Quel avenir pour la place de l’automobile en ville du côté des jeunes urbanistes et architectes ? Constat mitigé…

J’ai découvert par hasard en début d’année un site consacré à l’architecture, à l’urbanisme et à l’aménagement du territoire – PSS-archi – qui s’affiche comme une « plate-forme d’échange collaborative non professionnelle et indépendante ». Une foultitude de renseignements techniques et d’informations sur les projets touchant la ville, en particulier la voirie et les réseaux de transports urbains m’est devenue accessible. Puis j’ai sauté le pas début décembre en m’inscrivant comme membre participant.

On ne peut pas dire que j’ai éprouvé la même gêne que lorsque je me suis imposé le rôle de contributeur, observateur ou plutôt ethnologue dilettante clandestin chez « 40 millions d’automobilistes » en septembre dernier. Ici par exemple on ne peut pas parler de « sectarisme chez des butors à quatre roues ». Cependant j’ai pu découvrir qu’on pouvait être professionnel de l’espace public et rester dans un état d’addiction plus ou moins prononcé avec l’automobile…

Je me contenterai ici de rendre compte d’un échange avec quelques extraits sur un sujet de discussion classé sous le thème « Agglomération bordelaise – Transports en commun » (1).

Tout démarre avec le commentaire que j’ai pu émettre quand un contributeur affirma « qu’en matière de transports en communs l’agglomération bordelaise est dans une impasse ». Abondant dans son sens je parle d’agglomérations européennes qui avaient mis le paquet sur les transports publics et pouvaient se prévaloir d’une part modale approchant le tiers. Ajoutant que la dépréciation de l’objet symbolique automobile dans le système de valeur, chez les jeunes adultes particulièrement, permettrait de faire plus facilement la place aux transports publics de surface.

A partir de là on m’a fait comprendre que nous n’avions pas exactement les mêmes représentations. La mode du « haro sur le tout bagnole » passerait, et serait aussi excessive que celles du « tout bagnole », du « tout tramway » ou des grands ensembles… On prophétise alors que « les choix d’aujourd’hui et leur cortège de requalifications paraîtront peut être absurdes dans 20 ans. Un autre contributeur affirme que mettre l’automobile à sa juste place ne veut pas dire une place inexistante, et réfute la capacité du tram à participer à une requalification viaire allant dans le sens de l’apaisement, car générant aussi un certain nombre de conflits d’usage…

Après l’argumentation technique vient un positionnement plus idéologique, en se situant « contre la politique anti voiture du moment ». D’abord on argue du fait que les finances publiques sont taries pour parler de caractère superflu des investissements destinés à aménager l’espace public en évinçant ou limitant l’automobile. Ensuite l’accès économique à l’habitat central, la piètre qualité de l’offre de transports publics et la restriction à l’accès automobile sont présentés comme une barrière psychologique excluant. Donc « on devrait arrêter cette chasse aux sorcières des voitures que certains font parce qu’ils ne sont pas suffisamment dans la position de devoir prendre leur voiture et constater le résultat ». Un autre contributeur invoque le principe de réalité, avec un écart trop grand entre la qualité de l’offre de transports publics et les attentes de la société, ses sujets les plus fragiles particulièrement. Enfin, last but not least, est évoqué le genre « bobo écolo et puritain » insupportable, prescripteur de mode de vie « triste et austère »…

Bref, autant d’arguments tendant à me convaincre de l’intérêt de voir des contributeurs Carfree nombreux, venir de temps en temps visiter le site « PSS-archi » pour ensemencer le terrain idéologique dans la profession débutante…

(1) http://www.pss-archi.eu/forum/viewtopic.php?pid=463647#p463647
Commentaires à partir du 13/12/2013.

Pédibus

A propos de Pédibus

Contributeur de Carfree France Apprenti chercheur géographe

26 commentaires sur “Quel avenir pour la place de l’automobile en ville du côté des jeunes urbanistes et architectes ? Constat mitigé…

  1. Jean-Marc

    « on devrait arrêter cette chasse aux sorcières des voitures que certains font parce qu’ils ne sont pas suffisamment dans la position de devoir prendre leur voiture et constater le résultat »

    du lourd, mais pas très clair…

    si je comprend bien,
    « certains », qui réussissent à vivre sans voiture (ou vivre en utilisant très peu les voitures),
    ne comprennent pas bien que la voiture est indispensable, et qu’il ne faut donc pas la géner ?

    Pourtant, si « certains » réussissent à vivre sans (ou en utilisant peu) la voiture, celà prouve qu’on peut vivre sans (ou en utilisant peu) les voitures…
    Non ?

