La pensée magique

centralesnucleaires

Bien sûr, il n’y a rien à voir entre nous, Occidentaux éclairés du XXIe siècle, et les misérables peuplades qui vouaient un culte au cargo ou attachaient des pouvoirs surnaturels aux esprits de la forêt. Non, nous sommes rationnels, libres, conscients, irréductibles à toute trace de pensée magique. La pensée magique ? L’idée que face à une situation inextricable, des forces mystérieuses vont intervenir, si on sait les solliciter avec les égards appropriés, et résoudre le casse-tête.

Oh, une auto électrique ! Elle est propre, elle est belle, elle ne pollue pas, elle arrive. Et hop ! Nous voilà débarrassés de ce satané problème de la voiture à pétrole qui émet plein de CO2. Ah, merci, merci, Technologie, merci Puissance miraculeuse de la Recherche et Développement, merci Ingénieurs et Chercheurs, prêtres du monde parfait, merci Capitalistes désintéressés, merci Industrie automobile au service de l’humanité !

Je caricature ? Non. Dans le capitalisme finissant, la technologie est une pensée magique, destinée à évacuer les questions délicates que génèrent les formes des relations sociales dans cette phase de l’histoire. Car l’auto, autant qu’objet technique, est un usage social.

Point central du dossier de l’auto électrique : d’où vient l’électricité ? Dans le monde, majoritairement de la combustion du charbon.

Si bien que l’absence de l’émission de CO2 par la voiture est compensée par l’émission de CO2 lors de la production d’électricité. Et d’ici à ce que les renouvelables soient à un niveau suffisant pour prendre le relais, de l’eau aura coulé sous les ponts. L’énergie nucléaire ? Pensée magique. Alignez les milliards d’euros et placez sous le tapis déchets nucléaires et risques d’accidents.

Autre point : la fabrication des autos et de leurs composants (notamment les batteries au lithium) a un impact environnemental majeur. Il faut opérer le bilan total de l’objet, de la production à la disparition. Une analyse dite du « cycle de vie » singulièrement absente des débats.

Mais l’enjeu est au fond ailleurs. D’accord, bien sûr, pour améliorer les techniques. Mais tout progrès sera annulé si on laisse augmenter le parc automobile. The Economist écrit ainsi sans s’émouvoir que « dans les prochaines quarante années, le nombre total d’autos dans le monde devrait quadrupler pour atteindre 3 milliards de véhicules ». Accepter cette idée, c’est se garantir l’aggravation de la crise écologique dans ses pires manifestations.

Il nous faut sortir de la pensée magique, arrêter de croire que la technologie tranchera les choix que nous ne voulons pas faire. La question de l’auto se pose en fait ainsi : comment allons-nous faire pour diviser par deux le parc automobile des pays développés ?

Passer en France, par exemple, de 37 millions de véhicules à 18 millions d’ici quarante ans ?

Hervé Kempf
Cet article est paru dans Le Monde du 20-21 septembre 2009.

Hervé Kempf

A propos de Hervé Kempf

Journaliste et écrivain français. Il écrit dans le quotidien français Le Monde depuis 1998. Créateur du site internet Reporterre.

13 commentaires sur “La pensée magique

  1. Pim

    J’aime beaucoup les chroniques d’Herve Kempf dans Le Monde…
    Si vous voulez les retrouver facilement sur le Ouaibe, tapez « Hervé Kempf » dans Google Niouzes ….

  2. Tommilidjeuns

    comment allons nous faire il demande le Monsieur.
    Déjà, ON interdit tout de suite ce genre de pub de merde:

    « BMW X6M
    Le X6 avec le moteur V8 contenterait déjà plus d’un amateur de sensations. Certes mais pour les clients BMW, c’est insuffisant ! BMW Motorsport a donc répondu en concoctant un bestial X6M doté d’un V8 double turbo de 555 ch. »
    Sur la page d’accueil d’Orange aujourd’hui.Ben voyons

    Parce que c’est caca, (on l’a bien fait pour l’alcool et le tabac)

    Après ON nettoie en douceur la tête des gens du « rêve » de gloire et de grandeur qu’implique la possession de la nouvelle boîte à roulettes à la mode qu’est plus mieux que celle du voisin, ON en vient ensuite à l’interdiction pure et simple de toute possession de voiture privée, on mettra à la disposition et à la location suivant les besoins des gens, de flottes de véhicules dans chaque commune, pour les urgences il y aurait des services spéciaux, il y aurait des taxis d’état, pas chers, ON mettrait « le paquet », comme aime répéter Sarko sur les transports en commun, ON rétablit les petites lignes de chemin de fer, ON en fait des nouvelles, bref, ON se démerde pour arrêter cette folie générale.

