Les vélos-cargos en plein développement à Barcelone

Le vélo-cargo est actuellement en plein essor à Barcelone en Espagne. Il s’agit de vélos à trois roues permettant de transporter de lourdes charges avec lesquels les familles transportent les enfants et les entreprises leurs marchandises. Ce type de vélo est courant dans des pays européens comme l’Allemagne et les Pays-Bas et gagne progressivement du terrain en Espagne.

Barcelone est l’une des villes qui enregistrent ce boom. La mairie a recensé 50% de vélos-cargos en plus par rapport à 2019.

« Je les utilise parce qu’ils sont pratiques pour emmener mes enfants à l’école, » explique Ángeles Cutillas, qui vit et travaille à Barcelone. « Cela me prend le même temps qu’en voiture et, si je suis honnête, je n’ai pas pensé aux questions environnementales mais au fait que c’était plus confortable que de les prendre en voiture, » explique-t-elle. Cutillas utilise également sa voiture tous les jours mais reconnaît qu’avec ce tricycle, elle évite les problèmes de stationnement des grandes villes.

Alternatives à la voiture

Javier Cuenca a récemment déménagé à Sant Cugat del Vallès, une commune voisine de Barcelone où il n’y a pratiquement aucun problème de stationnement. Il a récemment opté pour un vélo cargo: « J’emmène mes filles à l’école tous les matins. Je l’ai acheté par conviction, il y a 10 minutes de trajet entre la maison et l’école, de cette façon je suis actif et je contribue à prendre soin de l’environnement, » explique-t-il. Cuenca reconnaît qu’il y a de nombreux parents qui emmènent leurs enfants à l’école sur toutes sortes de véhicules à deux roues, au détriment de la voiture. L’engagement de sa famille envers le vélo cargo est tel que lui et sa femme envisagent de vendre l’une de leurs deux voitures.

Ils ne sont pas les seuls à parier sur les pédales. La société Happy Cargo Bikes est l’une des rares à vendre ce type de véhicule en Espagne. Son propriétaire, Jean De Craene, reconnaît que la demande est en hausse: « Ce matin, nous avons reçu deux familles intéressées. À long terme, ils font des économies car ils ont besoin d’une assurance moins chère que celle de la voiture et le prix du stationnement n’est pas le même, » dit-il.

M. De Craene reconnaît également que les chiffres de vente sont encore loin de ceux de ses voisins européens: « Dans mon pays, la Belgique, la marque la plus connue vend 1 000 vélos cargo par an et en Espagne, nous en vendons environ 150, » explique-t-il, bien qu’il soit convaincu que l’Espagne est un pays « idéal » pour les utiliser. La raison: « Le pays a 320 jours de soleil par an, contre 20 jours pour la Belgique, » explique-t-il en riant. Comme il l’explique, la pluie n’effraie pas les voisins européens: « Il y a des auvents et toutes sortes d’accessoires. Ici, quand quatre gouttes tombent, les gens utilisent la voiture. Là-bas, le vélo est comme une religion« , ajoute-t-il.

Vélo-cargo électrique

Les vélos-cargos sont disponibles en modèle normal et électrique, mais la plupart des clients choisissent cette dernière option, même si la plupart du temps ils préfèrent pédaler plutôt que d’utiliser la batterie électrique. Les vélos-cargos normaux coûtent environ 1 800 euros, tandis que les vélos-cargos électriques coûtent environ 2 600 euros. « Ce sont des véhicules chers par rapport au pouvoir d’achat de la population. Pour en acheter un, une personne doit économiser deux mois de son salaire, » reconnaît-il.

Les entreprises se sont également mises à la mode de ces tricycles. Les magasins d’alimentation les achètent pour effectuer des livraisons à domicile, ainsi que les sociétés de courrier. « En ce moment, nous préparons un modèle sur mesure pour une boulangerie du quartier de Sant Andreu, » explique-t-il.

Les vélos-cargos sont si peu connus en Espagne que les questions sur leur réglementation sont fréquentes. Les vélos-cargos peuvent transporter des enfants à condition qu’ils soient équipés d’un siège homologué correspondant à l’âge de l’enfant. Les petits tricycles familiaux n’ont pas besoin d’être enregistrés auprès de la mairie de Barcelone, mais les tricycles d’entreprise doivent l’être, car ils sont plus grands. Les véhicules doivent être couverts par une assurance responsabilité civile et il est conseillé aux utilisateurs de les garer dans un garage privé ou dans un parking à vélos pour éviter les vols.

Source: https://www.niusdiario.es

Un commentaire sur “Les vélos-cargos en plein développement à Barcelone

  1. Bernard

    Dans adolescence, milieu années 60, les Espagnols pratiquaient le scooter + side-car en famille, jusqu’à 4 personnes.

    Avant la fin de la même décennie ils étaient passés à la Seat 600.  🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.