Les champions du transport public

Troisième épisode d’une série d’articles sur les modes de déplacement au sein des villes européennes. Aujourd’hui, nous allons voir quelles sont les villes où les transports publics sont les plus utilisés.

Une base de données accessible en ligne recense un grand nombres de villes européennes et les parts modales des différents modes de déplacement. Par « parts modales, » on entend la part prise par les différents modes de déplacement dans la mobilité des villes (voiture, transports publics, vélo, marche).

Cette base de données, c’est TEMS « The EPOMM Modal Split Tool ». Nous en avions parlé en 2011, mais à l’époque, beaucoup de villes européennes n’étaient pas encore référencées. Désormais, la base de données intègre plus de 430 villes dont 318 villes de plus de 100.000 habitants, soit deux fois plus qu’il y a 5 ans.

Comme on considère généralement qu’il y a 486 villes européennes de plus de 100.000 habitants, la base de données intègre donc environ 65% de ces villes, soit un bon échantillon.

En outre, la base est renseignée par les villes elles-mêmes ou par des organismes publics, voire des particuliers, mais toujours avec des données sourcées et validées. On peut donc considérer que les « meilleures » villes du point de vue de la mobilité sont déjà dans la base, les villes ayant en effet tout intérêt à faire la promotion de leurs données quand elles sont bonnes.

Par contre, vu le faible nombre de l’échantillon, nous n’avons pas retenu les villes inférieures à 100.000 habitants, qui ne sont que 136 dans la base de données. On parlera donc dans cette série d’articles que des villes européennes de plus de 100.000 habitants.

Les 10 villes européennes qui utilisent le plus les transports publics

villes-transports-publics

Parmi les villes européennes de plus de 100.000 habitants, la « championne » du transport public est Ostrava en République Tchèque, avec une part modale des transports publics de 64%! En d’autres termes, près des 2/3 des déplacements dans cette ville de 317.000 habitants se font en transport public. Si on se fie à Wikipédia, Ostrava possède un réseau d’une quinzaine de lignes de tramway, avec 100 stations de tramway et une longueur cumulée des lignes de tramway dépassant les 200 kilomètres. A cela, il faut aussi ajouter le réseau de bus dont nous ne connaissons pas les caractéristiques.

On trouve ensuite deux villes lituaniennes, Klaipeda et Kaunas, avec une part modale du transport public de respectivement 63% et 60%.

Bratislava en Slovaquie prend la quatrième place (avec une part modale de 59%) et Varsovie en Pologne la cinquième place (part modale de 54%). Bucarest en Roumanie et Brno en République Tchèque occupent exæquo la sixième place (avec une part modale du transport public de 53%).

Enfin, on trouve Bruxelles en Belgique avec une part modale de 48%, Olomouc là encore en République Tchèque (48% aussi) et Budapest en Hongrie (47%).

A titre de comparaison, la meilleure ville française en matière d’utilisation des transports publics, Paris, arrive loin derrière avec une part modale de seulement 33%. Pour le reste, les « meilleures » villes françaises en la matière ont une part modale du transport public oscillant entre 10 et 15%…

Les 10 grandes villes qui utilisent le plus le transport public

grandes-villes-transport-public

Si on observe désormais seulement les « grandes » villes, considérées ici comme les villes de plus de 500.000 habitants, on retrouve logiquement aux premières places Varsovie, Bucarest, Bruxelles et Budapest. Parmi tant de villes des pays de l’Est, Bruxelles semble apparaître comme une exception.

On trouve ensuite encore deux villes polonaises, Cracovie (avec une part modale du transport public de 46%) et Poznan (43%).

Enfin, il faut noter la bonne place occupée par Madrid en Espagne avec une part modale de 42%, puis Vienne en Autriche exæquo avec Lviv en Ukraine (39%) et Leeds au Royaume-Uni à la dixième place (part modale du transport public de 38%).

En conclusion, les villes de l’Est de l’Europe sont sans réelle surprise en tête de classement, en particulier les villes polonaises, lituaniennes et tchèques. Est-ce un héritage de la période soviétique? Les capitales des pays de l’Est apparaissent en effet comme les championnes du transport public, avec Varsovie, Bucarest, Budapest ou Bratislava où plus d’un déplacement sur deux se fait en transport public. Ceci dit, trois capitales « occidentales » tirent leur épingle du jeu, à savoir Bruxelles, Madrid et Vienne.

