Vous faites quoi ce dimanche?

Le SlowUp est un évènement national suisse de grande envergure. En printemps / été, presque une fois par mois et dans un canton différent, un itinéraire de près de 30km est fermé à la circulation automobile. Peuvent alors circuler vélos, rollers, trottinettes, que des moyens de mobilité douce.

Dans le cadre des fêtes de Genève, ce dimanche 8 août aura lieu le traditionnel SlowUp sur la rive gauche. Des quais au village de Gy, vous pourrez découvrir la campagne genevoise et rouler tranquillement sans pollution ni bruit. Tout au long du trajet, de nombreux stands seront répartis pour offrir boissons, dégustations de produits du terroir et réparation.

Le site officiel du SlowUp est ici.

Quand le pétrole sera devenu tellement cher et qu’on n’aura pas trouvé plus intelligent que d’en balancer le plus possible dans nos mers, les routes vidées des voitures et remplis de vélos sera notre quotidien. En attendant, une fois par année, on peut rêver…

Par Echomag

Echomag

A propos de Echomag

Première gazette bimestrielle 100% écologique sur écran recyclé & moins chère que gratuite en pdf, sponsorisée par la planète Terre.

3 commentaires sur “Vous faites quoi ce dimanche?

  1. Yôm

    D’emblée, je fais le casse-couilles.
    30 Km, c’est peu.
    La scène se déroulant en Suisse, je suppose qu’à la différence des Alsaciens, les participants rejoindront la piste cyclable via leur excellent réseau de voie ferrée et non en auto.
    C’est quand même très peu 30Km, en regard d’un maillage de pistes cyclables bien balisées à travers le pays.
    Pour y avoir parcouru quelques centaines de Km à bicyclette, je ne comprenais pas pourquoi tant de (grosses) voitures circulaient en dépit de ces pistes à biclou désertes et de l’efficacité de la trains-portation.
    Est-ce parce qu’il faut bien claquer son pognon dans quelque chose?
    Y-a-t-il un Suisse dans la salle pour m’éclairer?

  2. LEGEOGRAPHE

    Puissance et conscience sont deux soeurs souvent fâchées, Yôm.
    La puissance économique (le pouvoir d’achat, quoi) ne donne pas une conscience saine.
    J’ai payé, j’ai le droit de faire ce que je veux.
    En payant (dans notre système où l’argent est la valeur ayant le plus facilement vaincu), je me donne bonne conscience. Mais ce n’est pas une conscience saine. Je me suis juste « donné », et pas à juste titre…
    J’ai de l’argent en abondance, ce qui me donne le droit (selon le fonctionnement du marché) d’avoir une grosse voiture (j’en ai individuellement les moyens, pourquoi m’en priver ?).

    La puissance pourrait être évaluée sous ses autres types (puissance physique, militaire, sociale, religieuse, etc.), on y verrait encore plein d’autres exemples de violence (violence est toujours manque de conscience, et donc forcément « ruine de l’âme » pour reprendre Rabelais).

Les commentaires sont clos.