    Ne pas géner la voiture… L.A. a essayé, avec des 2×8 voies doublées :
    résultat : échec complet : bouchons partout.
    conséquence très récente : maintenant, L.A. FERME des autouroutes urbaines, résultat : les bouchons diminuent…

    => du fait de la place occupée à l arrêt (10m² pour une place x 3 à 5 places de parkings publiques par voiture) et en mouvement (plus de 40m² de chaussée « réservés » en ville, autour de chaque voiture en mouvement), on ne peut pas, physiquement, créer une ville vraiment faite pour les voitures : il faudra tjrs et tjrs plus de places de parkings et de routes :

    Si on cherche à adapter la ville à la voiture, alors, du fait de l’étalement urbain que celà induit, celà contraint de plus en plus de monde à se servir de sa voiture bcp plus souvent : plus rien n est à portée de marche…

    C est un cercle vicieux : pour permettre aux voitures en circulation de ne pas bouchonner, on crée des voies, donc de l’étalement urbain… ce qui en contraint d autres à se servir de voiture, donc à re-créer des bouchons… qu’on va chercher à résorber : c est infini, et ne marche pas…
    (enfin, si : celà s appelle une autoroute, avec des aires de repos… mais personne n’y vit… et ces aires de repos ne constituent vraiment pas une ville…)

    Par contre, on peut créer une ville faite pour les citoyens…
    et là, la solution est très simple : réduire la place de la voiture, augmenter celle des TEC, de la marche, du vélo, et des autres modes actifs.

    C est simplement dû à la totale inefficacité de la voiture, pour transporter bcp de monde dans un espace réduit.
    Elle est l’exact opposé des TEC au vélo et -surtout- à la marche

    c.f. http://carfree.fr/index.php/2008/04/19/automobile-et-consommation-d'espace/
    dans une même rue,
    4.5 fois plus de personnes en bus (qui en plus, est un « mauvais » TEC, par rapport au trolley, tram, metro ou RER, qui feraient encore mieux)
    7 fois plus en vélo,
    et 9.5 fois plus à pied
    qu’en voiture…

    (et encore : c est les valeurs de 2008 : depuis, la mode des énormes SUV fait qu’il doit passer encore moins de voitures, dans la même voie…)

    Sans parler niveau pollution :
    Ces graphes s’occupent de pétrole ou d’énergie;
    mais, ce qui compte, c est l’énergie :
    si on produit (par miracle) une énergie 100 fois moins polluante que le pétrole, mais transportable dans un véhicule individuel, il restera tjrs le fait que, pour autant de passagers transportés, la voiture n est pas du tout efficace énergétiquement, et donc produit plus de consommation/de polluants pour chaque personnes, que les autres modes :
    http://carfree.fr/index.php/2008/10/06/efficacite-des-differents-modes-de-transport/
    et surtout, plus complet :
    http://carfree.fr/index.php/2005/10/24/lefficacite-energetique-des-modes-de-deplacement/


    « on argue du fait que les finances publiques sont taries pour parler de caractère superflu des investissements destinés à aménager l’espace public en évinçant ou limitant l’automobile. »

    Coût comparé de l entretien d’une chaussée autorisée aux voitures-camions, et de la transformation d’une rue autorisée aux voitures en rue piétonne ?

    Leur non-connaissance des coûts comparés des TEC et de la voiture fait vraiment peur…

    c.f.
    http://carfree.fr/index.php/2009/03/13/couts-externes-des-transports/

    Et ces gens risquent d avoir des budgets énormes à gérer…

    (nouvelles voies, nouveaux bâtiments avec ou sans parking auto infini, avec ou sans parking vélo et accès facile aux TEC,..)

    On comprend mieux que des tas de municipalités soient dans le rouge, si c est des personnes ne connaissant rien aux coûts réels qui les conseillent sur les aménagement urbains, sur les aménagements des 20-30 prochaines années.

  2. Jean-Marc

    Un rapport que tous les urbanistes devraient connaitre :

    Le rapport d experts du Tecnoser commandé par la Communauté économique européenne :
    http://carfree.fr/index.php/2008/06/01/proposition-de-recherche-pour-une-ville-sans-voiture/

    Et surtout, l’inverse de l’étalement, le réseau de pôles denses reliés entre eux par TEC (mais 2 pôles denses sont joignables par la marche ou le vélo, vu leur faibles distances) :

    Les T.O.D., les « Transit Oriented Development« , Le développement de noyaux urbains autour de pôles de transports collectifs

    L’historique aux USA : comment, même eux, réfléchissent de + en + aux T.O.D. :
    http://carfree.fr/index.php/2008/05/25/un-developpement-urbain-pour-reduire-concretement-la-dependance-a-lautomobile/

    Les T.O.D. :
    http://carfree.fr/index.php/2008/09/06/tod-ou-le-developpement-de-la-ville-autour-du-transport-public/