Prochain épisode: les meilleures villes européennes en matière de mobilité

Photo: Tramway d’Ostrava en République Tchèque (Ben Skála, Benfoto)

Carfree

A propos de Carfree

Administrateur du site Carfree France

10 commentaires sur “Les champions du transport public

  1. Arthur

    Bonjour,

    le sujet est intéressant, mais il n’est pas très opportun de faire des comparaison sur un seul mode. Par exemple vous citez Bratislava comme fort au niveau des TP seulement la voiture est à presque 50% … Soit proche des grandes villes françaises.

    Une ville est exemplaire si la part des TP est forte mais que celle de la marche et du vélo l’est également. Lorsque le développement des transports publics se fait au détriment des modes actifs alors la part de la voiture reste quand même importante.

     

     

  2. Bernard GIRARD

    Oui, cette base de données a des défauts, qui obèrent la validité de la comparaison. Il est évident que la statistique concernant Bratislava omet totalement de compter la marche (pourcentage = zéro !), le partage n’est fait qu’entre voiture et transport public.

    Si ‘est évident pour cette ville, comme en être sûr pour d’autres ?

  3. Bernard GIRARD

    Si on omet totalement de compter marche et vélo, les Parisiens font 34 % de leurs déplacements en voiture et 66 % en TC (ou « PT »).

    Une ville où marche et vélo serait si faibles qu’a Bratislava (selon cette base de données) serait une horreur à vivre Or Bratislava est une ville historique pleine de charme, où l’on marche beaucoup.

  4. Pédibusnaturenville

    A se demander s’il n’y a pas un problème méthodologique dans le mesurage des parts modales des villes citées, avec 3% pour Bruxelles et 4% à Leeds pour la marche : c’est simplement aberrant… Pour choper les transports publics il doit y avoir dans ces villes un dispositif révolutionnaire de drive-transports en commun, avec les stations d’arrêt branchées sur des parkings grands comme des aérodromes…

    Ces questions méthodologiques statistiques sont vieilles… comme les statistiques.

  5. Bernard GIRARD

    En France ces résultats statistiques proviennent des Enquêtes Ménages Déplacements, dont la méthodologie a été fixée par le CEREMA (ex CERTU). Une hiérarchie des divers modes de transports est instituée, mettant en tête le métro, puis le tram, le TER, le bus, la voiture, etc jusqu’à la marche… Si bien qu’un grand banlieusard ayant fait 20 km en voiture et les 3 derniers en métro ou TER sera compté comme utilisateur de transport en commun. La marche, c’est un déplacement uniquement à pied, pas les quelques pas qu’on fait pour aller prendre le bus, ou la voiture sur le parking.

    Pas dit – au vu des chiffres aussi aberrants que zéro % à pied – que les autres pays fassent comme les agglomérations françaises. La comparaison est impossible

  6. Haricophile

    Il y a aussi le soucis de « l’assiette » à savoir « la ville » ou « l’agglomération » : jusqu’où et comment prend-on en compte les déplacement induits par la ville dans son environnement ? La réponse ne peut de toute manière pas être simple, et doit se traduire non pas en « nombre de personne prenant tel type de transport » mais en « km parcouru pour chaque moyen de transport et par habitant », la ville la plus vertueuse quel que soit le moyen de transport utilisé étant avant tout celle qui évite aux habitants d’avoir à se transporter sur de longues distances, donc pour commencer ne pas dissocier un territoire « dortoir », un territoire « travail » et un territoire « courses et loisirs ». Un transport en commun est plus beaucoup plus vertueux que la voiture mais beaucoup moins que ne pas avoir besoin de prendre le transport en commun ni la voiture.

  7. RANDOLET

    2 critères doivent s’imposer au niveau de la politique des transports

    en milieu urbain:

    -aucun véhicule ne doit stationner sur la voie publique

    -tous les modes de transport doivent être gérés,programmés de ma

    nière à ce qu’ils soient accessibles aux personnes handicapées;et

    gratuits.

  8. Vincent

    Bonjour,

    oui, comme dans toute enquête il y a des limites dans la méthodologie.

    Mais quiconque s’est déjà promené en Europe de l’Est sait que les transports en commun y sont souvent très développés et très utilisés. J’ai pu le constater à Brno, deuxième ville de République tchèque, classée ici septième des « villes moyennes » (elle a une population d’environ 400 000 habitants, comparable à celle de Strasbourg).

    Le classement reflète donc une certaine réalité.

    Bien cordialement,

    Vincent

  9. Bernard GIRARD

    Mais est-ce que la part modale à pied (6 %) de Brno vous parait réaliste ? Si oui, et si c’est compté comme en  France, ça signifierait que très peu de monde se déplacerait seulement à pied. Mais pourquoi ? Brno n’est pas Los Angeles, où rien n’est à portée de marche.

Les commentaires sont clos.