Attention danger : ne pas conduire

Owen avait quatorze ans, il roulait à vélo avec un copain et il n’est jamais arrivé à destination. Il a été percuté par une voiture conduite par une dame d’un certain âge, bien connue et haut placée dans la région. Cette dame n’avait pas bu. Elle avait son permis. Elle n’était pas en excès de vitesse. Elle n’était pas au téléphone. Elle avait seulement pris ses médicaments. Sur la boîte, il était écrit: « Attention, danger: ne pas conduire. »

« Lorsqu’il y a un accident de la route corporel, a fortiori mortel, on va chercher l’alcool, les stupéfiants illicites, mais on ne va jamais chercher les médicaments psychotropes, qui sont prescrits par les médecins et délivrés par les pharmaciens. »

Aujourd’hui, les parents de ce jeune garçon ont fondé une association pour que l’on puisse éviter que de tels drames se répètent. Ils racontent leur histoire, complétée par des analyses d’avocats et d’un chercheur de l’Inserm.

Émission Une histoire particulière, « Automobiles et psychotropes, » reportage d’une heure diffusée le 4 septembre, disponible sur le site de France Culture: http://www.franceculture.fr/emissions/une-histoire-particuliere-un-recit-documentaire-en-deux-parties/automobiles-et

Emmanuelle

A propos de Emmanuelle

Contributrice de Carfree France

3 commentaires sur “Attention danger : ne pas conduire

  1. balthazar

    Je voudrais me confesser.

    J’ai mis mon poing dans le beau visage d’un saint cycliste, d’un apôtre de la mobilité vertueuse, d’un trois fois béni des mairies vertes, d’un cyclo-prophète auréolé qui n’a pas supporté que je passe sur le passage piéton au feu vert (vous savez le petit bonhomme qui concerne les piétons et que plus personne ne regarde) au moment où il arrivait ce qui devait le contraindre à s’arrêter. Au pire aurait il pu m’éviter en faisant un petit geste du type … « désolé, je roule un peu vite, mille excuses » ! mais non il a poussé son cri d’injure comme quoi je devais faire attention, merde quoi ! … tout en abusant de la sonnette de son vélo.

    C’est pas le feu qui l’a arrêté, c’est mon point. Je ne suis pas resté compter ses dents sur le pavé au moment où il s’est éclaté par terre. J’espère qu’il a pu se relever vite, car le feu a du passer au rouge. Cela aurait été dommage pour un messie de l’ultra-mobilité silencieuse de perdre un autre organe pour être resté à glander sur le macadam.

    Rappelons nous Massy : un piéton tué par un cycliste 

    << L’accident, habituellement sans conséquence, a tourné au drame. Mardi soir, une femme de 24 ans traversait le boulevard de la Paix à Massy lorsqu’elle a été percutée par un vélo. Elle est décédée sur le coup. La victime, qui habite Sarcelles (Val-d’Oise), venait rendre visite à ses parents à Massy. Elle traversait entre deux passages piétons de cette artère en pente quand le cycliste du même âge a vu la victime au dernier moment. Il lui aurait hurlé « attention », mais l’écart de la piétonne et du cycliste n’a pas suffi à éviter la collision. Projetée à deux mètres de l’accident, la jeune femme est retombée au sol, sa tête heurtant un plot en ferraille. Malgré les secours, elle n’a pu être ranimée. >>
    Quelle que soit la taille de nos roues et la vitesse de déplacement, nous devons accorder une attention permanente et une protection constance aux piétons. Ils sont nous sans nos vélos ! Et je ne suis pas toujours en vélo.

    Au ait c’est la rentrée et je viens de reprendre la boxe.

  2. Thomas

    @balthazar

    Tu as ressenti ce qu’un cycliste ou un piéton ressens lorsqu’un automobiliste enfreint le code de la route et se permet de t’engueuler.

     

  3. Florent

    @Thomas: +1

    A la seule différence près que foutre un pain à un cycliste quand on est piéton est somme toute plus facile que l’ordre qu’un cycliste (ou un piéton) subit l’irrespect (et la colère) d’un automobiliste…

    Personnellement, j’ai déjà eu le cas inverse:

    Moi à vélo

    Lui en bagnole, lui qui enfreint le code de la route, lui qui se permet de l’engeuler (je reconnais, j’étais également en colère contre lui,… et lui qui vient de foutre un pain dans la gueule (et lui qui a eu droit à une amende pour coups et blessures volontaires).

    A bon entendeur M. Balthazar: la victime de votre coup de poing peut porter plainte et vous pouvez êtes condamné (en l’occurrence amende jusqu’à 750€ je crois de mémoire…). Votre status de victime d’une infraction du code de la route ne vous donne pas droit de faire justice vous-même. Et vos sarcasmes a posteriori non plus.

    Que ce cycliste (comme beaucoup d’autres) soit irrespectueux c’est un fait. Vous avez le droit de le lui dire (et à mon avis le devoir mais les avis divergent visiblement sur ce point). Mais si vous joignez le geste à la parole, il est bon que vous soyez informé de ce que vous risquez…

Les commentaires sont clos.