    Un de dernier convertis, à avoir mis les T.O.D. dans son plan d’urbanisme : Barcelone :

    c.f. le dernier paragraphe (4. BARCELONE : ville de projet(s) ?), sur l avenir de Barcelone :

    Choix du passage du centralisme devenant de plus en plus inefficace et coûteux, au fur et à mesure que la ville grandit, au multi-centrismes :
    http://www.senat.fr/rap/r10-594-2/r10-594-2_mono.html#toc4

    (Dans ce texte, on constate que Barcelone a fait appelle à énormément d urbanismes pour pouvoir se décider…
    si les urbanistes français de PPS-archi, ne connaissent pas les T.O.D., s’ils ne sont pas sensibilisés au mur dans lequel la voiture en ville nous conduit, ils sont vraiment très mal plaçés pour gagner des appels d’offres internationaux… ou alors, juste dans les pays du golfe persique… dans les pays farouchement pro-voiture, qui ne s’interessent pas aux problèmes qu’elle induit)


    Un commentaire, où je développe un peu sur les rapports du Tecnoser, de la commision sénatoriale, et d autres choses en rapport :

    http://carfree.fr/index.php/2013/11/28/la-gratuite-est-une-idee-dangereuse/#comment-28750

  3. Alexandre

    @Jean-Marc :

     » maintenant, L.A. FERME des autouroutes urbaines  »

    ??? L.A. ??? Vous parlez bien de Los Angeles ???
    Où avez-vous vu une info pareille ?

  4. Pédibuspédibus

    « Ne pas géner la voiture… L.A. a essayé, avec des 2×8 voies doublées :
    résultat : échec complet : bouchons partout.
    conséquence très récente : maintenant, L.A. FERME des autouroutes urbaines, résultat : les bouchons diminuent… » de Jean-Marc.

    Effectivement Frédéric Héran ne semble pas faire partie des programmes de formation des jeunes professionnels qui s’expriment dans l’échange cité…

  5. picard

    @ PEDIBUS
    Je t’invite à visiter ce se blog qui parle de pénurie de pétrole à venir: http://petrole.blog.lemonde.fr/
    Je pense que c’est l’argument qui tue qui clause le débat: on aura de moins en moins de pétrole dans l’avenir. Regardez-moi ce graph de l’AIE: http://petrole.blog.lemonde.fr/files/2013/11/production-decline-WEO2013.png. C’est le déclin prévu pour les puits de pétrole déjà existant, c’est un défi colossal. Il est fort probable que d’ici 40 ans la production de pétrole sera anecdotique.

  6. Jean-Marc

    IL faudra attendre jeudi pour que je te retrouve -peut-etre- le lien
    (par contre, tu peux chercher par toi même)

    Après une courte recherche, j ai trouvé 3 choses intéressantes pour les urbanistes :

    – sur LA, qui décide de se tourner vers les TEC :
    http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/le-blogue-urbain/384010/la-capitale-americaine-de-la-voiture-se-tourne-vers-les-transports-en-commun
    (article où il est encore question des TOD)

    – sur SF (j ai peut-etre confondu les 2.. mais à 99%, je suis sûr qu’il s agissait bien de LA et pas de SF) :
    http://www.iau-idf.fr/fileadmin/user_upload/Presse/communiques/2013/autoroutesurbaines_.pdf

    Le bilan du projet, positif sur tous les plans (circulation, mobilité, qualité de vie, urbanisme, fait dire au maire de l’époque, Art Agnos :
    « la meilleure décision que j’ai prise comme maire de San Francisco a été de démolir cette autoroute.
    On a supprimé une cicatrice urbaine et permis le développement d’une des parties les plus importantes de la ville ».
    Le projet Embarcadero Boulevard montre que le remplacement d’une voie rapide à fort trafic par un espace public de qualité ne dégrade pas les conditions de circulation et tend même à améliorer l’accessibilité. La suppression de l’autoroute permet à la ville de se retourner de nouveau vers la baie.

    – pour SF et d autres villes (Portland, NY, Vancouver, Séoul, Milwaukee),
    ce diaporama de l’IAU-idf (comme le lien d’au-dessus) sur la transformation des voies rapides/autoroutes urbaines en parcs ou avenues urbaines :

    http://fr.slideshare.net/IAUIDF/la-transformation-des-voies-rapides-en-avenues-urbaines-une-bonne-ide