    Voilà qui ferait du bien à la planète et au portefeuille, qui serait un bon moyen de rentabiliser toutes ces matières premières.

    Mais le plus dur, c’est pas de mettre tout çà en place (çà ferait aussi quelques créations d’emploi je pense), non, c’est de faire entrer le concept dans la tête du client BMW, car tous les petits esprits cons-sommateurs sont des clients potentiels de BMW et consorts.
    Des gamins je vous dis…

    Mais sinon, on savait déjà tout çà, les voitures électriques le lithium le nucléaire, mais merci quand même (Y lit pas Carfree le Monsieur Kempf ?)
    C’était ma pensée magique du jour

  3. apanivore

    Faudrait aussi faire sortir de la tête des gens qu’une voiture par personne dans un foyer c’est la norme. Je l’ai déjà lu en commentaire ici : « maintenant que la plupart des ménages ont 2 voitures … ».
    En France 36% des ménages ont 2 voitures ou plus en 2007
    http://www.ccfa.fr/IMG/pdf/Pages36_2008.pdf
    ça ne fait pas une majorité…
    Un quotat 1 voiture par foyer maximum ce serait pas mal comme mesure et pour en avoir plus il faudrait 1/ une justification valable, 2/ payer très cher.

    Sinon j’ai hâte de voir le reportage d’Arte sur le nucléaire : http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Dechets–le-cauchemar-du-nucleaire/2766888.html
    (ce soir pour ceux qui ont une télé, sur Arte+7 j’espère pour les autres)

  4. Pim

    Tommilidjeuns : j’avais contacté Hervé Kempf récemment pour discuter de cet article. Il m’a répondu (entre autres) que je lui avais permis de découvrir Carfree ! Peut etre le lit il maintenant

  5. LomoberetLomoberet

    Et d’ici à ce que les renouvelables soient à un niveau suffisant pour prendre le relais, de l’eau aura coulé sous les ponts.

    DE L’EAU, il y aura encore de l’EAU dans le monde de merde que nous préparons à nos descendants

    Quel inénarrable optimiste ce journaliste !

  6. LGV

    nos croyances ne nous ont jamais quitté, elles sont enfouies sous un « rationalisme » de façade…

  7. Pim

    @Lomoberet : « DE L’EAU, il y aura encore de l’EAU dans le monde de merde que nous préparons à nos descendants »
    Bien sur qu’il y aura encore de l’eau! Par contre de l’eau potable, c’est moins sur….

  8. stoppeur

    Je vois que vous imaginez très bien par où il va falloir en passer pour é viter la catastrophe suprême:à l’heure d’aujourd’hui,et « grâce » à la chute vertigineuse du $,les Chinois ne veulent toujours pas indexer leur mon naie;La £ sterling n’y pouvant guère plus,la relance de l’économie va prendre un bon coup de plombs dans l’aile,ça va de soi!Les seuls à pou voir tenter quelque chose avant la »Solution Finale »,c’est les Emirats du Golfe,qui pourraient(s’ ils veulent bien) prêter aux riches pour faire repar tir le « Schmillblick »,en ayant la présence d’esprit de leur demander d’a bonder dans le sens où ça puisse préserver la Planète qu’Allah a créée,pour nous les Hommes…Etes -vous partie prenante pour ce gen re de scénario?Moi,oui,mais attention:en excluant l’application de la Loi de la Charia;en suivant le Bouddhisme.Hmm…???

  9. stoppeur

    Comme « palier » intermédiaire à toute cette patauge financière,il faudra en passer sans aucun doute par le système<>, avant de tout faire péter sur la Planète…La Mondialisation « ad vitam aeter nam »,pour moi,c’est comme se mettre le doigt dans l’oeil!!!Si les aléas cli matiques continuent leurs divagations,là il y aura un certain nombre de do nnées économiques qui vont changer,notamment en raison de la montée des océans.A la suite de ça,une glaciation « refait surface » jusque dans le Sud de l’Europe et de l’Hémisphère Nord…Ca serait pas mal,pour remettre du carbone dans les océans et nourrir à nouveau le plancton actuellement défaillant:la vie reprendrait son cours dans les populations aquatiques des mers du Nord(on aurait à manger près de chez nous!)…Et après?

