Renault diesel : le bal des hypocrites

Renault est de nouveau rattrapé par le scandale à répétition des moteurs diesel. Le Financial Times a relayé les protestations de plusieurs membres d’une commission mise en place par le ministère de l’environnement: un rapport tronqué avait été publié, d’où avaient été retirés les résultats les plus critiques pour Renault. De rectifications en démentis, on a assisté à un magnifique bal des hypocrites. Lire la suite…

Le diesel à Paris: Hidalgo accepte l’enfumage des constructeurs

On annonçait des mesures fortes de la mairie de Paris pour lutter contre la pollution de la circulation automobile, en particulier les particules fines émises par les moteurs diesel et dont l’effet cancérigène est reconnu certain par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Décidément, les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Lire la suite…

Équateur : défendons le projet Yasuni-ITT!

Le gouvernement de l’Équateur souhaite préserver la forêt amazonienne en refusant d’exploiter le pétrole qui s’y trouve. Il a besoin pour cela du soutien financier de la communauté internationale. Exigeons que l’Europe, notamment la France, soutienne ce projet. Lire la suite…

Changer les transports en Europe Maintenant

railroad

L’actuelle crise environnementale, du climat et des ressources exige des réponses. Winfried Wolf, rédacteur en chef du magazine économique de gauche Lunapark 21 et militant de l’initiative « la voie des citoyens au lieu des rails de la bourse », présente son programme politique d’investissement et d’activité, « l’Europe sur les rails – 2025 ». Lire la suite…

Pour un grand pôle public unifié de l’automobile

Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) dénonce la situation des salariés de l’automobile et propose des solutions « afin de mettre sur pied une filière cohérente depuis les matières premières jusqu’aux produits finis ».

« Au moment où les salariés sont en chômage technique et menacés de licenciements, les bénéfices sont inchangés, voire progressent et les actionnaires, eux, ne connaissent pas de difficultés. Le plan de relance de Sarkozy va même injecter des fonds dans cette branche industrielle qui va en fait alimenter les profits des actionnaires. Il faut inverser cette logique » explique le collectif.

D’autre part le parti suggère que « les jours de chômage technique soient payés à 100 % et que les licenciements interdits. Le patronat (dont les grands groupes automobiles et les pétroliers qui ont fait ces derniers mois des bénéfices faramineux) doit solidairement verser à un fonds qui garantirait le financement de ces mesures. Pour ça, il faut la transparence donc lever le secret bancaire, commercial et industriel, instaurer un droit de regard sur les comptes des entreprises ».

Le NPA propose également « de créer un grand pôle public unifié de l’automobile, sous contrôle des salariés et de leurs syndicats, des usagers, en expropriant sans indemnité, les constructeurs, les équipementiers et sous traitants qui devraient être mis en régie publique ou repris sous forme de coopératives ».

Et de conclure « Par ces moyens, non seulement on garantirait l’emploi mais, en plus, on réunirait les conditions nécessaires pour préserver l’environnement avec l’objectif de promouvoir la sobriété énergétique des véhicules et la diminution drastique des gaz à effet de serre qui proviennent en très grande partie de la circulation automobile. Il faut développer les transports en commun, le covoiturage, mais aussi le ferroutage. La recherche doit être orientée vers des véhicules « propres » et économes. Et cela ne peut voir le jour que dans un cadre public, sous contrôle des salariés, sans recherche d’un profit à court terme ».

Source: www.lcrfranchecomte.org