    Séoul, passant de 14 voies sur 2 niveaux (10+4), à un parc avec rivière, avec longues traversées à pied (mais tjrs 2×2 voies, 2 voies de chaques coté du parc), montre un changement époustouflant.
    Les autres sont bien aussi, mais ils ne partaient pas d’aussi loin qu’une 14 voies sur 2 niveaux…

    présentation, puis
    diapo 69 : bilan de ces expériences
    diapo 70 : transposition à l IdF (Deux fois trop d’autoroutes, si on compare l’IdF à Londres)
    diapo 73 : « on constate que le trafic augmente de 11% en moyenne l’année de la mise en service d’une autoroute » [..] « Après 10 ans (de mise en srvice d’une nouvelle autoroute) le trafic augmente de 40% »
    Setra, ministère de l’équipement, 1982
    => inutilité et inefficacité des nouvelles voies, pour absorber le trafic

    diapo 74 :
    « L’investissement routier est donc incontestablement inducteur de circulation » Thèse de Gabriel Dupuy

    Diapos 76-77 : des voitures à l arrêt sur les autoroutes : inefficacité des autoroutes urbaines dans les temps de transport

    Diapo 78 : taux occupation
    avion : 80, espère atteindre 95%
    train : 75%, espère atteindre 95%
    voiture… espère atteindre 23%… (on est passé sous les 1.2 d’occupants…)

    diapo 81 : LA, chiffres officiels SGAG.ca.gov :
    5 800 morts prématurément
    140 000 enfants asthmatiques
    980 000 jours de travail perdu

    diapo 82 et suivantes : éventail des solutions à appliquer

  7. Vincent

    Moins de pétrole, mais comme la plupart des déplacements quotidiens ne font que quelques (dizaines) de kilomètres, de petites voitures électriques devraient pouvoir de tenir en attendant mieux, et laisser le pétrole qui reste pour les usages où il est encore incontournable (aviation, transport maritime).

    En plus, la voiture électrique est silencieuse, coûte très peu en carburant + entretien et ne pollue plus les villes (donc économies pour la santé + ravalements de façades).

    « 28,000 Electric km »
    http://www.rowetel.com/blog/?p=1782

  8. Alexandre

    Barcelone fait appel à des urbanismes MAIS développe énormément les infrastructures routières…
    Depuis 15 ans :
    – construction des nombreuses pénétrantes (notamment la C16 avec plusieurs tunnels),
    – aménagements des rondas (de Dalt, de Littoral, General Mitre, etc.) avec suppression des carrefours à niveau et remplacement par des voies souterraines.
    Si la voiture n’a pas sa place dans le centre gothique, ce n’est pas du tout le cas pour le reste de l’agglomération qui a plus de 5 millions d’habitants.
    Les transports en commun sont très développés à Barcelone mais tout en conservant à la voiture une place importante notamment hors centre historique.
    Barcelone reste l’exemple réussi d’une ville où cohabitent des moyens de transports individuels et collectifs (sans qu’il soit nécessaire de les opposer par dogmatisme).

  9. Jean-Marc

    Effectivement, Alexandre,
    Barcelone a agit pour les TEC, mais n a pas agit pour les autres modes alternatifs à la voiture.

    résultat :
    http://carfree.fr/index.php/2013/11/28/la-gratuite-est-une-idee-dangereuse/#comment-28792

    sur les 5 villes européennes les moins dépendantes de la voiture,
    Barcelone (0.3) est… 18 fois moins cyclable que la 2eme moins cyclable (Paris 5.3) et 30 fois moins cyclable que la 3eme moins cyclable (Londres 9.1)

    On voit bien les limites de ne pas agir tous azimuts pour les modes alternatifs…
    Joli chaos en perspectives, les jours de grève, comme ils n’offrent que 2 choix : TEC ou voitures…

    (de même, Copenhage et Amsterdam, qui ont misés quasi que sur le vélo, mais peu sur les TEC, illustrent aussi le résultat obtenu par une action non généralisée : ils ont plus de voitures résiduelles que ceux qui ont agit tous azimuts)

    Continuer à ne pas agir ainsi, et nos villes n’auront quasi pas évoluées dans 5 ou 10 ans…

    Des bons exemples existent soit dans les TEC soit pour les vélos, mais, malheureusement, je n ai, actuellement, aucun exemple de réussite totale.
    (mais cela devrait venir… les villes ont de moins en moins les moyens d’entretenir un coûteux réseau automobile)

  10. Pédibuspédibus

    De picard :
    C’est le déclin prévu pour les puits de pétrole déjà existant, c’est un défi colossal. Il est fort probable que d’ici 40 ans la production de pétrole sera anecdotique.

    Ils sont foutus de nous affamer en transformant toute la production agricole mondiale en gazoline…pour continuer à aller chercher le pain en bagnole!

  11. Struddelstruddel

    De VINCENT : »En plus, la voiture électrique est silencieuse, coûte très peu en carburant + entretien et ne pollue plus les villes (donc économies pour la santé + ravalements de façades). »

    Pour rappel (quasi-systématique), il n’y a presque plus de cobalt ni de lithium non plus.

    Et pour rappel (quasi-systématique également), on a besoin de pétrole pour fabriquer des voitures.

