fait physique) du fait de la baisse de production (physique). Malheureusement on ne négocie pas avec la physique au mieux parfois on se trompe.

    J’ai pas compris la blague du Nescafé.

    Pour les directeurs des sociétés de transport en commun, déjà une partie de ces sociétés sont publiques et françaises (ratp, sncf) donc le contrôle est plus facile par les élus. Mais le resteront-elles? Cela dépend aussi de l’intérêt que les français y porte?
    Enfin, s »ils deviennent aussi puissant que les magna du pétrole ils auront l’avantage d’être autochtone donc de réfléchir comme leur compatriotes et d’être soumis aux lois locales.

  14. Tassin

    @ Franck

    Mais qui vous parle de communisme? Je ne vous parle pas d’abolir la propriété privée que je sache.
    Il y a bien un salaire minimum, je vois pas pourquoi on ne pourrait mettre un salaire maximum. 100 000€ annuels ça vous parait bien comme limite?
    Si chacun était effectivement payé en fonction de ce qu’il « mérite » les ouvriers à la chaine et les maçons seraient à 10000€/mois.

    Selon vous certains « méritent » de gagner 20 millions/an. C’est ce qu’on appelle réduire les inégalités!

  15. Pierre

    Pas d’accord du tout, POURQUOI.

    Mais mince une fois de plus qui va payer et se trouver dans l’obligation de ne plus pouvoir prendre son vehicule.

    La solution n’est pas dans le porte monnaie il est tout à fait possible de le faire gratuitement et intelligemment.

    COMMENT
    Simple, une carte pourchaque vehicule avec un nbr d’acces à l’année, imaginons un pass de 200 entrees pour chaque vehicule. Resultat le vehicule ne pourra pas rentrer plus souvent en ville forçant le conducteur à changer de mode de transport.

    POURQUOI j’explique cela, perso je fait 20 km par jour pour aller au taf, mais il m’arrive une çà deux fois dans la semaine de prendre ma moto, pour le fait que j’ai plus d’un rdv et que parfois je suis simplement fatigué. Ne me parlais pas des transports car il me donnent une demi heure en plus et au retour soi du sommeil en moins.

    Et donc j’alterne VAE et moto, je ne suis pas pro ecolo mais au moins les jours de fatigue de coup de bourre je peux alleer taffer.

    Là le truc c’est payer alors celui qui s’achetent son CAYENNE aucun soucis il pourra payer comme d’habitude et le naze en LOGAN ben obliger de trimer encore plus de se retrouver comme c’est mon cas sur la LIGNE 13 qui est mega sature et qui se bloque quasi systematiquement pour des incidents depuis dejà 5 ANS et tous le monde s’en fous surtout les riches.

    ON peut donc tres bien faire un forfait limite gratuit genre 150 aller sur la ville, et pour celui qui n’as plus de forfait le faire casquer 50 euros l’entree en plus, cela arrangerai tous le monde et chacun pourrai decider intelligemment de commun utiliser son forfait

  16. Kapitch

    Il est clair que les transport en commun ne peuvent pas remplacer la voiture: je m’explique
    Pour remplacer la voiture il faudrait que chaque point d’une ville soit au maximum à 200m d’une ligne de transport en commun ‘rapide’ (et non pas une ligne de bus coincée dans le trafic comme les voitures…) et que la fréquence de passage soit de 2 min maximum dans chaque point du réseau avec une amplitude horaire de 4h du matin à 2h du matin minimum. Je vous laisse imaginer l’ampleur des travaux à faire et le cout de fonctionnement d’un tel réseau…
    Un tel réseau c’est à peu près celui qui se trouve à Paris… Or, on sait tous que ce réseau est archi saturé et est quasi au max de son développement.
    Autrement dis pour remplacer les voitures il n’y a qu’un seul moyen: un meilleur aménagement du territoire et le vélo…

    PS: je suis bien d’accord qu’il devrais il y avoir une loi non pas sur un salaire maximum mais entre l’écart de salaire au sein d’une même entreprise (cet écart ne devrais pas dépasser 5 à 10 fois à mon avis: autrement dis: si le PDG de carrefour veut augmenter son salaire (actuellement environ 200 fois plus que celui d’une caissière) il devrais augmenter le salaire de tous les employé avant…

  17. Jean-Marc

    J’avais vu la proposition de péage urbain, et espérais la voir à l’oeuvre.
    Mais pas vu que cette proposition était morte-née lors du grenelle2 🙁

    « Pour remplacer la voiture il faudrait que chaque point d’une ville soit au maximum à 200m d’une ligne de transport en commun ‘rapide’ »

    @ Klapitch :
    Avec un vélo pliant ou une trottinette, par rapport à la marche, la zone de déserte de chaque arrêt de bus est quadruplée.
    Ainsi, il vaut mieux augmenter la rapidité des TEC en limitant les arrêts, pour augmenter leur vitesse de déplacements, et, en échange, favoriser le multi-modal (zones pour mini-vélo ou trottinette, voire vélos dans les TEC; ainsi que parking à vélo + vélos en location par carte à chaque arrêt des TEC)

    Conjointement aux efforts à faire pour coupler TEC et vélo/trottinette, favoriser le report vers le vélo est bien sûr aussi à faire (par des voies séparées sur chaussées, parkings 2 roues remplaçants certaines places de voitures, augmentation du nombre de sens unique pour les voitures, mais double-sens cycliste, ainsi que des zones piétonnes, 20 et 30,…)

Les commentaires sont clos.