  10. stoppeur

    Ce qui me « réconforte »,c’est que,la Nature reprenant ses droits,elle risque fort de faire mentir tous les forcenés des stats en démographie:quand on regarde avec un tant soit peu les cataclysmes se multiplier et se déplacer vers le Nord,on peut craindre que l’Humanité y « laisse des plumes »!!!Que ce soit en ouragans,en tornades,en inondations,en sécheresses,même en évoquant les « bienfaits »de la Mondialisation,il y en aura pas mal qui « vont rester sur le carreau »…!Oui,il y aura une « guerre de l’eau »,comme cela se profile entre l’Egypte et l’Ethiopie.Que va devenir le continent australien en proie à des sécheresses qui mettent la moitié des agriculteurs du pays en faillite…Et quand ceux de l’Iowa subissent des inondations record au prin temps…Dans le Sud de la France,6 mois de sécheresse successifs…

  11. LomoberetLomoberet

    Bien sur, c’est-qu’est-ce que je voulais dire ! !
    D’ailleurs, j’anticipe et je ne bois plus d’eau
    Vive le pinard !
    Et l’alcool au volant ! NON ! ! ! !
    Bon, au guidon, je dis pas !

  12. Implosion

    Bon, ca faisait plusieurs fois que je vois des articles sur la voiture électrique et je trouve que l’on a trop tendance à focaliser sur son bilan carbone. Je ne vais pas remettre en cause ces articles; je suis un convaincu. Cependant, outre le fait que l’on oubli dans ces articles de dire que l’extraction du pétrole, l’acheminent, le raffinage et le transport de l’essence font que que la voiture traditionnelle a certainement un bilan carbone plus élevé que la voiture électrique, je ne vois jamais parler de la pollution provoquée par les composés organiques volatiles (COV) cancérigènes ou autre émis par la voiture traditionnelle. Aujourd’hui, on n’entend parler que du CO2, alors que la voiture traditionnelle est responsable de décès prématurés, de problèmes respiratoires, d’allergies….

    Je ne remets pas du tout en cause les réflexions pertinentes sur l’arrivée de la voiture électrique et l’usage de la voiture en générale. Cependant, depuis plusieurs mois, je constate que les questions de pollution de l’air sont totalement oubliées.

    il est nécessaire de mettre en place une vraie politique environnementale pour que les voitures électriques soient alimentées, par exemple, par des énergies renouvelables à la source. Malheureusement, on verra toujours des fillettes se faire écraser sur les passages cloutés et des vélos valdingués par les voitures…

  13. MinouMinou

    « Il nous faut sortir de la pensée magique, arrêter de croire que la technologie tranchera les choix que nous ne voulons pas faire. »

    Allez dire ça aux malades qui sont persuadés que les responsabilités n’incombent qu’à l’État, au « progrès », aux « énergies vertes » ou encore à « on ». Les automobilistes sont incapables de se débarrasser eux-même de leur bagnole, c’est à quelqu’un de le faire pour eux, donc, en un sens, ce que vous dîtes est très bien résumé. La « pensée magique », on ne peut mieux dire.
    C’est rassurant de voir que tout le monde ne tombe pas dans la naïveté et la fuite vers la voiture électrique ou je ne sais quelle connasseries « vertes ».
    De ce côté vous ne vous faites pas de fausses illusions, c’est tragique, mais vous espérez tout de même diviser le nombre de bagnoles par deux en quarante ans? Qui le fera? Les automobilistes sont des malades de la volonté qui ne peuvent être soignés que DE FORCE, c’est-à-dire par des hommes politiques bien portants qui ne seront jamais au pouvoir.

    Le vrai drame, c’est que tous ces malades de la volonté passent pour des victimes. Des victimes du « système », des victimes de la « modernité », du « on a po trop ben l’choix », alors qu’ils sont aussi responsables que les hommes politiques: ils ont une volonté libre (mais pas de morale ni de mollets).

Les commentaires sont clos.