    A ceci, un ajout : devant la consommation électrique nécessaire à un remplacement du parc mondial automobile au pétrole par un parc automobile mondial électrique, il faudra construire tellement de centrale nucléaires que le pétrole sera manquant également à ce niveau (construction des centrales et acheminement de l’uranium).

    Bref, encore une fois, les poncifs habituels : la voiture c’est obligatoire, on n’a pas le choix, il faut arrêter de la chasser des villes car elle n’est pas si grave qu’on le dit, la voiture nucléaire remplacera la voiture au pétrole, puisque les gens ont le couteau sous la gorge et sont obligés d’acheter une voiture et de la conduire, il faut construire des autoroutes à la place de toutes les zones piétonnes et des échangeurs à plusieurs étages à la place de chaque rond-point, et plutôt que de faire des parcs avec des fleurs et des arbres qui ne servent à rien, autant faire des parkings géants avec des ascenseurs partout.

  12. Alexandre

    @Jean-Marc :

    1/ La 3th de Santa Monica n’est clairement pas une ancienne autoroute 😉 voir : http://goo.gl/maps/y4UBW

    2/ Statistiques intéressantes. Je ne connais pas non plus de ville idéale. Par contre, j’en ai découverte une récemment assez effroyable pour les adeptes de déplacements doux ou collectifs : Rome.
    Il faut le voir pour le croire qu’une capitale européenne soit aussi retardée de ce point de vue : la voiture occupe tellement la quasi-totalité de l’espace publique que c’en est effarant.
    La municipalité fait quelques efforts (piétonnisation autour du Colisée) mais même moi qui ne suis pas particulièrement anti-voiture, j’en ai été presque choqué tellement Rome est dans l’excès automobile.

  13. Struddelstruddel

    de JEAN-MARC « Des bons exemples existent soit dans les TEC soit pour les vélos, mais, malheureusement, je n ai, actuellement, aucun exemple de réussite totale.
    (mais cela devrait venir… les villes ont de moins en moins les moyens d’entretenir un coûteux réseau automobile) »

    Il y Strasbourg qui mise sur les deux, avec un très bon réseau de tramway et une ville plutôt adaptée au vélo.

    Nantes essaie du mieux qu’elle pense pouvoir, mais elle fait beaucoup d’erreur que ce soit au niveau du vélo (bonne idée de la récente véloroute nord/sud mais très mal aménagée) ou des TEC (choix du BHNS avec les chronobus systématiquement saturés à la place du tram).

    Néanmoins,il y a une vraie volonté de politique cyclable et de transports en commun et la piétonnisation du centre poursuit son chemin (récemment, la place Graslin qui était un énorme rond point à multiples branches devant l’opéra est devenue une grande place piétonne avec une toute petite allée à sens unique pour les voitures avec priorité aux piétons).

    Mais on est encore loin d’un résultat honorable et la voiture reste encore la reine malgré les énormes bouchons sur un des seuls axes restant pour traverser la ville du nord au sud en voiture

  14. alfred

    A SEOUL, une quatorze voies sur deux niveaux… Est-il préférable en matière de pollution de rouler au premier ou au deuxième étage ?
    C’est passionnant. Je ne regrette vraiment pas d’être né à cette époque.

  15. alain

    Tiens? Je vois que Vincent nous parle des voitures électriques. Remarque que depuis le temps qu’on nous en parle…. Vont bien finir par arriver. A moins que le lithium disparaisse avant…
    Bon, c’est vrai que ces voitures électriques, elles sont sympa, elles peuvent faire quelques kms et qu’elles font pas de bruit. Elles ne prennent plus de places non plus? Et puis, elles se rechargent sur des centrales en bout de course, mais c’est fun. Ah oui, c’st vrai, elles coutent un bras, et finalement ne valent pas le vélo qui peut faire quelques kms, est silencieux, ne se rechargent pas (sauf le VAE) et ne prend pas de place pour se garer.

    Mais au fait, que fait-o, des batteries des voitures une fois HS? On les change pour le prix d’une bagnole ou on change sa bagnole? Quelqu’un peut me dire?

  16. Jean-Marc

    Pour Alfred :
    Logiquement, il était préférable de rouler au dessus :
    plus de brassage d air (pas de toit limitant le brassage)

    mais bon,… par chance, cette horreur n existe plus…
    (mais je suppose que des équivallents existent de part le monde…)


    Oui, Struddel,
    j ai oublié Strasbourg
    (Nantes, je ne savais pas;
    Grenoble est pas trop mal, normalement, aussi)

    Par contre, les toutes dernières nouvelles de Strasbourg ne sont pas réjouissantes :

    – vote CONTRE la généralisation du 30 en centre ville
    – développement des amendes contre les cyclistes, c est salauds qui osent ne pas faire de victimes…

    car c est bien connus,
    c est mieux de ne pas s occuper des véhicules qui font +/- 8 morts directs par an dans l’agglo (et autour de 100 indirects), qui coûtent à l agglo autour de 13cts/km parcourus (c.f. http://carfree.fr/index.php/2009/03/13/couts-externes-des-transports/)

    et, à la place, de s’occuper d’un véhicule qui améliore les finances de la vile, améliore la santé de ses citoyens, améliore la fluidité des déplacements, et améliore le cadre de vie…

    Chacun choisit ses combats…


    @ picard :

    en fait, faut faire un tour sur manicore.com :
    çà va être largement pire,
    le problème va venir bien avant 40 ans, bien avant la fin du pétrole :

    D’ailleurs, on l a deja vu en 2008 :
    alors que tous les experts estimaient que le pétrole n atteindrait pas 100$, il les a franchit haut la main… (144,27 dollars à la bourse de New-York le 2 juillet 2008, puis plus de 145 dollars sur les bourses asiatiques, le 3 juillet 2008) :

    pb d’approvisionnement par rapport à la consommation mondiale en hausse (en particulier, forte hausse de la conso en asie, plus particulieremetn en chine… qui, depuis 1 ou 2 ans, est passée 1er importateur mondial de pétrole)

    le pb arrivera bien avant la fin du pétrole :
    c est le décalage entre la production et la consommation, et, une fois la demande trop forte par rapport à la production, il va y avoir une conséquence logique
    :
    le pétrole disponible à l exportation qui va chuter :

    les USA, la norvège, la russie, la péninsule arabique, la canada et qq autres paysn sont producteurs…

    MAIS, ils sont tous consommateurs,
    et d ailleurs, certains qui ne consommaient rien (ou presque) il y a 30 ans (la péninsule arabique), ont énormément développés leur consommation intérieure.

    Résultat, pour ne pas être en manque,
    les producteurs vont garder une réserve personnelle :

    il y a aura bientot des quotas d exportations très stricts, limitant très fortement le pétrole disponible pour les importateurs (dont la france, l allemagne, l italie, l espagne,…)

    Et là, les prix exploseront bien plus vite et plus fort que pendant les 3 premiers chocs pétroliers… et risquent de ne jamais redescendre…

    Et çà… le problème de production ayant du mal à répondre à la demande… on n est plus loin…
    Donc on est pas loin du grand clash mondial…

    (c.f. les guerres en irak des Bush père et fils… en particulier, celle du fils, faite sur une excuse complétement bidon)

  17. Struddelstruddel

    Grenoble est très bien pour les transports (important réseau de tramway) et le vélo (malgré la tendance à mettre les vélos sur les trottoirs), en revanche je la trouve très en retard sur la piétonnisation, avec peu d’allées piétonnes dans l’hyper centre.

    Mais de tous mes trajets vélotaf, celui que j’avais à Grenoble (Grenoble – Seyssins) était mon préféré, entièrement sur voie cyclable tout droit et tout plat.

    Le problème à Grenoble, c’est dès qu’on veut sortir de la ville centre pour parcourir l’Isère : il y a intérêt à être un bon sportif pour grimper les cols 😉

  18. Jean-Marc

    @ Picard,
    lien vers le paragraphe « pic d’export » (ou « pic d import ») :
    http://www.manicore.com/documentation/petrole/pic_futur_petrole.html
    tout en bas de la page
    :
    « Pic de production et… pic d’exportation (ou d’importation)

    La discussion ci-dessus, discriminée par zone, montre que tout le monde ne va pas décliner aussi vite ni au même moment. Mais il y a un autre élément majeur à prendre en compte pour les pays qui sont foncièrement importateurs (comme la France), c’est que les pays exportateurs peuvent passer leur pic de production avec une demande intérieure qui continuera à croître pendant un moment, auquel cas la baisse de leurs exportations ira bien plus vite que la baisse de leur production. (A titre d’exemple les cas de l’Egypte et de l’Indonésie sont donnés dans le graphe ci-dessous).

    L’Europe subit déjà la conséquence de cette consommation intérieure croissante des pays producteurs (tant que cette consommation intérieure reste inférieure à la production, il n’est politiquement pas facile de la faire baisser). Si la production mondiale de pétrole devient stable (ce qui est plus ou moins le cas depuis 2005) et que la consommation intérieure des producteurs augmente, cela signifie que la quantité de pétrole disponible pour les importateurs diminue. Le « pic imports » est probablement passé pour l’Europe ! Et comme par ailleurs la production européenne a aussi passé son pic, cela signifie que nous avons probablement commencé notre descente structurelle pour la consommation de pétrole, quoi qu’en pense l’automobiliste européen.

    Autres liens :
    le sommaire énergétique :
    http://www.manicore.com/~pascalrene/documentation/petrole/index.html

    le pic de production de petrole :
    http://www.manicore.com/documentation/petrole/pic_passe_petrole.html

    Une autre analyse, très claire
    [moins documentée.. mais celà ne compte pas : Yoananda n avance pas de chiffre
    (enfin.. si.. 2017+/- 2 ans, mais ce n est pas ce qui est de plus intéressant) ] :
    http://yoananda.wordpress.com/2013/07/28/quand-arrivera-le-pic-petrolier/

    « Donc quel serait ce critère ? parce que pour l’instant, [dans la presse], « on » dit que le pic pétrolier est mort (à cause du boom des gaz et pétroles de schiste aux USA; à cause des profits records des sociétés pétrolières, et parce qu’il y a des bouts de reprises ici ou la et que la croissance mondiale globale est encore assez forte, aux alentours de 4%).

    En réalité, quand on va chercher les chiffres, la situation est loin d’être aussi rose. Les profits des pétroliers sont important, mais les investissements aussi, et les réductions de taxes et autres avantages aussi. La fracturation hydraulique montre déjà des signes de faiblesses. En réalité la situation des pétroliers est assez précaire.

    Je vous propose donc comme signe de surveiller la faillite d’une grosse pétrolière, une « major » (Exxon, BP, Shell, Chevron et Total). Quand cela arrivera, ce sera le signal qu’on aura passé, quoi que disent les chiffres, le pic pétrolier.
    A partir de la, le cycle infernal se mettra en place, car si le pétrole se maintient c’est à cause des investissements de plus en plus massifs. Mais pour cela il faut qu’ils soient rentables, et même en trichant comme on le fait actuellement, viendra un moment où ça craquera quelque part.

    Je ne peux pas vous proposer de date précise, mais un critère précis. General Motors a fait faillite. C’est une signe précurseur (ainsi que les difficultés des autres constructeurs). C’est le domino qui précède. La crise de la dette, le sauvetage des banques est aussi un signe précurseur. Mais le vrai signal, ce sera la faillite d’une major. »

    rappel :
    Enron, spéculant sur l énergie, a fait faillite en 2002
    La marque Hummer n existe plus depuis 2010
    De très nombreuses marques européennes de haut de gamme et/ou de luxe, indépendantes, ont toutes fini par être rachetées, et re, et re-rachetés car pas assez rentables seules…

    (jaguar, saab, maserati, lamborghini, bentley, bugatti, RR, et même le dernier gros indépendant du luxe, porsche (fusion/absorption par VW en août 2012, grâce aux investisseurs Qatarie communs) et d autres …. jag et saab, achetés pour l’image, d abord par les USA (ford, GM)… mais ils ont été obligés de les revendre du fait de leur propres pb financiers; puis par des pays asiatiques, rachetés pour passer les quotas, pour acquérir de l image de marque et/ou pour certaines de leurs techno : il devient, en fait, de plus en plus difficile de trouver un acheteur… (c.f. Hummer))

    => çà fait deja plus d’une décennies que sa sent le roussie pour l’industrie automobile européenne.
    Même le maxi-groupe VW, malgré ses gains d échelle, réussit à perdre de l argent sur une de ses marque (seat).

    De nombreux pays, leur font des aides, pour les soutenir (en particulier la france : balladurettes, jupettes, bonus/malus offrant bien plus de bonus que de malus)

    Soutenir une industrie qui nous contraint à importer du pétrole…
    soutenir une industrie qui, forcément, aide au déséquilibre de notre balance commerciale… faut vraiment ne pas avoir des idées claires…
    Pourquoi ne pas détaxer les noix de coco, bananes, café et cacao, et taxer très fortement les pommes normandes et limousines, poires et noix ?


    une anecdote amusante, pour un (ex) champion de la route :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Porsche
    « Porsche est le constructeur automobile le plus rentable de l’histoire et dont la quasi-totalité de l’approvisionnement et des livraisons passe par le chemin de fer (donc sans une noria de camions) »

    la 2eme partie de la phrase induit (en partie) la 1ere…
    ils avaient tout compris…
    (contrairement à nos industriels, tous secteurs, champion du tout camion…)

    malheureusement, ce n etait plus vrai depuis 2009 :
    en voulant manger trop gros, il s est fait manger :

    « En 2009, en tentant d’acquérir une majorité de contrôle dans Volkswagen, Porsche a accumulé une importante dette. Elle est incapable de respecter ses engagements financiers, car Volkswagen a vu son titre augmenter de façon appréciable au cours de l’année précédente, permettant à Porsche de réaliser un profit appréciable sur papier. Selon les lois fiscales allemandes, Porsche doit verser un impôt sur cette plus-value, montant en argent qu’elle ne possède pas. En juillet 2009, Porsche a accumulé des dettes dépassant 10 milliards d’euros. Pour éviter la faillite, Porsche a accepté les conditions posées par le Qatar Investment Authority, lequel injectera un important montant dans Porsche tout en l’obligeant à fusionner ses activités avec Volkswagen. — Cette fusion est annoncée le 5 juillet 2012 et est effective le 1er août 2012. »

  19. Jean-Marc

    Pour Vincent, et la voiture élec, regarde la réalité économique :

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/19/chrysler-perd-10-000-dollars-par-voiture-electrique-vendue-en-californie_3162870_3234.html#xtor=RSS-3208

    Malgré les différentes aides des états, la voiture élec n est pas rentable pour les constructeurs
    (d ailleurs, ils n installent pas de « pompes à courant », les prises rapides, dans les villes, mais espèrent que les municipalités et état le fassent pour eux…
    les 7 000 euros et les droits de passages préférentiels ne leur suffisent même pas…)

    S’ils en produisent, c est pour leur image + par obligation légale :
    pour un modèle de Zoé créée, celà te permet de continuer à plus polluer sur tes autres modèles, tout en restant dans les clous de la législation

    (des lois euorpéennes sur la gamme entière d un constructeur)

    Pour la californie, les lois sont encore plus dures :
    il ne suffit pas d avoir un véhicule élec dans son catalogue, MAIS il FAUT en vendre, d’où les 10 K$ de pertes….

  20. Sam_Nantes

    Ils sont sympas les urbanistes et architectes qui interviennent (sévissent?) à Nantes.

    Capables de concevoir des aménagements comme des oeuvres d’art sans évidemment penser que des « gens » les utiliseront!

    Dernier exemple sur l’île de Nantes avec « Marcel Smets et Anne-Mie Depuydt de l’agence uapS » qui ont conçu (commis?) les « véloroutes » (le mot n’est évidemment pas de moi mais des urbanistes eux-mêmes, mot repris sans recul dans un article de Ouest France confinant au publi-reportage) des boulevards Gaëtan Rondeau et Vincent Gâche (sans bien évidemment penser la continuité de l’aménagement. Ce serait bien qu’ils reviennent, montent sur un vélo et empruntent « leur » création. Place au Vélo a enfin pu rencontrer la Samoa pour réparer leurs erreurs mais il ne sera pas possible de tout corriger.

  21. Struddelstruddel

    C’est le problème dans la plupart des villes : la volonté est là mais c’est mal fait, et au final ce n’est pas exploitable.

    J’ai expliqué à un ami qui travaille à l’aménagement du territoire chez Nantes Métropole que je n’emprunterai jamais cette véloroute alors que je me faisais une joie qu’elle soit faite, il m’a dit qu’il n’était pas étonné, car comme souvent, ils ont voulu modifier sans rien modifier, ainsi, on a juste des pistes cyclables surélevées sur un itinéraire coupé tous les 100 m par un carrefour en allant un coup à gauche, un coup à droite, un coup on ne sait plus trop où il faut aller, etc.

  22. Alexandre L.

    A y lire de plus près, ceci est en fait un site d’architecte, pas du tout d’urbanisme.

    L’utilisation du mot « urbanisme » est complètement usurpée…

    Même si je ne conteste pas les progrès à faire parmi les jeunes urbanistes sur les paradigmes de transports, je trouve que les réflexions autour des transports sont bien plus complexes et riches dans les formations en urbanisme en comparaison à ce qu’on peut trouver chez nos amis architectes.

  23. Seb

    Ahhh…..comme c’est chouette d’avoir choisi une profession qui nous rend coupable de tous les maux de la ville tout en étant au chômage une année sur deux. Et oui les architectes et urbanistes ne sont pas seuls à construire la ville et à être responsables de tous ses dysfonctionnements (quand ils sont conviés).
    Ils y a quand même, au sujet de la voiture, quelques volontés politiques auxquels faire face et dans la forme des moyens financiers et avis (voir dessins) de bureau d’études à respecter.
    Malgré cela des irréductibles jeune urbaniste (35-40ans) bataillent sec pour glisser leurs plus belles visions pendant que l’archi est évincé par des promoteurs.
    Mais je ne suis pas aigri car en lisant tous ces post je constate que ns sommes en bonne voie : références, réflexions, discussions. Il est tant d’initier et opérer un changement par l’usager via des démarches participatives et collaboratives !
    Concernant les pistes cyclables, elles devraient effectivement être inaugurées pas leurs dessinateurs histoire qu’ils progressent et évitent sur la prochaine d’y mettre au milieu un abris bus ou un joli revêtement de graviers rouges de m**** qui ralentit bien ds les côtes.

Les commentaires sont clos.